Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman

Le magasin des suicides

Publié le par Yv

Le magasin des suicides, Jean Teulé, Ed.Julliard, 2007


Dans Le magasin des suicides, la famille Tuvache vend depuis des générations tous les moyens possibles et imaginables pour se suicider. Comme de bien entendu, toute la famille est triste et sombre, ce qui est l'image de marque du magasin. Sauf Alan, le troisième enfant qui lui, respire la joie de vivre ...
Autant le dire tout de suite, j'ai été assez déçu par ce livre ; j'en avais entendu parler en bien et peut-être en attendais-je trop ? Certes, l'idée de départ est excellente et Jean Teulé a un style très personnel et plutôt agréable ; il a aussi quelques jolies trouvailles (les prénoms des personnages, le nom du boulevard, ...), mais je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. J'ai la sensation que l'histoire et les personnages ne décollent pas et que je reste à les observer sans rien éprouver pour eux, jusqu'aux  50 dernières pages dans lesquelles les personnages évoluent enfin ainsi que l'histoire. Seulement, c'est un peu long à venir et un peu pour court un roman !!!

Voir les commentaires

Autobiographie d'une courgette

Publié le par Yv

Autobiographie d'une courgette, Gilles Paris, Ed.Plon, 2002


Icare, dit Courgette est un petit garçon de 9 ans, orphelin placé au foyer "Les fontaines". Il raconte ses copains (Simon, Boris, Ahmed, Camille, ...), leurs mésaventures et leurs histoires d'enfants de 9/10 ans.
J'ai découvert ce livre dans la bibliothèque de ma maman : le titre et la couverture ont attiré mon attention, et voilà !
C'est un livre écrit à la manière d'un enfant de 9 ans, amusant, parfois agaçant sur la longueur. L'histoire est intéressante. elle semble quelquefois idyllique, trop par rapport à ce qui se passe réellement probablement dans les foyers. Elle est toujours plaisante, se lit vite et finalement, laisse un goût agréable. Un bon petit livre pour commencer les  vacances.

Voir les commentaires

Le dernier des Weynfeldt

Publié le par Yv

Le dernier des Weynfeldt, Martin Suter, Ed. Christian Bourgois, 2008


Adrian Weynfeldt est un expert en art, descendant d'une richissime famille suisse. Sa vie est réglée à la seconde telle une montre... suisse, évidemment. Un ami le contacte pour mettre en vente un tableau célèbre, vente qui devrait faire date dans les annales des ventes d'art.
Autant j'avais aimé mon premier Suter (Small world), autant celui-ci ne m'a pas plus. Le personnage principal, Adrian Weynfeldt est pâle, falot et insipide. Pour que l'histoire commence réellement à décoller, on doit lire 120 à 150 pages, et même après, ça reste assez long. Il n'y a que dans les 100 dernières pages qu'enfin, l'histoire devient un peu plus intéressante, quoique...

Comme dans Small world, Martin Suter décrit des personnages de la haute société suisse : j'ai souvent eu la sensation que l'action se déroulait au 19° siècle, par le mode de vie de ces personnes, alors qu'elle est tout à fait contemporaine. C'est parfois déroutant, mais pas désagréable. Les deux romans que j'ai lus de Suter ont la même construction, à savoir, des retournements de situation, plus ou moins nombreux, pour finir sur un rebondissement final, surprenant, ou pas, puisque dans Le dernier des Weynfeldt, il ne l'est pas du tout.
Pour résumer mon propos, je suis déçu de ce livre, et ceci d'autant plus que ce que j'ai lu avant de Martin Suter m'a vraiment plu. Mais je ne vais pas rester sur une mauvaise impression et je relirai du Suter, parce que, malgré tout, il écrit très bien.

Voir les commentaires

Antigone

Publié le par Yv

Antigone, Henry Bauchau, Ed. Actes sud, 1997


Faute de trouver à ma bibliothèque Le boulevard périphérique, d'Henry Bauchau dont on m'a dit le plus grand bien, je me suis rabattu sur son Antigone, avec un doute brûlant : allait-il me plaire, moi qui ne suis pas du tout branché mythologie ? Eh bien, non, je n'ai pas réussi à "entrer" dans ce livre, sûrement très bien par ailleurs. Les noms des personnages, les liens évidents avec la mythologie, domaine dans lequel j'avoue mon incompétence et mon désintérêt les plus totaux, m'ont rebuté. Néanmoins, je lirai du Bauchau, histoire de me faire une opinion sur un sujet qui me siéra. J'ai ouï le plus grand bien de L'enfant bleu et de : Le boulevard périphérique (prix inter 2008) et je me dirigerai volontiers vers l'un des deux.

Voir les commentaires

Confidences à Allah

Publié le par Yv

Confidences à Allah, Saphia Azzeddine, Ed. Léo Scheer, 2008


Jbara est une bergère pauvre des montagnes du Maghreb, vivant entre une mère effacée et un père violent. Elle s'ennuie et parle à Allah pour tromper cet ennui. Elle lui raconte sa vie et ses désirs.
C'est un roman court (145 pages), écrit à la première personne, qui témoigne de l'oppression des femmes, de la pauvreté, de religion. Le style est direct, violent parfois, rapide ; en cela à lui seul, il décrit assez bien Jbara. Le livre se lit vite, il peut déranger par le vocabulaire très direct et parfois vulgaire.
J'ai plutôt aimé ce livre, même si je trouve qu'il surfe un peu sur la mode des romans dits "trash", par son style : tournure de phrases et vocabulaire, mais le message qu'il délivre est tellement fort qu'il permet de passer outre cette petite réserve.

