Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #jeunesse tag

Juste à temps !

Publié le par Yv

Juste à temps !, Tomi Ungerer, L'école des loisirs, 2019, (traduit par Rosalind Elland-Goldsmith).....

La Terre est quasi vide. Tous les êtres vivants sont partis sur la Lune. Seul Vasco reste. Son ombre le guide, lui évitant les catastrophes. Puis elle le conduit vers deux missions : apporter une lettre à un destinataire et sauver Poco, un jeune orphelin.

Tomi Ungerer dessine la Terre abandonnée desséchée, vidée de quasiment toute vie, une fois que les hommes l'ont épuisée et anéantie, à grands traits rectilignes. Les créations humaines sont droites, hautes et elles finissent par s'écrouler. Ce n'est pas réjouissant, mais il y a un espoir, la vie n'est pas détruite, il reste Vasco et Poco.

Bel album de science-fiction aux dessins simples, peu chargés et au texte court et direct. Une lecture à voix haute aux enfants permettra d'aborder les questions de la survie de la planète, de nos modes de consommation et de vie, de l'entraide entre hommes -avec un peu d'extension, on peut voir une allusion aux réfugiés qui bravent moult dangers pour finir mal accueillis en Europe.

Album posthume, Tomi Ungerer est décédé le 9 février 2019

Voir les commentaires

Alba, voyage musical en Angleterre

Publié le par Yv

Alba, voyage musical en Angleterre, Zaf Zapha, Les MamouchkAs, Caroline Chotard, LaCaZa musique, 2019.....

Le principe de cette collection destinée aux enfant est de nous faire voyager dans un pays en musique. A l'aide de chansons écrites pour la circonstance, par Zaf Zapha et Caroline Chotard et d'autres traditionnelles mises au rythme et aux instruments locaux. La Mère Michel, Frère Jacques, V'la le bon vent, ... ici sont très rock. La berceuse Frère Jacques prend des allures de The Clash, Jeanneton ressemble à un titre des Beatles. Bref, c'est comme toujours très bien fait et instructif, puisque outre le CD inclus qui contient les musiques, le livre est illustré et raconte le pays en question, ses us et coutumes musicales mais pas seulement ; on y parle gastronomie même si ce terme est un peu fort voire inadapté à la cuisine anglaise, tradition, personnages célèbres. Et comme le rock n'est pas mort, c'est une très bonne idée que de le faire entendre et découvrir aux plus jeunes, chantés par des enfants, puisque c'est l'idée des albums "Voyage musical".

Cette belle collection s'enrichit pour ce numéro des participations de Hugh Coltman, JP Nataf et Mathieu Boogaerts. Zaph Zapha est musicien, compositeur, arrangeur et réalisateur de tous les albums. Caroline Chotard signe les textes et les livrets pédagogiques, et pour Alab, c'est le binôme Les MamouchkAs qui illustre. Il y a sept autres voyages dont trois que j'ai recensés sur le blog : Kalenda et le monde créole, Shanta et l'Inde, Amanhã  et le Brésil

Voir les commentaires

Guerriers de l'enfer

Publié le par Yv

Guerriers de l'enfer. Ils sont venus de Harlem se battre à nos côtés, J. Patrick Lewis, Gary Kelley, Éditions  des éléphants, 2019 (traduit par Fenn Troller).....

Avril 1917, après beaucoup d'hésitations, les États-Unis entrent dans la guerre. 350 000 soldats noirs américains souvent ignorés sont mobilisés et parmi eux, une unité venue de Harlem et vite surnommée les Harlem Hellfighters par les Allemands pour leur ténacité. James Reese Europe est l'un de ses combattants, un musicien, pionnier du jazz et du ragtime qui sera une véritable ressource pour les Hellfighters leur permettant de supporter des conditions terribles. James Reese Europe jouera les premiers morceaux de jazz en Europe, à Brest ; il donnera le premier vrai concert de jazz en tant que tel au théâtre Graslin de Nantes en février 1918.

