Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Infinity 8. L'évangile selon Emma

Publié le par Yv

Infinity 8. L'évangile selon Emma, Olivier Balez, Lewis Trondheim, Fabien Vehlman, Rue de Sèvres, 2017....

Troisième reboot au sein de l'Infinity 8. La nécropole emplie de cercueils, de mausolées, de morceaux de planète et de cimetière, de vaisseaux accidentés avec des cadavres à l'intérieur bloque le passage du vaisseau. La marshall Emma Ô-Mara est chargée pour cette troisième aventure d'aller enquêter sur place. mais avant de partir en mission, la jolie et sexy marshall n'hésite pas à user de son arme contre ses chefs.

Troisième tome de cette excellente série SF. Je rappelle ici aux inconséquents qui ne fréquenteraient pas mon blog régulièrement -il paraît que ça arrive encore, je ne peux le comprendre- que j'ai déjà parlé des tomes précédents : Romance et macchabées, Retour vers le Führer. Cette fois-ci, il est question de croyance, de foi, de tolérance et d'intégrisme. Difficile de ne pas faire le lien avec notre société actuelle et les fous intégristes de chaque religion, qui c'est bien connu depuis Karl Marx "est l'opium du peuple". Il y est aussi question de l'appât du gain, de la volonté d'amasser sans se soucier des autres et du pouvoir ; tiens, tiens, pourtant, j'imagine qu'à l'heure de l'écriture du scénario, on ne parlait pas encore de l'affaire Fillon ? Mais sans doute est-ce parce que ces histoires sont vieilles et se répètent à l'infini.

Fabien Vehlman et Lewis Trondheim sont au scénario et Olivier Balez (déjà croisé dans l'excellent J'aurai ta peau Dominique A) aux dessins, très colorés. Plus difficile pour moi d'entrer dans ce volume, je ne possède pas tous les codes SF -attention, ne pas confondre avec SM... dont je ne possède pas les codes (avec un "c" bien sûr, pas un "g") non plus d'ailleurs- et je dois me concentrer un peu plus. Mais dans le même temps, le fait de revenir sur le reboot et la nécropole me permet de bien me remettre dans l'ambiance de la série. Et puis, plus j'avance plus je comprends et plus ça m'intéresse. Le propos est plus sombre, plus grave que les autres volumes, il y a moins d'humour, le personnage décalé qui fait des blagues n'est pas présent et l'ambiance générale est plus pesante. La série prometteuse se révèle passionnante dans sa diversité. Un conseil : commencer au numéro 1, il est encore temps de rattraper le retard.

Voir les commentaires

Si tu vois ma mère

Publié le par Yv

Si tu vois ma mère, Marc Villard, Cohen&Cohen, 2017.....

"Dans les rues de l'Amérique, le jazz souffle la vie... Les seize nouvelles rassemblées dans ce volume dressent le décor fictionnel d'une musique qui troue la tête à bon nombre de fidèles dans le monde." (4ème de couverture)

Ce très court résumé, la photo de Miles Davis en couverture, l'éditeur Cohen&Cohen et surtout l'écrivain, Marc Villard, tout cela mis en commun doit suffire pour courir vers ce recueil de nouvelles. Si par le plus grand des hasards, il en fallait plus, je m'y colle, je vous parle de ma lecture.

Difficile d'épingler une nouvelle parmi le lot, elles sont toutes excellentes. Les grands noms du jazz sont présents, Chet Baker, Billie Holiday en ces derniers moments, Theolonius Monk, Art Pepper, Miles Davis, Gerry Mulligan, ... Pas dur, à chaque nouvelle, un nouveau nom et si, comme moi, vous n'êtes pas calés en jazz mais que vous aimez bien quand même, eh bien vous vous brancherez sur un site de musique pour tout écouter. J'ai des lacunes en jazz, il me faudrait trouver un prof ou quelqu'un qui me fasse une liste avec les noms des artistes incontournables et ceux à découvrir ; je me suis aperçu que si je connaissais les noms des musiciens, je ne connaissais pas toujours leurs œuvres. J'ai une attirance particulière pour Theolonius Monk, mais aussi pour les chanteuses qui font passer tant d'émotions dans leurs voix.

