Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mariages

Publié le par Yv

Mariages, Jacques A. Bertrand, Julliard, 2010.....

Recueil de nouvelles qui parlent toutes de mariages, de rencontres, de vie en commun, de séparations, d'amour. Dix-sept histoires qui jamais ne se répètent bien qu'elles traitent du même sujet, vaste il est vrai, à part la première et l'ultime qui racontent l'éveil de l'auteur à la sensualité. "Ma première maîtresse était blonde, soyeuse, pleine, affectueuse, et ce que j'apercevais de sa poitrine veloutée, lorsqu'elle se penchait sur moi pour m'embrasser, dans un nuage parfumé, n'était rien d'autre que ma conception du paradis. [...] Ma quête de poitrines divines auréolées de sourires extatiques me mit souvent dans l'embarras. Je finis même un jour par me trouver ligoté par les liens du mariage. On ne se méfie jamais assez de l'attrait des cérémonies, des romans de cape et d'épées ou des vies de saints." (p. 11/12)

Jacques A. Bertrand raconte les rencontres amoureuses, les "officielles", les adultérines. Le désir aussi, le sexe, car les corps qu'il décrit s'expriment et, à défaut de toujours exulter, ils vivent, parfois subissent, mais -quasi- toujours aiment.

Comme toujours, le nouvelliste fait preuve de malice, de tendresse, d'une ironie douce et d'une langue sensuelle et belle. Il est fin, délicat et au détour d'une description, hop, la petite vacherie drôle, toujours bien amenée, qui génère le sourire, sachant qu'il est toujours au bord des lèvres et qu'il ne demande qu'à s’exprimer. "Il débarque régulièrement le week-end avec des copains et une nouvelle petite amie. Il se lasse vite de ses petites amies, à moins qu'elles ne se lassent de lui ou de la vie de château du Moyen Age. On a connu une Espagnole charmante, une aristocrate italienne un peu snob. En ce moment, c'est une Anglaise, ce n'est pas interdit." (p. 108)

J'ai envie de plein de jolies épithètes pour qualifier les livres de Jacques A. Bertrand. Lorsque je lis ce que d'autres ont écrit sur lui, je ne peux qu'opiner tant, à chaque fois que j'ouvre un de ses livres, je me régale. Si vous n'aimez pas les nouvelles, essayez les siennes, et si vous voulez un très bon conseil de lecture, de ces livres qui marquent, qui m'a marqué, lisez Le pas du loup. Jérôme Garcin (cité en revers de couverture) finit son propos pas deux mots auxquels je souscris : "Quelle classe !"

Voir les commentaires

Cadavres noirs sur fond rouge

Publié le par Yv

Cadavres noirs sur fond rouge, Adam Biro, Cohen&Cohen, 2014.....

Deux bras cassés, Pépère et Cloclo sont engagés par un type tout de noir vêtu et circulant à bord d'un 4X4, pour dérober un tableau chez un avocat collectionneur. Un malheureux hasard et au lieu d'un paysage de Renoir, ils se retrouvent avec une toile de Malevitch : Croix et cercle noirs sur fond blanc. Cette inversion involontaire génère des morts, des emprisonnements, des incidents diplomatiques, le réveil de certains espions de certains pays, et une interrogation de plus en plus vive et intéressée du commissaire Liotard qui ne connaît rien à l'art et qui découvre Malevitch.

Comédie policière artistique d'Adam Biro, éditeur de livres d'art, écrivain, essayiste, autant dire un spécialiste d'art. Comédie très réussie dans laquelle se côtoient les plus maladroits des malfrats, des espions à peine plus malins et sans scrupules, des conseillers politiques aux dents longues qui n'en ont pas plus -de scrupules-, des flics dépassés, des ex de la Stasi, des héritages de la spoliation des biens juifs durant la seconde guerre mondiale, enfin du drôle et du moins drôle, mais tout cela joliment et joyeusement mis en mots. Ce qui rend le récit drôle, c'est le décalage entre les initiés et les ignares, le recul que prend Adam Biro pour parler peinture et façon de l'apprécier ou pas, la définition de l'art entre les tenants du figuratif et ceux que l'abstrait ne gêne pas. Et puis cette enquête qui révèle bien des surprises autour du tableau qui se promène longuement et autour de Malevitch sur lequel on apprend beaucoup. Et Adam Biro fait preuve d'un second degré que j'aime beaucoup, car si l'art c'est du sérieux, en rire et en faire rire c'est quand même salutaire et indispensable.

Voir les commentaires

Le festin des pierres

Publié le par Yv

Le festin des pierres, Françoise Le Mer, Palémon, 2019.....

