Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

essai

Coups de coeur 2022

Publié le par Yv

Et comme tous les ans, avant les fêtes, je vous propose une liste de mes lectures préférés de l'année. Celle-ci peut servir pour ceux et celles qui n'auraient pas encore fait tous leurs cadeaux...

 

- Le contrat, Ella Balaert, Des femmes-Antoinette Fouque. Tout simplement parce que c'est Ella Balaert et que, comme toujours, son livre est très beau.

- Ferdaous, une voix en enfer, Nawal El Saadawi, Des femmes-Antoinette Fouque. Une force incroyable que ce texte !

- La vie suspendue, Baptiste Ledan, Intervalles. Un roman étrange dans une ville morne au secret bien gardé.

- Ceux qui brûlent, Nicolas Dehghani, Sarbacane. BD au dessin somptueux avec un duo d'enquêteurs très décalé

- La connaissance et l'extase, Eric Pessan, L'attente. Court, dense et puissant. Les réflexions d'un homme face à la bêtise humaine.

- Le poids de cet oiseau-là, Aline Bei, Aldeia. Poétique, très belle découverte

- Nettoyage à sec, Joris Mertens, Rue de Sèvres. BD somptueuse, très peu bavarde. Un héros ordinaire.

- Intolérable. Mémoire des extrêmes, Kamal Al-Solaylee, Perspective cavalière. La difficulté de vivre son homosexualité au Yémen et en Égypte.

- Tryptique en ré mineur, Sonia Ristić, Intervalles. Trois femmes à trois époques différentes pour un très beau roman.

- Les reflets du monde. En lutte, Fabien Toulmé, Delcourt. De la BD reportage excellente.

- L'évidence du vrai, Viviane Cerf, Des femmes-Antoinette Fouque. C'est Viviane Cerf, excellent comme toujours.

- L'archipel d'une vie, Andreï Makine, Seuil. Un dépaysement totale et une écriture magnifique.

- RIP. Fanette, Gaet's et Monier, Petit à petit. Pénultième tome. Vite la suite et fin...

13 titres, dont 3 chez Des femmes-Antoinette Fouque, 2 chez Intervalles et 1 pour une nouvelle maison Perspective cavalière. 4 BD. Je n'atteins pas encore la parité : 5 femmes et 9 -car un livre à 2- hommes.

Bonnes fêtes à tous

Voir les commentaires

Henry Miller un rêve parisien

Publié le par Yv

Henry Miller, un rêve parisien, François-Xavier Freland, Magellan et Cie, 2022

Henry Miller est né au mitan de la journée du 26 décembre 1891, à New York. Fils d'un tailleur, Heinrich, et de Louise, femme puritaine, psychorigide et autoritaire. Très vite, Henry s'ennuie, il flâne et lit beaucoup, ce qui n'est pas bien vu dans son milieu. C'est dans les livres qu'il découvre son attrait pour la France et Paris : Rimbaud et Rabelais le fascinent. En attendant, il trouve des boulots, s'y ennuie, se marie, divorce, fréquente June Mansfield et l'épouse. C'est elle qui le poussera à écrire et qui lui paiera le voyage jusqu'à Paris ainsi que lui donnera quelques sous pour y vivre. De 1930 à 1939, Henry Miller vivra à Paris, y croisera Brassaï, Céline, Cendrars... et surtout Anaïs Nin. Ils se rencontrent, s'aiment et s'encouragent tous les deux à l'écriture. En 1934, sort Tropic of cancer, son premier livre, traduit en français une dizaine d'annés plus tard.

François-Xavier Freland fait revivre Miller à Paris et Miller en gestation. C'est à Paris qu'il deviendra un écrivain. Ce n'est pas une biographie qui narre tous les faits et gestes de l'auteur, mais un portrait à un moment donné : les années 30 à Paris. La seconde partie, plus courte évoque les années suivantes et le rapport qu'entretenait l'écrivain avec la France et Paris : ses allers-retours, ses écrits...