Mais bon, revenons au livre. Marc Villard est cette fois-ci plutôt sur les musiciens et leurs travers : drogues, larcins divers, sexe, et fins de vie tragiques pour certains. Tous n'ont pas eu la chance de vivre richement de leur art, surtout lorsqu'il fallait payer la drogue ou les filles. Et puis, le jazz n'est pas la musique la plus vendeuse dans l'Amérique des années 60 à 90. De fait, Marc Villard qui écrit beaucoup sur les petites gens, se retrouve ici avec des pointures qui n'ont pas des vies ordinaires certes, mais qui ne sont pas des jet-setteurs, des profiteurs. Des gens qui se retrouvent vite en galère, en manque d'argent voire poursuivis par des créanciers et/ou la police.

Dans ce recueil, les héros croisent aussi brièvement Jean-Michel Basquiat ou Charles Bukowski, et ce qui est formidable, c'est que je suis passé d'une nouvelle à l'autre avec autant d'envie que si je lisais un roman noir. J'entendais la musique, je la sentais et le mieux, c'est de faire comme j'ai fait de l'écouter en même temps, pour profiter doublement.

Si vous me lisez régulièrement, vous aurez remarqué qu'une fois de plus je parle de Marc Villard, l'écrivain qui doit avoir le plus d'entrées sur le blog. Preuve s'il en est qu'il est incontournable.

Voir les commentaires

Elijah

Publié le par Yv

Elijah, Noël Boudou, Flamant noir, 2017....

Elijah, c'est le prénom d'un enfant de dix ans, handicapé dont s'occupe son frère, dix-huit ans de plus, seul depuis qu'il a tué son père et que sa mère est morte en mettant au monde le petit Elijah. "Le frère d'Elijah", ainsi qu'il veut se faire appeler, ou Adam, ou Gabriel, en fonction de ses activités a subi les coups d'un père violent, alcoolique et particulièrement cruel. Aussi, à dix-huit ans s'était-il promis de le tuer. Promesse tenue. Puis, il a réitéré ces meurtres d'hommes violents et violeurs à chaque anniversaire de la mort de son père. Elijah est tout pour lui, il ne vit que par lui et pour lui. Elijah qui bave, ne parle que peu et mal, est en fauteuil et ne peut rien faire seul. Il ne faut pas y toucher au risque de réveiller le monstre à l'intérieur de son frère et protecteur.

Avant toute chose, il me faut prévenir les âmes sensibles que ce livre est dur. Thriller implacable, violent et ce, dès le début. Je ne suis pas amateur du genre, mais je l'ai lu en entier, parce qu'il n'est pas que cela. La relation entre Elijah et son frère est forte, indestructible et admirablement écrite et décrite. Ce que j'ai aimé c'est qu'il y a pas mal de surprises dans ce roman. Des styles, des narrateurs, des angles de vues différents. Il n'est pas aussi linéaire et simple qu'on pourrait l'imaginer au départ. Et il faut bien avouer que malgré quelques invraisemblances qu'on ne fait que remarquer vite fait sans les noter tant le suspense est présent, ce roman se lit à une vitesse folle, en grimaçant de douleur ou de dégoût aux quelques pages emplies de violence tout de suite suivies par d'autres pleines d'une tendresse et d'un amour très fort entre les deux frères. Noël Boudou souffle des airs variés paroxystiques. Rien n'est tiède. L'amour comme la haine, la peur comme la rage, l'amitié comme la colère, tous ces sentiments ou émotions sont toujours à leur acmé. Dès les premières phrases du prologue, on sait à quoi s'en tenir : "Les coups d'un père font plus mal que ceux d'un voyou. Bien plus mal. Vous pouvez me croire sur parole. C'est à l'âge de treize ans que j'ai décidé que plus jamais je ne ressentirais la douleur, après que mon père m'eut brisé la jambe. Une souffrance atroce." (p.11)

La suite est à l'avenant : phrases courtes, rapides, efficaces. Heavy metal à fond. Une histoire très noire,  très très noire... dans laquelle quelques zones de couleur apparaissent avant d'être recouvertes, puis reviennent, opiniâtres, sûres d'être sur la toile définitive. Vous voilà prévenus. Si vous aimez les thrillers bien décapants, en voici un. Si comme moi, vous êtes plus frileux sur le genre, Elijah pourrait bien vous faire changer d'avis.

Voir les commentaires

Ma révérence

Publié le par Yv

Ma révérence, Wilfrid Lupano, Rodguen, Ohazar, Delcourt, 2014…,

Vincent, 30 ans, est à la recherche de pognon pour retourner en Afrique retrouver Rana. Il alterne les petits boulots, aime prendre son café dans les bars et c’est là qu’un matin, Bernard un convoyeur de fonds se met à lui raconter sa vie. Une idée germe alors dans l’esprit de Vincent. Associé à son looser de copain, Gaby Rocket un cinquantenaire resté scotché aux années 60, il monte un coup imparable soi-disant.