Je savais que Nantes avait une histoire forte avec le jazz, mais je n'en connaissais pas les raisons : tout n'est pas expliqué dans cet album, mais il pousse à la recherche d'informations sur les Harlem Hellfighters et sur J. Reese Europe. J. Patrick Lewis est le scénariste. Poète et auteur de pas mal de livres pour enfant. Gary Kelley est illustrateur. Ce n'est pas une bande dessinée à proprement parler, les dessins sont muets, des cases de textes sont intercalées entre iceux pour les expliquer et raconter l'Histoire. Le texte est découpé en petits chapitres résumés qui, comme je l'écris plus haut, donnent envie d'aller plus loin, mais on peut aussi s'en contenter ; il lève le voile sur l’histoire des soldats noirs américains de la Première Guerre Mondiale. Les illustrations sont superbes -voyez déjà la couverture.

Le tout est un album vraiment excellent à mettre entre toutes les mains dès 12/13 ans. Il pourra être source d'interrogations pour certains enfants, ce sera aussi l'occasion de parler de tolérance, d'égalité entre les Hommes et de musique, ce qui est parfois très compliqué avec des ados...

Voir les commentaires

Écoute les oiseaux

Publié le par Yv

Écoute les oiseaux, Léna Mazilu, Yoann Guény, Maxime Zucca, Albin Michel, 2019.....

"Un livre et une application. Une expérience immersive dans le monde fascinant des oiseaux. Découvre vingt oiseaux de ton quotidien, anime-les pour les faire chanter, déploie la frise et entraîne-toi à les reconnaître." (4ème de couverture)

Voilà, tout est dit : le livre se déploie comme une frise sur laquelle sont dessinés des oiseaux (mésanges, merle, rouge-gorge, bruant, grive, verdier, pouillot véloce, troglodyte mignon, ...). Et au verso, chaque oiseau est décrit ainsi que son chant et son mode de vie. Ce chant que vous pourrez entendre en téléchargeant gratuitement l'application Birdie Memory et en passant votre appareil sur la photo des oiseaux.

Un beau livre pour les petits et les plus grands qui aiment regarder les oiseaux sans savoir les reconnaître, ce qui est mon cas. Chaque hiver, j'installe mangeoire et autres contenants à graines et si je sais reconnaître les plus courants -ou les plus volants en l’occurrence-, chaque année, des nouveaux me posent question. Alors, je garde ce livre pour cet hiver. Mais il se pourrait que débarque un volatile non répertorié dedans...

Voir les commentaires

Waël, roi d'Angleterre

Publié le par Yv

Waël, roi d'Angleterre, Emma Guareschi, Veronika Boutinova, Une heure en été, 2019.....

Waël et Mira, sa sœur sont des enfants de Syrie qui quittent leur pays en guerre avec leur mère. Séparés d'elle, ils se retrouvent seuls pendant le long voyage jusqu'en Europe. Ils arrivent à Calais, dans le bidonville.

Court et très joli livre de cette maison d'édition que je ne connaissais pas, Une heure en été. Veronika Boutinova est l'auteure du texte, très beau, poétique. C'est un poème-documentaire tiré de la vie d'un jeune garçon qu'elle a rencontré à Calais, dans le bidonville, lieu qu'elle fréquente régulièrement à la rencontre de ces gens qui franchissent des frontières et des obstacles incroyables pour fuir leur pays. 

"Après l'horreur, après la guerre,

l'Europe enfin et la douce paix sous nos pieds !

Là, sous nos yeux émerveillés,

nos regards épuisés, tant de sols variés :

sable, herbe, boue, bitume, goudron, graviers

et tant de pays traversés !

Nous étions isolés sur la si vaste terre..." 

Emma Guareschi illustre de manière très originale, colorée, mélangeant des aspects réalistes à d'autres plus oniriques, collant ainsi parfaitement à la poésie du texte voire la renforçant ainsi qu'au côté documentaire.

L'ensemble donne un livre dur et beau et optimiste, qui s'adresse aux enfants et qui permettra aux parents d'aborder aisément la question des enfants qui fuient les horreurs de leurs pays et se retrouvent hébergés souvent de façon indécente. 

Voir les commentaires

Imaginez

Publié le par Yv

Imaginez, Raphaël Enthoven, Chen Jiang Hong, L'école des loisirs, 2019.....