L'essai est court et abondamment illustré d'extraits de livres ou de lettres de Miller et quelques autres qui ont écrit sur lui, comme ses proches : Anaïs Nin, Blaise Cendrars, Brassaï ou Alfred Perlès. Ceux-ci sont inclus dans le texte à la fois exigeant et accessible de FX Freland et s'y coulent parfaitement. L'exercice n'a pas dû être simple que de faire coller ces extraits dans sa propore prose, mais l'auteur lui-même belle plume, le fait sans que l'on sente la difficulté. Tout est fluide.

Sans faire l'impasse sur ses frasques, sur son amour des femmes, FX Freland ne s'arrête pas à cela. En son temps, certains l'ont traité de pornographe -il y a d'ailleurs eu un procès en France contre lui pour ce motif et son Tropic of cancer a été interdit aux USA jusqu'en 1961-, mais c'est évidemment très réducteur. On assiste à la naissance d'un écrivain qui influencera bon nombre d'autres, qui libérera l'écriture, un peu comme Céline l'a fait en France, permettant au langage oral une percée remarquée dans le roman. Plus largement, il sera cité par des chanteurs, des écrivains, des artistes de la beat generation, des hippies... et tellement d'autres.

De retour aux USA pendant la guerre, Miller n'aime pas ce qu'il y voit : "L'Amérique change à vitesse grand V. L'industrie de l'armement tourne à plein régime, le pays devient lentement La puissance. Les buildings s'imposent, écrasant les maisonnées. Le bonheur est vertical à en avoir la nausée." (p.136) Lui l'adepte d'une vie simple, anticonsumériste, écolo lorsque l'on ne parlait pas encore d'écologie devrait être (re)découvert par tous en ces temps où la planète va mal. Ce n'est pas la seule raison, mais c'en est une bonne.

Voir les commentaires

L'étonnant pouvoir des couleurs (en couleurs)

Publié le par Yv

L'étonnant pouvoir des couleurs (en couleurs), Jean-Gabriel Causse, Flammarion, 2022

Paru en 2014 aux éditions du Palio, ce livre est réédité cette année en format beau livre et enrichi des dernières études sur les couleurs et d'illustrations originales. Et c'est un sacré beau livre qui, fort logiquement est coloré : couverture bleu roi et verte flashy à l'intérieur et des pages aux teintes dont l'auteur parle, ce qui peut parfois compliquer la lecture lorsque le contraste n'est pas suffisant pour mes yeux de quinquagénaire, ou alors c'est un test, une mise en application des apports de JG Causse en matière de couleurs qui se complètent, et/ou s'opposent.

L'essai est passionnant et si j'avoue que les premières notions scientifiques sur la composition des couleurs en teinte, luminosité et saturation m'ont un peu perdu, le reste m'a emballé et j'ai tout de suite voulu tout changer dans la maison et partout ailleurs et aller vérifier si dans telle ou telle enseigne que je fréquente, les principes évoqués étaient appliquées et si donc j'étais inconsciemment victime des couleurs... mais assis dans mon canapé houssé de motifs géométriques gris, orange, beige, blanc et bleus, je n'ai pas daigné bouger.

Des études viennent confirmer des notions que je pouvais avoir sur l'incidence de la couleur sur le goût (par exemple, plus le ketchup est rouge plus on le sent épicé même s'il ne l'est pas), sur l'humeur, sur la mise au travail... JG Causse est exhaustif et parle aussi de la lumière et des couleurs en terme de santé, de communication... Et elles sont surprenantes ces couleurs et leurs pouvoirs inattendus.

A chaque page, des illustrations bien choisies et superbes, des couleurs parfois criardes et d'autres fois plus douces et un texte qui ouvre la curiosité, qui donne pas mal d'informations toutes étayées par des études scientifiques. Et outre, même si le sujet est sérieux, l'auteur adopte un ton léger qui donne envie d'en savoir plus et de tout retenir -pour cela, il faudra que je relise et re-relise- et finit même par une citation de Pierre Dac : "Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires."