Une bande dessinée bien agréable qui ne révolutionne pas le genre mais qui sous des aspects comiques aborde des thèmes difficiles comme l’exclusion à cause de la différence : la couleur de peau, la sexualité, la pauvreté. Et en prime, un message à marteler : ce n'est pas parce qu'on a des parents cons et racistes qu'on doit être comme eux. On peut très bien devenir un mec ou une fille bien, tolérant(e) et ouvert(e). Avis aux enfants des nombreux cons racistes  et/ou fachos, homophobes, anti mariage et adoption pour tous, anti IVG,... (malheureusement la liste n'est pas exhaustive) qui nous polluent la vie -pléonasmes en pagaille, oui bien sûr parce que lorsqu'on est raciste, homophobe, facho, anti IVG, etc etc on est forcément con, mais l'inverse n'est pas toujours vrai, je connais des cons pas racistes, etc etc et j'ai potassé le sujet, je viens de finir le Schnock sur Michel Audiard.

Le scénario est bien écrit (Wilfrid Lupano), on apprend le plan pour s’emparer du contenu du camion de convoyage de fonds par bribes, par petites touches ; idem pour la réalité de la vie des personnages. Chacun ne se retrouve pas dans la position qu’il occupe au moment du livre par hasard. Chaque événement, incident forme un parcours personnel intéressant et plus complexe que l’image que l’on peut avoir au début de ces deux mecs un peu paumés. Bon, on sent bien qu'il va y avoir quelques soucis pour cette équipe de bras cassés, et finalement tant mieux, mais je ne révèlerai rien.

Le dessin (Rodguen) est vif, expressif et clair. La mise en page assez classique et les couleurs (Ohazar) proches de la réalité. Le tout forme une bande dessinée avec message très bien amené où les rebondissements ne sont pas forcément là où on les attend et où chacun se révèle sous un jour nouveau pour lui comme pour nous lecteurs.

Voir les commentaires

Arrestation et mort de Max Jacob

Publié le par Yv

Arrestation et mort de Max Jacob, Lina Lachgar, La Différence, 2017...,

Fin février 1944, Max Jacob est arrêté par la Gestapo. Il mourra au camp de Drancy quelques jours après. Il vivait depuis plusieurs années à Saint-Benoît-sur-Loire où il était très apprécié. Max Jacob, juif converti au catholicisme depuis presque trente ans était poète, écrivain, peintre, compagnon de route de Picasso, résident du bateau-lavoir, ami de Cocteau... Peu connu, il vécut chichement, mourut dépourvu de biens et pourtant toujours soutenu par ses amis fidèles qui tentèrent de le libérer de Drancy.

De l’œuvre de Max Jacob, je dois bien avouer que je ne connais pas beaucoup. A peine des dessins vus lors d'une exposition au musée des Beaux Arts de Quimper -sa ville natale, en 1876 (1876, c'est la date de naissance de Max Jacob, pas celle de ma visite du musée, entendons-nous bien)-, d'ailleurs dans mon souvenir, une belle découverte, et des petits bouts de texte ici ou là. Ce que je retiens surtout de lui, c'est une présence forte et pourtant assez discrète dans le Paris du début de XX° siècle, au Bateau-Lavoir. J'ai lu plusieurs livres sur le sujet dont ceux de Dan Franck, et chaque fois Max Jacob est là en soutien de ses amis, en retrait et indispensable.

Lina Lachgar se concentre sur les dernières semaines de la vie de Max Jacob. Il vit à Saint-Benoît-sur-Loire (merci Keisha), il est alors cicérone pour la basilique, fonction qui lui sera interdite après l'entrée en vigueur du statut des juifs, puisque bien que converti, aux yeux de Vichy, Max Jacob est toujours juif.

Écrit en courts chapitres, très documentés et référencés, illustrés par des photos de Max Jacob et de divers lieux et documents le concernant, ce livre se lit bien. Il n'est pas une biographie du poète mais juste ses derniers moments. On peut rester sur sa faim en se disant qu'on ne sait pas grand chose de sa vie, mais en le prenant du côté positif, on se dit qu'il est plus que temps de se plonger dans une biographie de Max Jacob et dans ses écrits et que c'est ce court livre qui nous y aura incité.