1906, Tréffoulez, en Bretagne, Aziliz Ar Vag est prise à partie par les femmes du village qui la traitent de sorcière et la jettent dans la rivière devant ses deux enfants, Yann-Vari, quatre ans et Gaïd, sept ans.

2019, lors de son escapade cycliste quotidienne, un jeune homme découvre le cadavre d'un homme nu, au pied d'une statue dans la Vallée des Saints. En fouillant le secteur, les gendarmes en découvrent deux autres, un homme et une femme, nus au pied de deux statues. C'est le commissaire Quentin Le Gwen et son ami le lieutenant Michel Le Fur qui sont chargés de l'enquête, brillamment aidés par la lieutenante Marisol Geoffroy.

J'ai découvert le duo de flics Le Gwen et Le Fur avec leur enquête précédente, la dix-neuvième, Autopsie d'un mensonge. Le festin des pierres, logiquement numérotée vingtième enquête confirme tout le bien que j'en pense et même plus tant je n'ai pas pu lâcher mon livre. A peine ouvert, quasiment obligé de le finir, et comme la lecture est aisée, fluide et passionnante, ça va vite. Les enquêteurs se plongent dans le monde mystérieux du paranormal, entre les voyantes, les barreurs de feu, magnétiseurs et rebouteux, sans aucun a priori. Ils découvrent, ne jugent pas, apprennent et retiennent ce qui leur sert pour résoudre les meurtres. Habilement, Françoise Le Mer mêle histoire ancienne et contemporaine, ce n'est pas une nouveauté, elle n'invente rien, mais comme elle le fait très bien, ça apporte un plus indéniable à son roman. On aurait presque envie d'en lire un entier sur Aziliz et ses enfants.

Les flics, eux, piétinent, ne trouvent pas le lien entre les victimes, et l'auteure fait la part belle à la Bretagne et ses légendes et us et à ses personnages les principaux comme les secondaires, son roman est tout sauf ennuyeux. Le rythme n'est pas haletant, ce n'est pas le genre, mais on ne peut pas s'enlever de la tête l’énigme et j'avoue avoir séché.

Un duo de flics qui gagne à être connu, bien sympathique, dans une Bretagne très présente avec une énigme autour du paranormal, des croyances, excellent ! Je n'en dirai pas plus, suspense oblige...

Voir les commentaires

Les boules de Noël

Publié le par Yv

A NOËL, Y'A AUSSI LES BOULES

(référence -utile ?- ici)

JOYEUX NOËL

Voir les commentaires

Bilan 2019

Publié le par Yv

Bilan 2019. Cette année, je ne parlerai que de mes coups de cœur, rares. Du rare, du bon, du très bon :

- L'outil et les papillons, Dmitri Lipskerov, chez Agullo : barré, drôle, absurde.

- Demande à la savane, Jean-Pierre Campagne, chez Jigal polar : polar direct, poétique, brutal.

- Il fallait que je vous le dise, Aude Mermilliod, chez Casterman : l'histoire en BD d'un avortement, forte et militante.

- Broyé, Cédric Cham, chez Jigal polar : âpre, sec, violent.

- Des opéras de lumière, Jean-Noël Blanc, chez Le Réalgar : histoire d'un peintre solitaire et d'un mécène. Prodigieux et d'une grande beauté.

- Flesh empire, Yann Legendre, chez Casterman : de la SF en noir et blanc, tout en courbes et droites.

- Amen, Viviane Cerf, chez Des femmes-Antoinette Fouque : original, décalé, une écriture bouleversante.

- La suspension, Géraldine Collet, chez Rue de l'échiquier : l'éternelle question : peut-on séparer l'artiste de son œuvre ?

- Nuits grises, Patrick S. Vast, chez Le chat moiré : un polar qui sans en avoir l'air parle de la société actuelle.

- RIP. Derrick, je ne survivrai pas à la mort, Gaet's et Monier, chez Petit à petit : le quotidien de nettoyeurs de maisons de morts (le coup de cœur est attribué aux deux tomes parus)

Dix coups de cœur, dont trois bandes dessinées, trois polars et donc quatre romans. Une seule grosse maison d'éditions, Casterman, nommée deux fois, comme Jigal polar. Si vous ne devez lire -ou faire lire- que dix livres dans les prochaines semaines, les voici, il est encore temps pour les cadeaux de Noël...

Voir les commentaires

RIP. Maurice

Publié le par Yv

RIP. Maurice. Les mouches suivent toujours les charognes, Gaet's, Monier, Petit à petit, 2019.....

