Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gwaz-Ru

Publié le par Yv

Gwaz-Ru, Hervé Jaouen, Presses de la cité, 2013...,

Nicolas Scouarnec, dit Gwaz-Ru, l'homme rouge en rapport avec ses idées politiques naît au début du 20ème siècle. Il quitte tôt la ferme familiale pour tenter sa chance en ville, à Quimper, maçon, encouragé par un maçon communiste qui l'enrôle au parti. Mais Gwaz-Ru est une forte tête et obéir aveuglément lui semble insupportable. Néanmoins, il continue à frayer avec le PC, travaille sur les chantiers et rencontre Tréphine qui deviendra sa femme. Lorsque l'opportunité de retourner travailler la terre se présente, Gwaz-Ru et Tréphine n'hésitent pas, ils partent pour Goarem-Treuz, une ferme dans laquelle ils passeront une partie de l'entre-deux-guerres et le conflit de 39/45. Ils fondent une famille nombreuse et vivent la vie de nombreux paysans de l'époque.

Hervé Jaouen commence cette histoire à la fin de la Première Guerre et la finit (provisoirement, car une suite est prévue) en 1944, à la libération de Quimper et des environs. Comme d'habitude avec lui, ses personnages sont forts, aux caractères bien trempés, totalement ancrés dans leur terre natale. Dire de Gwaz-Ru qu'il est têtu serait un pléonasme, il est Breton, ça devrait suffire pour connaître son entêtement, son côté obtus et rigide et indépendant. C'est un beau personnage, un patriarche qui ne s'en laisse pas compter, mais Hervé Jaouen n'en a pas fait un tyran : il règne sur sa maisonnée, c'est à la fois une réalité et une tromperie ; certes, il dirige, prend des décisions, mais Tréphine est omniprésente, et si dans certains romans ou films, on doit deviner que derrière l'Homme se cache la Femme, là Tréphine n'est absolument pas en retrait. L'auteur en fait une femme douce, travailleuse et aimante pour son mari et ses enfants, mais au caractère assuré et assumé qui ne se prive pas de dire à qui de droit ce qu'elle pense, ce que d'ailleurs Gwaz-Ru accepte et aime aussi chez elle.

Souvent chez Hervé Jaouen, je trouve des portraits jouissifs, ce roman ne fait pas exception :

"Un nommé Fichou, une espèce de gnome, batracien binoclard mâtiné de pécari : une figure plate de crapaud, mais plantée d'un long et gros nez recourbé comme une trompe qui touchait sa lèvre supérieure. [...] Dans le civil, contrôleur des impôts, Fichou, de derrière ses culs de bouteille, fixait sur vous un regard de Méduse, vous écoutait parler..." (p.117)

L'écriture est truculente, tout à fait adaptée au parler franc et direct des paysans de l'époque (enfin, ce que j'en imagine, puisque je n'étais point né), et si elle fait la part belle aux protagonistes, elle n'oublie pas de parler du pays, de la Bretagne, présente dans toutes les pages, à la fois par son paysage, par son climat et sa langue, le breton que parle une grande partie des intervenants, Gwaz-Ru en premier. 

Pour être très franc, ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur, le genre saga quand bien même il se passe en Bretagne n'est pas vraiment mon truc, je me suis même demandé plusieurs fois pourquoi je continuais à le lire, mais j'étais bien incapable de m'arrêter et même survoler comme je peux le faire parfois m'était difficile. Je n'ai donc point boudé mon plaisir et ai humé profondément l'air breton qui devait passer entre les pages, dans les mots de Gwaz-Ru et Tréphine et dans l'écriture d'Hervé Jaouen, toujours au diapason des histoires qu'il raconte avec talent.

Voyez ce qu'en pensent d'autres lecteurs, Cécile (des huit plumes), Claude

Voir les commentaires

Les faibles et les forts

Publié le par Yv

Les faibles et les forts, Judith Perrignon, Stock, 2013.....

Louisiane, 2010, les flics font irruption dans une maison d'une famille noire ; ils mettent tout sens-dessus-dessous, fouillent à corps Marcus, le jeune homme de dix-sept ans, l'aîné de la famille qui compte aussi deux autres garçons et deux filles, la mère et la grand-mère. Comme depuis toujours, les noirs des États-Unis sont une cible privilégiée, les ados en particulier. Mary Lee, la grand-mère raconte aussi son enfance, dans les années 40/50, lorsque la ségrégation était encore très présente, quand suite à l'ouverture des piscines aux noirs, en 1949, la ville de Saint-Louis vécut une émeute. Les deux périodes se relieront tragiquement.