Voir les commentaires

Nu couché sur fond vert

Publié le par Yv

Nu couché sur fond vert, Jacques Bablon, Jigal polar, 2017.....

Romain Delvès est flic, collège de Margot Garonne. Tous deux sentent que quelque chose les rapproche sans oser faire le pas. Paul, le père de Romain était le riche héritier de la famille Delvès morte en quasi totalité dans un accident. Paul fut assassiné vingt-cinq ans plus tôt, l'enquête n'a pas abouti, Romain est donc l'unique spécimen Delvès encore en vie. Lorsqu'il est victime d'un guet-apens avec son collègue Ivo Fonzi et que lui seul s'en sort, il décide après sa convalescence de venger la mort d'Ivo. Dans le même temps, Margot se penche sur l'enquête du meurtre de Paul Delvès.

C'est un roman qui débute assez tranquillement avec le rapprochement de Romain et Margot et qui tranquillement également installe une ambiance que l'on ne peut pas quitter. Les deux personnages principaux sont dans une phase difficile de leur vie et ça ne va pas en s'arrangeant. Leur complicité qui semble débuter et qui ne s'amplifie jamais vraiment -au moins au début- est un bon ressort  dans ce roman. De même pour les retours en arrière sur l'enfance de Romain, jusqu'à l'assassinat de son père alors que Romain a six ans.

Contrairement à ce qu'il y a de noté sur le bandeau de couverture -qui doit sûrement faire référence à l'un des romans précédents-, je n'ai pas trouvé le rythme haletant, et tant mieux. Certes, il y a de l'action, des rebondissements, des tensions. Certes les personnages sont rugueux, bruts et peu loquaces. Néanmoins, le rythme  plutôt lent, monte doucement, le romancier prend tout son temps pour accroître le suspense. Il privilégie l'atmosphère au bruit et à la trépidation. C'est très bien fait et ça fonctionne parfaitement, je fus saisi dès les premières lignes jusqu'aux ultimes.

Comprenons-nous bien, j'aime les romans fondés sur le rythme fort du début à la fin (cf. Brutale), mais j'aime aussi ceux dans lesquels l'atmosphère tendue est privilégiée à l'action pure et dure. Et dans ce dernier cas, Jacques Bablon s'impose doucement mais sûrement. Alors, ne comparons pas parce que ce n'est pas mon genre, mais bon un peu quand même, on est plus dans du Simenon qui cherche à comprendre ses héros que dans un film d'action étasunien dans lequel on tire avant de comprendre.

L'auteur qui m'avait habitué à un style mâtiné d'argot change cette fois-ci pour adopter la phrase courte, rapide, peu descriptive et allant droit au but. Un français plus classique qui sied admirablement à Romain et son port un rien aristocratique et à Margot, flicque et mère de famille peu encline à la grossièreté et à la vulgarité. Trait bleu et Rouge écarlate, les deux précédents romans de l'auteur étaient donc plus argotiques en mettant en scène des repris de justice ou des mecs rustiques - vous remarquerez la constante colorée dans les titres. Preuve donc s'il en était besoin que Jacques Bablon se pose en auteur de roman noir avec lequel compter, qui ne réécrit pas toujours le même et qui change de type d'écriture en fonction de ses personnages. Très fort, j'aime beaucoup.

Voir les commentaires

Jimfish

Publié le par Yv

Jimfish, Christopher Hope, Piranha, 2017 (traduit par Édith Soonckindt).....

1984, Jimfish est recueilli par un pêcheur de Port Pallid, petite ville d'Afrique du sud. Ni blanc ni noir, le jeune homme change de couleur en fonction de la lumière, ce qui le rend difficilement classable dans le pays alors en pleine politique d'apartheid. Jimfish fait quelques travaux dans le jardin du brigadier Arlow, riche propriétaire sous les ordres de Malala le Soviet, un communiste noir aux théories très farfelues qu'il enseigne à Jimfish. Lorsque le jeune homme est surpris alors qu'il enlace la douce Lunamiel, la fille du brigadier Arlow par ce même brigadier, il est obligé de fuir s'il ne veut pas mourir sous les coups. C'est alors le début d'un voyage de dix années partout dans le monde, de préférence dans les zones difficiles, non par choix, mais par destinée.

