Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman tag

Au jour le jour

Publié le par Yv

Au jour le jour, Paul Vacca, Belfond, 2017.....

Eugène Sue est un dandy, un jeune homme qui vit avec l'argent que lui octroie son père, chirurgien riche et célèbre, issu d'une lignée de chirurgiens riches et célèbres. Eugène jouit de la vie, il est l'une des personnalités les plus présentes dans les soirées mondaines. Un jour, pour plaire à une jeune actrice, il écrit une pièce de théâtre. Son goût de l'écriture est né. Sur les conseils de deux de ses amis, il se déguise et décide de s'aventurer dans le Paris populaire, les bas-fonds de la capitale qu'il n'imagine même pas exister. C'est le début d'une prise de conscience et surtout le début de ce qui deviendra l'un des plus grands feuilletons à succès, Les mystères de Paris.

Il y a plein de choses dans ce livre. D'abord le Paris mondain du début et du milieu du XIX° siècle, loin, très loin des préoccupations des ouvriers. Tellement loin que certains n'en connaissent même pas l'existence. Puis, la découverte par l'un des plus éloignés de ce monde du Paris des bas-fonds. Il y a aussi l'amour, parce que pas de roman populaire sans histoire d'amour. Il y a surtout la littérature ; comment naît l'envie d'écrire ; comment la littérature peut plaire aux plus snobs et chics comme aux plus pauvres et même aux illettrés qui se la font lire : elle peut donc momentanément relier les peuples ; comment elle peut également changer les vies, offrir de nouvelles perspectives, bien sûr lorsqu'on en est l'auteur, mais aussi lorsqu'on en est lecteur ; elle ouvre les esprits, oblige à se poser des questions, fait naître des vocations, des rébellions. Ne l'enterrons pas trop vite au profit des séries télévisées, des jeux débiles et des grandes messes sportives, qui, elles aussi peuvent relier momentanément les peuples (cf. les victoires des équipes nationales). Il y a aussi et surtout la belle aventure des feuilletons publiés dans les journaux d'alors. Les feuilletonistes étaient à part la littérature, mal considérés par les puristes qui les jugeaient populaires voire populistes, et pourtant encensés par les lecteurs qui attendaient la suite avec impatience.

Amateurs de romans populaires, d'aventures, de culture, ce livre est fait pour vous. Si en plus vous aimez baguenauder dans les rues parisiennes qui ont bien changé depuis, c'est encore mieux. Lorsque je "monte" à Paris, j'adore y marcher, lentement, en levant les yeux pour ne rien rater des façades, des lieux, je suis un touriste agoraphobe qui ne recherche pas les endroits de rassemblement mais les lieux insolites, les petites rues typiques... On retrouve aussi ce genre d'endroits dans ce Paris du XIX° siècle, mais les rues sont des coupe-gorges, les tripots des endroits sales et pas vraiment aux normes d'hygiène actuelles. C'est pourtant là que vit la majorité des Parisiens, dans des logis miteux, petits et branlants -cette histoire se passe avant les grandes rénovations haussmanniennes.. C'est là que se déroule l'aventure de Rodolphe et Fleur-de-Marie, les héros des Mystères de Paris.

Paul Vacca écrit et décrit tout cela, et comme il le fait avec son humour, sa finesse et toute la tendresse qu'il peut avoir pour ses personnages, toutes ces qualités désormais célèbres depuis La petite cloche au son grêle et Nueva Königsberg -j'avoue une petite préférence pour ce titre-, eh bien, le plaisir du lecteur, le mien au moins -mais je ne doute pas que nous serons très nombreux- est au rendez-vous. L'humour se sent surtout dans les interventions du romancier, lorsqu'il joue l'anachronisme ou la référence : "Bien sûr, Eugène savait qu'il allait subir quelques désagréments, la perte des subventions familiales n'étant pas le moindre. Mais n'était-ce pas le prix à payer pour une liberté enfin acquise ? Il écrirait davantage. Écrire plus pour gagner plus." (p.148). Il lui fait également inventer un air célèbre de nos jours mais encore loin d'être écrit, rendu populaire par une comédie musicale des années 50. 1950, bien sûr ! Il y a tout dans ce livre : de la légèreté, de la profondeur, de l'histoire -romancée, certes, mais qui incite à aller chercher plus loin sur la personnalité d'Eugène Sue et sur son œuvre majeure, il provoque donc la curiosité. Belle qualité. Un vrai roman populaire, l'un de ceux que l'on a plaisir à lire et à partager.

