Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Corps désirable

Publié le par Yv

Corps désirable, Hubert Haddad, Zulma, 2015..... 

Cédric est le fils du richissime homme d'affaire Morice Allyn-Weberson. Il est journaliste et très engagé contre les trusts pharmaceutiques et la finance, c'est à dire tout ce que représente son père. Il publie sous un pseudonyme, Cédric Erg et est la cible de certains groupes qui voient en lui un empêcheur de faire des affaires. Cédric est très amoureux de Lorna, très belle grand reporter ; ils vivent une histoire intense, passionnelle. Un jour, il est victime d'un accident qui le laisse cloué sur un lit d'hôpital. Sa seule chance de pouvoir continuer sa vie est de se faire greffer un nouveau corps, car cette technique est presque au point, un médecin italien la maîtrise, mais pas encore sur des humains. Cédric sera donc le premier, sa tête sera greffée sur le corps d'un donneur cliniquement mort dont personne ne sait rien.

Que voilà un roman formidable, à la fois classique : une histoire d'amour, de passion et un homme qui ne veut pas perdre la femme qu'il aime et en même temps, résolument moderne : la greffe de corps et les questions éthiques, humaines et morales qu'elle pose. Pendant la première partie du roman, j'hésitais entre la fascination pour l'exploit d'une telle opération et la peur qu'elle se réalise vraiment un jour. Un véritable malaise naît de la lecture, et franchement, un livre qui bouscule, c'est excitant.

Imaginez un roman classique d'un homme qui se pose des questions sur le sens de sa vie, qui aime profondément une femme qui veut le quitter, qui est donc prêt à tout pour la garder, qui veut continuer à se battre pour ses idées ; bon, on en a lus, ils sont parfois très bien et d'autres fois moins. Maintenant, prenez tout cela -mais un bon roman déjà- et ajoutez-y cette greffe de corps et donc les questions d'identité, du désir, de la jalousie (est-ce lui, Cédric, qui fait l'amour à Lorna ou l'autre, surtout lorsqu'elle ne regarde pas son visage ?), ... Toutes ces questions sont amplifiées par cette double identité au sein d'un même individu. Est-ce le cerveau qui a la mémoire du passé ou est-ce le corps ? Les informations passent-elles nécessairement du cerveau vers le corps, en descendant donc, ou bien, peuvent-elles remonter ? Si oui, quels sont les souvenirs, les réflexes, les apprentissages ou les choses innées qui sont de Cédric ou du donneur de corps ? Finalement, le nouveau Cédric Erg est-il le même qu'avant ou un mélange entre lui et le donneur de corps ? Et qui est ce donneur ?

Autant d'interrogations auxquelles Hubert Haddad répond ou tente de répondre dans une belle langue, comme d'habitude chez lui, absolument pas alambiquée ou artificielle ; elle est magnifique, parfois poétique -le chapitre où Cédric découvre son nouveau corps (p.103/107) est d'une grande beauté- qui use de mots savants -parfois médicaux, mais point trop, l'écueil est largement franchissable- ou de mots tombés en désuétude que l'auteur réhabilite avec talent et plaisir pour le lecteur. Les chapitres sont courts, rapides, ce qui donne à cet ouvrage un rythme de roman à suspense dont il a la densité et la force de vouloir absolument le finir vite pour connaître le fin mot de l'histoire.

Dans un thème ressemblant, n'hésitez pas à vous procurer et à lire, l'excellent roman de Roque Larraquy publié chez Christophe Lucquin, La Madrivore.

Commenter cet article
L
J'ai adoré "Le peintre d'éventail" mais là je me demande si cette histoire me plairait.
Le Papou
Répondre
Y
Alors essaie son second roman de cette rentrée, plus dans l'air de Le peintre d'éventail, il s'intitule Mā. J'en parle bientôt
J
Je vais lire Mâ et j'irais sûrement voir l'auteur qui vient en septembre dans ma librairie. Une occasion de prendre ce titre aussi.
Répondre
Y
Je viens de finir Ma, j'ai une très nette préférence pour Corps désirable, mais ils sont tous deux très bons dans des genres différents.
E
Et dire que je ne l'ai encore jamais lu !
Répondre
Y
Ah la la... mais qu'attends-tu ;) ?
K
J'avais plutôt repéré Mâ avant celui-ci... J'attends quelques avis, puisque avec cet auteur, je n'accroche pas à tous les coups ! (je n'avais pas aimé La théorie de la vilaine petite fille)
Répondre
Y
Je n'accroche pas à tous moi non plus, mais j'avais aimé La théorie de la vilaine petite fille, l'autre roman, Ma, m'attend
A
Et comme en plus il est bien écrit, voilà un titre que je note.
Répondre
Y
Oui très belle écriture, mais chez l'auteur c'est de notoriété publique
L
Il était dans mes envies, et en plus, tu en fais un coup de coeur ! Noté !
Répondre
Y
Franchement, il mérite mon coup de coeur
N
Voilà qui n'est pas banal ! Tentée je suis !
Répondre
Y
Et subjuguée tu seras, espéré-je...
P
Il sort deux romans chez Zulma en même temps. : Corps désirable et Ma. Soit Zulma est riche soit Zulma adore Hubert soit les deux !!!!
Répondre
Y
Zulma adore Hubert sûrement et vice-versa et Hubert est productif, mais comme il fait ça très bien qui irait se plaindre ?
O
Bonjour Yv
J'ai lu avec plaisir quelques romans d'Hubert Haddad, dont le chevalier Alouette, et je n'ai pas été déçu. Par contre lorsqu'il a utilisé le pseudonyme d'Hugo Horst, j'ai moins été convaincu..
Amicalement
Répondre
Y
Salut Paul, je ne savais pas qu'il avait usé d'un pseudonyme. J'ai commencé avec son sublime Palestine, et depuis, je le lis régulièrement
Amicalement,
B
Ah, cette critique vient au point nommé, je suis bientôt à court de livres - et la rentrée ne m'inspire pour le moment pas trop.....Merci pour ton "cocktail inspirant".
Répondre
Y
Pour moi Haddad c'est tout bon ou carrément hors mes goûts, là j'ai adoré et il y en a un ou deux autres qui viennent qui sont très bien aussi... et ce n'est pas juste pour que tu reviennes me voir sur le blog, j'ai vraiment lu des livres excellents (mais pas que, malheureusement)
H
Je n'adhère jamais aux romans qui sortent de la réalité, c'est grave docteur ?
Répondre
Y
Oui, je te prescris un ou deux romans hors du réel pour te soigner, tiens par exemple, les deux dont je parle, Corps désirable et La madrivore.... et comme je suis bon prince, je ne te prends pas de frais de consultation ;)
S
On dirait tout à fait un livre pour moi, dans mon versant imaginaire. D'ailleurs en lisant vite, j'ai vu "corps variable", comme le livre de Theroux de cette année, déjà très bon (chez Plon). J'ai failli découvrir l'auteur l'an passé avec son titre un peu western, et puis finalement pas. Ça sera peut-être avec celui-là...
Répondre
Y
L'an dernier c'était Théorie de la vilaine petite fille, très bien également... C'est un auteur que j'aime beaucoup, néanmoins certains de ses livres me laissent sur le côté, mais quand ça fonctionne alors je suis sous le charme. Essaie aussi La Madrivore dont je parle à la fin, c'est très bien