Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman

Remords

Publié le par Yv

Remords, Luiz Ruffato, Métailié, 2021 (traduit par Hubert Tézenas)

Oséias, la cinquantaine, marié un enfant, divorcé, a passé sa vie d'adulte à São Paulo. Vingt ans qu'il n'est pas revenu à Cataguases, sa ville d'origine, depuis la mort de son père. Pourtant ses frère et sœurs y vivent toujours, ne se voient pas, ne s'estiment pas., ne vivent pas dans la même classe sociale.

Oséias descend du car à Cataguases le matin du mardi 3 mars 2015. Il passera la fin de la semaine à renouer avec son enfance, sa famille, à arpenter les rues de la ville. Il a pas mal de choses à comprendre, à encaisser, à commencer par le suicide de sa jeune sœur 40 ans plus tôt.

Passer à côté de ce livre sans l'ouvrir et donc sans prendre le risque de se faire avoir, de se faire happer serait une erreur. Avec des petits bouts de phrases les uns après les autres, qui forment des grandes phrases qui suivent le cheminement de l'esprit d'Oséias, Luiz Ruffato écrit un roman au style personnel envoûtant. Un rythme lancinant, un truc qui vous prend et ne vous lâche plus. Une puissance narrative rare construite avec des mots simples, des répétitions de certaines actions multi-quotidiennes, comme par exemple celle d'aller dans la salle de bain de l'hôtel miteux : "J'arrache mon caleçon, soulève le couvercle des W-C, m'assois. Je soulage ma vessie, mes intestins. Soyez bref. Laissez la salle de bains propre pour le prochain. Au plafond, taches de moisissures, noirâtres, toiles d'araignée. Je referme le couvercle des W-C. J'appuie sur le bouton de la chasse. Un filet d'eau coule, sans pression. J'écarte le rideau en plastique, tourne les robinets, l'eau froide gicle dans tous les sens." et quasi réécrite mot pour mot plusieurs fois. de même l'expression qui revient à moult reprises : "Je nettoie mes lunettes avec le pan de ma chemise." Les phrases parfois ne sont pas finies, car la pensée d'Oséias est interrompue par un interlocuteur, ou son rêve s'arrête par un réveil en sursaut. J'ai trouvé cela assez gonflé et ça permet de rester dans le texte assez dense, sans pause et aisé à reprendre même arrêté en pleine page.

Luiz Ruffato montre combien cet homme ne va pas bien, combien ça lui est difficile mais indispensable de revenir affronter son enfance. Il raconte également le Brésil actuel qui a beaucoup changé ces dernières années, la pauvreté, la violence, la corruption et le fossé entre les classes sociales qui s'agrandit. J'aime quand un écrivain me surprend avec un thème pourtant multi traité en littérature. Très belle découverte.

Voir les commentaires

Suite en do mineur

Publié le par Yv

Suite en do mineur, jean Mattern, Sabine Wespieser, 2021

A l'occasion d'un voyage à Jérusalem, offert pour ses cinquante ans par son neveu, Robert Stobetzky, aperçoit une silhouette, un port de tête inoubliable et unique dans la Via Dolorosa, ceux de Madeleine, avec laquelle il a partagé, vingt-six années auparavant, alors étudiant, en 1969, trois semaines de bonheur intense.

Madeleine le quitta  brutalement, second abandon pour Robert, après la mort de ses parents lorsqu'il avait dix ans. Début des années 70, il s'installa à Bar-sur-Aube, là où son frère vit, il y créa une librairie, vite devenue pour lui son refuge.

C'est donc au milieu des années 90, que Robert, célibataire endurci, un poil misanthrope, ou plutôt qui n'aime pas les groupes, surtout ceux qu'on lui impose, visite Jérusalem. Lui, né de parents juifs, pas croyant, que les religieux qui arpentent les rues agacent. Ce voyage sera pour lui, sans qu'il s'en doute, râlant sur son neveu Émile qui le lui a offert, le moyen de sortir de sa bulle baralbine pour faire le point. Il raconte son enfance, entre foyers et familles d'accueil, avec Maurice son frère ; sa rencontre avec Madeleine, leurs trois semaines intenses et le brusque retour à la solitude, la découverte, un jour à la radio, de la suite en do mineur pour violoncelle et cette claque qui lui fait prendre plusieurs décisions dont celle de se mettre à la musique.