Voir les commentaires

Comment devenir propriétaire d'un supermarché sur une île déserte

Publié le par Yv

Comment devenir propriétaire d'un supermarché sur une île déserte, Dimitris Sotakis, Intervalles, 2017 (traduit par Françoise Bienfait)...

Parti faire un reportage sur un soulèvement étudiant en Nouvelle-Guinée, un journaliste néo-zélandais, Robert Lhomme, fait naufrage sur une île déserte. Très vite, il prend conscience que c’est le moment pour lui d’accéder à ses souhaits les plus forts et notamment celui de la réussite sociale et professionnelle. Après mûre réflexion, il décide de construire un supermarché qui rayonnera sur l’île et sûrement au-delà.

Désopilant et déroutant ce roman. Il alterne le meilleur et le moins bon. Parlons tout de suite des choses qui fâchent : le roman traîne un peu en longueur, un homme seul sur une île se répète beaucoup tant dans ses propos que dans ses réflexions et cela se ressent. C’est parfois long, répétitif, à la limite de la logorrhée. Mais, dans tout ce fatras, on trouve de très belles pages et on ressort du roman avec une étrange sensation, celle d’avoir fait la connaissance d’un fou, d’un doux-dingue ou d’un homme qui pouvant enfin laisser libre cour à son ambition se retrouve dépassé par icelle.

La solitude ne pèse pas trop à Robert, tant qu'il est occupé, pour rien au monde il ne reviendrait dans la petite ville néo-zélandaise dans laquelle il vivait, mais il se verrait bien avec femmes et enfants après sa réussite professionnelle. Pendant les moments de pause, il accède à certaines réflexions philosophiques, à des remarques intéressantes : "La vie pourrait être tellement plus belle si, au lieu de la vivre vraiment, nous nous contentions d’attendre un avenir parfait, puisque l’attente renferme une jouissance indescriptible, elle est la ligne imaginaire entre l’existence et le non-existant ; lorsqu’on attend, on ne vit pas, on attend, on attend, et ce point zéro de l’attente nous rend presque infirme, nous maintenant dans une incapacité mentale à agir ou entreprendre quoi que ce soit." (p.82)

Globalement mon appréciation est positive parce que je trouve que l’auteur pousse son raisonnement au bout, jusqu’à l’absurde ; dans certains passages, on est carrément dans ce genre tant le propos devient irréel. Il peut devenir également drôle, franchement. D’ailleurs tout le roman est écrit sur un ton humoristique, désopilant comme dit en quatrième de couverture, ironique. Je ne suis pas un garçon ambitieux, je n’aime pas la compétition, je suis donc assez loin du monde que se crée Robert Lhomme, mais il faut bien reconnaître que nous avons tous en nous des envies, des désirs lesquels, poussés à l’extrême, peuvent nous envahir, surtout si l’on se retrouve seul sur une île. Le mien par exemple serait que mon blog devienne le blog cité en exemple, le truc incontournable que tout le monde de la littérature -et plus large- viendrait consulter et dont on parlerait dans les soirées auxquelles je n'irais pas ma claustro-asociabilité m'en empêchant... enfin, THE blog quoi ! Mais bon, entretenir un blog sur une île déserte..., sans électricité et sans ordinateur...

Qu'en penserait Robert Lhomme, sans doute trouverait-il une solution ?

Voir les commentaires

Le banquier anarchiste

Publié le par Yv

Le banquier anarchiste, Fernando Pessoa, La Différence (traduit par Joaquim Vital), 2017 (1ère édition, 1983)...,

Attablés en fin de repas, deux amis discutent. Alors que la conversation s'éteint peu à peu, le narrateur lance son ami, banquier sur son anarchisme qu'il revendique. Comment peut-on être banquier et anarchiste ? C'est à cette question que le banquier va répondre en usant d'arguments et d'une rhétorique étonnants.

