Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bande dessinee

Arsène Lupin, les origines

Publié le par Yv

Arsène Lupin, les origines, Benoît Abtey, Pierre Deschodt, Christophe Gaultier, Marie Galopin, Rue de Sèvres, 2021

Alors qu'il n'est que le témoin du meurtre de Théophraste Lupin -enquête menée par l'inspecteur Bellemain, flic pourri qui l'a pris en grippe-, à 12 ans, Arsène, enfant des rues est envoyé dans une maison de redressement sur Belle-Île, la Haute Boulogne réputée pour son extrême violence. Arsène tente de s'enfuir, mais il est repris et tabassé. Le comte de la Marche qui a connaissance de la vie à la Haute Boulogne et de ce que subit Arsène, l'adopte et veille à son éducation dans les meilleurs établissements. Arsène, héritier du comte l'est aussi de son combat, celui contre la confrérie des Lombards qui gouverne le monde en coulisse.

Initialement parue en trois tomes en 2014, 2015 et 2016, voici l'intégrale, pour les ceusses comme moi, qui préfèrent les "one-shot" comme on dit en bon français. L'amateur des aventures d'Arsène Lupin que je suis, qui les a lues et relues est convaincu et réjoui. J'aime l'idée de connaître la jeunesse d'un des héros de mon enfance, fort bien scénarisée par Benoît Abtey et Pierre Deschodt. Les ingrédients pour la construction d'un personnage marquants sont présents : l'injustice, la mort, la rédemption, le combat éternel contre le mal, l'amitié sincère, la trahison, la rivalité voire la jalousie... Tout est donc là et fort bien dessiné par Christophe Gaultier et coloré par Marie Galopin, car oui, ils se sont mis à 4 pour faire cette série.

Un pur plaisir d'adolescent, régressif certes, mais franchement, je conseille à tous ceux qui aiment les romans d'aventure et particulièrement les Lupin, la lecture de cette intégrale. Cela n'empêchera pas de relire les romans, c'est un plus.

Voir les commentaires

Suites algériennes, 1962-2019 (1)

Publié le par Yv

Suites algériennes, 1962-2019 (première partie), Jacques Ferrandez, Casterman, 2021

2019, Algérie, les habitants, notamment la jeunesse, descendent en masse dans les rues, pacifiquement pour demander le changement de la politique et des hommes qui la mènent depuis trop longtemps et crient leur mot d'ordre : "Rendez-nous notre indépendance !".

Ce mouvement prend racine dans l'histoire du pays qui en a connu plusieurs, souvent plus violents, depuis 1962, date de l'indépendance.

En plusieurs périodes, Jacques Ferrandez raconte l'Algérie sans parti pris. Il parle du départ des Français après 1962, de la montée de l'islamisme jusqu'aux élections de 1991 et la victoire du FIS (Front Islamique du Salut). Des personnages de ses précédents ouvrages (Carnets d'Orient et Carnets d'Algérie) reviennent sans que je m'en souvienne puisque je les ai lus il y a longtemps, mais ce n'est absolument pas gênant pour la bonne compréhension.

Ce que j'aime bien chez J. Ferrandez, c'est sa clarté et sa finesse même lorsqu'il parle de faits et d'événements pas toujours aisés à comprendre. Très bien documenté, il sait l'art difficile de la simplicité. Les nombreux voyages dans le temps sont facilement visibles et aident à suivre l'histoire et le parcours des différents intervenants et l'Histoire du pays. Je l'écrivais plus haut, pas de parti pris, il raconte la vie des gens, leurs choix, les actes qu'ils ont commis. Des gens simples comme des dirigeants. Et moi, dont le papa a été mobilisé en Algérie et qui, comme beaucoup de Français, ne connaît la guerre d'indépendance que partiellement et quasiment rien des années qui ont suivi, de (re)découvrir l'histoire de ce pays, la difficulté des hommes et surtout des femmes d'y vivre en liberté et le combat qu'elles mènent. L'ouvrage qui commence avec les manifestations de la jeunesse en 2019 montre que les combats sont longs mais que l'espoir est toujours là.