Bref, un livre à garder sous la main et à consulter avant tout changement de décoration envisagé et à emporter au bureau si toutefois votre patron est ouvert d'esprit

Voir les commentaires

Potosí

Publié le par Yv

Potosí, Ander Izagirre, Baromètre, 2022 (traduit par Alfredo Mallet)

La ville de Potosí en Bolivie est connue pour ses mines d'argent et d'étain. Le Cerro Rico -littéralement le Mont Riche- est la montagne qui surplombe la ville. C'est lui qui renferme les précieux métaux. Depuis des siècles, il est exploité ainsi que les mineurs qui y travaillent par des compagnies privées qui font des profits. Et pour les femmes et filles de mineurs, c'est encore pire, lorsque l'espérance de vie culmine à 40 ans pour les hommes et 45 pour les femmes. Elles sont souvent veuves ou orphelines, subissent les violences des hommes et doivent vivre quasiment sans argent très en deçà du minimum, pauvrissimes.

Ander Izagirre s'est rendu à Potosí pour enquêter sur les conditions de vie de ceux qui vivent là-bas. Il y croise notamment Alicia, 12 ans, qui travaille dans la mine, une jeune fille qui va le marquer, qui va nous marquer.

Baromètre, une jeune maison d'édition associative édite ce livre d'Anger Izagirre paru en espagnol en 2015. L'auteur est journaliste, randonneur et auteur d'ouvrages alimentés par ses voyages. Son essai est dérangeant, parce que si comme moi, vous lisez tranquillement et confortablement installés dans un canapé ou un fauteuil, lire la pauvreté des habitants de Potosí et l'extrême pauvreté des femmes seules qui vivent autour de la mine est un un poil culpabilisant. Certes, je sais bien qu'on n'y peut pas grand chose et qu'encore une fois les compagnies font du profit sur le dos des plus pauvres, les asservissant de plus en plus et n'ayons pas peur des mots, les esclavagisant. Comment résister à "Alicia fait un travail qui n'existe pas, un travail pour lequel on la payait vingt pesos par jour - ou mieux, vingt pesos par nuit- un peu plus de deux euros. Maintenant, elle n'est plus payée, mais travaille gratuitement pour solder une dette que les mineurs de la coopérative attribuent à sa mère -une combine pour en faire des esclaves." (p.19/20)

Et l'auteur de tracer le portrait d'Alicia et de quelques autres qui travaillent au Cerro Rico, car il leur est impossible de partir. Il remonte également le temps et l'Histoire pour raconter le pays au temps de Huayna Capac, onzième roi de Cuzco, troisième empereur de Tahuantinsuo dont la richesse en or et argent était gigantesque, puis au temps des conquistadors espagnols qui voulaient des richesses, des métaux rares et précieux et qui ont exploité les habitants. Et l'église au comportement ambivalent : "La coca, condamnée en 1551 par le Premier Concile ecclésiastique de Lima à cause de ses propriétés diaboliques et pour être considérée comme un obstacle à la chrétienté, fut bientôt réautorisée quand on constata que, grâce à ses effets stimulants, les mitayos [indigènes exploités selon un système mis en place par les espagnols] pouvaient tenir deux jours de suite au travail sans manger." (p.33)

Et dans les retours historiques, de croiser Klaus Altmann-Barbie, Che Guevarra... la CIA qui s'allie aux dictateurs locaux pour éliminer des opposants... Mais celle qui restera en tête et qui incarnera pour l'auteur le Cerro Rico, c'est Alicia qui reverra dix ans plus tard, abîmée mais toujours en vie avec l'espoir de quitter Potosí.

Voir les commentaires

Qui est l'extrémiste ?