Ecrit en 1922, ce petit texte est la seule fiction parue du vivant de son auteur Fernando Pessoa (1888/1935). En à peine quatre-vingt-dix pages, ce "banquier, grand commerçant et accapareur notable" tente de convaincre son ami qu'il est un anarchiste convaincu, quasiment le seul anarchiste en théorie et en pratique, alors que les autres ne le sont qu'en théorie. Mais revenons au tout début de cet ouvrage, délicieux, une formule que je trouve épatante : "La conversation qui s'était alanguie peu à peu, gisait entre nous, morte. J'essayai de la ranimer, au hasard, en faisant appel à la première idée qui me passa par la tête." (p.7) La suite est le raisonnement jusqu'auboutiste, provocant et absurde du banquier. Le résumer ici serait faire injure à Pessoa mais aussi injustice aux futurs lecteurs pour qui la surprise serait moindre.

Le banquier alors jeune homme veut s'affranchir de ce qu'il appelle les "fictions sociales", c'est-à-dire ces chemins tout tracés selon que l'on naît riche ou pauvre, comte ou roturier, homme ou femme, ... Son raisonnement intellectuel d'abord intéressant et purement théorique qui part de la définition suivante de l'anarchisme : "la révolte contre toutes les conventions, toutes les formules sociales, le désir et l'effort de les abolir entièrement..." (p.18) le mènera vers des décisions étonnantes pour un anarchiste. Le refus de toute contrainte et tyrannie sociales le poussera à des questionnements et des réponses aux antipodes de ce que l'on s'attend à avoir dans un discours anar.

Si ce raisonnement peut faire sourire par ses excès, ses outrances, il fait également réfléchir aux discours auxquels nous sommes malheureusement habitués, ceux vides ou dénués de sens de certains politiciens. Je pourrais sourire et me servir de ce texte pour argumenter dans des dîners entre amis, car dans ces moments-là je trouve qu'il est drôle de défendre une opinion qui n'est pas forcément la mienne juste pour énerver les copains et boire un coup ensuite. Mais à y regarder de plus près, le texte de Pessoa malgré ses énormités et ses contradictions est plus qu'un amusement de fin de soirée tant il fait appel à des comportements de nos jours ancrés dans les mœurs. Finalement, on frissonne de tant de cynisme, et pourtant ce n'est qu'une fiction... que la réalité, presque un siècle plus tard a rattrapé.

Voir les commentaires

La nuit du second tour

Publié le par Yv

La nuit du second tour, Eric Pessan, Albin Michel, 2017.....

Les résultats du second tour des élections présidentielles viennent de tomber. Le pire est arrivé. David erre dans les rues, entre les émeutes, les voitures brûlées, dont la sienne, et ne parvient pas à rentrer chez lui, seul depuis qu'il a quitté Mina. Mina qui justement, s'est embarquée sur un porte-conteneurs en direction des Antilles, avant ce résultat qu'elle avait anticipé. La mer parfois calme, parfois en colère remue Mina dans ce qu'elle a de plus profond.

Ce n'est pas un secret pour qui suit ce blog : j'aime Eric Pessan, enfin, entendons-nous bien, lorsque j'écris cela, comprenez : j'aime les livres d'Eric Pessan. Je l'ai découvert il y a longtemps avec Les géocroiseurs et juste après avec L'effacement du monde, son premier roman, superbe, que je conseille vivement à tous. Je parle volontairement de ce premier roman, car j'ai retrouvé dans La nuit du second tour, la profondeur, la mélancolie, l'abîme dans lequel ses personnages s'enfoncent se posant mille et une questions. David et Mina sont deux personnes un peu perdues depuis qu'elles se sont quittées, David abruti par son parcours professionnel et sa peur de dire non à son responsable pour garder son emploi, Mina évoluant comme une somnambule, sans vraiment participer à sa vie. Et puis, quelques mois après cette séparation, survient une campagne pour l'élection présidentielle aussi lamentable que celle que nous subissons actuellement (qui pourrait bien se finir comme dans la fiction) : "Des années et des années de débats, de dénonciations, d'appels à l'intelligence, de luttes pour finalement en arriver là. L'addition des crises et des promesses trahies, des dépressions et des chances ratées, des petitesses et des rancœurs, des ego et des arrivismes, plus la conviction profonde que le pire ne se produira jamais ont permis que cela advienne." (p.129) Ces deux phrases peuvent décrire l'élection bien sûr mais aussi la relation entre David et son employeur. Sur fond de violence, de peur, de frustration, David et Mina évoluent, vont au plus profond d'eux-mêmes pour tenter de rebondir et se sortir de ce brouillard qui recouvre leurs vies : "Un jour, quelque chose devait fatalement céder, parce qu'il est plus facile de se rompre que de se transformer, de se déchirer que d'adopter une nouvelle forme. David habite une vie invivable, un champ devenu stérile de n'être pas entretenu." (p.16/17).

