Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'échoppe enténébrée

Publié le par Yv

L'échoppe enténébrée (récits incontestables), Fabrice Vigne, Ed. Le fond du tiroir, 2008
Je me suis procuré ce livre grâce à l'entremise de Sylire. Uniquement disponible en contactant directement Fabrice Vigne et Le fond du tiroir (le bon de commande vaut le coup d’œil !). Fabrice Vigne raconte quelques uns de ses rêves (26), petites histoires inachevées comme le sont nos propres rêves. Drôles, parfois réalistes, souvent surréalistes, toujours plaisants à lire, même si l'auteur nous y parle de sa famille et de sa région que je ne connais pas du tout, ni l'une ni l'autre. J'ai beaucoup aimé le plus court :  Rêve du cambriolage de mon frère, mais aussi le Rêve de la chasse à l'homme de Notre-Dame de Paris et probablement le plus loufoque le Rêve de V.G.E au téléphone, pour ne citer que ceux-ci. 
J'ajouterai que le livre est très joli : la couverture, la police et les illustrations en début de chapitres et parfois sur la page et les bulles (?) finales donnant des explications sur la possible genèse des rêves.
Non seulement je ne regrette pas mon achat, mais je reprendrai  cette lecture plus lentement, rêve par rêve, le soir avant de dormir. On ne sait jamais, cela pourrait influencer mes nuits.

Commenter cet article

F. Vigne 02/09/2008 20:30

Peut-être que Casse-Pipe est plus vulgaire que ses autres livres parce que
la matière première (l'expérience militaire) l'était en proportion ?

En ce qui concerne les rêves de Queneau, voilà un cas intéressant : il
s'est entraîné, comme beaucoup de ses ex-camarades surréalistes, à rédiger
ses rêves, mais il a aussi, et c'est plus original, concocté de FAUX
REVES, rédigés à la manière onirique, retrouvant en plein jour l'énergie
de l'imagination nocturne. Très curieux. On en trouve des échantillons
recueillis dans le livre "Contes et propos", si le coeur vous en dit...

Merci pour la causette, bonne journée...
Fabrice

Yv 02/09/2008 20:31


En lisant votre mail, je me suis dit, bon sang, mais c'est bien sûr, je connais ce titre (Contes et propos) de Queneau. alors, je monte quatre à
quatre les escaliers pour me retrouver devant ma bibliothèque, qui contient ce fameux opus. Honte sur moi d'avoir oublié cet ouvrage, lu il y a assez longtemps. Bien sûr, je l'ai ouvert, j'ai
feuilleté la préface, signée ... Michel Leiris. Et hop un bouquin et un auteur soit-disant inconnus qui me reviennent en pleine figure. Quelle aventure !
A bientôt
Yves


F. Vigne 02/09/2008 20:21

Bon, puisque vous aimez Voyage au bout de la nuit, nous n'allons
certainement pas nous fâcher. Céline est l'un de mes écrivains préférés,
l'un de ceux sans qui je n'écrirais pas moi-même, et je considère que
beaucoup d'écrivains contemporains (je me compte dans le lot) ne sont à
côté de lui que des petits garçons. Je ne me lasse jamais de "l'entendre
parler" (puisque il disait écrire "comme on parle à l'oreille du
lecteur"), y compris dans ses livres les plus mineurs, comme Casse-Pipe.

Merci pour votre critique de l'échoppe. Et puisque vous avez emprunté TS,
je vous recommande de ne relire l'échoppe que lorsque vous aurez terminé
l'autre : le grand secret du livre rouge, c'est qu'il s'agit d'un journal
occulte d'écriture du livre bleu, narrant épisode par épisode les effets
de la conception de ce texte princeps, jusqu'à ceux de sa publication.

(Je ne vous ai rien dit, gardez ça pour vous.)

Le récit de rêve est un genre littéraire à part entière, et si cela vous
intéresse, je vous recommande ceux de Perec, de Queneau, de Leiris, de
Kerouac, de Michaux, par exemple. Moi, j'adore ça. C'est de la poésie
brute, sans affectation. En bande dessinée, ceux de David B. ou JC Menu
sont également très beaux.

