Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

polar-noir

Spada

Publié le par Yv

Spada, Bogdan Teodorescu, Éd. Agullo, 2016 (traduit par Jean-Louis Courriol)....,

Les rues de Bucarest ne sont plus très sûres pour les petits truands, un tueur, vite surnommé Le Poignard sévit et d'un seul coup de poignard les égorge. Sa cible : des repris de justice roms. Les médias se déchaînent et ce qui est un fait divers devient une affaire d'état, un problème à régler de toute urgence avant que les relations internationales même ne se dégradent. La vie politique roumaine est en ébullition, accords, désaccords, alliances de circonstances et coups bas seront les maitres mots pendant des semaines.

Les éditions Agullo sont toutes jeunes, nées en mai de cette année. Elles ont commencé avec deux romans noirs dont celui-ci, Spada. Beau livre, couverture soignée et très réussie -pensez-vous, même le bandeau que d'habitude je jette à peine le livre en ma possession, cette fois-ci, je l'ai gardé- et mise en page de belle qualité, l'objet est donc déjà un succès. Le contenu maintenant. Eh bien, il est à l'avenant de l'objet, réussi lui aussi. Bogdan Teodorescu n'écrit pas ce polar sous l'angle de l'enquêteur qui va chercher des indices, travailler sérieusement et méticuleusement pour trouver la moindre piste, non, pas du tout, il écrit son roman sous deux angles : ceux des dirigeants politiques et ceux des journalistes. Autant vous dire que ces deux mondes qui se croisent, se côtoient voire plus si affinités et souvent affinités il y a -ou s'il n'y a pas, on peut alors parler d'inimitié voire de haine qui lient tout autant les protagonistes- sont un véritable panier de crabes. C'est à celui qui pincera le plus fort, qui ira le plus loin pour obtenir pouvoir et reconnaissance. Un roman de politique-fiction sur base de tueur en série qui décrit des mondes où tout est permis même -et surtout- la trahison. Tous les coups sont bons pourvu qu'ils rapportent, même les plus sordides. Certains n'hésiteront pas à faire monter la haine entre Roumains et Tziganes, quitte à déclencher des heurts violents et la remontée des bas instincts de racisme, xénophobie et de communautarisme. Tout fait est montré, décrit, exagéré et tourne en boucle dans les journaux et télévision : "Avec lui, c'est toute la presse du jour qui accorde une large place aux incidents d'hier au centre de la capitale. Pour ne citer que quelques titres : Sang et violence à Bucarest ; La Roumanie en guerre civile : les Tziganes attaquent un supermarché dans le centre de la capitale ; La police est arrivée comme d'habitude pour compter les cadavres ; Comme au Moyen Âge, les employés d'un supermarché se défendent l'arme à la main contre des bandes d'agresseurs ; Explosion de violence au centre de Bucarest ; L'axe de la violence Constantsa-Movilà-Bucarest ; Maricel Iovista défend un supermarché contre les Tziganes. Et nous, qui nous défend ?" (p.190)

Bogdan Teodorescu montre les rôles de chacun, celui des politiques qui veulent être réélus ou qui veulent la place de l'autre et donc prêts aux alliances avec leurs ennemis d'hier, pas forcément pour le bien du pays, même si cette notion entre en jeu dans l'esprit de certains. Ceux du parti de l'Union Nationale qui profitent de chaque incident mettant en cause un Rom pour parler de patriotisme et de la Roumanie aux Roumains (remplacez Rom par Immigré -Maghrébin est encore mieux- La Roumanie aux Roumains par La France aux Français et Union Nationale par Front National et vous verrez que la montée des extrêmes se base partout sur les mêmes peurs et haines). Chaque homme politique est soucieux de sa place, de sa réélection éventuelle et de sa place dans les sondages, il cherche donc avant tout à éliminer les autres, puisque maintenant, aucun n'est élu sur un programme, des idées, une vision pour son pays mais uniquement en opposition à celui -ou ceux- qu'on ne peut plus voir. C'est sans doute un détail mais ça change tout : le seul but, ne pas décevoir pour se maintenir, et donc lorsque les événements se corsent eh bien chacun tire la couverture à soi.