Ce roman est assez court, dense, formidablement écrit, les phrases élégantes, parfois très visuelles : "Des nappes de brouillard lacrymogène coulent au sol et lèvent des nuages à hauteur d'homme. Les volutes masquent la confusion, s'improvisent rideau, se tissent et se déchirent net quand un manifestant en jaillit, poursuivi par des policiers en civil." (p.102). L'écriture est sobre et travaillée, va à l'essentiel à l'intérieur de David et Mina, sans pour autant oublier de décrire les arrière-plans : ville en révolte ou océan déchaîné. Quelques chapitres du début et de la fin adoptent une ponctuation et un découpage particuliers marquant à la fois l'urgence de la situation et la déroute de David, Mina et plus globalement des Français accablés par le résultat de l'élection.

J'aurais aimé être plus léger dans mon propos, mais le bouquin est tellement en phase avec ce que nous vivons actuellement et qui n'est pas risible du tout que ça m'est impossible. Fillon sombre par trop de malhonnêteté et Le Pen grimpe haut, très haut, trop haut malgré une honnêteté aussi absente que celle de son confrère. La gauche est divisée comme jamais... J'ai rarement autant craint une élection.

Un roman -pour revenir à mon sujet principal- qui se lit lentement, malgré le feu dans les rues, qui se savoure pleinement et dont les deux protagonistes principaux risquent bien de marquer le lecteur durablement, j'ajoute une qualité littéraire indéniable et évidente, et voilà, un autre coup de cœur de ce début d'année.

Voir les commentaires

Les vérités provisoires

Publié le par Yv

Les vérités provisoires, Arnaud Dudek, Alma, 2017.....

Céline Carenti, jeune femme d'une vingtaine d'années a disparu depuis deux ans. L'enquête n'a pas permis de révéler quoi que ce soit sur cette disparition. Jules, son frère, finit par s'installer dans l'appartement de la jeune femme pour tenter de comprendre pourquoi sa sœur est partie, où et comment ? Il veut mener sa propre enquête. Jules est un solitaire, vaguement étudiant, menteur acharné. Un soir, le médecin coordinateur du SAMU lui demande d'aller tenir compagnie à son voisin du dessous en insuffisance respiratoire, le temps que les secours arrivent. Jules y va et en remontant chez lui, rencontre Bérénice sa jolie voisine.

Un très joli roman, le quatrième de l'auteur que personnellement je découvre. Le ton est décalé, le roman vif, drôle tout en abordant des thèmes sérieux. Il y est question de l'absence, de la disparition, de la solitude, de l'amour, de la mort, ... "Jules n'est pas guéri car on ne guérit pas de ce dont il souffre, une douleur qui ne s'éteindra pas tant que la vérité ne se fera pas sur Céline, une douleur qui ne s'éteindra peut-être jamais. Il parvient à vivre avec, c'est différent, mais c'est mieux que survivre sans." (p.167)

Jules est attachant et agaçant tout à la fois. On a envie de le secouer pour qu'il se bouge et prenne sa vie en main, qu'il ne passe pas à côté des belles rencontres qu'il fait. Et puis, on comprend qu'il lui est difficile de se lever pour aller étudier. Il est mou, mais son côté décalé, en dehors des normes et des codes le rendent sympathiques. On imagine même que les digressions d'Arnaud Dudek, souvent drôles, simples naissent dans le cerveau de Jules :