Bien amicalement à vous, et bonne(s) lecture(s)

Fabrice

Yv 02/09/2008 20:29


D'accord pour dire que beaucoup d'écrivains sont tout petits à côté de Céline et de son écriture si forte, toujours, à mon sens, sur le fil du rasoir, si près de
passer dans le vulgaire, mais restant néanmoins du "bon côté" du rasoir. Sûrement ce qui en fait sa force. Pour Casse pipe, j'ai senti qu'il avait
franchi ce fil, mais cela reste mon interprétation personnelle.
Quant aux rêves, je ne savais pas que c'était un genre littéraire à part entière, et que Queneau (un des écrivains que je préfère) y avait participé. Je lirai sans doute, moi qui ne suis pas
forcément amateur de poésie pure, mais qui aime bien les récits poétiques (comme votre échoppe) : je ne connais pas non plus cet aspect de Pérec. Je n'ai pas encore osé m'aventurer dans Kerouac ni
Michaux et ne connais pas Leiris, ni les auteurs de BD que vous citez. Que de belles découvertes en perspective !
Merci des conseils
Yves


F. Vigne 02/09/2008 20:18

Merci Yves, me voilà très touché (ma seule vente de livre de tout l'été,
et elle fait mouche ! chic), et merci aussi à Sylire, par procuration.
Je viens de fureter sur votre blog, du coup.
Si je partage certains de vos enthousiasmes (ah ! Ali Farka Touré !), en
revanche, je suis désolé que vous n'ayez pas goûté Casse-Pipe de Céline,
livre avorté certes, mais quel vigoureux avorton ! Je l'ai lu autrefois,
juste après mon service militaire, et il m'a vengé de bien des choses.
Mais peut-être n'avez-vous pas fait l'armée ?
Avec tous mes voeux de fertiles et cependant absconses rêveries,
Fabrice

Yv 02/09/2008 20:20


Bonjour,
Et pourtant si, je l'ai bien fait ce satané service militaire, contraint et forcé. J'ai trouvé la lecture de Casse pipe très difficile : tout ce qui était dialogue m'a fatigué, je n'ai pas
apprécié. (J'aurais dû le lire moi aussi juste après cette sinistre période)Par contre, j'aimais bien la prose de Céline, de même que j'ai adoré Le voyage au bout de la nuit (encore une nuit, peut
être des rêves ???). Je compte bien aussi me lancer un jour dans Mort à crédit. Je viens de finir votre échoppe d'une première lecture, histoire de savoir à quoi j'avais affaire. Dans l'ensemble,
j'aime bien vos rêves : quelques uns sont très beaux ! (j'en ferai une petite critique sur mon blog). Je suis donc ravi par le livre,  mon petit cadeau que je me suis fait à moi-même. Je
relirai plus lentement, peut-être juste un par soir, avant de dormir, histoire de faire venir mes propres rêves.
Bonne continuation à vous
PS : du coup, je viens d'emprunter à la bibliothèque, TS d'un certain Fabrice Vigne.
n'hésitez pas à revenir me voir.
Puisque j'ai partagé vos rêves, je me permets de vous saluer amicalement,
Yves




Daniel Fattore 21/08/2008 10:41

Rêve de VGE au téléphone... classe, ça donne envie! Actuellement, je crois que son rêve le plus cher et le plus contrarié est de vendre son château... pour trois millions d'euros. Ah, là là!

Yv 21/08/2008 20:03


Dans ce rêve, VGE n'est pas forcément à son avantage. Quant à son château, nous n'avons pas le même genre de soucis !


sylire 09/08/2008 08:48

Ravie que tu aies aimé ! Tu as raison de souligner que le livre est un très bel objet. Il ne te reste plus qu'à lire les autres oeuvres de F. Vigne maintenant. Mon préféré est "Les Giètes". Je pense que tu aimerais.

Yv 09/08/2008 14:42


Je viens de commencer TS. J'essaierai de me procurer Les giètes. J'ai eu aussi le plaisir, après avoir laissé un commentaire sur le blog du fond du
tiroir, d'avoir une réponse très gentille de F. Vigne.