Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un tueur sur mesure

Publié le par Yv

Un tueur sur mesure, Sam Millar, Métailié, 2021 (traduit par Patrick Raynal)

Quand on est une équipe de bras cassés, braqueurs à la petite semaine et que les coffres de la banque dans laquelle on vient d'entrer sont anormalement et désespérément vides, il ne faut pas prendre l'attaché-case du client chauve auquel il a l'air de tenir particulièrement, ni lui donner des coups en plein visage. Sauf que lorsqu'on fait partie de cette équipe de braqueurs, eh bien, on ne réfléchit pas toujours avant d'agir. Et l'on se retrouve avec des flics aux trousses ainsi qu'une équipe de caïds qui n'a pas aimé se faire subtiliser la mallette, et même un tueur à gages. Et la vie, d'un coup, se complique.

Lire Sam Millar est une expérience littéraire dont on ne se remet qu'en relisant du Sam Millar. C'est noir, parfois violent. Il y a des tueurs, des voyous et des flics qui parfois jouent dans les deux camps -autant les voyous que le flics- et l'Irlande et Belfast dans laquelle les tensions entre catholiques et protestants persistent ainsi que les revendications pour une Irlande unie et libre. Il y a là aussi des braqueurs maladroits et mal informés, des collectionneurs de comics. Y'a du style, des réparties vachardes, des trucs de mecs sévèrement burnés pour reprendre une expression guignolesque, du vocabulaire de la rue, notamment dans les dialogues, de l'humour noir, ce polar est un monochrome. Les images ou métaphores ou tout autre figure de style sont un régal : "Vous voulez que je vous apporte un café, monsieur ? dit Kerr, en surgissant de nulle part, souriant comme un curé dans un camp de nudistes pour boy-scouts." (p.35)

Sam Millar est Irlandais, a été activiste au sein de l'IRA et a fait de la prison pour cela, a commis un hold-up spectaculaire aux États-Unis et a été emprisonné, et depuis, rentré en Irlande, il écrit. Et franchement, lorsqu'on le lit, on se dit qu'il a bien fait de se mettre à l'écriture. En plus, il est -superbement- traduit par Patrick Raynal, qui s'y connaît lui aussi en polars bien déjantés, le tout donnant une petite merveille de roman noir.

Commenter cet article
L
trop noir pour moi
Répondre
Y
Je comprends, ça l'est
S
Merci beaucoup. Thank you for the kind words.
Répondre
Y
Thank you very much, I'm so proud you read my few words.