Voir les commentaires

Impact

Publié le par Yv

Impact, Gilles Rochier, Deloupy, Casterman, 2021

"Quelque part en France.

Deux hommes. Deux destins.

Deux histoires se racontent...

Mais peut-être est-il déjà trop tard."

(4ème de couverture)

Deux histoires qui se croisent, celle d'un homme à l'hôpital, en fin de vie, tout juste retraité qui raconte sa vie à un autre homme lui aussi hospitalisé. Celle d'un homme plus jeune qui ne sait pas faire autrement que vivre de larcins qui le mèneront vers la prison sauf s'il accepte de parler à une psychiatre.

Bande dessinée pas très bavarde, des pages entières muettes, d'autres forcément plus parlantes puisque les deux hommes se racontent. Mais ce sont des taiseux. Le scénario de Gilles Rochier est simple et efficace qui fait se rencontrer ces deux histoires là où l'on ne les attend pas. Le dessin de Deloupy est lui aussi simple qui privilégie les personnages. Bref, une très bonne bande dessinée. Une belle histoire d'hommes.

Voir les commentaires

Charly 9

Publié le par Yv

Charly 9, Richard Guérineau (d'après Jean Teulé), Delcourt, 2013

Août 1572, le roi Charles IX tente de résister aux demandes de sa mère, Catherine de Médicis et de ses conseillers qui veulent massacrer les huguenots présents à Paris pour le mariage de Marguerite de Valois avec Henri de Navarre.

A bout de résistance et d'arguments, le roi finit par céder et ordonne ce qui deviendra le massacre de la saint Barthélémy. Il ne parvient pas à s'en remettre et sombre bientôt dans la folie.

Bande dessinée tirée du roman du même titre de Jean Teulé -j'aurais pu dire éponyme, ça aurait fait bien- que je n'ai pas lu -autant j'aime écouter le romancier, autant j'ai du mal à le lire. On y trouve tout ce qui fait le succès de Jean Teulé : langage enlevé, argotique, oral, virtuose du genre, réparties cinglantes et un mouvement permanent. Ses romans sont des livres d'action. La BD de Richard Guérineau itou. Assez sombre et puis très rouge, puisque le sang devient omniprésent. Elle décrit la folie du roi, la guerre de religion et de pouvoir. Les ambitions, les jalousies, les manigances, les vacheries...

C'est un genre qui peut rebuter les historiens ou les pointilleux voire les amateurs de belles phrases qui eussent aimé me voir user du terme éponyme au début, mais qui permet aussi d'intéresser à l'histoire des moins passionnés, la gouaille et le ton direct de Jean Teulé le permettent déjà dans ses romans, la bande dessinée ouvre encore des horizons.

Voir les commentaires

Alicia Prima Ballerina Assoluta

Publié le par Yv

Alicia Prima Ballerina Assoluta, Eileen Hofer, Mayalen Goust, Rue de Sèvres, 2021

L'histoire commence à La Havane en 1931 lorsque la jeune Alicia débute les cours de danse. Puis elle continue dans la même ville, quelques années plus tard, lorsqu'elle remplace au pied levé une autre danseuse et qu'elle devient une véritable icône du ballet : Alicia Prima Ballerina Assoluta. Elle dansera avec les plus grands chorégraphes malgré une perte progressive de la vue et sera une fervente de la révolution cubaine en 1959.

Son histoire croise celle d'Amanda, en 2011 qui rêve d'être une grande danseuse et qui, dans un pays fatigué et pauvre, tente de se faire un nom.

Je ne suis pas connaisseur du monde de la danse et c'est même un art que je ne comprends pas, mais j'aime beaucoup les dessins de Mayalen Goust, ses choix de couleurs douces, son trait. Et sur ce point, je ne suis pas déçu du tout, bien au contraire. C'est doux, très beau, coloré, cela évoque sans marteler la difficulté de vivre à Cuba entre marché noir, débrouille et misère. Et la joie de vivre malgré tout, l'envie de s'en sortir.