Publié le par Yv

Qui est l'extrémiste ?, Pierre-André Taguieff, Intervalles, 2022

"La notion d'extrémisme est une notion confuse. Censée permettre l'élaboration d'une classification ou d'une cartographie des forces politiques, elle fonctionne surtout comme une forme de diabolisation de l'adversaire. Ceux qui recourent à ce terme polémique négligent souvent de définir précisément ce qu'ils considèrent comme l'expression du Mal absolu. Pour éviter les amalgames, il faut donc commencer par dissocier, dans le discours politique, les réflexes idéologiques des menaces objectives.

Les individus, les groupes ou les mouvements qu'on qualifie d'extrémistes font le plus souvent l'objet d'enquêtes idéologiquement orientées, dénuées de valeur scientifique. La volonté de stigmatiser et de dénoncer chasse alors celle de décrire, d'expliquer et de comprendre." (4ème de couverture)

J’arrive totalement vierge dans cet essai, je ne connais pas l’auteur, qui, renseignements pris, ne fait pas l’unanimité, s’est déjà retrouvé affublé de pas mal de petits noms et a suscité quelques polémiques. J’ai pris ce livre parce que l’extrémisme d’une manière générale m’intéresse, allant comme beaucoup de gauchistes taper sur l'extrême droite, mais il est vrai que depuis quelques années je me pose la question de ce qu'on peut mettre dans ces deux mots : il me semble que le RN tout repoussoir, repoussant et émétique qu'il soit n'est quand même pas tout à fait la même chose que certains groupes qui n'hésitent pas à faire le salut nazi et prônent la disparition de tous ceux qui ne sont pas blancs chrétiens hétérosexuels. Voilà donc un livre qui va venir alimenter ma réflexion.

Je ne suis pas en accord avec tout ce qu'écrit l'auteur, tapant beaucoup sur la gauche, dans un discours que l'on entend pas mal en ce moment : "le RN n'est pas vraiment d'extrême droite alors que LFI est d'extrême gauche". Néanmoins, sans avoir ni ses connaissances, ni ses capacités, en simple lecteur, j’ai trouvé ce livre intéressant parce qu'il m'oblige à réfléchir, à sortir des schémas tout tracés, de la pensée quasi-unique qu'on entend dans tous les médias. Et déjà des questions essentielles :

- Qu’est ce que l’extrême droite ou gauche ?

- Qui décide de placer untel ou untel à l’extrême, ou est la frontière entre la droite et l’extrême droite ?

L'extrémiste est défini comme quelqu'un qui peut recourir à la violence pour imposer ses idées. Est-ce que les partis politiques qu'on place chez nous aux extrêmes sont prêts à le faire ou se coulent-ils dans le moule de la démocratie, laissant aux électeurs le soin de choisir ?

Pierre-André Taguieff parle aussi beaucoup des mots que l’on entend désormais beaucoup : ultra droite, droite modérée, islam modéré, extrême droite, droite extrême, fachosphère, néonazisme, néofascisme… Ils englobent souvent des tas de choses et de pensées, mais permettent surtout de classer, de mettre des étiquettes, d'aller au plus pressé et de faire appel à une certaine paresse intellectuelle. Puis, il évoque aussi tous les extrémismes (religieux -pas mal de chapitres sur l'islam-, politiques...), et chacun doit se poser la question s’il ne l’est pas dans certains domaines.

Encore une fois, je ne suis pas en accord avec tout ce qu'écrit l'auteur -mon côté gauchiste sûrement-, mais revenir au sens des mots, à leur poids, à leurs représentations me paraît essentiel. Purger des médias des expressions qui ne signifient plus rien, dans lesquelles il faut sans cesse rajouter des superlatifs, et tant pis si le RN -pas plus que LFI- ne peut plus être qualifié de parti extrémiste, ce qu'il faut ce sont des débats d'idées et non pas des invectives.