La première référence qui vienne en tête, à peine ce roman débuté et qui reste tout du long jusqu'aux ultimes mot, c'est Candide, de Voltaire. Cette fois-ci, ce Candide moderne et africain cherche le "bon côté de l'Histoire". Il se retrouve dans toutes les guerres civiles, conflits ethniques, révoltes de la décennie 84/94 : du Zimbabwe à l'Ouganda, en passant par la Roumanie et Berlin est au moment de la chute du mur, puis il reviendra en Afrique, du Zaïre au Sierra Leone en passant par le Liberia... Malala le Soviet serait son Pangloss, son maître à penser malgré une théorie bancale, bricolée : "La colère met le feu aux poudres. C'est l'antidote à la maladie, au cynisme et au doute. La fureur enflamme les masses et les projette du bon côté de l'Histoire. La rage est le propergol du lumpenprolétariat." (p.16). Cette rage revient souvent et les deux expressions, "le bon côté de l'Histoire" et celle particulièrement tordue le "propergol du prolétariat" sont les leitmotiv du roman et de Jimfish. Lunamiel serait sa Cunégonde qui subit beaucoup de revers et d'outrages.

Christopher Hope écrit lui aussi un conte philosophique. Il modernise le concept de l'homme coupable de tous les maux de la terre, capable de faire la guerre pour un bout de territoire ou pour des origines différentes. Il part de son pays qui a subi longtemps l'apartheid et qui, dans les années ou Jimfish est parti sur les routes, l'a aboli. L'Afrique du sud a fait l'inverse des autres pays qui se sont déchirés. Certes, tout n'y est pas rose, mais en 1994 lorsque le roman prend fin, Nelson Mandela est élu président, chose impensable pour Jimfish parti depuis seulement dix ans et qui a vu toutes les horreurs possibles, entre Tchernobyl, la fin de la dictature de Ceausescu,...

Malgré tout cela, comme son modèle littéraire, Jimfish est optimiste et le roman est drôle et profond. On sourit, non pas aux descriptions des événements, mais aux réactions de Jimfish, décalées, comme si ce jeune homme optimiste ne trouvait pas sa place dans l'Histoire. Il ne comprend ni la dictature et les morts qu'elle entraîne, ni l'exécution rapide et parfois sommaire des ex-dirigeants devenus opposants. En fait, il ne comprend pas qu'on puisse justifier la mort d'un Homme, même si lui-même devra y recourir, mais je vous laisse découvrir.

La fable de Christopher Hope est tout a fait réussie, un peu longue peut-être sur la fin -comme pour l'éternité selon Woody Allen, ou Franz Kafkha selon les sources- mais il faut dire que la décennie a été particulièrement riche en guerres, coups d'état, catastrophes... La naïveté de son héros permet de lire sans dégoût cette suite d'abominations. Elle permet surtout à l'auteur de montrer que l'Homme aime détruire et se détruire. Elle se lit très facilement et si l'on ne veut pas se jeter dans Voltaire parce qu'il fait un peu peur -à tort, bien sûr-, eh bien, la bonne idée, c'est de débuter par Jimfish, plus accessible, plus moderne et puis de se lancer dans Voltaire, parce que c'est Voltaire tout simplement.

Voir les commentaires

Boom, Bust, Boom

Publié le par Yv

Boom, Bust, Boom, Bill Carter, Intervalles, 2017 (traduit par Marie Poix-Tétu)

Bill Carter vit à Bisbee en Arizona, une ancienne ville minière investie depuis des années par des artistes, des hippies. En mangeant les salades de son jardin il se rend malade et se pose la question de la qualité de son sol. Celui-ci analysé révèle des quantités importantes de polluants très dangereux, utilisés dans les mines de cuivre. Il se rend compte que même si la mine est arrêtée depuis longtemps, l'environnement est durablement infecté. Il décide alors d'enquêter sur le monde secret et très rentable des exploitations minières de cuivre particulièrement. De l'ancienne Égypte à l'empire romain, de Bisbee à l'Alaska, il raconte l'histoire de ce métal utilisé partout et par tous.