Deuxième tome de la série qui s'intéresse cette fois-ci à Maurice, le vieux de la bande des nettoyeurs des maisons des morts. Maurice ne s'est pas toujours appelé Maurice. Avant, c'était Marcello Camperetti, et il était craint. Pas comme maintenant où personne ne le respecte où on le surnomme le Vieux et où, ouvertement, on se fout de sa gueule.

Toujours aussi bonne cette bande dessinée. Tout ce que j'ai dit pour le premier tome Derrick est vrai là encore. Le scénario est adroitement construit qui imbrique les histoires individuelle de chaque homme avec leur histoire commune, celle des nettoyeurs des maisons des morts. Bien qu'on en connaisse des bouts lorsqu'on a lu le tome précédent, le suspense et la tension sont bien présents et l'envie de savoir comme Marcello s'est retrouvé en Maurice.

Le dessin et les couleurs sont toujours formidables, cela pourrait faire penser parfois à des comics, le format s'y prête aussi. Mais là, point de super héros, ni d'humour, ces hommes sont blasés, détruits et continuent à vivre quotidiennement des horreurs, pas toutes dessinées, je rassure les plus sensibles. On plonge dans la noirceur des hommes, dans ce qu'ils ont de plus profondément enfoui et qu'il n'est pas toujours bon de remonter.

Franchement, c'est une BD qui m'a scotché, dont je sais déjà que j'irai au bout des 6 épisodes -pour l'instant- prévus. Une dernière idée cadeau...

Voir les commentaires

RIP. Derrick

Publié le par Yv

RIP. Derrick, je ne survivrai pas à la mort (tome 1), Gaet's, Monier, Petit à petit, 2018.....

Derrick fait partie d'une équipe chargée de nettoyer les logements des personnes mortes sans héritiers. Ils ne s'occupent pas des cadavres, juste des biens matériels qui seront ensuite vendus aux enchères. Parfois, la tentation de se servir est grande, mais chacun est fouillé après le travail. Derrick est un solitaire, marié pourtant, mais on se demande pourquoi tant ces deux-là ne s'aiment pas. Dans son job, Derrick enchaîne les journées morbides, ce qui joue sur son moral déjà bas, très bas. Il en est un peu de même pour tous ses collègues.

Quelle bande dessinée originale et passionnante. Originale dans le scénario de Gaet's : le job de Derrick et ses collègues, la façon de le raconter et, en plus, RIP est une série qui s'intéressera à chaque tome à un des collègues de Derrick. On connaît une partie de leur vie dans ce premier tome, les auteurs la complèteront sûrement dans les suivants en la reprenant d'un autre angle. Ça me plaît déjà, rien qu'à le raconter.

Originale aussi dans les dessins de Julien Monier. Dans un format assez classique, il dessine des gueules, des types au bout de rouleau dont on se demande comment ils en sont arrivés à faire ce travail. Tout est vraiment très bon, les couleurs, les dialogues, le découpage des pages et les citations entre chaque chapitre. Une série qui démarre fort et qu'il faudra préserver des mains innocentes, car certaines situations sont dures.

La tension est palpable, les hommes sont prêts à se battre pour peu de raisons. C'est du noir, très très noir.

La suite, le tome 2, consacré à Maurice, j'en parle très bientôt.

Voir les commentaires

Alors, c'est du jazz

Publié le par Yv

Alors, c'est du jazz, Marc Menu, Quadrature, 2019.....

Titre aux diverses origines, Alessandro Barrico dans Novecento Pianiste ou Gaëlle Pingault ; on peut le définir par un mélange de classique, d'improvisations, d'inventions, des passages dans une liberté totale, c'est donc du jazz et c'est ce qui résume bien ce petit recueil de Marc Menu.

Des mini nouvelles, de très courts textes qui sont souvent drôles :

"Il est descendu par la cheminée, en ahanant comme un tuberculeux. Il n'est pas resté plus de vingt minutes -le temps de reprendre son souffle et de faire sa bonne action. Il a bu le verre de goutte qui l'attendait, en a même repris deux fois. Dans mon petit soulier, il a laissé au passage une pièce de dix francs, deux tickets de métro et un préservatif presque neuf. Puis, il est remonté par où il était venu, le pauvre -il devait être dans un bel état, en émergeant de là. Comme je faisais semblant de dormir, je n'ai pas perdu une miette du divin spectacle. Sûr que je m'en souviendrai longtemps, de l'amant de maman." (p. 41)