Voir les commentaires

Vers le sud

Publié le par Yv

Vers le sud, Dany Laferrière, Grasset,  2006


Vers le sud est un roman constitué de plusieurs histoires qui s’entremêlent et se croisent. Des Américains et Européens qui viennent en Haïti, y découvrent les habitant(e)s et tombent sous leurs charmes. Laferrière peint une société haïtienne dans laquelle le sexe est une monnaie d'échange : la jeunesse d'Haïti (garçons et filles) n'hésite pas à se prostituer pour des hommes ou des femmes blancs qui ne peuvent résister à l'attrait des corps jeunes et noirs.
Roman qui m'a un peu déçu : j'avais entendu Dany Laferrière parler à la radio et j'envisageais autre chose. Je le vois comme une juxtaposition d'histoires de femmes vers la cinquantaine succombant au plaisir physique avec de jeunes noirs, mais pas grand chose de plus. L'auteur aborde bien sûr la pauvreté matérielle des Haïtiens, comparée à la richesse des Occidentaux, vivant entre eux, presque "ghettoisés". Il l'oppose à la richesse individuelle et personnelle de chaque Haïtien, qui sait profiter de la vie avec le peu qu'il possède, et notamment son corps et sa sensualité. La lecture n'est pas désagréable, loin s'en faut, mais elle ne me laissera pas un souvenir indélébile.

Voir les commentaires

La robe

Publié le par Yv

La robe, Robert Alexis, José Corti, 2006


L'histoire se déroule dans un pays qui n'est pas clairement cité, probablement en Europe de l'est, à une époque floue entre XIXe et XXe siècles. Nous suivons un jeune officier qui tombe amoureux d'une Italienne mystérieuse et troublante, Rosetta . Cette dernière l'entraîne dans une villa où se jouent de curieux rituels sexuels dont son père est l'instigateur. Au centre du texte apparaît bientôt une robe rouge, aux dimensions étonnantes, objet plein d'une histoire incroyable pendu derrière la vitrine d'un vieux tailleur.
La robe est un petit roman dense. Très belle écriture, très agréable à lire, beaucoup de passages vraiment beaux. L'histoire monte en puissance pendant tout le roman. Elle est originale, envoûtante et... très troublante. A conseiller !
PS : Robert Alexis a écrit un an après un autre très beau roman : La véranda, également aux très belles éditions José Corti.

Voir les commentaires

La femme qui attendait

Publié le par Yv

La femme qui attendait, Andreï Makine, Ed. Le Seuil, 2004
 
Au milieu des années 70, un jeune homme venu de Leningrad s’installe à Mirnoïé, sur les bords de la mer Blanche, afin d'étudier pour sa thèse les coutumes et traditions de ce village. Là, depuis la guerre, le temps semble s’être arrêté. Un jour, le narrateur remarque une belle femme de 40 ans tirer des filets au bord du lac. Encore belle, institutrice dans un village voisin, Véra semble avoir consacré sa vie à l’attente, celle du retour de son fiancé parti au front trente ans auparavant et dont elle n’a jamais reçu aucune nouvelle. Au fur et à mesure que le récit se déroule, qu’un lien intime se tisse entre le narrateur et Véra, un charme particulier opère et se diffuse, et pourtant, ces deux-là ne se disent quasiment rien. 
J'ai lu ce livre, il y a quelques mois, et toujours me reste cette histoire en tête. Andreï Makine a l'art des belles phrases qui disent l'essentiel, tout simplement. C'est un roman lent, très beau. Excellent, c'est tout !

Voir les commentaires

Même le mal se fait bien

Publié le par Yv

Même le mal se fait bien, Michel Folco, Stock, 2007

C'est le premier livre de Michel Folco que je lis, même si j'ai appris que celui-ci fait partie d'une suite (3 volumes écrits auparavant). Le gros avantage, c'est qu'on peut lire Même le mal se fait bien, sans avoir lu les autres et sans être perdu. Marcello Tricotin, descendant de Charlemagne Tricotin (dont l'histoire est racontée dans les volumes précédents), est un paisible et couard maître d'école, dans le Piémont. Suite au décès de son père, il doit, pour hériter retrouver son demi-frère Aloïs. Cette recherche va l'entraîner dans l'Italie et l'Autriche du début du siècle dernier. Il y vivra des aventures et mésaventures diverses, toutes aussi folles les unes que les autres, rencontrera entre autres, Sigmund Freud, sera foudroyé, interné, vivra dans un lupanar en tant que propriétaire, ...
Michel Folco a de l'imagination, c'est le moins que l'on puisse dire ! Ou alors, il est fou, tellement son livre va vite et les mésaventures de Marcello s'enchaînent rapidement. Ce gros livre (environ 600 pages) ne laisse pas de temps mort. Cependant, je suis assez partagé entre un réel plaisir à voir évoluer les personnages, et une réserve sur l'écriture, qui, si elle est plutôt agréable, tombe parfois dans la facilité. Certains passages sont aussi bien longs -je les ai d'ailleurs passés sans état d'âme, même si je n'aime pas trop cela !. D'autres, des onomatopées représentant par exemple des cris d'animaux, écrits en italique et entre parenthèses alourdissent le livre. Malgré cela, je pourrais conseiller la lecture de ce livre ; personnellement, j'hésite encore quant à la lecture des autres romans de Folco, mais je crois que je vais me laisser tenter dans quelques temps. Pour les vacances, par exemple, ça me semble tout à fait la lecture adéquate ...

Voir les commentaires