Passionnante et riche cette enquête -sous titrée Petite histoire du cuivre, le métal qui gouverne le monde- qui refait l'histoire du cuivre depuis sa découverte jusqu'à notre usage actuel dans quasiment chacun de nos gestes quotidiens. Le cuivre est présent partout dans nos maisons : tuyaux de plomberie, fils électriques, dans les voitures, parfois dans les pièces de monnaie, ... Bill Carter fait une sorte de carnet de route, s'arrêtant près de chez lui, dans une ville minière voisine, puis il passe au Mexique, en l'Alaska où un projet de mine pourrait détruire la plus grande réserve mondiale de saumons rouges. A chaque fois, il fait l'historique de la région, de l'exploitation minière locale, des ressources naturelles; et à chaque fois c'est instructif et très intéressant. Les bénéfices et la demande de cuivre sont tels que tous les coups sont permis. Les mineurs sont exploités, se ruinent véritablement la santé pour leur travail et gagnent leur vie difficilement alors que les exploitants engrangent des sommes considérables les classant parfois parmi les fortunes mondiales les plus grosses. Lorsque certains comme à Cananea au Mexique font grève depuis des années pour garder leur travail, le cynisme et l'inhumanité des patrons donnent des frissons : "Je sais qu'ils finiront par être licenciés, chassés et oubliés, le temps que la compagnie emploie de nouveaux travailleurs pour un salaire moins élevé -sans aucune forme d'assurance maladie- et double ses profits. Je sais cela parce que c'est ainsi que marchent les affaires dans le monde actuel. Les travailleurs n'ont plus l'avantage depuis longtemps et ceux qui l'ont aujourd'hui, ce sont les dirigeants d'entreprise, les actionnaires et les hommes politiques qu'ils manipulent." (p.95)

Le monde marche sur la tête en voulant toujours plus, notre consommation a un coût environnemental et humain qu'on ne mesure pas toujours. Évidemment qu'on n'allume pas la lumière chaque jour en pensant aux mineurs exploités qui ont extrait le cuivre des fils électrique, mais ce livre, comme d'autres permet de se poser des questions, de regarder la réalité du monde et de faire des choix de société. Des élections approchent chez nous, que veut-on pour nos enfants et nous-mêmes ? Est-il souhaitable de continuer ce monde dans lequel on obtient tout ce qu'on veut sur un claquement de doigts, lorsqu'on a la chance de gagner correctement sa vie dans un pays riche ? Doit-on confier le pouvoir à ceux dont on sait qu'ils vont en abuser puisqu'ils profitent déjà très largement du système -qu'ils dénoncent souvent- dans leurs postes actuels ?

Ce bouquin remue plus que certains reportages télévisuels ; le pouvoir des mots, des images que l'on se crée en lisant sont souvent plus forts que les images que l'on nous impose, et Bill Carter sait raconter sans être larmoyant. Il raconte des faits, rapporte des témoignages des gens qui veulent simplement vivre décemment. Au travers de cette enquête sur le cuivre, il écrit un livre profondément humain, il s'intéresse vraiment aux gens qu'il rencontre. C'est fort, un peu long certes, mais c'est un livre à poser et reprendre, parce qu'à chaque chapitre on apprend quelque chose. Merci Intervalles de nous permettre de lire ce genre d'essai a priori pas sexy et absolument passionnant.

Voir les commentaires

Passerage des décombres

Publié le par Yv

Passerage des décombres, Antonin Crenn, Lunatique, 2017....

La passerage des décombres est une plante qui prospère dans les terrains vagues, les ruines. Son habitat est celui que les plantes nobles refusent. C'est dans un coin idéal à sa prolifération, des ruines d'un pont de chemin de fer que le narrateur, enfant au début de l'histoire vient jouer. Les années passent et il continue de venir s'isoler dans cet endroit tranquille avec Titus son ami d'enfance.

Antonin Crenn écrit des textes lisibles en ligne -cliquez sur son nom. Ce petit livre est son premier publié. Très court, 10 pages, mais attention, chez Lunatique quand même, une belle maison qui soigne ses parutions. Belle couverture, belle mise en page, même soin apporté à cet ouvrage très fin qu'à un roman plus épais.

Le texte est très beau, un peu mélancolique, des souvenirs d'enfance, comme des périodes heureuses qu'on ne revivra pas, mais il est aussi positif puisque d'autres beaux moments existeront. C'est une nouvelle touchante, tendre, pleine de douceur. L'éveil à la vie, à l'amour, à la rêverie si importante et pourtant délaissée des vies urbaines trépidantes -que j'aime mon rythme de vie qui m'exclut en partie de cette agitation ! Antonin Crenn écrit simplement les choses de la vie, ne bêtifie pas sous prétexte que le narrateur est un jeune garçon. Il y a longtemps que j'ai passé l'adolescence et l'état de jeune adulte -il y a un mot pour cela ?-  mais j'aurais pu m'y replonger, que dis-je, je m'y suis replongé avec grand plaisir.

A très court texte, très courte analyse, mais beau livre et juste prix : 3€. Ce serait dommage de s'en priver.

Voir les commentaires

1 2 > >>