"La voisine propose alors de poursuivre la conversation chez elle, devant une tisane aux graines de fenouil -comme deux Français sur cinq, Bérénice croit aux bienfaits de l'homéopathie, qu'il convient de ne pas confondre avec la phytothérapie. Jules n'y voit pas d'inconvénient. Bien au contraire." (p.49)

C'est charmant, tendre et délicat, je n'ai pas assez d'adjectifs de ce genre pour qualifier ce roman, mais le mieux serait de faire une liste d'iceux, c'est ce qui me vient à l'esprit lorsque je parle de mon ressenti pendant et après ma lecture. Ou alors, citer des passages et encore citer, tant je me suis plu dans l'univers du romancier. Un doux moment de quiétude, sans bruit et sans fureur, mais pour autant pas sage et oubliable. Une écriture que j'aime beaucoup qui tant qu'on la lit ravit et qui, une fois quittée laisse un joli goût de revenez-y comme on dit chez moi.

Décidément, beaucoup de belles plumes poétiques, décalées, drôles, émouvantes, tendres, étonnantes, et tout et tout chez Alma.

Voir les commentaires

Ça coince ! (37)

Publié le par Yv

Les adolescents troglodytes, Emmanuelle Pagano, P.O.L, 2007.

"Adèle est conductrice de navette scolaire sur un plateau très isolé, en altitude. Elle transporte une dizaine d'enfants et d'adolescents, essentiellement des fratries, dont les histoires se mêlent à la sienne. Pendant les trajets, dans les intempéries, ses souvenirs, ses pensées, glissent sur les routes écartées, pendant que grands et petits parlent, se disputent, se taisent. Elle se souvient de son corps mal ajusté, de sa propre adolescence douloureuse. Adèle est une fille née dans un corps de garçon." (site éditeur)

A peine commencé ce roman, je suis perdu et plus j'avance plus je recule comme disait l'autre... Je n'y comprends rien et suis même obligé d'aller voir sur le site de l'éditeur un résumé, un indice qui m'aiguillera me permettra de me raccrocher à cette histoire à laquelle je n'entrave que dalle. Eh bien, même avec un résumé très détaillé, je n'y parviens pas. Déjà, être obligé d'aller voir de quoi il retourne sur d'autres supports ne me plaît pas, il est vrai que je ne lis quasiment jamais les quatrièmes de couvertures -celle-ci est vierge- et que je choisis mes lectures au titre, au nom de l'auteur et/ou de l'éditeur, et que parfois il faut un temps d'adaptation pour bien comprendre dans quelle histoire je suis, mais là, je suis totalement dans le flou.

Je voulais lire Emmanuelle Pagano dont j'ai entendu parler pas mal, bon, tant pis...

 

 

Buvard, Julia Kerninon, Le Rouergue, 2014..

Lou, jeune homme et lecteur averti a osé demander un interviouve à Caroline N. Spacek, la grande écrivaine depuis une vingtaine d'années, depuis son entrée fracassante en littérature à 19 ans. Elle le reçoit dans sa propriété d'Exeter dans la campagne anglaise. Lou y restera tout l'été, entre conversations, confidences. La vie de Caroline N. Spacek commence très loin des livres et du monde littéraire.

Rien à dire sur le style de Julia Kerninon, c'est bien écrit. Vif, fluide, moderne et classique à la fois. Tout va bien de ce côté-ci. Ce qui coince, c'est que je ne réussis pas à m'intéresser à ses personnages et à Caroline N. Spacek en particulier. Je ne trouve pas intéressant son parcours qui l'a menée jusqu'à l'écriture ni la suite dans laquelle elle écrit jusqu'à occulter totalement sa vie et celle de ceux qui l'entourent. Je trouve l'ensemble froid et fade, mais je redis bien que ce n'est que mon impression, puisque ce livre fut couronné de succès et notamment de prix littéraires. En fait, je m'ennuie, c'est peut-être le découpage voire la mise en pages -les dialogues insérés dans le texte, juste en italique-, je cherche, je cherche... Me reste une sensation, une impression d'un livre qui ne me touche pas et ne restera donc pas dans ma mémoire.

