Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Japonais grillés

Japonais grillés

Japonais grillés, Carlos Salem, Editions In8, (traduit par Judith Vernant)....

Ce Japonais grillés est un recueil de cinq nouvelles, noires écrites par Carlos Salem, un auteur brésilien. Elles ont en commun certains personnages, une unité de lieu, un bar et surtout l'ambiance mi-tragique mi-drôle. On pourrait aisément imaginer une mise en images par Quentin Tarantino.

- Japonais grillés : l'histoire d'un tueur à gages qui veut prendre sa retraite et laisser son second Juan prendre la suite. Il s'en ouvre à un professeur dans un bar de l'aéroport et le vin déliant la langue lui raconte comment il fait pour que la passation se déroule le mieux possible.

- Petits paquets : Poe travaille dans un atelier clandestin pour "le mec à la Ferrari" : il coupe, colle et met en forme du plastique. Il se lie d'amitié avec l'Artiste. Mais l'atelier clandestin dénombre moult accidents, membres coupés par des machines particulièrement dangereuses.

- Comme voyagent les nuages : Poe traîne dans le bar de Lola. Tous deux se tournent autour sans oser faire le premier pas. Un jour, un type maigre arrive et raconte une histoire, d'abord celle de son suicide inévitable pour lui puisqu'il vient de fêter ses quarante ans et ensuite celle d'une vie parallèle et noire dans le métro, la nuit notamment lorsqu'il est fermé au public.

- Des marguerites dans les flaques : un vieux flic alcoolique ne peut se faire à l'idée d'enterrer une enquête concernant une jeune prostituée d'à peine vingt ans, sa fille étant morte de la même façon quelques années auparavant. Il s'en ouvre au propriétaire de son bar habituel qui l'écoute, comme toujours.

- Mais c'est toi qu'elle aimait le plus : Poe, toujours dans le bar de Lola, est contacté par Cortès un ami qu'il n'a pas vu depuis longtemps, Olga l'une de leurs ex, on ne sait pas trop lequel elle aimait le plus, est menacée par son mari pour toucher une prime d'assurance. Poe et Cortès vont veiller chez elle la dernière nuit avant son élimination.

Voilà, c'est noir, c'est sombre, c'est drôle. Les codes du polar noir sont présents, la mécanique est parfaitement huilée, implacable et la chute arrive, pas forcément surprenante mais inattendue parfois. Beaucoup de dérision, Carlos Salem raconte de la fiction et il le sait, il ne tente pas de nous y faire croire, il construit ses personnages sur les bases des grands types des protagonistes du polar : alcool, filles, bar, types au bout du rouleau, désabusés. Et c'est excellent de se retrouver dans ces nouvelles, je le disais plus haut, c'est un peu comme regarder des courts-métrages de Quentin Tarantino (du genre de Pulp Fiction, celui que je préfère sans doute), et ça fonctionne admirablement bien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Oncle Paul 07/05/2015 11:13

Bonjour Yv
J'ai découvert Carlos Salem avec ce titre et j'avoue que je penche de plus en plus vers les recueils de nouvelles que vers les romans qui deviennent de plus en plus des pavés
Amicalement

Yv 07/05/2015 13:54

Salut Paul, je te rejoins sur le plaisir de lire des nouvelles noires efficaces et courtes. Je n'aime pas les pavés, je les trouve souvent emplis de longueurs. Certains y échappent fort heureusement, mais franchement, aller droit au but me va bien.
Amicalement,

Claude LE NOCHER 02/05/2015 11:52

Salut Yves
Je chronique ce samedi son dernier roman traduit en français... Carlos Salem, je ne manque aucun de ses titres (sauf les romans-jeunesse, je l'avoue).
Amitiés.

Yv 02/05/2015 15:10

Salut Claude, et moi, je le découvre là avec ce recueil très plaisant, il faut bien le dire
Amicalement,

Emma 01/05/2015 09:36

Je n'ai lu qu'un livre de lui mais j'avais beaucoup aimé, un genre bien à lui à lire de temps en temps !

Yv 01/05/2015 21:37

Moi, c'est mon premier et ça me plaît bien