Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

polar-noir

Artifices

Publié le par Yv

Artifices, Didier Fossey, Flamant noir, 2018.....

Boris Le Guenn, commandant et chef de groupe à la crim' au 36 quai des orfèvre est mis sur une drôle d'enquête : le corps d'un vieil homme vient d'être retrouvé, attaché à un arbre, l'homme semblant avoir été tué par une chandelle de feu d'artifice. Quelques jours plus tard, un autre homme, meurt dans sa maison de retraite, et de nouveau du matériel d'artificier a été utilisé. 

Dans le même temps, Boris Le Guenn, fraîchement séparé de sa femme subit le harcèlement d'un inconnu.

Retour de Boris Le Guenn déjà rencontré dans les titres précédents de Didier Fossey : Burn-out et Ad unum. Dire qu'il revient pour le plaisir des lecteurs n'est pas mentir, ceux qui le connaissent rempilent avec joie, les autres apprendront à le découvrir et auront sans doute l'envie de lire ses autres enquêtes, ce qu'évidemment je ne peux que conseiller fortement. Fidèle à son habitude, l'auteur bâtit son roman en courts chapitres qui alternent les narrateurs, ce qui permet au lecteur d'avoir un temps d'avance sur les policiers. Le rythme est rapide et s'accélère sur la fin, plaisant et si l'envie vous prend, cette construction le permettant, vous pourrez toujours poser le livre aisément et le reprendre un peu plus tard sans perdre le fil. Moi qui lis beaucoup par toutes petites tranches, ça me plaît. 

Venons-en au cœur de l'ouvrage : l'histoire, l'intrigue. Originale et classique, Didier Fossey lorgne vers le thriller -avec un méchant vraiment très méchant qui en veut à son flic- mais a l'intelligence de ne pas céder aux facilités du genre (bagarres archétypales et/ou enlèvement des femmes et enfants, enfin tout ce qui est prévisible et décevant dans pas mal de thrillers étasuniens notamment). C'est cela que j'aime bien, le romancier adopte les règles du genre mais les personnalise pour écrire des romans originaux. En outre, il persiste avec ses personnages forts et bien décrits, très réalistes. C'est avant tout l'humain qui est mis au centre du roman, les aides techniques et scientifiques sont là, certes, mais l'histoire tourne autour des hommes et des femmes, de leurs sentiments, leur flair, leurs intuitions ; c'est rassurant de lire que les avancées scientifiques et technologiques sont au service de l'homme et non pas l'inverse. L'histoire est originale : la mise à mort avec du matériel de feu d'artifice, des personnages venant du passé et se rappelant aux bons souvenirs des victimes mais aussi de Boris qui sera, dans un premier temps désemparé, puis avec son équipe renouvelée se mettra à la tâche avec ardeur. Sans en dire trop sur l'intrigue, pour ne rien en dévoiler, pour laisser le goût de la découverte, je dois dire que Didier Fossey s'est bien documenté sur l'arme des crimes, sur l'Aide Sociale à l'Enfance au cœur de son roman sans en faire l'administration coupable de tous les maux des enfants dont elle s'occupe -le travers de taper dessus et sur les enfants confiés aux foyers et familles d'accueil est malheureusement souvent de mise : merci Didier de ne pas y céder.

Je parle peu de l'intrigue, car j'ai peur de trop en dire, le mieux, c'est que vous apportiez ce roman en vacances pour vous faire votre propre idée, et même s'il n'est pas franchement gai -ça reste un polar, pas une comédie policière-, il tient en haleine jusqu'au bout et vous pourriez même avoir l'envie de prolonger un peu en lisant moins vite. Et si vous n'avez pas le temps de lire pendant les vacances, il fera tout aussi bien l'affaire à un autre moment, en hiver au coin du feu...

Didier Fossey en cinq romans (j'en ai deux de retard : Traque sur le Web -réédité dans l'excellente maison Flamant noir- et Na Zdrowie, chez L'Atelier Mosésu, une enquête de l'Embaumeur)

Voir les commentaires

Ça coince ! (43)

Publié le par Yv

Marseille confidential, François Thomazeau, Sang neuf, 2018

Marseille années 30, la bagarre est rude pour les proches élections législatives. Face à face Pierre Ferri-Pisani, socialiste et Simon Sabiani, extrême-droite. Dans chaque entourage, des truands notoires ou en devenir. C'est dans cette ambiance chaude qu'un gardien de la paix ripoux est abattu, juste entre les deux locaux des candidats. Lequel des deux a fait le coup, chacun accusant l'autre et chacun affirmant que ce policier était de ses rangs. A l'époque, les flics sont plutôt derrière le candidat socialiste. C'est André Guibal, flic intègre et apolitique qui est chargé de l'enquête. 

Sur fond de combines, de corruption, de clientélisme, de guerre pour les différents territoires et marchés des gangsters, sur fond de la plus stricte réalité de l'époque, François Thomazeau bâtit son histoire qui aurait pu qui aurait dû me passionner, d'ailleurs qui débute très bien. Et puis, très vite, je m'y ennuie terriblement, il tourne en rond, se répète, sous prétexte de bien ancrer son contexte historique et ses personnages nombreux, les réels et les fictionnels. Son roman manque d'allant, de vivacité, je me retrouve au rythme de l'enquêteur, morne et lent, et rien ne me retient. Mais sans doute les Marseillais -et d'autres- trouveront ces pages de l'histoire politico-gangstero-policière de la ville intéressantes.