Il y en a pour tous les genres et tous les goûts : du drôle disais-je, du cynique, de l'ironique, du gore (peu, et pas de description, juste la visualisation qui est terrible), de l'actualité, de l'amour, de la tendresse, de la poésie, du sentiment, du vécu : "Çà et là, sur les murs, des traces de peinture. Ou plutôt, de non-peinture, de plafonnage apparent. Sur le sol -difficile de dire s'il s'agit d'un tapis ou d'une couche de crasse- des vieux papiers, livres, vêtements sales, et autres bouteilles à moitié vides. Cerise sur le gâteau, cette délicieuse odeur de renfermé. Ça ressemble au centre de documentation du journal de Spirou depuis que Monsieur Dupuis en a confié la gestion à Gaston. Mais point de Gaston ici -même si en cherchant un peu, on aurait de bonnes chances de trouver une souris grise. Nous sommes dans la chambre de mon fils." (p. 46)

Un petit recueil qui n'a pas besoin de grossir pour donner le sourire et envie de lire. A s'offrir ou offrir aux petits et grands lecteurs, ce sera toujours mieux que "un préservatif presque neuf". Et offrir des livres à Noël, c'est ce qu'il y a de mieux.

Une petite dernière, juste pour enfoncer le clou : "Les allées du cimetière convergent toutes vers le même caveau à moitié vide. Monsieur Dupommeau, mort en 1884, y attend sa jeune épouse. Certaines nuits, on l'entend hurler à la lune, appeler désespérément sa belle disparue. Elle ne reviendra pas. Elle dort cent mètres plus loin, dans le tombeau de son amant Jules Poirette -qui lui au moins, s'est offert du vrai marbre." (p. 51)

Les nouvelles citées ont pour titres, respectivement : "Si décembre...", "Home des cavernes", "Art funéraire". Je les cite, car outre l'art de la chute, Marc Menu possède celui du titre concis qui résume parfaitement son propos. Décidément, plus je les lis, plus je les aimes les éditions Quadrature.

Voir les commentaires

Congés mortels

Publié le par Yv

Congés mortels, Didier Fossey, Flamant noir, 2019.....

Milieu des années 1930, des femmes sont agressées et tuées par Paul Perrin dit "Le Bredin". Lorsque sa femme disparaît, Fernand est sûr que c'est "Le Bredin" qui a fait le coup, mais 1939 arrive et la mobilisation qui évite au suspect pas mal d'embêtements.

2006, même région, la Nièvre, un couple de randonneurs est retrouvé assassiné. L'homme est le fils d'un puissant patron de presse parisien qui met en action ses relations pour que la crim' soit saisie. C'est le commandant Boris Le Guenn qui s'y colle avec le lieutenant Antoine Furlon. L'enquête piétine jusqu'à ce que Boris rencontre Fernand, 91 ans, qui lui parle des crimes passés et lui affirme que "Le Bredin" est revenu.

En préambule, Didier Fosssey explique que ce livre est la deuxième enquête de Boris le Guenn, mais qu'elle fut reléguée pour diverses raisons dans un recoin d'un ordinateur. Quelques années et aléas plus tard, elle sort du purgatoire informatique pour le plus grand bonheur des lecteurs -là, ce n'est plus l'auteur qui parle mais son lecteur. Car, j'ai beaucoup aimé. Boris se met au vert, et même si les meurtres restent horribles, l'ambiance est un peu plus légère, l'air de la campagne sans doute. Boris fonce, fidèle à son instinct et à sa conviction, quitte à se mettre les cruchots -j'ai adoré ce petit mot qui désigne les gendarmes- à dos.

J'ai aussi beaucoup aimé la construction du roman, assez classique et la juxtaposition des deux périodes fonctionne bien : un chapitre pour les années 30/40 et Paul Perrin, suivi par un chapitre pour l'enquête de Boris en 2006. Didier Fossey raconte toujours aussi bien ses histoires et ses personnages sont attachants, Boris en tête, et les autres itou. Même si l'enquête est différente des précédentes -ou futures- menées par le commandant Le Guenn, elle s'intègre bien dans cette excellente série, et il n'est pas dérangeant de la lire après celles qui se déroulent plus tard. On revient un peu en arrière sur des aspects personnels de Boris, comme le fait qu'il n'est pas encore séparé de sa femme Soizic, mais on sent aussi pourquoi la situation évolue ainsi.

Le roman débute ainsi :

"Juillet 1936.

A la lueur de la bougie, sur la table de la cuisine, Paul Perrin écrivait sur un cahier d'écolier, la langue sortie, le souffle court. De temps en temps, il émettait un gloussement de plaisir ou bien partait d'un grand éclat de rire. Un de ces rires sardoniques qui semblaient tout droit sortis de la folie des hommes." (p. 11)

Voir les commentaires

1 2 > >>