Un bouquin extra qui commence comme un dialogue par chapitre interposé. La grand-mère commence à parler à Marcus son petit-fils, puis suivent Dana, la mère, les frères et sœurs de Marcus et Marcus lui-même. Puis, on remonte 60 ans en arrière pour vivre les émeutes de Saint-Louis, Missouri, lorsque Mamy Lee était jeune fille, avant de revenir à aujourd'hui pour une tragédie qui sera expliquée par le passé. Ce qui fait la force de ce livre, c'est bien sûr le thème qu'il traite : le racisme, la haine de l'autre, sujet qui malheureusement sera toujours d'actualité je le crains. Et ce n'est pas l'époque actuelle qui est la plus tolérante, chaque jour l'actualité nous montre un faits divers ou des phrases des uns et des autres attisant la haine et les peurs. Judith Perrignon écrit là un vrai roman américain comme aurait pu le faire par exemple et sans comparaison Toni Morrison (le peu que j'ai lu d'elle m'est revenu en mémoire à la lecture de ce roman). Elle dresse le portrait d'un jeune noir de maintenant vu par les yeux de sa grand-mère : "Tu vois bien comment c'est dans ce pays, comment fait la police, et puis les juges ensuite. Tu l'attends on dirait. Tu t'habilles déjà comme si tu étais là-bas [en prison]. Avec ton pantalon qui laisse voir ton cul, tu plaides coupable. Tu sais ce que ça veut dire, là-bas, en prison, ce pantalon qui tombe ? Bien sûr que tu le sais. Mon cul est à prendre, c'est ça que ça veut dire. Tu veux que quelqu'un s'occupe de ton cul en prison, Marcus ? Oh, boy ! J'ai honte. Envie de te battre. Tu ne comprends pas que tu ressembles à ce qu'ils pensent de toi, à ce qu'ils attendent de toi, que tu fais mal aux tiens, à ceux qui sont là comme à ceux qui sont morts !" (p.12/13) "C'est tout ce que je vous demande, mes enfants, tenez-vous droits. Tiens-toi droit, Marcus, ne donne pas à ceux qui nous méprisent depuis la nuit des temps de quoi justifier encore cette vieille haine contre nous." (p.17)

Les personnages sont formidables, on les voit même s'ils ne sont pas décrits physiquement, on les sent vivre et vouloir se battre pour montrer qu'ils existent, même quand comme Dana la mère, ils sont fatigués de toujours lutter. Mon seul bémol est ma difficulté du départ à me retrouver dans tous les prénoms énoncés qui s'estompe assez vite, puisque chacun s'exprime à tour de rôle.

La force de ce texte tient aussi au style, à l'écriture de Judith Perrignon. Les narrateurs alternent, chacun racontant sa vision des faits, de la vie. Les phrases sont longues, très ponctuées, parfois des bribes de dialogue s'y insèrent.  Une longue mélopée. Une supplique. Une prière d'une grand-mère à son petit-fils. Elle varie aussi les styles dans les différentes parties, entre dialogues, témoignages (celui du sauveteur est magnifique, lourd, insupportable et d'une beauté et d'une profondeur rares), récits. Évidemment, tout cela n'est pas très joyeux, peu de place est faite aux sourires ou aux rires, sûrement parce que la famille de Marcus a peu de raison de se réjouir de la vie qu'elle mène. Un très beau texte qui m'a scotché par sa force sur un thème pourtant souvent traité et qui me touche particulièrement.

Babelio recense quelques avis

 

 

rentrée 2013

Voir les commentaires

Yeruldelgger

Publié le par Yv

Yeruldelgger, Ian Manook, Albin Michel, 2013.....

Le commissaire Yeruldelgger qui officie à Oulan Bator enquête sur le meurtre de trois Chinois retrouvés émasculés dans une usine. On l'envoie aussi à trois heures de piste de la capitale mongole pour déterrer le cadavre d'une petite fille découvert par des nomades. Ce crime atroce, déjà ancien réveille en Yeruldelgger, une plaie encore béante, celle du meurtre non encore élucidé de sa fille, Kushi cinq ans plus tôt. Le commissaire qui depuis cette disparition a additionné les mauvais coups et qui évolue sur la corde raide ne risque-t-il pas de sombrer encore un peu plus de manière irrémédiable ?

Pour une fois, je vais faire court, je n'aurai qu'un seul mot : Excellent ! Lâchez vos bouquins et précipitez-vous en Mongolie !