Les journalistes ne sont pas en reste, cherchant le sensationnel, ce qui fera exploser les ventes et parler d'eux. Collusions, accointances ou même carrément collaborations voire chantages et/ou pots-de-vins sont donc courants pour ne pas dire plus. Ce sont eux qui jouent sur les peurs et les fantasmes du peuple.

Extrêmement bien maîtrisé et mené, Spada est un roman qui pose question sur notre monde actuel. Bogdan Teodorescu analyse et décortique le monde politico-médiatique -et vice-versa. Il a la bonne idée de ne pas verser dans le "tous pourris" qui n'aurait fait que rendre son livre exagéré et ridicule. Même s'il n'y a pas d'enquête à proprement parler, Spada est passionnant, il se lit avec enthousiasme et intérêt grandissant de page en page et même l'abondance de personnages ne nuit pas -trop- à la bonne compréhension du texte.

Un exercice brillant. Une maison d'édition à découvrir, que je retrouverai avec un énorme plaisir pour un autre titre dont je parlerai bientôt.

Voir les commentaires

La patrouille de l'aube

Publié le par Yv

La patrouille de l'aube, Don Winslow, (traduit par Franck Reichert), Livre de poche, 2011 (Le masque, 2010).....

La patrouille de l'aube, c'est une bande de copains, à San Diego, Californie, tous fondus de surf. Il y a là, un sauveteur en mer, un contremaitre de chantier, une serveuse dans un restaurant (Sunny Day), un flic (Johnny Banzai) et un détective privé (Boone Daniels). Tous attendent avec impatience la très grande vague, la déferlante prévue pour dans deux jours, Sunny en tête car elle pourrait alors être remarquée et faire carrière dans le surf. C'est le moment où Petra, avocate d'un cabinet d'assurance débarque pour proposer à Bonne de retrouver une strip-teaseuse témoin-clef dans une histoire d'arnaque à l'assurance (il y en a pour plusieurs millions de dollars). A contre cœur, mais bien obligé pour manque cruel de finance, Boone Daniels accepte ce travail qui le mènera loin, beaucoup plus loin qu'une simple recherche de personne.

Deux remarques liminaires :

- D'abord, ne lisez surtout pas la quatrième de couverture sur laquelle le suspense et les surprises sont totalement déflorés. Mais qui peut bien prendre le sadique plaisir à tout dévoiler ainsi ?

- Un grand merci à deux personnes : Anne Blondat en premier lieu qui, lorsqu'elle était attachée de presse chez Lattès m'a fait parvenir Savages de Don Winslow en me disant que c'était "une référence à ne pas manquer". Moi qui ne suis ni connaisseur ni amateur -l'un découlant sûrement de l'autre- de littérature étasunienne, je me suis pris alors une claque, comme je me l'étais prise quelques années avant avec, dans un autre genre, Jim Harrison. Ma copine Cécile (qui vient d'ouvrir un blog allez-y de ma part, vous verrez, elle est charmante : Sélectrice), avant son déménagement avait ouvert sa bibliothèque et j'y avais choisi ce titre.

Maintenant que les remerciements sont faits, eh bien, je me dois de vous dire, que Don Winslow, c'est vachement bien, même si comme moi, vous n'êtes pas amateur de surf -pensez-vous, je ne sais même pas nager. C'est un roman très parlé qui ose s'attarder sur des points historiques, économiques, sociétaux, sociaux, concernant le surf, la Californie, les États-Unis, ... On y apprend plein de choses et en plus on se fait plaisir, car c'est aussi un roman policier, avec enquête et intrigue qui tiennent très largement jusqu'au bout des presque 500 pages, tant il y a de rebondissements et surprises. Je ne vous en dirai pas plus pour laisser l'entièreté de la surprise, je ne suis pas le type sadique qui écrit les quatrièmes de couverture. En plus, Don Winslow a de l'humour qu'il distille ça et là :

"Vous êtes plus malin que vous n'en avez l'air, en réalité, déclara Petra à Boone.