Avec cet essai PA Taguieff pourrait soulever d'autres petits noms à son égard, il n'est pas tendre avec certains collègues, son livre est dérangeant et pose de nombreuses questions qui, je le crois, vont me titiller quelques temps.

Voir les commentaires

La connaissance et l'extase

Publié le par Yv

La connaissance et l'extase, Eric Pessan, Ed. de l'Attente, 2018

"Un journaliste, un jour, m'a demandé si j'écrivais pour changer le monde. Surpris par la question, j'ai ri. Mon premier réflexe a été de répondre non. Puis, j'ai réfléchi, j'ai pensé au contenu de mes livres, j'ai pensé à ces ateliers que je mène un peu partout en direction de publics éloignés de la littérature, j'ai pensé à la joie de voir un môme ou un adulte touché par une phrase qu'il lit ou qu'il écrit, j'ai pensé à la façon dont la littérature a changé ma vie, alors je me suis repris, et j'ai répondu : oui." (4ème de couverture)

Un jour, dans un café, l'écrivain attablé pense pouvoir faire abstraction de l'environnement pour travailler. C'est sans compter sur un client qui gueule sur tout le monde dont on parle à la télé allumée : David Bowie qui vient de décéder, les islamistes, les politiques... "Tous, qu'ils crèvent tous !". Et le sentiment de honte de n'avoir pas réagi s'empare de l'écrivain qui sort, laissant les clients à leurs haines. Puis, la graine de la réflexion est plantée : "Comment convaincre ?" Comment combattre le racisme, l'homophobie, le sexisme, l'antisémitisme, l'intolérance, le mépris, le fanatisme... ? La lutte semble perdue d'avance, et pourtant, il faut la mener contre l'obscurantisme, les misogynies, l'endoctrinement, les préjugés, la xénophobie... Parfois c'est dur de se rendre compte que soi-même on n'est pas exempt de reproches :

"Je me sens supérieur à celui qui trempe sa moustache dans sa bière à 8 heures du matin et crie qu'il faut tuer les Arabes à l'écran d'un téléviseur. Je méprise la haine.

Je méprise le racisme.

Je méprise l'inculture.

Je méprise l'étroitesse d'esprit.

Je n'aime pas ce sentiment de supériorité que pourtant je ressens." (p.20)

Chaque mot qu'écrit Eric Pessan, je le ressens au plus profond, je crois m'entendre penser. Je ne renie rien de ce qu'il a écrit dans ce texte, je prends tout pour moi. Cette impuissance à convaincre les plus obtus que l'humanité est une. Et la force, la conviction qui m'empêche de baisser les bras devant tous les extrémismes. Seront-ce alors la connaissance et l'extase qui permettront d'ouvrir les esprits les plus fermés : "L'intelligence serait le résultat de la connaissance et de l'extase ? La tolérance serait au bout de la connaissance et de l'extase ? Aimer la littérature, le théâtre, l'art, c'est une affaire de connaissance ou d'extase ?" (p.43)

Et pourquoi et comment s'ouvre-t-on alors que d'autres s'enferment : "Pourquoi êtes-vous devenu écrivain ? j'ai répondu mille fois à cette question, j'ai dit avoir voulu imiter le plaisir ressenti à lire, j'ai dit qu'écrire ne coûtait rien alors que jouer d'un instrument de musique était trop onéreux pour ma famille, j'ai dit le désir de revanche sociale, j'ai dit l'envie d'aller là où personne de ma famille ne se trouvait, j'ai dit le plaisir, j'ai dit la joie de la langue, j'ai dit la solitude..." (p.69) Je prends également à mon compte, mais pour la lecture que j'ai cherché à varier, dans laquelle j'ai cherché la découverte des thèmes, des écritures, des horizons, des messages, habitué avant au plus vendeur, comme pour la musique, j'aime quand on invente, quand on me surprend -à ce propos, p.48, je ne sais pas si c'est voulu, mais Bashung l'a dit mot quasi pour mot dans Samuel Hall : "[tu ferais] mieux de pondre un truc qui marche."