Bon voilà, j'ai voulu essayer deux auteures que je ne connaissais que de nom, manifestement, mon essai n'est pas transformé, mais pas grave, je retenterai.

Voir les commentaires

L'Ange gardien

Publié le par Yv

L'Ange gardien, Raymond Penblanc, Lunatique, 2017....

Rien ne va plus à l'institution de la Mère-Dieu. Une jeune fille, pensionnaire, est retrouvée étranglée. L'émotion est à son acmé et beaucoup de parents menacent de retirer leurs filles de cet endroit. L'ange gardien, homme à tout faire de l'institution, veille. Il voit tout, comprend tout et relate à nous lecteurs tout ce qui se passe au sein de l'établissement.

Vous dire que j'ai tout compris à ce roman qui commence formidablement bien, serait exagéré :

"Lorsqu'il a étranglé la fille, elle se trouvait juchée sur sa table, jupe retroussée, cuisses écartées. A-t-on idée de grimper sur sa table quand on est élève à l'institution de la Mère-Dieu ? Ici, c'est genoux serrés et bouche cousue (ça devrait l'être, c'était comme ça avant. Avant, c'est-à-dire avant l'arrivée de monsieur Rouste, le nouveau directeur)." (p.9)

La suite, eh bien j'ai commencé en me perdant un peu entre les noms des différents personnages, leurs fonctions, leurs rôles dans cette histoire, leur folie, leur décalage total avec la réalité, jusqu'à ce que je me dise : "Mon petit gars, laisse-toi porter par les mots plus que par leur sens !" Et oui, lorsque je me parle, je m'appelle mon petit gars, parce que comme disait le regretté Pierre Desproges, si je m'appelle ma petite fille, ça m'excite et après je réponds plus de rien... Et c'est ce que j'ai fait. Et ça fonctionne. En fait, pour tout vous expliquer, je suis du genre à vouloir comprendre phrase par phrase voire mot par mot. Ce qui explique mon incapacité à lire et comprendre de la philosophie par exemple pour laquelle, il faut globaliser la compréhension par paragraphe voire par chapitre... Or, ce roman, comme d'autres nécessite un recul et un mode de lecture différent du mien, un lâcher prise sur le sens. Je l'ai donc lu de la même façon que lorsque j'ai lu des livres des surréalistes ou que je peux lire des livres absurdes. L'histoire est là avec beaucoup de digressions, d'apartés que je ne comprends pas forcément, mais dont j'apprécie le son, la couleur. Parce que ce qui est indéniable, c'est que Raymond Penblanc a une belle écriture, beaucoup de finesse, des jeux de mots, de l'humour, de la tendresse et de la vacherie aussi. Il n'est pas tendre avec ses personnages, même si certains bénéficient d'une description plus clémente, ceux en qui on peut encore avoir de l'espoir. Absurde, décalé, fou, que de beaux qualificatifs pour un roman.

Attention, ce n'est pas parce qu'il y a un meurtre que c'est un polar. Lire ce roman c'est accepter d'entrer dans une institution un peu particulière et de se laisser porter par les mots de l'auteur. Évidemment, cette chronique n'est qu'un ressenti très personnel et peut-être d'autres lecteurs y trouveront d'autres choses, ce qui ne m'étonnerait pas, c'est un livre à plusieurs lectures.

Voir les commentaires

Weidmann, le tueur aux yeux de velours

Publié le par Yv

Weidmann, le tueur aux yeux de velours, Philippe Randa, French pulp, 2017..

Eugen Weidmann est un assassin allemand, condamné pour cambriolage dans son pays, expulsé du Canada et arrêté en France pour meurtres. Ce fut le dernier guillotiné en place publique, le 17 juin 1939. Le souci de la justice française était de savoir si Weidmann était simplement un tueur ou un tueur doublé d’un espion nazi envoyé pour déstabiliser le pouvoir déjà bien fatigué, le Front populaire qui finit essoufflé.