Bon, je vous le concède, j'ai largement dépassé le seul mot promis, mais j'ai été tellement emballé par ce polar que je ne voudrais vous faire passer qu'un seul message, celui de le lire à votre tour. Si vous vous souvenez, j'avais été emballé par Le dernier Lapon, polar lapon écrit par un Français, et je n'avais pas menti puisqu'il a plu à quasiment tous ceux qui l'ont lu et qu'il a eu les honneurs de citations et d'au moins un prix (deux pour être précis, Quais du polar et Mystère de la critique) Eh bien, sans vouloir comparer, il y a des similitudes, Yeruldelgger est un polar mongol écrit par un Français et qui nous plonge en plein cœur d'un pays qui a du mal à se remettre de la domination soviétique et de l'omniprésence économique de la Chine. Le contexte est formidable (alors, ne soyez pas surpris si j'utilise des adjectifs forts, voire des superlatifs, je ne sais pas minimiser mon enthousiasme) : la Mongolie entre modernisme et richesse, Oulan Bator qui voit des buildings de verre et d'acier s'ériger, des villas pousser dans certains quartiers, mais aussi entre tradition et extrême pauvreté, des nomades venus en ville dans l'espoir d'y travailler et qui pour ne pas mourir vivent dans les égouts qui n'en sont d'ailleurs pas, mais plutôt des souterrains dans lesquels les tuyaux d'eau chaude qui alimentent les habitations réchauffent les squatteurs leur permettant de passer l'hiver rude en ces contrées, ou d'autres ex-nomades qui ont planté leurs yourtes aux bords de la capitale se regroupant en des quartiers pauvres tels des bidonvilles, et sans oublier les nomades qui continuent à vivre dans les steppes, s'occupant de leurs troupeaux et continuant à vivre au rythme des saisons, des croyances et des rites des anciens. Néanmoins ceux-là vivent bien au temps présent, "ne polluant pas la scène de crime" pour suivre les ordres d'Horacio Caine dans Les Experts.

Les personnages sont excellents, si l'on oublie très vite (très largement faisable) les quelques clichés concernant Yeruldelgger (flic brisé par la mort de sa fille qui ne cherche plus rien si ce n'est stopper les criminels). Il a disjoncté, est totalement incontrôlable mais il n'est pas que cela, c'est aussi un enfant qui a été élevé dans un temple shaolin qui a enfoui les enseignements en lui qu'il devra retrouver pour mener à bien son enquête et sa quête de lui-même. Personnage très complexe, très bien travaillé par Ian Mannok. Il collabore avec Solongo, médecin légiste amoureuse de Yeruldelgger depuis longtemps et qui attend qu'il trouve la paix en lui pour venir vers elle. Si elle l'attend, dans son travail elle est redoutablement efficace. Oyun est l'adjointe du commissaire, jeune et jolie avec beaucoup de caractère dont elle aura besoin pour faire face à ses collègues et aux truands. Gantulga est un jeune garçon des rues qui s'attache à Oyun et qui grâce à sa débrouillardise et son sens de la répartie l'aidera efficacement. 

Un polar assez violent comme l'est sans doute la société mongole, avec des scènes dures mais très supportables, l'hémoglobine ne coule pas à flots. Une maîtrise parfaite de Ian Manook qui distille des indices au long de son livre qui font deviner au lecteur des choses avant même les enquêteurs. 540 pages sans répit, sans repos qui m'ont scotché et accroché comme rarement (540 pages pour moi, c'est énÔrme). J'aurais pu parler des néo-nazis mongols (théorie très intéressante d'ailleurs de voir que la Shoah est peu connue là-bas, ce n'est pas leur histoire, de même que la leur ne nous est pas très connue), des flics ripoux, des intérêts économiques. Je pourrais  expliquer  mon emballement et mon billet dithyrambique par la fascination que j'ai pour ce pays depuis plusieurs années (bon, quitte à faire cliché, les steppes m'attirent plus que la laideur d'Oulan Bator). Tout cela je pourrais le faire et même en dire encore beaucoup plus sur ce roman policier tellement il est riche, j'ai l'impression de n'avoir pas dit la moitié de ce que j'avais à dire. J'avais noté plein d'extraits à vous citer pour vous allécher, mais je n'ai plus la place. Mais comme vous ne pourrez résister à mon appel à faire de ce roman un vrai succès très largement mérité, vous les lirez vous-mêmes. Et puis, pour finir, une bonne nouvelle, que dis-je excellente, Ian Manook prévoit une suite...