Mise à part, une sensation de longueur sur la fin du texte, cette impression que le narrateur tourne en rond, que l'idée de base s'épuise un peu, j'ai beaucoup aimé le roman de Jean Mattern. Il y a d'abord sa manière de parler de littérature, de musique qui m'a donné envie d'entendre cette suite en do mineur de Bach, sachant que je suis inculte en matière de musique dite classique. Évidemment sur la rencontre amoureuse ou amicale, sur la rupture, l'abandon et la solitude. Sans grandiloquence, dans de longues phrases, parfois très longues et très belles, il va au plus près des émotions. De belles pages également sur l'homosexualité et la difficulté à la vivre il y a 25 ans, si tant est que ça soit plus aisé maintenant. Sous le prétexte de parler de soi, le narrateur parvient à parler des autres et aux autres de tous les thèmes et les questionnements qui nous occupent chaque jour.

Voir les commentaires

L'épouse d'Amman

Publié le par Yv

L'épouse d'Amman, Fadi Zaghmout, L'Asiathèque, 2021 (traduit par Davide Knecht assisté de Thomas Scolari)

Amman, Jordanie, de nos jours, cinq personnes, quatre femmes et un homme prennent la parole.

Leïla, tout juste diplômée, la meilleure de son école, mais ça ne suffit pas aux yeux de sa famille, il lui faut un mari.

Salma, sa sœur, trente ans et toujours célibataire, un sacré calvaire dans ce pays.

Hayat, jeune femme amie de Leïla qui ose une relation, certes encore chaste, mais avec un homme marié.

Rana, étudiante, chrétienne, qui n'a d'yeux que pour Jantay, musulman, ce qui n'est pas du goût des hommes de la famille.

Ali, homosexuel dans un pays où cette sexualité lui fait risquer le pire.

Excellent et terrible ce roman qui parle de la condition féminine en Jordanie, de l'éducation des filles préparées à être de bonnes épouses soumises et dévouées -ce qui est un pléonasme- : "On considère comme un bon parti un homme avec un travail et un revenu stable. Par contre, pour être "épousable", une femme se doit d'être belle, d'un âge convenable, moralement irréprochable, bonne cuisinière et fée du logis. Et pourvue de surcroît d'un diplôme et d'un travail. Ces exigences rendent les conditions d'une union honorable difficiles à remplir." (p.32)

Fadi Zaghmout écrit la souffrance des femmes de ne pas pouvoir s'épanouir par et pour elles-mêmes. Elles doivent d'abord faire plaisir et obéir au père, puis aux autres hommes de la famille si elles transgressent les règles par eux édictées, puis enfin à un mari. Vierges au mariage -la femme, pas l'homme, non pas lui. Il parle aussi de la vie cachée des homosexuels, de ceux obligés de se marier pour la façade rendant leur femme et eux-mêmes malheureux, de ceux qui ne cèdent pas aux exigences de la société mais qui doivent vivre leurs amours clandestinement.

C'est un roman à cinq voix qui se lit facilement malgré les thèmes abordés. Non dénué de touches d'humour qui l'allègent un peu, on suit horrifié la difficile vie de Leïla, Hayat, Salma, Rana et Ali et l'on se dit que l'on est bien heureux de vivre en France même si les questions des droits des femmes, de l'égalité avec les hommes, des violences commises contre elles sont encore loin d'être réglées et qu'il faut continuer de revendiquer jusqu'à ce qu'elles le soient.

Voir les commentaires

Tempête Yonna

Publié le par Yv

Tempête Yonna, Cyril Herry, In8, 2021

Yonna c'est la tempête qui ravage le pays et isole le hameau de Braconne -une douzaine d'habitants- du reste du monde, hameau déjà loin de tout même lorsque le vent ne souffle pas.

Yonna c'est aussi le prénom d'une habitante, la compagne de Saul et mère de Nino, encore bébé.

Il y a aussi Bruno et Julia, Barbara et sa fille Lou, P'tit Léon et sa mère, puis Mélanie, des natifs. Les Herminot, un couple qui ne sort pas de chez lui. Et Frédéric et Estelle et leur fille Angeline, des Parisiens en vacances.

Préférant ne pas attendre les secours,le groupe s'organise.

Attention, roman incontournable. Certes, il n'est pas joyeux, joyeux et ne remontera sans doute pas le moral des plus dépressifs, mais il est d'une finesse et d'une profondeur rares. Tout en étant un roman grand public. Le pari de Cyril Herry est réussi et son huis clos à ciel ouvert fonctionne parfaitement. Les relations, les tensions entre les habitants se tissent, montent et l'on pressent la catastrophe, mais laquelle ? Quand ? Qui ?

