Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le corps le sang la rage

Publié le par Yv

Le corps le sang la rage, Elsa Vallot, Hors d'atteinte, 2021

"D'un côté, la violence de la police et des lois. De l'autre, la force de la boxe. Avec l'humilité et le courage de ceux qu'on a chercher à meurtrir, un corps se déploie peu à peu envers et contre le monde qui le contraint." (4ème de couverture)

Je cite sciemment la quatrième de couverture à la place de mon résumé habituel, d'une part parce qu'elle n'en dit point trop et d'autre part parce qu'à la fois précise et un rien énigmatique, je la trouve idéale pour donner l'envie d'ouvrir ce roman, premier d'une jeune auteure passionnée de rap, de boxe thaïlandaise, par l'histoire des luttes populaires et l'antiracisme. Tout cela se retrouve dans son texte intrigant, dur, très moderne. Écrit à la deuxième personne du singulier, il s'adresse à cette jeune personne qui se fait agresser par des policiers et qui va s'investir encore davantage dans la boxe.

Je n'aime pas tout, certains passages m'ont paru longs, mais d'autres sont particulièrement bien vus, précis. La langue est directe, moderne, émaillée de citations de rappeurs, dont une -entre autres- que j'aime beaucoup de Despo Rutti : "J'affectionne moins les drapeaux que les gens, l'homme peut suivre son cœur, les drapeaux eux suivent le vent." (p.127). Chaque court chapitre se clôt par des phrases en gris clair, comme si elles étaient tirées d'autres ouvrages, qui éclairent ou illustrent ce qu'on vient de lire : "Reconnaître le racisme à l'hostilité, c'est déjà trop tard..." (p.85). J'aime bien ce mélange entre les citations en plein milieu d'un texte qui prend des libertés avec des règles syntaxiques comme par exemple ne pas mettre de déterminant devant un nom, ce qui le personnifie, lui donne une place différente, et ces phrases de fins de chapitre. Une écriture sincère et singulière.

Elsa Vallot écrit un texte fort et violent parfois que d'aucuns n'aimeront pas, mais peuvent-ils sans cesse nier les violences de certains policiers : "Si, pour ces policiers, tu te trouves en dehors de la loi et que pour eux, les lois censées protéger les personnes ne te concernent pas, tu ne ressens aucune culpabilité quand c'est envie de casser du flic qui guide tes coups sur le sac. Pour eux, c'est le choix de tes vêtements, de ta coupe de cheveux, de la musique que tu écoutes et des mecs avec qui tu traînes qui justifie que tu saignes. C'est avec un peu de ton sang qu'on écrit dans un registre qu'un coin de rue est criminogène. Ton corps entier est marqué par les droits qu'ils ont sur toi mais tu ne ressens plus aucune peur, car ce n'est pas vengeance que tu recherches, ni même justice, encore moins leur justice." (p.132/133) ?

J'espère que ce court roman aura l'écho qu'il mérite dans cette rentrée littéraire, il sort du lot de ce qu'on peut lire ici ou là. Il n'est pas exempt de réserves, mais pousse à la réflexion sur la société que l'on veut, sur la tolérance, l'envie de découvrir l'autre dans sa différence et me rend encore plus nauséabonds les propos et thèses de ceux et celles qui prônent la haine et le racisme.

Commenter cet article

luocine 08/09/2021 11:17

pas trop tentée

Yv 09/09/2021 06:49

Je comprends

Alex-Mot-à-Mots 07/09/2021 13:04

L'auteur propose-t-il des solutions ?

Yv 07/09/2021 14:19

Non c'est vraiment l'histoire de ce jeune qui se réfugie dans la boxe, son parcours suite à un passage à tabac