 

 

 

polars

rentrée 2013

Voir les commentaires

Sotchi pour mémoire

Publié le par Yv

Sotchi pour mémoire, Guillaume Reynard, Jean-Claude Taki, Éd. Intervalles, 2013.....

Un mail malhabile envoyé de Russie : "29 août Olga enfonce dans la mer. L'enterrement 6 septembre." informe les auteurs du livre qu'Olga est morte noyée, près de Sotchi. Ils partent alors dans cette ville tenter de comprendre les raisons de cette noyade.

Les ceusses d'entre vous qui viennent régulièrement sur le blog vont penser que je débloque, que l'Alzheimer est là en moi, puisque j'ai déjà parlé de ce livre. Que nenni, bande de médisants ! Si j'ai effectivement déjà évoqué cette histoire, c'est dans le roman de Jean-Claude Taki intitulé Sotchi inventaire. Là, je cause d'un livre illustré basé sur le même récit. Jean-Claude Taki est au texte, beaucoup plus poétique ; il parle essentiellement d'Olga, de sa noyade de ses efforts pour ne pas sombrer, elle la fille forte toujours prête à lutter à ne pas renoncer. Il évoque les éléments ou plus précisément l'élément liquide qui aura raison de ses forces mais sans doute pas de sa volonté. Alors que dans le roman, il s'attardait sur le voyage du narrateur, Guillaume, sur son séjour à Sotchi, ses rencontres et ses dessins, là sa poésie ne parle que d'Olga. Une suite logique du roman en quelque sorte. La mise en page m'évoque des lettres, peut-être de l'alphabet russe ? Elle donne une scansion particulière, parfois un seul tout petit mot sur une ligne, parfois une grande ligne de 20 mots. Un beau poème qui, je l'avoue, m'aurait sans doute laissé pantois si j'avais débuté l'histoire d'Olga par lui, mais je ne suis pas très ouvert au genre poétique que je ne saisis pas souvent. Là, le fait d'avoir lu d'abord le roman me permet d'apprécier le rythme, le choix des mots, la mise en page car je comprends le sens. J'aime beaucoup cette suite poétique du roman, très belle idée qui est un moyen de s'exprimer autrement et de toucher des lecteurs de manière différente.

Guillaume Reynard est aux dessins. Il s'en tient beaucoup plus au voyage, au séjour, comme s'il était le Guillaume du roman (?), celui qui remplit des carnets de ses dessins de Sotchi, des lieux, des paysages et de quelques (rares) personnes rencontrées. Un dessin gris aux traits fins, fragiles qui reproduit la cabine de l'avion, les chambres d'hôtels, la plage, la cantine, ... Très réaliste, il fige les moments de doute de Guillaume avant de se rendre sur la plage sur laquelle s'est noyée Olga. C'est vraiment une excellente idée que ce livre illustré, car il me permet de visualiser tout ce que JC Taki décrit dans le roman, et ma frustration de n'avoir pas encore vu le film Sotchi 255 (réalisé sur le même thème par JC Taki) en est largement amoindrie. Et moi, je (très égocentré Yv) lis en visualisant, d'où ma difficulté parfois avec la poésie et/ou les essais. En outre, l'idée que l'on puisse à partir d'une même histoire, créer différents supports pour tenter d'en faire le tour, pour toucher tout le monde et pour tâter de différents arts me ravit, c'est un procédé qui me plaît bien. 

Un beau livre qui va naturellement rejoindre sur les rayons de mes étagères Sotchi inventaire, deux bouquins qui doivent pouvoir se lire indépendamment l'un de l'autre, ce qui m'est difficile à dire puisque j'ai lu les deux, acte intelligent que je vous conseille vivement.

 

rentrée 2013

Voir les commentaires

Délivrez-nous du mâle

Publié le par Yv

Délivrez-nous du mâle, Betty Bonamy, Éd. L'Atelier des métamorphoses (auto-édition, distribué par Lulu.com), 2013...,

Dick Helmer est un écrivain à succès, marié à Maria-Louisa, fille de son éditeur. Il se retire quelques jours dans la campagne de Bourgogne pour écrire. Là, il fait connaissance de la superbe Édith qui l'entraîne dans une soirée échangiste. Très branché cul, Dick y trouve son compte. Mais en rentrant, il se dispute avec Édith qui glisse au fond d'un ravin. Dick s'enfuit la voyant morte au fond du trou.

