Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hospice&love

Publié le par Yv

Hospice&love, Thiébault de Saint Amand, Hugo Éd., 2016...,

Armand Bouzies, ancien commissaire, quatre-vingt-cinq ans en cette année 2024 quitte sa fille, son gendre et ses petits enfants chez qui il logeait et qui partent à Singapour. Il se retrouve en ECSPD (Établissement Collectif de Séjour pour Personnes Dépendantes), une sorte de maison de retraite mais en pire, pour les vieux qui n'ont pas d'argent pour se payer un bel établissement. Armand n'est pas dépendant, il est affecté au bloc des autonomes, en chambre double. Lui qui ne rêve que de solitude et de tranquillité met tout en œuvre pour se débarrasser de ses voisins. Vieux bougon, désagréable, il fait tout pour se faire détester, jusqu'au jour ou Élisabeth Löturz arrive dans l'établissement. Distinguée, élégante et discrète, quatre-vingt deux ans. Armand est séduit.

Très agréable ce roman qui surfe sur une vague actuelle, celle qui met en scène des personnes âgées. L'autre vague étant le porno soft pour les mamans -notamment aux éditions Hugo. J'attends la prochaine vague, celle où l'on mélangera les deux précédentes. La sexualité chez les seniors, c'est un sujet dont on parle assez peu dans les romans, Thiébault de Saint Amand l'effleure dans celui-ci de manière à la fois légère et sérieuse. Mais évidemment ce n'est pas un traité sur le thème, d'autres aspects de la vie en communauté, qui plus est en maison de retraite, sont abordés : la solitude et les enfants qui délaissent leurs parents, la maladie, la mort, l'obligation de respecter les horaires et le règlement intérieur d'un établissement ce qui n'est pas toujours aisé lorsqu'on était seul chez soi auparavant, la mort, l'amour, la maltraitance, ... Le ton du roman est à l'humour mais noir, même si parfois l'on rit jaune, puisque l'on rit avec la mort, la vieillesse, la déchéance, la décrépitude comme disait l'un des vieux amis de ma famille mort à 92 ans, comme quoi l'on peut vraiment rire de tout. Il faut dire qu'Armand est drôle : une langue verte, directe emplie de vacheries, des passages à l'acte pas sympathiques pour ses congénères, mais de fait, sympathique, il ne l'est pas. Disons que ce n'est pas le voisin de chambrée idéal. Même s'il s'adoucit lorsqu'Élisabeth arrive dans la maison. Il ne perd pas sa verve pour autant, par exemple cet extrait de dialogue entre lui et elle, quasiment au début de leur rencontre :

"Quand j'ai vu votre perfusion, j'ai deviné que notre amour serait impossible.

- Pourquoi donc ?

- Avec tant de glucose dans vos veines, si j'embrassais vos lèvres, considérant mon début de diabète, ce serait un défi à la médecine." (p.82)

Je ne vous en dirai pas plus sur cette idylle naissante, ni sur le caractère d'Armand. Sachez que si j'ai trouvé le démarrage un peu long, la mise en place des personnages et des lieux, dès l'arrivée d'Élisabeth l'intérêt augmente et redouble carrément au mitan de l'ouvrage qui compte en tout 236 pages. Pour être complet, j'avais déjà lu avec bonheur Thiébault de Saint Amand dans Les dessous (en dentelle) de l'Élysée.

Commenter cet article

dasola 21/01/2016 16:11

Bonjour Yv, l'amour chez les séniors est à la mode et c'est plutôt bien. En revanche, concernant les maisons de retraite (souvent onéreuses) pleines de contraintes (ça a un côté prison), les dîners à 18h, la vie sociale à tout prix, j'en ai eu un aperçu avec une vieille amie à qui je rendais visite pendant plus de deux ans et je sortais chaque fois très déprimée. Sinon, un vieux monsieur n'arrêtait pas de draguer les dames. Bonne fin d'après-midi.

Yv 21/01/2016 17:10

Bonjour Dasola
et oui, je connais le problème, Madame Yv travaille en maison de retraite. C'est bien aussi d'en parler, en mal quand ça ne va pas et en bien quand ça fonctionne bien.
Bonne soirée

Alex-Mot-à-Mots 21/01/2016 12:59

Tu es un fidèle de l'auteur, alors.

Yv 21/01/2016 15:20

Fidèle, je ne sais pas ça ne fait jamais que deux livres lus...

keisha 21/01/2016 09:20

Je ne dis pas que je le lirai (je surfe mal sur les vagues) mais le titre est absolument parfait!

Yv 21/01/2016 11:33

Oui, bien vu en effet

Asphodèle 20/01/2016 20:02

Il est sur le dessus de ma PAL, c'est mon prochain, je vais découvrir la plume de Thiebault ! ;)

Yv 20/01/2016 21:22

Je l'avais découverte avec ses dessous en dentelles de l'Elysée. L'humour et la dérision sont présents

Aifelle 20/01/2016 10:36

J'en ai lu plusieurs dans la même veine, mais pourquoi pas, si le thème est bien traité.

Yv 20/01/2016 10:53

Oui, c'est bien mené