Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au-dessous du calvaire

Publié le par Yv

Au-dessous du calvaire, Hervé Jaouen, Presses de la cité, 2018 (première édition, 2005)...,

"Les Kermanac'h, cinq frères célibataires et leur sœur Naïg, exploitent en commun la ferme léguée par leurs parents. Pendant l'Occupation, tandis que la jeune Naïg vit son premier amour avec un soldat allemand, la fratrie se divise. D'un côté, il y a les pacifistes, de l'autre les partisans de la lutte armée dans des camps radicalement opposés : la Résistance et les milices nationalistes bretonnes que dirige le curé de la paroisse, collaborateur notoire." (4ème de couverture)

Avec habileté et en divers allers-retours dans le temps, Hervé Jaouen raconte le destin d'une fratrie dans les années de guerre. Bon, les sagas, ce n'est pas trop mon truc, mais lorsque c'est écrit par ce romancier, je prends. Malgré des longueurs évidentes, ce roman est intéressant à plus d'un titre. D'abord, comme à son habitude, Hervé Jaouen use d'une langue qui prend à tous les registres et qui est vive, jamais ennuyeuse ou pédante, jamais non plus racoleuse. Ensuite, à travers sa fratrie, il dresse le portrait de tous les gens de l'époque : ceux qui ont collaboré très activement, ceux qui ont résisté, ceux qui se sont contentés de vivre sans nuire aux uns ou aux autres et qui furent probablement la majorité des Français, celles qui ont aimé des Allemands et qui furent humiliées à la fin de la guerre.  D'autres personnages s'invitent dans son roman, tel le curé, Suzanne la maîtresse de Corentin, l'un des frères Kermanac'h,  la postière du village qui lit les courriers et informe la résistance, Momo le maquereau parisien venu se refaire la santé en Bretagne, et le plus marquant, un général allemand celtophile avéré, fin lettré, cruel, absolument détaché de la notion de vie humaine, décalé, drôle dans ses réparties tant elles sont dures, violentes et inattendues.

Et enfin, le plus présent dans ce roman, c'est la Bretagne, celle des Monts d'Arrée. Huelgoat et surtout Saint-Herbot. Les descriptions sont détaillées : paysages rudes et magnifiques, à tel point que l'envie d'y aller naît immanquablement, ainsi que celle de visiter la chapelle de Saint Herbot. Hervé Jaouen parle aussi d'histoire, et l'on apprend celle des milices nationalistes bretonnes, les bagadou stourm, mais aussi la vie difficile des Bretons de l'époque.

Comme d'habitude avec Hervé Jaouen, c'est l'assurance de passer d'excellents moments en Bretagne. 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 22/05/2018 10:50

Un bon dépaysement historique.

Yv 22/05/2018 10:54

tout à fait

Itzamna 21/05/2018 22:03

J'ai découvert cet auteur avec Les filles de Roz-Kelenn que j'ai a-do-ré !!! Pourtant, Ceux de Ker-Askol m'attend toujours, dans ma PAL... Il faudrait que je m'y plonge !!! J'aime tellement sa façon de nous parler de la Bretagne et des bretons... j'y reconnais beaucoup de monde ;-)

Yv 22/05/2018 10:30

A chaque fois, je me dis que oui, bon Hervé Jaouen, c'est bien ma ça va finir par me lasser... eh bien non !

zazy 20/05/2018 22:12

Je n'ai encore jamais lu cet auteur. Promis, un jour, je le découvrirai

Yv 21/05/2018 08:31

Il faut, c'est une jolie manière de connaître Bretagne et Bretons

Pierre Renou 20/05/2018 21:46

J'adore cet auteur. L'homme est d'une grande gentillesse. Merci pour l'info de la parution de ce nouveau roman.

Yv 21/05/2018 08:31

Je ne le connais pas forcément. Ce titre paraît en poche, il est de 2005, mais St Zélie de la palud son dernier, j'en ai parlé il y a quelques semaines, excellent aussi.

krol 20/05/2018 10:19

Encore un auteur jamais lu. La Bretagne, une région que j'adore, ça devrait me plaire...

Yv 21/05/2018 08:30

Alors Hervé Jaouen est incontournable tant il parle bien de la Bretagne et des Bretons, de toutes les époques