- Vous ne placez pas la barre bien haut, répond Boone." (p.215)

Et surtout, il y a cette galerie de personnages, les principaux : Boone Daniels, Petra, Johnny Banzai, Sunny Day et tous les autres, ceux de la patrouille de l'aube bien sûr, mais aussi ceux qui gravitent autour, les surfeurs, les trafiquants en tous genres que traquent Johnny et Boone. Beaucoup de questions se posent autour de chacun d'eux, et particulièrement autour de Boone Daniels : pourquoi a-t-il arrêté son métier de flic ? Pourquoi est-il devenu détective mais ne travaille-t-il presque pas ? Et son histoire avec Suny Day va-t-elle durer ? Et Petra au milieu...

Un excellent roman policer, qui a eu une suite L'heure des gentlemen (je viens de relire mon article assez mitigé, je devrais le relire, histoire de retrouver toute l'équipe et de réviser -peut-être- mon jugement)

Voir les commentaires

La moisson des innocents

Publié le par Yv

La moisson des innocents, Dan Waddell, Babel noir, 2016 (Le Rouergue, 2014), traduit par Jean-René Dastugue.....

A quelques jours d'intervalle, deux jeunes hommes disparaissent, l'un empoisonné et l'autre brûlé dans sa voiture. Leur point commun ? Vingt-deux ans auparavant, alors âgés de 9 et 10 ans, ils furent jugés pour avoir sauvagement assassiné un vieil homme dans leur ville du nord de l'Angleterre. Ce vieil homme, héros local, ancien mineur en avait sauvé d'autres lors d'un accident dans la mine. Cette affaire avait fait grand bruit, et les deux enfants furent libérés quelques années après leur incarcération, puis intégrés dans un programme de protection avec changement de noms et de vies. L'inspecteur principal Grant Foster se demande comment les assassins ont pu se procurer leurs nouvelles identités et adresses.

Troisième tome de la série Les enquêtes du généalogiste, qui cette fois-ci porte mal son nom tant Nigel Barnes, le généalogiste est sinon totalement absent du moins pas vraiment au travail d'enquêteur. C'est sans doute la raison qui m'a fait lire à deux ou trois reprises que ce volume était moins bien que les autres. Que nenni ! Certes, la recherche généalogique y est moins développée que dans les autres, mais on en apprend plus sur Nigel Barnes, sur son passé, et Grant Foster, l'inspecteur principal, qui est de fait, le personnage principal de cette série l'est ici encore plus. Moi, ça ne me gêne pas, je l'aime bien Foster, abimé, cabossé, un flic solitaire et seul, qui révèle là-aussi une partie de son passé, de ses débuts de flic. Finalement, seule Heather Jenkins, l'adjointe de Foster et la petite amie de Nigel Barnes perd un peu de son importance. Je trouve pas mal de cohérence dans cette suite, et rien ne dit que si quatrième tome -voire plus- il y a, il ne sera pas centré sur Heather ou de nouveau sur Nigel ; une continuité assez logique qui se ressent également par le fait que l'éditeur choisit toujours le même traducteur, Jean-René Dastugue, donc une continuité également dans la narration.

Un bon polar, plus classique que les deux premiers. Encore une fois, Dan Waddel nous sort une intrigue qu'il complique à souhait grâce à un grand nombre de personnages, principaux et secondaires qui ont tous leur importance, et cette fois-ci on compte un peu moins sur les ascendants des uns et des autres pour nous embrouiller encore plus. Comme d'habitude, c'est très bien mené, totalement maîtrisé. Une enquête solide qui par l'intermédiaire de Grant Foster permet de se poser des questions sur la justice, notamment celle des mineurs, mais aussi sur la réinsertion, le pardon des familles des victimes, la loyauté, les conséquences d'un meurtre sur l'entourage large de la victime mais aussi sur celui du ou des meurtriers.

Excellente série, que je ne saurais trop vous conseiller de commencer par le début avant qu'elle ne compte beaucoup de volumes et que le retard soit trop lourd à rattraper. En plus, les trois volumes existent en poche chez Babel.

Voir les commentaires

Depuis le temps de vos pères

Publié le par Yv

Depuis le temps de vos pères, Dan Waddell, Babel noir, 2013 (Le Rouergue, 2012), traduit par Jean-René Dastugue.....