Comment dire mieux que j'ai adoré ce bouquin et qu'il va rester longtemps à portée de main ? C'est court, c'est dense et puissant, ce sont les réflexions d'un homme devant la bêtise humaine. C'est un ouvrage indispensable, à lire et faire lire et offrir.

Voir les commentaires

Bonne nuit, Monsieur Lénine

Publié le par Yv

Bonne nuit, Monsieur Lénine. Voyage à travers la fin de l'empire soviétique, Tiziano Terzani, Intervalles, 2022 (traduit par Marta de Tena)

"En août 1991, Tiziano Terzani navigue sur le fleuve Amour lorsqu'il apprend qu'un coup d’État vient de renverser Gorbatchev. Il se lance aussitôt dans un long périple qui le mène pendant plus de deux mois à travers la Sibérie, l'Aise centrale et le Caucase jusqu'à Moscou, capitale de ce qui est en train de devenir la nouvelle Russie. Chemin faisant, Terzani compose l'oraison funèbre du communisme soviétique et un récit de voyage inoubliable." (4ème de couverture)

Tiziano Terzani (1938-2004) était un journaliste italien qui a travaillé pour Der Spiegel. J'ai lu trois de ces livres, quatre en comptant celui-ci : Lettres contre la guerre et Un devin m'a dit, plus Un autre tour de manège non recensé. A chaque fois, ce fut un coup de cœur. Tiziano Terzani a le don et le talent de nous instruire sans nous lasser, c'est un pédagogue et un raconteur hors pair.

Cette fois-ci c'est son voyage sur le fleuve Amour, frontière entre la Russie et la Chine et donc source d'une tension terrible depuis longtemps, l'URSS ayant annexé des territoires -une habitude sans doute- qui appartenaient à la Chine. Des deux cotés du fleuve, des postes d'observation et des consignes pour ne pas le franchir. Le contexte du voyage est particulier en plein Putsch de Moscou mené par des durs du parti communiste russe refusant l'ouverture de Gorbatchev. Ce qui a fait le pays depuis 1917 vacille, mais loin de Moscou la tension n'est pas si palpable que cela. Il faut que l'information parvienne aux habitants de ces coins reculés et qu'elle les concerne directement dans leur quotidien, ce qui n'est pas flagrant.

Cela fait bizarre de lire ce livre paru en 1993 en Italie en ce moment de tension internationale extrême, de guerre, entre l'Ukraine et la Russie. Ce conflit qui nous voit complètement impuissants face à l'autocrate Poutine et ses délires d'expansion. Sans doute ce livre de Terzani permet de mieux comprendre la situation actuelle : voilà trente ans que la pays est passé du communisme au capitalisme et de l'URSS à la Russie, mais il a toujours cette volonté de puissance et d'unité -c'est un pays qui a toujours eu besoin d'un homme fort, d'un dur, très incarné depuis quelques années. C'est un pays rude, notamment dans les régions que l'auteur visite, la Sibérie peut être hostile. "La Sibérie a été le pays du Goulag. Chaque ville a sa propre collection d'histoires à frissonner d'horreur. Les chemins de fer, les ports, les routes de la région ont été construits par le travail forcé de centaines de milliers de prisonniers. Et bien que les noms officiels des lieux soient, comme partout, "Lénine", "Karl Marx", "Communisme", les gens disent "Rue des Os" ou "Allée des crânes", à cause du nombre de forçats morts pendant leur construction. C'est en Sibérie que Staline a tenté de réaliser son rêve de développement socialiste. C'est ici, afin de réveiller cette "Terre endormie", afin d'extraire les immenses richesses de cette région recouverte la moitié de l'année par une couche de glace, que Staline a envoyé des centaines de milliers de ses victimes." (p.71/72)

C'est un pays à l'histoire dense que Tiziano Terzani raconte au fur et à mesure de son avancée sur le fleuve et de ses rencontres des différents peuples assimilés de force. Pourvu qu'ils n'en soit pas de même avec les Ukrainiens. Les Russes des lointaines contrées sont souvent moins bien informés ce qui, de nos jours est peut-être moins vrai, encore faudrait-il que le pouvoir en place n'enferme pas les opposants, ne règne pas sur les médias voire ferme ceux qu'ils ne peut contrôler. Instructif et éclairant.