La situation d'isolement fait que les failles, les peurs, angoisses, les travers voire les pulsions des un(e)e et des autres, habituellement enfouis, tant bien que mal cachés sous le vernis de la vie dans une société policée, par le quotidien, la routine qui rassure, vont se révéler, s'exacerber. Les secrets n'en sont plus. La nature, que l'homme a grandement et durablement perturbé reprend ses droits, et Yonna a mis sens dessus dessous tout un monde lisse.

Cyril Herry décrit admirablement les relations de l'homme avec la nature, ce qu'il faudrait pour vivre en harmonie, ce qui est fait contre toute logique. Le retour à la réalité est dur pour Braconne "ce trou perdu était un microcosme témoin de l'humanité". Décrire l'individuel pour toucher à l'universel, voici ce que réussit l'auteur. Ça résonne avec la pandémie actuelle qui dévoile des comportements d’entraide et d'altruisme, mais l'inverse également : "Ç’avait toujours été ainsi. Catastrophes naturelles et tragédies humaines possédaient ce don de rapprocher les individus, de mettre en sommeil l'âpreté et le fiel, de recoudre provisoirement les plaies. Mais ça ne durait jamais longtemps ; au premier geste brutal, ça se déchirait et ça se remettait à saigner, à suinter le pus et à faire mal. C'était de nouveau chacun pour soi, ici comme n'importe où ailleurs, puisqu'on avait la mémoire courte et que les mœurs individuelles avaient toujours miné l'intérêt collectif." (p.240)

Nul doute que Braconne, Yonna la tempête et la jeune femme ainsi que ses voisins restent en tête longtemps. C'est le genre de livre qui continue à s'insinuer en nous lorsqu'il est refermé.

Voir les commentaires

L'île des morts

Publié le par Yv

L'île des morts, le roman d'un tableau, Jean Pichard, Ed. du Canoë, 2021

Arnold Böcklin (1827-1901) fut peintre. Son œuvre la plus connue est L'île des morts, les cinq versions peintes entre 1880 et 1886 dont l'une fut accrochée dans le Berghof, le "nid d'aigle" de Hitler. De sa Suisse natale à l'Italie où il mourut, le peintre arpenta l'Europe, se battit sur les barricades de Paris en 1848...

Franz Schensky (1871-1957) naquit sur Heligoland alors anglaise. Il fut photographe, passionné par son île natale qu'il photographia à de multiples reprises. Lorsqu'icelle devint allemande, il fut, comme beaucoup d’îliens, d'abord légèrement indifférent puis déporté dans un camp pendant la première guerre mondiale.

C'est un parallèle entre ces deux artistes et leur passion pour deux îles différentes que raconte Jean Pichard.

Un inculte comme moi ne saura pas, avant sa lecture qui sont ces deux hommes, même si le tableau représenté en bandeau -celui de Böcklin- semble connu, il en est même un autre, un autoportrait assez célèbre également : tapez le nom du peintre dans la barre de recherche, c'est souvent le premier qui se présente. Quant à Schensky, rien, ni même l'île d'Heligoland dont j'apprends à la fois l'existence et l'histoire.

Donc triple bon point pour ce roman qui se base sur ces réalités. Ce ne sont pas des biographies, le romancier prévenant qu'à part les peintre et photographe et date de leurs œuvres, tout est inventé. Mais la curiosité pousse le lecteur que je suis à chercher plus, donc à s'instruire.

L'idée de rapprocher ces deux artistes avec le fil rouge de l'île est intéressante et originale. Sans chichis ni recherche d'effets, Jean Pichard les invente, parle de leurs doutes, de leurs créations, de leur vie consacrée à leur art. C'est un peu autocentré, peu de cas est fait de leurs épouses ou compagnes, enfants... mais encore une fois, on est loin de la biographie, c'est davantage un roman de l'œuvre et comprendre comment chacun en est arrivé à la créer. C'est un livre facile d'accès qui, sous un thème qui peut paraître difficile, se lit vite et agréablement et procure la sensation d'en ressortir plus instruit. Que demander de plus ? Tout est là pour plaire. Les jeunes éditions du Canoë signent-là encore un très bon livre.

Voir les commentaires

Hiver à Sokcho

Publié le par Yv

Hiver à Sokcho, Elisa Shua Dusapin, Ed. Zoé, 2016

Sokcho, petite ville balnéaire du Corée du sud, proche de la frontière avec la Corée du nord, Yan Kerrand, bédéiste normand, en plein hiver, prend une chambre dans une pension. La jeune femme qui le reçoit, franco-coréenne est intriguée par cet homme venu à une saison où aucun touriste n'est présent. Intriguée puis un peu agacée lorsqu'il reste dans sa chambre ne venant même pas dîner, goûter à sa cuisine.