Betty Bonamy écrit là une parodie de roman policier très agréable et alerte. L'intrigue est cohérente, vraisemblable et les personnages assez bien dessinés pour qu'on y croie. Helmer est un hâbleur, un homme qui ne sait résister à une belle femme, qui s'ennuie dans un mariage de convention qu'il ne briserait pour rien au monde, de peur du même coup de mettre un terme à sa carrière d'écrivain. Édith est une belle jeune femme mariée à Gontrand, 25 ans de plus qu'elle, qui a envie d'aventures, d'hommes et de sexe libéré. Ils étaient faits pour se rencontrer. Gontrand se morfond en attendant le retour de sa femme et Maria-Louisa est très en retrait. N'oublions pas les flics, caricaturaux jusqu'à en être risibles. Au passage, l'auteure n'hésite pas à gentiment égratigner le petit monde de l'édition et de l'écriture.

La parodie, on la trouve dans les noms des intervenants, dans le choix du vocabulaire : un très joli et très large éventail de mots venus tout droit de l'argot, du langage familier et des néologismes : "Helmer tournait en rond depuis plus d'un quart d'heure dans sa cuisine, pendant que sa cafetière dourdouillait gentiment sur son socle." (p.145). L'un des flics parle en mangeant une voyelle sur deux (heureusement il n'intervient que peu, sur la longueur ce serait lassant). Lorsque Édith et Dick se retrouvent au Château, dans une partie fine, Betty Bonamy fait preuve d'une belle panoplie de sex-toys : "... il connaissait le petit canard, les pompe-nœuds, ou pompes à pénis, le double gode, le baillon-boule, le vibro up and down, les œufs vibrants, le suceur de tétons à coulisse, le plug anal, les vibro rabbit, mais pas les boules de geisha, si tant est qu'elles en aient..." (p.94). Avec cette citation je me rends compte que je prends le risque de me faire un public d'amateurs ou de professionnels du genre voire de dépravés ou de libidineux... Chère Betty, je vous renverrai les commentaires graveleux...

La mise en page est un peu étonnante, un interligne large et une police assez grande. L’avantage, c'est qu'on a l'impression d'avancer vite, l'inconvénient c'est pour la consommation de papier (mon côté écolo n'est jamais très loin de  mes préoccupations quotidiennes). 

Bref, tout cela pour dire que j'ai passé un très bon moment avec ce roman policier à ne pas prendre au sérieux.

Ce roman est auto-édité et disponible sur Lulu.com/fr en format e-book pour un prix modique et en format papier pour un prix très accessible (11€). 

 

polars

région-copie-1

Voir les commentaires

Miss Lily-Ann

Publié le par Yv

Miss Lily-Ann, Lucienne Cluytens, Éd. Krakoen, 2013....

Miss Lily-Ann est une entreprise familiale à Roubaix. Détenue par la famille Barré depuis des générations, elle a périclité jusqu'à l'arrivée à sa tête de Liliane Barré, jeune femme dynamique, dure en affaire qui a lancé la ligne Miss Lily-Ann. Désavouée par les actionnaires, elle a dû faire appel à des fonds privés venus du Japon, de yakuzas. Lorsque Blanche Barré, la vieille tante qui menait une vraie bataille contre Liliane est retrouvée morte, les habituelles questions sur les raisons du crime se font jour. A qui profite-t-il ? Le commandant Flahaut, assisté du capitaine Sauvignon -qui ne s'apprécient pas du tout- mènent l'enquête.

Pas mal du tout cette enquête en pays nordiste. Le contexte me rappelle pas mal de livres ou de films se passant dans des usines textiles -ou autres- dans des villes qui n'ont longtemps vécu que par cette activité. Lorsque celle-ci a décliné, les emplois ont suivi la même courbe et beaucoup de familles se sont retrouvées dans des situations difficiles. Lucienne Cluytens rend bien l'atmosphère, elle décrit le monde ouvrier, le travail dur et bien fait, les heurts et la mésentente quasi éternelle entre patronat et salariés, la toute puissance déclinante des familles d'industriels qui faisaient office de "pères et mères" pour les employés et les familles de la ville. C'est donc dans ce contexte particulièrement bien campé qu'a lieu le premier meurtre. Il verra aussi la naissance d'une idylle entre Pauline, styliste intérimaire et Martial, le mécanicien qui arrive de la Guadeloupe pour un contrat de 6 mois, qui devient, par hasard, et avant l'assassinat, l'ami de Marc Flahaut, le flic. Le décor planté, l'enquête peut débuter. Pas forcément ébouriffante (c'est un polar pas un thriller, et tant mieux !), elle tient cependant largement jusqu'au bout, et personnellement si j'ai découvert deux ou trois petites choses au cours de ma lecture qui me semblaient importantes, j'ai suivi la résolution de l'intrigue avec beaucoup de plaisir et d'envie de connaître les détails. On pourrait la croire un peu pépère cette enquête, ça ne tire pas dans tous les coins (dans tous les sens du terme si je puis me permettre, ni violence ni sexe, enfin si, mais suggéré, pas décrits par le menu), ça ne va pas à deux cents à l'heure, même si Marc Flahaut et Martial sont motards, mais la touche japonaise "exotise" le polar et lui fait prendre des chemins pas habituels. Et puis, le lecteur, s'il est un peu perspicace repère ici ou là, des indices semés dans les pages qui serviront à l'explication finale.