Voir les commentaires

Zemmour contre l'histoire

Publié le par Yv

Zemmour contre l'histoire, Collectif, Gallimard, 2022

"Éric Zemmour aime à se faire passer pour un intellectuel et l'histoire occupe une place à part dans la construction de sa figure publique. Conscient de la force de frappe idéologique de l'histoire et de son attrait auprès du public, il se targue d'un savoir sur le passé qui lui donnerait une compréhension intime et profonde des dynamiques à l’œuvre aujourd'hui. Mais Éric Zemmour ne fait que déformer l'histoire pour la mettre au service de ses visions idéologiques. [...] De la première croisade à l'assassinat de Maurice Audin, de Clovis aux mutinés de 1917, de saint Louis au maréchal Pétain, cette histoire déborde d'erreurs, d'interprétations tendancieuses, voire de mensonges grossiers. Ignorant les sources et méprisant la recherche savante, le polémiste asservit l'histoire au profit d'un discours agressif, raciste et complotiste. Face à cette offensive, un collectif d'historiennes et d'historiens a décidé de répondre en corrigeant, point par point, les plus flagrantes et les plus dangereuses erreurs historiques d'Éric Zemmour. Textes écrits par un collectif d'historiennes et d'historiens rassemblant : Alya Aglan - Florian Besson - Jean-Luc Chappey - Vincent Denis - Jérémie Foa - Claude Gauvard - Laurent Joly - Guillaume Lancereau - Mathilde Larrère - André Loez - Gérard Noiriel - Nicolas Offenstadt - Philippe Oriol - Catherine Rideau-Kikuchi - Virginie Sansico - Sylvie Thénault." (4ème de couverture)

J'ai du mal à saisir la ligne éditoriale des éditions Gallimard qui publient ces tracts hautement instructifs et intelligents et qui, il y a quelques années voulaient publier les pamphlets antisémites de Céline. Mais bon, restons-en à ce recueil, Tracts Gallimard n°34 qui s'attaque aux erreurs, aux déformations et aux mensonges du candidat Zemmour. Lorsque je le vois ou que je l'entends - le plus rarement possible- je ne peux m'empêcher de répéter ce mantra qui n'engage que moi -mais je crois ne pas être le seul- : "Mais quel con, mais quel con, mais quel con !" Oui, je trisse d'une part parce qu'il le mérite et d'autre part parce que ça couvre un instant ses propos. Mais j'avoue ne pas avoir forcément les connaissances suffisamment assises pour le contredire -manifestement lui non plus ne les a pas, mais sa malhonnêteté intellectuelle ne l'empêche pas de dormir et de persister voire de réitérer.

Ce petit livre très bien fait, très utile démonte phrase par phrase, bout par bout les dires du candidat d'extrême droite. Et les historiens cités plus haut ne mâchent pas leurs mots. C'est édifiant sans être pédant. Les auteurs démontent ses arrangements avec l'histoire, sa volonté de la tordre pour qu'elle vienne coller à ses haines et ses peurs, ses convictions comme les prétendues racines chrétiennes de la France, la suprématie blanche, et l'infériorité évidente des femmes qui ne peuvent apprendre que si elles côtoient des hommes, son complotisme et son amour pour l'Algérie française sans oublier sa tentative de nous faire croire que Pétain à sauver des juifs.