C'est un très court roman, le premier d’Élisa Shua Dusapin, elle-même franco-coréenne, qui prend son temps et qui se déguste. Il prend le temps donc d'installer les deux personnages principaux. Chacun dans sa personnalité et dans sa solitude. Ils vont chercher à se rencontrer, maladroitement, lui par ses dessins : il tâtonne, cherche, hésite, jette beaucoup. Elle par sa cuisine qu'il ne goûte pas. Ils ne se rejoindront pas vraiment, mais un peu quand même, chacun prenant de l'autre pour avancer.

L'écriture est fine, précise, douce, un peu comme si quelqu'un nous murmurait le texte à l'oreille. Elle décrit brièvement les paysages pas très jolis de cette ville l'hiver. Elle est sensuelle également, parle des corps, des lignes, celles que cherche le dessinateur, celles de la jeune femme, de son amoureux mannequin qui n'hésitera pas à recourir à la chirurgie si on le lui demande, d'une cliente qui se remet doucement d'une opération esthétique... Élisa Shua Dusapin aborde les thèmes de la rencontre, de la solitude, de l'identité notamment lorsqu'on a une double culture.

Un très beau texte qu'il faut prendre le temps de découvrir, ne point trop se presser pour n'en rien rater. Il débute ainsi :

"Il est arrivé perdu dans un manteau de laine. Sa valise à mes pieds, il a retiré son bonnet. Visage occidental. Yeux sombres. Cheveux peignés sur le côté. Son regard m'a traversée sans me voir. L'air ennuyé, il a demandé en anglais s'il pouvait rester quelques jours, le temps de trouver autre chose. Je lui ai donné un formulaire. Il m'a tendu son passeport pour que je le remplisse moi-même. Yan Kerrand, 1968, de Granville." (p.5)

Voir les commentaires

Enrage contre la mort de la lumière

Publié le par Yv

Enrage contre la mort de la lumière, Futhi Ntshingila, Belleville, 2021 (traduit par Estelle Flory)

Mvelo adolescente de 14 ans vit avec sa mère Zola dans un bidonville d'Afrique du sud. Ce ne fut pas toujours le cas, Zola était championne de course à pied avant d'être enceinte et reniée par son père.

A à peine plus de trente ans, Zola meurt du SIDA, laissant Mvelo seule dans leur cahute. Seule pour se confronter au monde violent du dehors dans lesquels les jeunes filles risquent le viol à chaque coin de rue. Seule pour vivre dans un pays ravagé par l'apartheid et la misère.

Futhi Ntshingila est journaliste, ce roman dont le titre est emprunté à un poème de Dylan Thomas est son deuxième. La couverture est l’œuvre de Agrippa M Hlophe, artiste sud-africaine.

Très beau roman qui met en scène des femmes. Des femmes fortes aux destins divers, qui toutes devront se battre et faire preuve d'une force de caractère peu commune pour résister à tout ce qui les entoure : les agressions, les viols, la misère, le racisme, le sexisme... Elles sont attachantes, émouvantes, on a très envie qu'elles se sortent du cercle vicieux dans lequel elles entrent dès l'enfance. Les femmes de Futhi Ntshingila sont puissantes, elles ne se laissent pas faire même lorsqu'elles subissent. Elles luttent pour leurs droits de femmes noires.

C'est un roman prenant, écrit dans une langue simple qui fait ressentir les émotions des héroïnes, qui amène inévitablement des images. A travers les luttes de Mvelo, Zola et les autres, l'autrice écrit un livre plus général sur les femmes. Le particulier et le fictif pour décrire l'universel et le réel. Il débute ainsi :

"Après l'enterrement de Sipho les choses empirèrent peu à peu pour Mvelo et sa mère Zola. Mvelo était jeune, mais elle se sentait vieille comme une chaussure usée. Elle avait quatorze ans et son esprit quarante. Elle arrêta de chanter. Pour sa mère, elle essayait de toutes ses forces de rester optimiste, mais l'espoir glissait entre ses mains comme un poisson. Elles se trouvaient déjà dans une situation difficile, lorsque quelqu'un du bureau de versement des pensions avait décidé de suspendre leurs aides sociales. Elles recevaient une aide parce qu'elle était mineure, élevée par une mère célibataire de trente et un ans ; l'autre était pour Zola, à cause de son statut." (p.11)