Katie Drake, actrice qui n'a plus d'engagements depuis quelques années est retrouvée morte, dans le jardin de sa maison londonienne. Sa fille, Naomi, 14 ans est introuvable. Grant Foster, inspecteur à la criminelle, à peine remis de sa dernière enquête qui a failli lui coûter la vie s'investit totalement dans la recherche de la jeune fille. Seul un cheveu est récolté sur la scène de crime, qui d'après les analyses ADN appartient à un parent de la victime. Foster demande alors à sa collègue Heather Jenkins de prendre contact avec Nigel Barnes, le généalogiste qui les a déjà aidés auparavant.

Sous titré, Les enquêtes du généalogiste, ce volume est le deuxième de la série qui en compte pour le moment trois. La première, Code 1879, m'a laissé un souvenir assez bon pour que je me penche sur la suite. 400 pages sans temps mort, qui nous plongent dans le passé de l'église des mormons, pas glorieux qu'ils voudraient bien gommer totalement pour passer pour des anges -si vous me permettez cette facilité. Très bien mené, et malgré la multitude d'intervenants, des noms qui parfois se ressemblent, je ne me suis jamais senti perdu, parce que Dan Waddell revient régulièrement nous rappeler qui est qui.

Grant Foster est un flic solitaire, un peu "vieille Angleterre", et si parfois, on peut oublier que l'histoire se déroule outre-Manche, un détail essentiel -que dis-je, LE détail- nous y ramène : Grant Foster boit du thé ! Bon, pour faire bonne mesure, chez lui, il boit aussi du bon vin, hérité de son père : il vide la cave de la maison qu'il habite seul et dont il a hérité. Amoché par son enquête précédente (Code 1879), il a du mal à se mouvoir sans douleurs et ses chefs aimeraient que ce dinosaure aux méthodes un peu personnelles soit moins présent, genre 9h-17h, ce qui, pour un flic tel que lui est inenvisageable.

Heather Jenkins et Nigel Barnes ont vécu un rapprochement sérieux dans le tome précédent, et ils ont l'air un peu en froid dans celui-ci, ce qui n'empêchera par une étroite collaboration qui les mènera jusqu'à Salt Lake City, fief des mormons, et Mecque des généalogistes, puisque iceux ont fiché plusieurs millions de personnes, ils en arrivent même à baptiser des morts, ce qui est à la fois crétin et absolument irrespectueux ; crétin, parce qu'une fois qu'on est mort, eh bien, on est mort et qu'on se fout un peu des bêtises terrestres et religieuses et enfin, de quel droit baptiser des morts, qui de leur vivant n'avait rien demandé ?

Bon, revenons à notre enquête, prenante de bout en bout et diablement -désolé les mormons, je n'ai pas pu m'en empêcher- maîtrisée. Très originale cette série qui fait de la généalogie le moyen de résoudre des énigmes, en plus, elle n'oublie pas les codes du genre : flic solitaire, idylle, noirceur -car il faut bien dire que l'on ne rit que très peu-, et contexte fort et bien expliqué. Si ce n'est pas encore fait, le mieux, c'est de débuter par le premier tome...

Voir les commentaires

Les deux coups de minuit

Publié le par Yv

Les deux coups de minuit, Samuel Sutra, Flamant noir, 2016.....

Mis sur un coup facile et lucratif par sa bonne -la bonniche, hein, parce que Donatienne, elle est pas vraiment bonne adjectivement parlant- Donatienne, ex-baronne reconvertie dans l'alcoolisme à (très) haute dose et par le baron Edouard de Gayrlasse, ex de Donatienne en grosse difficulté financière, Tonton se rend donc avec son équipe de bras cassés au Royal Monceau, court-circuiter une vente d'armes entre Salvadoriens et ramasser un demi-million d'euros. Le coup réussit presque sans anicroche, et la belle équipe le fête comme il se doit en la demeure de Tonton. Lorsqu'ils émergent de leur comas éthylique, cette dite-demeure est dévastée, retournée de fond en comble, le pognon évaporé. Tonton se serait-il fait doubler ? Qui est l'inconscient qui a osé ?