Je suis persuadé qu'il faut contredire les gens qui parlent fort croyant que cette force suffira à être crédible par des apports sourcés et un travail de fond tel que le présentent les historiens. Mais il faut répondre pied à pied, ne pas laisser le doute s'insinuer. C'est pour cela que ce livre est précieux à lire, à faire lire, à diffuser (3,90€ pour apprendre et ne pas se faire avoir, ce n'est pas cher). Si je peux comprendre que l'on puisse suivre une personne avec des convictions ("Moins on a de connaissances, plus on a de convictions" Boris Cyrulnik) même si elles ne collent pas à mes valeurs -bon, pas trop éloignées quand même, je ne comprends pas comment on peut suivre un menteur éhonté, raciste, xénophobe, misogyne etc etc.

Voir les commentaires

L'affaire de la banque Glyn

Publié le par Yv

L'affaire de la banque Glyn, Olivier Cabiro, Vendémiaire, 2022

"Fin des années 1830, entre Florence, Londres et Paris. Une étrange équipe se constitue. Elle regroupe un dandy ruiné au jeu, un aristocrate écossais, faussaire de génie et alcoolique, le fils prodigue d'un pair de France passionnément épris d'une fille du peuple pleine de ressources, un duelliste en procès pour détournement de mineure, une Anglaise soupçonnée du meurtre de son mari, un révolutionnaire polonais en exil... Ensemble, les membres de cette singulière "ligue des faussaires européens" échafaudent un plan d'une folle ambition : une escroquerie bancaire à l'échelle internationale, prenant d'assaut simultanément les banques de Belgique, d'Allemagne et d'Italie. Le profit attendu, vertigineux, équivaut à 800 millions de nos euros actuels -de quoi ruiner le système financier de l'époque." (4ème de couverture)

Ceci n'est pas un roman mais le récit détaillé d'une escroquerie de grande envergure qui a beaucoup fait parler à l'époque. La première internationalisation de l'arnaque bancaire : "Jusqu'alors, les grands faussaires étaient des artisans ; ils produisaient un faux. Plus gros était le montant, plus forte la réussite. Avec Bourbel et Graham, on change d'époque, on change d'échelle : on entre dans la production en série." (p.24) Olivier Cabiro, très documenté, présente d'abord les personnes impliquées, d'horizons très variés, leurs liens, les raisons qui les poussent à entrer dans cette association de malfaiteurs. Puis, il explique pas à pas l'arnaque. C'est assez simple à comprendre et l'on suit comme si on lisait un roman policier. C'est passionnant bien que parfois un peu dense et répétitif, sûrement dans le but de ne pas nous perdre.

Je me suis attaché à certains individus, comme cela peut être le cas dans des romans -les femmes notamment qui n'ont que ce moyen de sortir de leur condition pas très enviable- et aux concepteurs qui font preuve d'une ingéniosité incroyable. Et il y a toute l'intendance qui nécessitera un an de préparation...

Olivier Cabiro, pour argumenter son propos, cite des extraits de lettres que certains s'envoyaient et qu'ils ont gardées et des retranscriptions d'interrogatoires et des procès. Il raconte l'époque, les principes des grandes familles qui ne voulaient pas de mariages honteux -comprenez avec une personne de basse extraction- et ce couple mémorable, machiavélique et touchant du fils d'un pair de France avec une fille du peuple très ambitieuse. Au détour d'un paragraphe, on y apprend comment est née la Légion étrangère : "Le roi des Français [Louis-Philippe] avait d'ailleurs eu l'idée, pour se débarrasser des ces gens [les révolutionnaires italiens, allemands, espagnols, portugais et polonais réfugiés en France], de les enrôler dans une troupe et de les expédier en Algérie." (p.106)

Un bouquin instructif, qui fourmille d'informations, de détails, qui décrit parfaitement son époque et les gens qui l'habitent, qu'il faut lire avec attention parce que dense, mais parfaitement digeste et intéressant.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>