Imaginez est une émission diffusée sur ARTE qui parle de philosophie. De cette émission est né ce livre destiné aux adolescents, mais qui peut bénéficier d'une diffusion plus large, dans lequel le philosophe aborde 43 sujets aussi différents que la mort, la honte, l'amour, le silence, la beauté, ... Ces courts textes sont superbement illustrés par Chen Jiang Hong, la couverture en est un bel exemple, ce chat est son personnage récurrent soumis à toutes sortes de transformations. Ses illustrations souvent drôles, appuient le texte et parfois le renforcent en y apportant un angle un peu différent.

Pour le texte, Raphaël Enthoven, s'il est compréhensible par tous, ne fait pas dans le langage adolescent et reste donc, fort heureusement, pédagogue. Tous les thèmes abordés ne résonnent pas de la même manière, mais certains touchent, comme par exemple cet extrait de la chronique Le silence dans l'ascenseur :

"Il faut soigneusement choisir la personne en face de qui l'on peut se taire. Se taire face à quelqu'un qu'on ne connaît pas, c'est partager une véritable intimité avec cette personne." (p. 22)

Ou celui-ci, tiré de L'art du débat :

"Pourquoi est-il impossible, impensable, que deux candidats qui débattent à coups d'arguments finissent par s'entendre ou par reconnaître qu'ils ont tort ? Parce que les candidats ne débattent pas, mais combattent. Parce qu'ils ne sont pas là pour se contredire, mais pour s'opposer. Parce qu'ils ne cherchent pas à avoir raison, mais à avoir raison de l'autre. Bref, parce que les débats sont des dialogues de sourds uniquement destinés à convaincre ceux qui sont déjà convaincus." (p. 44)

Si les politiciens faisaient un peu de philosophie et preuve d'un peu plus d'humanité et d'humilité, ils seraient plus crédibles. 

Très beau livre à laisser traîner pour que chacun puisse picorer dedans à son rythme.

Voir les commentaires

Hulot domino

Publié le par Yv

Hulot domino, David Merveille, Le Rouergue, 2019.....

Retour du duo Monsieur Hulot et David Merveille, illustrateur belge dont j'ai parlé pour Hello monsieur Hulot et Monsieur Hulot à la plage, ses deux albums précédents avec le célèbre dégingandé gaffeur du cinéma français. 

Dans cet album absolument somptueux, monsieur Hulot part acheter un livre sur son Solex. Il lui arrivera des bricoles, mais comme il ne s'en rend pas compte, tout va bien. 

Le livre joue avec les formes, les couleurs : les images-devinettes, grâce à la découpe laser font apparaître des belles surprises dès que l'on tourne la page ajourée. C'est poétique, facétieux, très beau. Tout l'univers de Jacques Tati est dans ce livre, à la fois drôle et tendre. Un très bel objet à montrer à tous dès le plus jeune âge, avant de montrer les films de Tati.

Sur le blog de David Merveille, vous pourrez voir toutes son oeuvre qui ne se limite pas à Hulot, accéder aussi à sa boutique, dedans, j'avoue qu'il y a une lithographie qui me plaît bien...

Voir les commentaires

Inventer les couleurs

Publié le par Yv

Inventer les couleurs, Gilles Paris, Aline Zalko, Gallimard, 2019.....

Hyppolite vit seul avec son papa à Longjumeau depuis que sa maman est partie avec le papa d'un de ses copains, Gégé qui lui, vit seul avec sa maman. Il y a aussi Fatou qui est à l'école avec les deux garçons. Et les cours, pas toujours passionnants. Ainsi va la vie du jeune Hyppolite qui aime dessiner, mais dessiner avec des couleurs qui étonnent ceux qui voient ses dessins.

Très jolie histoire écrite pas Gilles Paris qui n'aime rien mieux que de parler de l'enfance. Ses enfants, dont Hyppolite, ont une grande part d'innocence ou d'insouciance bien qu'ils ne vivent pas dans des environnements protégés. C'est sûrement ces deux qualités et un certain optimisme pour ne pas dire un optimisme certain qui les sauvent du monde des adultes voire qui leur permet de mettre de la couleur dedans. Et là, c'est bien de cela qu'il s'agit, Hyppolite, à travers ses dessins tente de mettre de la couleur dans le monde de son papa, abruti par le travail à l'usine et une vie sociale et sentimentale qui frôle le zéro absolu. 