Rythme pas effréné donc, juste ce qu'il faut pour tenir les lecteurs, style "lâché" entre langage oral, familier notamment dans les nombreux dialogues et écriture simple et directe dans le reste du texte. Un roman policier à mettre entre toutes les mains et sous tous les yeux qui devrait ravir la grande majorité des propriétaires de ces mains et de ces yeux. Il débute comme ceci :

"D'un geste nerveux, Liliane Barré claque la portière de son petit coupé Audi rouge. Elle est mal garée, mais en fin d'après-midi, surtout aux beaux jours, il n'y a jamais de place avenue Le Nôtre : les Roubaisiens profitent un maximum du parc Barbieux, situé en plein cœur de la ville. Indifférente aux arbres majestueux et d'essences rares, pourtant au plus beau de leur floraison de printemps, elle accélère le pas, ses hauts talons martelant le bitume, jusqu'à la grille de la propriété de sa tante." (p.11)

Une découverte pour moi des éditions Krakoen sises à Roubaix (quoiqu'avec un nom de consonance bretonnante) qui me laisse augurer d'autres lectures fort intéressantes et distrayantes.

polars

région-copie-1

rentrée 2013

Voir les commentaires

Loupo

Publié le par Yv

Loupo, Jacques-Olivier Bosco, Éd. Jigal, 2013.....

Loupo est aussi connu comme Le Flingueur. Spécialiste des petits casses, qu'il mène en trio, Kangou pour le soutien logistique, la moto, et Le Chat pour les informations. Pendant le braquage d'une poste, il tire accidentellement sur un enfant qu'il blesse grièvement. Dès lors, c'est la fuite en avant, les flics qui le pistent, des coups tordus avec des allumés d'une cité, la vengeance froide ou encore chaude. Et toujours l'image de ce gamin qui le hante...

JO Bosco, c'est d'abord un rythme énervé, effréné, un bouquin qui débute comme cela :

"Mes paupières s'arrachent, la lampe de chevet brûle mes rétines et je me redresse d'un coup. Le cœur en vrac, j'étouffe, j'ai soif. Je suis trempé, normal, j'émerge. Toujours les mêmes images, le même rêve, la même scène. La flamme sort de la gueule d'un canon et la balle gicle comme du sang. Les doigts devant son visage s'envolent. Derrière, il y a ces yeux, ces feux, cette folie, comme un break de batterie, un roulement de basse, un riff de guitare, comme un cri. La violence et la peur. Avant que la balle ne frappe." (p.7)

Qui continue au même rythme, se reposant de temps en temps avant de repartir de plus belle. Loupo, c'est La fureur de vivre, version petit malfrat 2013. On est dans la tête de Loupo, encore jeune homme, au passé lourd et au présent à peine plus léger. JO Bosco sait les rendre lui et son acolyte Kangou si ce n'est éminemment sympathiques au moins touchants et attachants. Parce que malgré les balles, la violence, le vocabulaire, la rapidité, la haine et la soif de vengeance ce polar est avant tout une histoire d'hommes, pas la virilité (un peu quand même), mais l'humain, les relations et les sentiments. Tout ce que fait Loupo, il le fait par amitié pour Kangou ou Le Chat, même lorsqu'il sait que ça ne sert à rien. Lui-même n'en tire aucun bénéfice : il vit seul dans une chambre de bonne, ses paquets de fric empilés dans une armoire.

Ce polar est avant tout une histoire d'amitié, de fraternité même puisque lorsque Loupo parle de Kangou, il l'appelle son frère. Beaucoup d'humanité dans cet homme déjà mal en point qui ne se remet pas d'avoir blessé un enfant.