Ah les aventures de Tonton, c'est tout un poème. J'en suis à 4 (1, 2, 3, et 4 celui que je chronique aujourd'hui) et à chaque fois, je plonge, je me régale, je me réjouis et je rigole au point d'inquiéter pléonastiquement mes voisins proches, ceux qui ne me connaissent pas, mais ceux qui me côtoient habituellement itou. Parce que les aventures de Tonton, c'est avant tout un langage, une écriture entre Frédéric Dard et Alphonse Boudard mâtinée de beaucoup d'Audiard. Un pur plaisir donc. On voit et on entend les protagonistes parler et mimiquer. Par exemple, lorsque suite à son réveil difficile Tonton n'a passé qu'une nuisette qui ne cache pas grand chose de son bazar et que Gérard son second lui demande de s'habiller :

"Disons que depuis tout à l'heure, tu te balades à moitié à poil sans que ça ait l'air de te gêner. Je sais que t'es chez toi, je conteste pas, mais te balader en nuisette avec le matos en vitrine, j'suis désolé, je te le dis comme je le pense, je trouve que ça fait pute ! (...) ... passé un certain âge, les hommes mêmes jeunes ont tendance à se trimballer avec les sacoches au niveau des genoux. C'est la nature, la gravitude a besoin d'attirer les trucs lourds au niveau du plancher et vu leur calibre, tes balloches font partie du lot." (p63/64)

Il y a bien aussi ce chapitre très osé que je ne dévoilerai par aucune citation, disons succinctement qu'un homme et une femme se retrouvent inopinément -si si j'ose- seuls dans une chambre et que la suite est très prometteuse et surtout particulièrement drôle à condition de ne point trop visualiser, sous peine de malaise.

L'intrigue se tient, Tonton est momentanément dépassé, et contre toute attente tant ses acolytes sont habituellement défaillants et pour certains très cons, bien secondé. Il lui faudra néanmoins subir quelques sarcasmes et passer outre une certaine honte à s'être fait blouser si aisément pour mener à bien sa contre attaque. Je vous le dis depuis que j'ai débuté la série de Samuel Sutra, Tonton, c'est le meilleur. Le cador des malfrats. Et l'auteur a toute mon estime et mon admiration pour avoir su le créer de cette manière si enlevée et drôle mais aussi pour savoir le faire durer avec autant de bonheur. Et Nathalie l'éditrice, la cheffe de Flamant noir -j'ai ouï dire que certains des romanciers qu'elle publie l'appelait la taulière- a toute ma sympathie pour son flair dans le choix de ses auteurs et parce qu'elle réédite toutes les aventures de Tonton : Les deux coups de minuit est une nouveauté, mais les deux premiers tomes sont à paraître. J'ai hâte.

Vous ne savez pas quoi lire sur la plage ou à la montagne ou à la campagne ou à la maison ou ailleurs ? Lisez Les aventures de Tonton. Toutes, vous verrez, on ne s'en lasse pas. Au contraire. Pour moi, c'est coup de coeur à tous les coups.

Voir les commentaires

Van Gogh et ses juges

Publié le par Yv

Van Gogh et ses juges, Marie Devois, Cohen&Cohen, 2014...,

Un tueur en série s'attaque aux juges parisiens. Déjà cinq morts, égorgés, et bientôt un sixième, puis un autre en province. A chaque fois, en guise de signature, un petit paquet est posé sur la victime, qui contient des éclats de peinture. Le commandant Fred Andersen, chef de groupe à la crim' est désemparé. Rien, aucun indice, aucune trace, aucun témoin. Comme si le tueur apparaissait et disparaissait où et quand il veut, totalement invisible, même lorsqu'il sévit en plein jour à Paris. Incompréhensible. L'enquête s'annonce laborieuse et longue et plus elle piétine plus le doute s'installe dans les têtes des flics.