Comme d'habitude, Gilles Paris fait preuve d'une grande tendresse et d'une grande humanité. Ses héros peuvent sembler déconnectés de ce monde violent et individualiste, mais s'il sait retirer le positif, l'optimisme et l'espoir qui peuvent faire défaut à beaucoup, il n'élude pas les difficultés des adultes à faire face à la solitude, à l'éducation des enfants, aux fins de mois qui arrivent de plus en plus tôt, à la dépression,... tout est écrit, entre les lignes.

Ce texte est formidablement appuyé par les dessins superbes de Aline Zalko qui joue avec les couleurs. Son trait est figuratif, classique mais ses couleurs beaucoup moins et c'est le contraste que j'ai beaucoup aimé qui renforce le tout, donnant à cette histoire simple une force évidente et, au risque de me répéter, une grosse lueur d'espoir et d'optimisme dans la force des enfants à faire bouger les adultes autour d'eux.

Voir les commentaires

L'homme qui voulait rentrer chez lui

Publié le par Yv

L'homme qui voulait rentrer chez lui, Eric Pessan, L'école des loisirs, 2019.....

Jeff est un adolescent qui vit avec Norbert son frère aîné et ses deux parents, père au chômage et mère au travail harassant dans un quartier dit sensible des alentours de Nantes. La tour dans laquelle il habite va être détruite dans quelques jours, la famille sera relogée. Un jour, les deux garçons découvrent dans la cave un fugitif. Un homme qui ne parle pas le français, ni l'anglais. Il ne s’exprime que par des claquements de langue. Un homme à la peau étrangement blanche, trop blanche, aux yeux sans pupilles. Lorsque Jeff et Norbert s'aperçoivent que cet homme est recherché par d'autres à l'allure peu recommandable, ils décident de l'aider à se cacher et à échapper à ses poursuivants.

Publié à l'école des loisirs, il serait maladroit et injuste de réduire ce roman à une lecture jeunesse. D'abord, parce qu'il me semble avoir lu, il y a plusieurs mois, l'auteur dire qu'il n'écrivait pas différemment lorsqu'il était publié par un éditeur qualifié jeunesse et un autre plus adulte -ou si ce n'est lui, c'est un autre. Ensuite, parce que j'ai lu et beaucoup aimé ce livre qui a de spécifiquement jeunesse que le fait d'être écrit par les yeux d'un ado. Bien que peu amateur du genre, je me suis vite pris au jeu, et très vite est née l'envie de comprendre où cette histoire nous emmenait. Outre le suspense créé par l'origine géographique du fugitif, la traque dont il est la victime, la crainte des ados quant à avoir affaire à un éventuel criminel ou malade mental, l'échéance du déménagement et de l'implosion de la tour, ce roman aborde des thèmes très actuels. Evidemment, la question des migrants, des réseaux des passeurs, thème cher à Eric Pessan -dont il a déjà parlé dans  Les étrangers- : "Certaines personnes fuient la guerre, traversent l'océan au péril de leur vie, se cachent sous des camions, franchissent des montagnes à pied et se font menotter par la police à l'arrivée, puis sont renvoyées à l'endroit où elles vont être massacrées. je l'ai lu dans les journaux." (p.42)

On y parle aussi de la vie dans les quartiers dits difficiles, dans des familles empêchées. Eric Pessan aborde aussi la question de l'éducation, de l'information et de la rencontre avec autrui. Celle qui permet de découvrir l'autre, de découvrir sous un nouvel angle ses proches et parfois même de se découvrir soi-même. Un roman d'initiation par la rencontre d'un étranger, d'une personne totalement opposée avec laquelle même la communication est compliquée. 

Tout en finesse, Eric Pessan parle de tout cela dans ce roman qui parlera aux ados mais aussi, comme je l'écrivais plus haut, aux ados avec beaucoup d'années d'expérience que sont leurs parents. Un livre à lire et à faire circuler en famille.

Voir les commentaires

1 2 > >>