JO Bosco fait passer tout cela dans son style haché, direct et cru. J'ai parfois eu des réminiscences de Ken Bruen notamment lorsqu'il met en scène Jack Taylor (Le démon, par exemple), juste des images, sans comparaison aucune. Deux écritures avec des similitudes qui sollicitent les mêmes neurones.

Pour info et précision, j'ai déjà lu et beaucoup aimé deux livres de JO Bosco : Le cramé et Aimer et laisser mourir. Vous ne connaissez pas encore cet écrivain ? Une faute quasi impardonnable ! Allez voir chez Jigal, il y a un catalogue de polars assez impressionnant et varié.

Pas mal d'avis des spécialistes du polar : Actu du noir, Action-suspense, Du bruit... 

 

rentrée 2013

polars

Voir les commentaires

Arthus Bayard et les maîtres du temps

Publié le par Yv

Arthus Bayard et les maîtres du temps, Laurent Bettoni, Éd. Don Quichotte, 2013...

Depuis la mort de ses parents, Arthus, 14 ans, vit chez les meilleurs amis de ceux-ci, avec Lalie, leur fille, 14 ans également, Loreena, la gouvernante et Tomaso, l'homme à tout faire de la grande maison. Un jour, par hasard, Arthus découvre qu'il voyage dans le temps et qu'il revient sans cesse dans le Paris de 1912. Il décide d'emmener Lalie, Loreena et Tomaso pour tenter d'élucider ce mystère et de déjouer un complot qui pourrait bien changer la face du monde futur, celui duquel ils viennent.

J'ai dû perdre mon âme d'enfant et je m'en rends compte en lisant ce roman d'aventures qui, s'il ne m'a pas déplu ne m'a pas vraiment scotché non plus. J'aime bien l'idée des voyages dans le temps, l'écriture de Laurent Bettoni est agréable et tient la route, légère, non sans humour, un brin de romance entre Arthus et Lalie et entre Loreena et Tomaso, juste ces à-côtés qui ferrent le lecteur (ça marche aussi dans les films, les séries télévisées depuis très longtemps ces flirts -ou plus si affinités- entre les héros ou entre les personnages secondaires, mais attention, jamais entre un héros et un rôle secondaire). Certaines scènes sont prévisibles comme Arthus jouant Great balls of fire de Jerry Lee Lewis au bal de la comtesse en 1912 (déjà vu dans Retour vers le futur, film qui parle à ceux de ma génération mais sans doute pas au public visé par ce livre) ; ce qui l'est moins et que j'ai trouvé très drôle (hilarant pourrais-je même dire ; non, non je ne dirai pas hallucinant comme il est d'usage en ce moment), c'est la danse de Nijinski sur cette musique et surtout le dialogue totalement décalé, imprévisible et incroyable entre Jean Cocteau et Marcel Proust, usant tous deux du langage des jeunes de maintenant importé par Lalie et Arthus. Savoureux quoiqu'un peu longuet (un extrait) :

"- C'est trop de la bombe ? demanda Cocteau à Lalie. Qu'entendez-vous par là ?

- Ben, que c'est de la balle, une tuerie, un truc de ouf, quoi, précisa Arthus.

- Entendez-vous cela, Marcel ? Ces jeunes gens manient une langue d'une inventivité extraordinaire.

- Oui, c'est vraiment drôle. [...], toutes ces expressions signifient-elles "c'est rudement bien" ou dans un registre plus populaire, "c'est rudement bath" ?- Oui, confirma Lalie, c'est bien ça.

- Et qu'est-ce qu'un "ouf" ? se renseigna Cocteau

- Un fou, en verlan

- Je comprends de moins en moins, mais j'adore.

- Le verlan, c'est quand on inverse les syllabes. [...]

- Délicieux, se réjouit Cocteau. Par exemple, "Marcel" et "Celmar".

- Ou "Jean" et "Anje", proposa Proust. Mon cher Jean, en verlan vous êtes un ange.

- C'est trop de la bombe, lança Cocteau dans un éclat de rire

- C'est de la balle, enchérit Proust." (p.73/74)

Il faut reconnaître du talent et de l'audace à Laurent Bettoni pour oser placer dans un roman destiné aux adolescents le trio ci-avant-cité : Celmar Proust, Anje Cocteau et Nijinski (pas de verlan pour lui absent du dialogue) ! Mais cet intermède n'empêche pas les méchants de sévir et Arthus et sa bande de vouloir les en empêcher. L'aventure est au coin des rues et dans les pages de ce roman que je vais m'empresser de déposer sur le chevet d'un jeune homme de ma connaissance qui devrait en faire bon usage et qui, je subodore, l'appréciera. Et mon petit doigt me dit que suite il devrait y avoir....