Je remonte dans la production de Marie Devois. après l'excellent Gauguin mort ou vif, publié dans la même très belle collection (Art noir) en 2016, nous voici deux ans plus tôt avec un roman qui tourne autour de la peinture de Vincent Van Gogh. Pas une œuvre en particulier, mais plutôt toutes ses toiles et leurs parcours depuis la mort du peintre, les spéculations, les faux, les escroqueries, ... Il n'y a pas vraiment de héros dans ce roman -même si Fred Andersen et Maëlle Aubier commissaire à l'Office Central de lutte contre le trafic de Biens Culturels sont un peu plus présents-, plutôt des hommes et des femmes qui travaillent dur, qui épluchent les pedigrees des gens qu'ils rencontrent même lorsqu'ils ne sont que simples et vagues témoins, chaque petite avancée est bonne à prendre lorsqu'il n'y a rien à se mettre sous la dent : "Le groupe d'Andersen avait punaisé sur toutes les surfaces disponibles les tirages obtenus et leur avait attribué un numéro. Des dizaines de clichés. Des centaines de visages, de silhouettes, que les hommes comparaient. S'ils repéraient le même visage, la même silhouette sur des photos de séries différentes, ils auraient enfin l'impression de faire un pas. Un grand pas." (p.59). On se demande pendant très longtemps quel indice, quel événement, quelle erreur du tueur, quelle illumination ou intuition d'un flic viendra tout déclencher, mais rien... Rien ne vient et même si nous, lecteur au bout d'un moment en savons plus que les flics, car le tueur de juges vient nous faire des confidences, eh bien on souffre pour eux et on se demande bien comment ils vont se dépatouiller de cette histoire.

Pas mal d'intervenants, d'entrées dans ce polar sans que jamais l'on ne soit perdu. L'intrigue est suffisamment tordue pour qu'on y croie, des circonvolutions autour des œuvres de Van Gogh, une incursion dans les méandres de la vente et de l'exposition des tableaux de maîtres que Marie Devois parvient sans peine à nous expliquer et à nous faire comprendre, et la tâche n'est pas aisée, car ce monde n'est pas toujours reluisant, certains aimeraient bien qu'il reste totalement abscons, ce qui leur permettrait de pérenniser leurs louches affaires. L'auteure maîtrise totalement son sujet et comme dans l'autre roman policer que j'ai lu d'elle, elle le construit de manière à nous apporter des informations en sus de son intrigue et à nous perdre pour mieux nous embobiner et nous surprendre. Vraiment très bien fait.

Voir les commentaires

Ça coince ! (33)

Publié le par Yv

La grande panne, Hadrien Klent, Le tripode, 2016..

"Une explosion dans une mine de graphite italienne provoque l'apparition d'un immense nuage qui menace de s'enflammer au contact des lignes à haute tension. Pour éviter la catastrophe, une coupure électrique générale est décidée dans toute l'Italie, plongeant le pays dans le chaos. Le nuage se déplace vers le nord, et la France décide à son tour de procéder à un black-out sur son propre réseau. Le gouvernement part s'installer sur l'île de Sein, en Bretagne, pour superviser la panne qui s'annonce." (4ème de couverture)

Très bien sur le papier, je suis très tenté, mais je déchante vite, pour diverses raisons. D'abord, le texte est très dialogué, trop à mon goût, d'autant plus que ces paroles échangées n'ont rien d'exceptionnel et tournent même à vide, n'apportant rien à l'histoire, l'alourdissant même par des formules un peu faciles et légères. Ensuite, il y a beaucoup de personnages qui déboulent tous en même temps, trop pour mon petit cerveau étriqué, et même la liste du début de roman, pour utile qu'elle soit, ne m'aide pas plus que cela. Enfin, la mise en place des la situation, des différents lieux et des différentes histoires est longue,très longue. Je m'embrouille et je m'ennuie. Je passe mon tour.

Pour être complet je dois dire que j'ai lu quelques articles sur ce roman, plus positifs que le mien, certains même, ceux de Keisha et de Gwen m'ont incité à la découverte...

De force, Karine Giebel, Belfond, 2016.,

Un soir, promenant son chien, Maud, la fille du professeur Reynier, patron d'une clinique sur les hauteurs de Nice est agressée. De peu, elle échappe au viol, grâce à Luc un joggeur qui court dans le coin et qui met en fuite l'agresseur. Luc est garde du corps, ça tombe bien, le père de Maud l'engage pour protéger sa fille car elle a reçu des menaces, et à travers elle, lui bien sûr, l'homme à la belle situation, très en vue. Luc accepte et se rapproche ainsi de Maud qui ne le laisse pas insensible, et vice-versa.