Le scénario d'Eileen Hofer présente Alicia Alonso (1920-2019), la vraie danseuse, celle qui a existé, avec d'autres personnages fictifs. Il brosse le portrait d'une femme volontaire et motivée, ambitieuse au point parfois d'oublier la misère des Cubains, qui frayait avec les chefs de la révolution cubaine, Fidel Castro notamment. Mais aussi bien sûr la grande danseuse qu'elle fut, qui surmonta sa cécité pour continuer à danser sur les plus grandes scènes, qui fit preuve d'une volonté sans égale et qui est pour la jeune Amanda et pour toutes les jeunes danseuse du pays, un modèle.

Très bel album, grâcieux et fin qui me permet de faire la connaissance d'Alicia Alonso.

Voir les commentaires

Lloyd Singer, cycle 3

Publié le par Yv

Lloyd Singer, cycle 3, Luc Brunschwig, Olivier Martin, Bamboo, 2012

Esther, la sœur de Lloyd Singer va très mal. Anorexique depuis des années, elle est hospitalisée et réclame ses proches.

L'agent La Bianca arrête un tueur de vieilles femmes qui avoue également le meurtre d'une jeune femme en 1985, dans le quartier de Little Jerusalem, le quartier juif de Richmond. Cet événement ramène l'agent La Bianca et son ami Lloyd Singer dans le quartier de leur enfance et les contraint à parler au tueur et à se rappeler des faits bien enfouis.

Cycle 3 composé de deux tomes : Psychothérapie et 1985, toujours scénarisé par Luc Brunschwig et dessiné cette fois-ci par Olivier Martin. Si le premier cycle était clairement basé sur l'enquête, le deuxième oscillait vers une psychologie des personnages plus poussée, pour le troisième on y est en plein cœur. Le ressort policier est là certes, mais au second plan. C'est l'histoire personnelle de Lloyd et de sa famille qui est ici développée. Et c'est encore une fois fort bien fait. Beaucoup de retours en arrière, datés qui nous permettent de bien comprendre (les codes couleurs aident aussi) et l'on plonge dans la psychothérapie familiale et l'on remonte dans le temps et les aïeux Singer pour bien comprendre de quoi souffre la génération du moment. C'est encore une fois très bien fait et décidément, cette série en bande dessinée est une belle découverte.

Voir les commentaires

LLoyd Singer, cycle 2

Publié le par Yv

Lloyd Singer, cycle 2, Luc Brunschwig, Olivier Neuray, Bamboo, 2011

Après sa première mission en tant qu'agent réussie, Lloyd Singer, comptable au FBI intègre Quantico et la formation pour devenir un vrai agent de terrain. Au même moment, son ami, l'agent La Bianca le sollicite pour entrer en contact avec la dernière victime d'un tueur en série qui, en quinze années, a tué et défiguré dix belles jeunes femmes. Cette dernière est la seule qui soit parvenue à lui échapper, mais elle refuse de parler aux flics.

Trois tomes de nouveau pour ce cycle 2 : Quantico, La chanson douce et Seuls au monde. Trois tomes qui s'intéressent certes à ce tueur en série et qui, dans le même temps creusent la personnalité de Lloyd et ses questionnements suite à sa première mission où il fut contraint de tuer un homme. Et l'on découvre sous l'homme bon qui a élevé ses frère et sœurs à la mort de leurs parents, sous l'homme timide et réservé qui ne se met jamais en avant, sauf sous son double Makabi, sorte de héros qui aide et sauve les faibles, un homme en proie aux doutes, aux accès de violence, un homme plus complexe qu'il n'y paraît.

Toujours scénarisée par Luc Brunschwig et dessinée par Olivier Neuray, cette série sort de la fiction policière pure pour aller vers une interrogation sur les ravages provoqués par des carences éducatives et/ou affectives. Certes, tous les enfants victimes de ces carences ne finissent pas tueurs en série ou agents du FBI, mais il faut dire que là, il y a du lourd, du très lourd et que ça reste de la bande dessinée et de la fiction. Me reste à lire le cycle 3.