Babelio est assez enchanté

 

polars

région-copie-1

rentrée 2013

Voir les commentaires

Sotchi inventaire

Publié le par Yv

Sotchi inventaire, Jean-Claude Taki, Éd. Intervalles, 2013....

Guillaume est dessinateur. Il reçoit un jour un mail en un français approximatif, lui disant qu'Olga est disparue en mer. Olga est une jeune femme kazakhe qu'il aime et qui l'aime qu'il avait rencontrée lors d'un reportage au Kazakhstan. Il devait la rejoindre, Olga, s'était installée en Russie, à Sotchi. Plusieurs mois après sa mort, Guillaume arrive à Sotchi et cherche des lieux, des gens qui ont rencontré Olga pour les dessiner, pour comprendre comment elle est morte.

C'est un roman très particulier qui s'attache beaucoup aux sensations de Guillaume, à son mal-être visible, à sa mélancolie omniprésente, qui parle aussi beaucoup de la Russie actuelle, celle des petites gens qui vivent à Sotchi, grande ville (370 000 habitants) au bord de la mer Noire. Guillaume y élit domicile dans un petit hôtel typique, qui date de 1936, choisit une chambre sans luxe, mange dans les cantines ou les restaurants bon marché dans lesquels il côtoie les travailleurs russes, beaucoup de femmes, cantinières, serveuses, femmes de ménage... Il prend son temps. Il dessine. Surtout les lieux. Finalement pas pressé de répondre à la question qui l'a mené dans ces lieux : les raisons de la mort d'Olga. J'ai lu ce roman comme un livre de rencontres avec des personnes, avec des bâtiments, des sites, comme si Guillaume avait besoin de s'imprégner totalement de la Russie pour comprendre sa vie et la mort d'Olga. C'est un homme que cette disparition a mis à l'envers et qui doit se reconstruire en passant par Sotchi. Il n'aime pas le superficiel : "Depuis longtemps, seuls les défauts chez une personne t'intéressaient. Tu trouvais ridicule l'image parfaite, glacée, sans faille, de l'homme contemporain et tu ne comprenais d'ailleurs pas comment on en était arrivé là. Pourquoi, c'était simple ? Un individu lisse et hygiéniste consomme énormément, à tel point qu'il finit par devenir lui-même une marchandise." (p.17) La ville n'est pas très belle, certains endroits ont subi les constructions de la période communiste, mais d'autres ont pu garder leur charme : Guillaume y déambule, parfois accompagné, souvent seul. On est quasiment dans un reportage sur la ville (future hôte des Jeux Olympiques, en 2014) mais aussi avec les personnages du roman. Très étonnant, original, et je me suis même demandé plusieurs fois ce qui, dans ce bouquin, faisait que j'avais envie de le continuer. Parfois, je laisse tomber un livre sans vraiment savoir pourquoi, je suis capable de voir qu'il a des qualités, mais je n'y arrive pas. Là, c'est l'inverse, je lis ce bouquin que j'aime, sans savoir vraiment pourquoi. Je pourrais dire que ce sont les personnages de JC Taki, leurs rencontres, leurs doutes et remises en cause ; sans doute. L'atmosphère qu'il sait créer : sûrement. La Russie qui fascine toujours autant : assurément. L'écriture de JC Taki ; indubitablement. A mon avis, c'est le mélange de tout plus le goût et l'envie également de lire des choses qui sortent du lot des romans habituels.

Un roman écrit à la deuxième personne du singulier, comme si l'écrivain interpellait Guillaume, lui rappelait ses faits, gestes et pensées. Peu de dialogues, pas mal de descriptions courtes, des femmes, des lieux et des situations, dans une belle langue dont JC Taki sait jouer, tel ce zeugma : "Il y avait beaucoup de circulation. Les camions crachaient leur fumée noire, les voitures leur fumée grise, les deux-roues leur fumée blanche et toi tes poumons."(p.61). Premier roman de JC Taki qui est aussi -entre autres- réalisateur, et qui, pour la même histoire à réalisé Sotchi 255 (le numéro de la chambre d'hôtel de Guillaume), que je regarderais bien, intrigué et curieux que je suis. 

L'inventaire du titre est celui des objets présents dans la chambre de l'hôtel, que l'on retrouve en titre des chapitres. Un petit tour en Russie ?

rentrée 2013

Voir les commentaires

1 2 > >>