Ce livre est une exofiction. Personnellement, je ne connaissais pas le terme, qui, par opposition à l’autofiction, désigne une catégorie de livres inspirés de la vie d’un personnage réel (différent de l’auteur), mais s’autorisant des inventions, notamment sur les périodes mal connues (merci Wikipédia). Pourquoi pas ? Ce qui peut me déranger dans le genre, c’est que l’on ne distingue pas toujours ce qui est vrai de ce qui est inventé.

Mais bon, passons, ce qui n’a pas fonctionné avec moi, c’est que malgré un personnage à la vie tumultueuse, aux nombreuses facettes, jamais l’auteur ne parvient à m’intéresser. Son récit est plat et fade. On se retrouve face à un garçon terne qui avoue tout même probablement ce qu'il n'a pas fait tout seul. Peut-être était-ce le cas, mais il aurait sans doute fallu raconter selon un angle différent pour intriguer ou titiller les lecteurs habitués à lire des choses terribles et haletantes dans les thrillers ou les polars, ou un je-ne-sais-quoi qui fasse que le lecteur soit accroché. Il y a pourtant le personnage, le contexte politique, la montée du nazisme, la guerre imminente, même la piste de l'espion qui n'est que peu évoquée, tout cela aurait pu, aurait dû faire un bouquin passionnant. On s'ennuie et on a peine à croire qu'un type ayant commis de tels actes fût aussi terne et passe-partout, aussi prompt à tout avouer. Le juge français qui s'occupe de son cas ne semble pas plus dynamique, si bien que l'on croirait ouïr une conversation de salon entre gens de bonnes mœurs et de bonnes familles. Un comble tout de même !

Philippe Randa se contente d'aligner les faits de la vie de Weidmann sans les inclure dans ce contexte si fort, si particulier, un peu comme si son histoire se déroulait dans une période tranquille de paix et d'insouciance. C'est quand même fort dommage de passer à côté des troubles -c'est un euphémisme- de ce début des années 1930. 

Le seul intérêt de ce bouquin est de parler d'un type oublié qui dans son temps fut connu, mais finalement est-ce une bonne idée de remettre à la une des personnages aussi ignobles ?

Voir les commentaires

Meuh !

Publié le par Yv

Meuh !, François Morel, Folio, 2016 (Denoël, 2015)....

Philippe Bonneval est un jeune homme, fils unique de marchands de vêtements dans la rue principale de Rochebrune. La plus belle boutique de la ville, Au vrai chic parisien. C'est avec fierté que son père pense à la succession Bonneval&fils. Mais Philippe a un autre destin : il se transforme en vache. Oui, oui, vous avez bien entendu, Philippe devient une vache, un beau ruminant à la robe soyeuse. Une vache quoi. Impossible ? Ben non, la preuve dans ce court roman.

Pour profiter de ce roman il faut jouer le jeu et croire à cette transformation aussi étonnante est-elle. J'ai tenté, en tant que lecteur averti -attention, j'écris dans un blog, je sais de quoi que je cause quand même- de trouver des explications, des images, des interprétations qui feraient que cette histoire aborderaient des thèmes sérieux : la tolérance, l'acceptation de l'autre quelles que soient ses différences, le retour à une vie simple, etc, etc... Oui, j'ai cherché, eh bien j'a effectivement trouvé tout cela, et puis j'ai même lu des passages sur le bien-être des animaux dont on parle pas mal depuis un moment, mais en fait, je crois que chacun y trouvera ce qu'il veut y trouver. Pour ma part, plus j'avançais, plus je me disais que c'était simplement une histoire irréelle et fantastique, à la Marcel Aymé. Rien de plus, mais surtout rien de moins. 

On retrouve toute la gentillesse et la tendresse de François Morel, tout son talent d'écriture fine et délicate. Il a l'art de décaler ses personnages, de construire un conte une fable à laquelle on ne peut croire mais en même temps, à laquelle on aimerait croire. Son roman est beau, poétique, peut plaider pour tout ce que j'ai écrit plus haut, mais peut être lu également comme une histoire simple avec des gens et des animaux simples. 

Folio réédite Meuh !  dans la version présentée ici, avec des gravures de Christine Patry, mais il parut chez Denoël en 2015, il me semble même qu'il a été écrit et édité -chez Ramsay-Archimbaud- bien avant (je dirais courant des années 1990).

Voir les commentaires