Voir les commentaires

Les mensonges du Sewol

Publié le par Yv

Les mensonges du Sewol, Kim Takhwan, L'Asiathèque, 2020 (traduit par François Blocquaux et Lee Ki-jung)

"Le 16 avril 2014, le Sewol, ferry sud-coréen assurant la liaison entre Incheon et l'île de Jeju a fait naufrage au large de l'île de Jindo. Il transportait 476 personnes, dont 325 lycéens de l'école secondaire Danwon, dans la ville d'Ansan, et quinze de leurs professeurs. Trois cent quatre passagers et membres d'équipage ont péri dans la catastrophe. Parmi les disparus, 250 lycéens. A ce jour, alors que le navire a été renfloué en 2017, cinq corps n'ont pas été retrouvés." (p.7)

Kim Takhwan part de cette tragédie réelle et s'intéresse au rôle des plongeurs professionnels qu'on a appelé quatre jours après le drame, non pas pour retrouver des survivants mais pour remonter les corps des disparus. La gestion des secours fut un véritable fiasco : les autorités promettant des sauveteurs et n'en envoyant pas, ou trop tard et dans des conditions exécrables. En juillet 2014, le responsable des plongeurs qui n'a pu qu'appliquer des consignes inadaptées et accusé d'homicide involontaire à la suite du décès d'un plongeur.

Ce roman est une longue lettre d'un plongeur adressée au juge. Cet homme, Na Kyong-su est un personnage fictif, librement inspiré d'un vrai plongeur avec lequel l'écrivain a noué une relation amicale après le drame. En forme de lettre envoyée au juge pour décrire les conditions de travail, les conséquences terribles de ces plongeons répétés sur la santé des sauveteurs.

C'est un roman fort qui, malgré quelques longueurs et répétitions, cible le manque de réactivité des autorités sud-coréennes devant l'ampleur du drame et la volonté d'icelles d'allumer un nouveau feu en accusant un homme pour mieux tenter de se disculper. Contrairement à la littérature asiatique parfois très imagée, ce livre est direct, clair. On est presque dans un récit journalistique, un rapport des activités et des conséquences de celles-ci sur les hommes. Prenant de bout en bout.

Voir les commentaires

Parias

Publié le par Yv

Parias, Beyrouk, Sabine Wespieser, 2021

Deux voix s'expriment à tour de rôle dans ce roman. D'abord le père qui écrit une longue lettre à sa femme disparue, son seul amour. Il lui écrit de la prison dans laquelle il est enfermé.

Puis le fils, qui raconte sa vie depuis que son père est enfermé et sa mère disparue, au quartier PK7, recueilli par un ami de son père.

A travers ces deux récits, on apprend l'histoire de cette famille.

Qu'il est beau cet texte. Le père, dans une langue belle écrit son amour inconsidéré pour la jeune femme qu'il rencontre. Prêt à tout pour la conquérir et la garder, quitte à se mettre les deux familles à dos. Il y parle poésie, lui le nomade qui a renoncé à la vie de ses ancêtres pour s'installer en ville. Mais vite, il aborde la difficile mixité sociale, l'amour qui s'effiloche, l'obligation d'éloignement pour le travail qui sépare les corps et les cœurs.

"Moi, je n'ai jamais su atteindre les côtes dont je rêvais pourtant. Je voulais aller là où vous étiez, toi et les enfants, me baigner chaque jour de la calme sérénité des moments tranquilles, connaître le langage de tous les jours, les habitudes de chaque instant, les rires, les fâcheries, les petites joies et les petites peines, je ne demandais rien que cela, le bonheur des gens modestes, et je ne l'ai même pas eu." (p.154/155)

Le passé simple donne à la lettre du père une classe et un charmes désuet, comme s'il pouvait enfin écrire à sa bien-aimée tout ce qu'il n'a pas pu lui dire. C'est beau, tout simplement.

A l'inverse, le récit du fils est beaucoup plus oral, c'est un pré-ado qui s'exprime. Le calme, la force et le désespoir du père en sont renforcés. Élevé par un ami, il traîne dans les rues du PK7, se bagarre, chaparde, ce qui lui évite de trop penser aux disparus, sa mère et son père qui refuse qu'il vienne le voir à la prison ainsi que sa petite sœur, Malika, recueillie par un oncle qui refuse de le voir. C'est un récit plus direct, plus naïf qui en écho à celui du père permet de comprendre la globalité de leur histoire familiale.

J'ai déjà lu Beyrouk et son formidable Le griot de l'émir. De nouveau, je suis séduit par son livre, son écriture, la finesse, l'élégance et la beauté d'icelle.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>