Voir les commentaires

Lloyd Singer, cycle 1

Publié le par Yv

Lloyd Singer, cycle 1, Luc Brunschwig et Olivier Neuray, Bamboo, 2011

Zéna a quitté la Russie pour arriver aux États-Unis et trouver du travail et l'amour. Elle  déchanta bien vite et ne connut que la prostitution. Puis elle s'enfuit avec sa fille. La voici maintenant témoin protégée, celle qui, par son témoignage peut faire tomber tout le réseau. C'est Lloyd Singer, comptable du FBI qui est chargé de la cacher, d'abord parce qu'il est insignifiant et que des truands ne peuvent pas penser à lui et aussi parce que fils d'émigrés russes, il parle la langue couramment. La protection de Zéna ne sera pas une mince affaire, heureusement, le double de Lloyd, son alter-ego, Makabi, veille.

Cycle 1 de la série avec Lloyd Singer, sous titré Dossier Zéna et comprenant trois volumes : Poupées russes, Appleton Street et Voir le diable.

Si le scénario de départ : la protection d'un témoin du FBI, n'est pas très original, tous les à-côtés le sont : la double personnalité du héros, son appartenance à une communauté singulière de la Little Jerusalem le quartier juif de Richmond, le fait qu'il ait dû s'occuper de ses jeunes frère et sœurs au décès brutal de leurs parents, son appartenance en tant que comptable au FBI et non pas en tant qu'agent, son humanité et son empathie et pas mal de détails qui font que cette histoire est tout à fait intéressante et que j'ai lu les trois tomes rapidement avec grand plaisir. Dessin classique, efficace.

Il existe d'autres cycles et je vais m'empresser d'aller les emprunter à la bibliothèque.

Voir les commentaires

Optic Squad. Mission Los Angeles

Publié le par Yv

Optic Squad. Mission Los Angeles, Bervas et Runberg, Rue de Sèvres, 2021

Les États-Unis en 2098 sont coupés en trois grands pays : Western States avec Los Angeles et Seattle, Eastern Democracy, et au centre, Saint Union. Les élections approchent dans les Western States et le candidat Zak Demarest, président actuel est en bonne position pour garder son poste. Sa mesure phare est l'immunocard, une puce implantée dans chaque citoyen qui répondra en un temps rapide au moindre souci de santé par des injections à distance. Mais le test grandeur nature révèle des dysfonctionnements. Une équipe de l'Optic Squad est sur place pour tenter de faire la lumière sur ce problème.

Deuxième tome de cette série, à chaque tome, une histoire complète. L'Optic Squad, ce sont des hommes et des femmes qui ont des nano-caméras implantés dans leur cornée et qui bénéficient d'un appui à distance très solide. C'est une unité d'élite qui ne se déplace que pour des situations complexes. C'est de nouveau Valdo et Kathryn qui sont de mission qui, sans rien divulguer, ne sera pas de tout repos et réserve un lot de surprises désagréables assez conséquent.

Comme dans le premier tome, Mission Seattle, l'action prime. Les enjeux sont colossaux et les situations parfois complexes à saisir, il ne faut rien lâcher des textes, c'est une bande dessinée qui nécessite qu'on ne passe point trop vite ses cases. Sylvain Runberg scénarise cette dystopie pleine de rebondissements dans laquelle on ne s'ennuie pas et Stéphane Bervas dessine de manière vive et dynamique pour coller au tempo du scénario voire l'accélérer encore. Pas trop le temps de s'attarder sur la vie des héros, mais peu importe, on a quelques informations, disons que la vie de Kathryn Horst est le fil rouge de la série et qu'elle se dévoilera au cours de tous les épisodes.

Bonne série pour public en âge de comprendre les arcanes d'un scénario intelligent et tortueux.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>