J'ai lu pas mal d'articles sur les romans de Karine Giebel, tous assez élogieux, je m'attendais donc à découvrir un polar efficace et, si ce n'est original au moins captivant. Las, je tombe sur un ouvrage empli de clichés, de stéréotypes et dès la page 50 on sait qui a fait le coup et pourquoi -et encore, je dis page 50, mais je suis un peu lent... Je vous le dis ? Non, non n'insistez pas, on ne sait jamais, certains pourraient aimer et me reprocher d'avoir dévoiler le pot-aux-roses.

Personnages caricaturaux, situations déjà vues ou lues. Absolument rien d'original, ni dans le fond ni dans la forme. 515 pages de pures banalités, il faut s'accrocher un peu, moi, perso, ça me gave dès que j'ai trouvé la solution, alors, franchement, hors de question de me fader la totalité de l'ouvrage. Je lis vite, en diagonale, pour arriver à la solution, qui oh miracle est totalement différente de ce que j'avais pensé... Euh, en fait non, c'est tout comme j'avais prévu. Déception de bout en bout !

Voir les commentaires

Troubles

Publié le par Yv

Troubles, Jesper Stein, Piranha, 2016 (traduit par Jean Renaud).....

2007, Copenhague est en émoi, la police a délogé le squat nommé la "Maison des jeunes". Suivent des heurts, des manifestations violentes dans lesquels la police est toujours mise en cause par les journalistes et les manifestants. En plein milieu de la zone de conflit, un cadavre est découvert, dans un cimetière, adossé à un mur, étranglé. Tout laisse à croire que c'est un policier qui a fait le coup. Axel Steen, flic de la criminelle, solitaire et pas conventionnel, qui habite dans le quartier en révolte est chargé de l'enquête.

Il y a un moment que je n'avais pas lu un aussi bon polar venu du nord. Il y eut une très belle période avec les Mankell, Indridason et autres Scandinaves talentueux, puis la mode nous a aussi envoyé des romans moins aboutis, qui surfaient sur l'engouement. Puis une nouvelle salve de bons est arrivée avec Adler Olsen notamment et même des Français s'y sont mis (Olivier Truc, par exemple). Si j'écris ce petit préambule, c'est que ce Troubles est de manière évidente dans cette lignée de bons romans noirs qui s'intègrent dans un pays, une société. Le contexte est ultra présent, il est à la fois un moyen de connaître le pays, les préoccupations des Danois, leurs difficultés à accepter le changement de société qui a cours depuis plusieurs années avec la mondialisation, la circulation rapide des informations, des biens et des personnes. Ce contexte social, politique cache au départ les vraies raisons du meurtre, puis au fur et à mesure qu'on se dirige vers un trafic de drogue, le milieu activiste, celui qui manifeste dans les rues reste soupçonné. L'intrigue est dense, aux multiples ramifications qui nous empêchent de trouver le ou les coupable(s) avant Axel Steen, et pourtant, on a des indices supplémentaires...

Axel Steen est un flic peu ordinaire, mais on a déjà pu en rencontrer d'autres du même type : vie privée chaotique, vie professionnelle qui ne suit pas la pente naturelle vers le haut pour cause de travail personnel, de méthodes toujours à la limite des procédures voire carrément en dehors, d'un manque de respect pour la hiérarchie... mais tout cela est fait pour la recherche de la vérité, pour l'élucidation des meurtres, par égards pour les victimes et leurs familles. Il est comme ça Axel, entier et totalement dévoué à son travail. Il fait équipe avec un procédurier qui se révélera très loyal, même si sa description et son nom prêtent à sourire : "C'était l'inspecteur qui portait le pantalon le plus moulant de la police danoise. Il lui remontait si haut dans l'entrejambe qu'on se serait attendu que sa bouche émette un chant de castrat chaque fois qu'il l'ouvrait. Cette étroite enfourchure était l'objet de bien des commérages entre haut et bas -notamment chez les collègues féminines- car on distinguait le renflement de sa bite, enroulée comme un serpent assoupi du côté gauche. Et l'intérêt était d'autant plus grand que John Darling avait l'allure d'un vrai mannequin." (p.26)

Je pourrais aussi vous parler de la rivalité entre la police criminelle et le Renseignement, de toutes les pages consacrées au financement du terrorisme international, de celles qui concerne le trafic de drogue, de la défiance des Danois envers les immigrés (là-dessus, nous n'avons pas de leçon à donner), de Christinia, ce quartier autoproclamé "ville libre" depuis les années 1970 et qui fonctionne toujours, des visites de la ville en compagnie d'Axel Steen dans des rues aux noms impossibles à lire -alors à prononcer...

Je pourrais aussi vous signaler que ce roman est le premier d'une série, que d'autres sont déjà écrits et pas encore traduits et que j'espère très fortement que Piranha aura la bonne idée de refaire appel à Jean Renaud pour traduire la suite que je lirai avec très très grand plaisir, tant ce premier tome est annonceur d'une excellent série. Vivement le retour d'Axel Steen !

Voir les commentaires

Notre quelque part

Publié le par Yv

Notre quelque part, Nii Ayikei Parkes, Zulma poche 2016, (Zulma, 2014), (traduit par Sika Fakambi).....

Lorsque la maîtresse d'un ministre ghanéen est de passage dans le village de Sonokrom et qu'elle découvre horrifiée dans la case d'un certain Koffi Atta, un morceau de chair apparemment humaine sanguinolente, elle est dans tous ses états et son amant veut lui apporter des réponses. C'est le jeune diplômé de médecine légale, Kayo qui est désigné volontaire pour faire les constatations et mener l'enquête. Kayo arrive dans le village et plutôt que de jouer les cadors, il salue les anciens et se met à l'écoute de l'un d'entre eux, chasseur et raconteur d'histoires, Yao Poku.

Kayo, de son vrai prénom Kwadwo est allé faire ses études en Angleterre et est revenu au Ghana pour travailler. Mais, il bosse pour un laboratoire n'ayant pas été recruté pour être médecin légiste à Accra la capitale du pays. Un concours de circonstance l'amène à enquêter dans ce village. Fort de son éducation, il aurait pu snober les habitants, mais au contraire, il les écoute et c'est ainsi qu'il avancera dans ses investigations. J'ai souvenance d'une nouvelle parue dans un recueil Nouvelles de Côte d'Ivoire, dans laquelle, un peu de la même manière, un jeune golden boy revenait dans son village d'origine et retrouvait les gestes et le goût de la simplicité, des croyances et des coutumes de ses aïeux. C'est la rencontre de deux mondes, le Ghana ancien et le moderne que nous narre Nii Ayikei Parkes. Il décrit fort joliment l'un comme l'autre et le télescopage n'est pas si violent que cela, avec de l'écoute et de la compréhension, les deux mondes se côtoient et vivent ensemble.

Pour raconter son histoire, le romancier joue avec les codes du polar, puisqu'enquête il y a, avec les plaies de certains pays d'Afrique -pas chez nous, non, nous en Europe... c'est comment dire ? c'est pas pareil- : corruption, intimidation, régime autoritaire qui ne supporte donc pas la moindre contrariété ou contradiction, argent qui passe de mains douteuses en d'autres mains douteuses, ..., avec les codes du roman d'initiation, du conte du griot et avec les différences entre les cultures occidentale et africaine. C'est très bien vu et très bien fait. C'est assez drôle dans les dialogues, léger et vif :

"Bon, mon ami, veuillez décliner vos nom, prénoms et profession.

- Kayo Odamtten. Je travaille dans un laboratoire scientifique.

- C'est ça le nom que votre père a trouvé pour vous faire sortir au grand jour ?"

Il y avait dans la voix du sergent un mélange d'agacement, d'amusement et de cynisme.

"Donnez-moi votre vrai nom.

- Kwadwo Okai Odamtten." (p.75)

La langue de Nii Ayikei Parkes est métissée lorsqu'il fait parler ou intervenir Yao Pokou, le vieux chasseur du village. Je dois même confesser que le premier chapitre m'a troublé, déstabilisé, mais je voudrais inciter ici tout futur lecteur à passer au-dessus de cet éventuel écueil, parce que la suite vaut le détour, largement, très largement, très très largement. Il faut saluer le travail de la traductrice Sika Fakambi qui a dû se torturer les méninges pour reproduire la vitalité et le métissage du style de l'auteur.

Encore une fois les éditions Zulma publient un très joli livre, dépaysant, original, formidable. Et en plus, il sort en poche... Pourquoi se priver ?

Voir les commentaires