 

 

La marquise des poisons, Olivier Seigneur, Plon, 2018

"1679. Louis XIV réside au château de Saint-Germain, célèbre pour ses jardins en terrasse et ses fabuleux jets d'eau. Sa toute-puissante favorite, la flamboyante marquise de Montespan, attire tous les regards et se sent maîtresse du royaume. Si, à Saint-Germain, on danse et on s'amuse, à Paris, on invoque le diable, on profane des églises, on dit des messes noires. C'est ce que découvre effaré, le lieutenant général de la police, Gabriel Nicolas de La Reynie. Quel complot se trame derrière ces actes effrayants ?" (4ème de couverture)

Alléchant, n'est-il pas ? Sauf que le gros roman peine à vraiment débuter, installe en quelques chapitres de nombreux intervenants et distille moult détails parfois pas vraiment utiles qui allongent la sauce et ne servent qu'à me gâcher le plaisir de la lecture et de la plongée sous le règne de Louis XIV.

Beaucoup de longueurs dans un roman policier en habits qui se veut, et qui est, instructif. Malgré ce dernier aspect, je ne parviens pas à résister à des bâillements et à des envies de l'envoyer promener, mais eu égard à l'objet, je ne le jetterai pas et en plus vu son poids, il pourrait bien faire des dégâts chez moi. La mode des polars historiques s'étend, même si je dois dire qu'Olivier Seigneur en écrit depuis longtemps et qu'il n'y cède donc pas, il doit en être l'un des pionniers. Peut-être le retrouverais-je une prochaine fois, dans un roman plus léger ?

Voir les commentaires

Passé double

Publié le par Yv

Passé double, Patrick S. Vast, Le chat moiré, 2018.....

Cindy zone à Paris. Lorsque Marie, une vieille dame lui propose un emploi en tant que dame de compagnie chez une de ses amies, Rosemonde Busine,  à côté de Berck-sur-Mer, la jeune femme accepte pour changer d'air, dormir dans un vrai lit et économiser pour pouvoir partir en Australie. 

Gérard Alvès, constructeur de maisons individuelles est, pour la seconde fois de sa vie, au bord du dépôt de bilan. Il est aussi en proie à des cauchemars en lien avec un accident de voiture vieux de cinq ans qui a coûté la vie à sa compagne d'alors et un an de coma et de rééducation pour lui. 

Très vite, le lien entre les deux personnages apparaît, mais quel rôle Rosemonde veut-elle faire jouer à Cindy ? Et jusqu'où cette histoire ira-t-elle ?

Roman à tiroirs, qui, dès que l'on en ouvre un en fait découvrir d'autres insoupçonnés, surprenants. Fort bien mené, avec des rebondissements, des arnaqueurs-arnaqués voire des arnaqueurs d'arnaqueurs arnaqués, on ne sait plus où donner de la tête. Dans la folie de son imagination, Patrick S. Vast n'oublie pas de faire passer le tout avec une écriture directe, simple et fluide. Une mécanique bien huilée dit-on couramment. On ne se demande même pas comment d'une situation certes originale mais assez paisible on peut en arriver à cet entremêlement de situations qui se croisent pour le bonheur des uns mais surtout le malheur des autres.

On ne sait jamais si les personnages sont totalement sincères ou s'ils ont une idée qui germe dans leurs esprits torturés. Chacun d'entre eux a sa part de raison mais aussi sa folie ou son désir de se sortir de sa situation difficile par n'importe quel moyen, d'où ce questionnement. Ils sont imprévisibles, et c'est formidable parce qu'ils ne sont pas là où on les attend. 

Je me suis fort régalé avec ce deuxième titre des éditions Le chat moiré. Patrick S. Vast sait construire des histoires rocambolesques, des polars à tiroirs, à rebondissements et comme il a le talent de savoir également les raconter, le plaisir est forcément au rendez-vous. Encore un polar pour cet été me demanderez-vous, haletants ? Et oui, vous répondrai-je enthousiaste. Et celui-ci à la particularité d'être édité par une toute petite et toute jeune maison de Béthune, qui met joliment en avant la région -que je ne connais pas, mais j'irai un jour, j'irai- et d'être à un prix très abordable. Idéal donc pour les vacances dont il ne grèvera pas le budget.

Voir les commentaires

Là où vivent les loups

Publié le par Yv

Là où vivent les loups, Laurent Guillaume, Denoël, 2018.....

Priam Monet, presque deux mètres de haut et plus de 150 kilos, d'humeur invariablement de chien, misanthrope, commandant à l'IGPN -la police des polices-, détestant être loin de Paris, débarque à Thyanne vallée perdue des Alpes, pour faire un audit de la police locale. Bien accueilli par Claire, jeune flique sympathique, mariée à un garde forestier, deux enfants. Lorsqu'un migrant est retrouvé au bas d'une falaise, mort, seul Priam comprend qu'il ne s'agit pas d'un accident. En tant qu'ex de la crim' la substitut du procureur lui donne la direction de l'enquête.

Tout pour plaire ce Priam : son physique, sa misanthropie, sa quasi perpétuelle mauvaise humeur. Les mots les plus usités au début de l'ouvrage sont "il déteste", "il n'aime pas", c'est presque un inventaire. Enfin, un héros qui sort de l'ordinaire. Je sens que je vais me régaler. Et ça commence très fort. Antipathique et attachant, Priam s'accorde les grâces de Mona, la fillette de Claire sa collègue qui n'a pas la langue dans sa poche. Le duo Claire/Priam fonctionne parfaitement et Laurent Guillaume évite le piège de la fliquette qui apprend tout du super commandant ; chacun y va de ses bourdes, mais aussi de ses réflexions et recherches qui font avancer l'enquête. 

Les personnages sont fouillés, travaillés et le contexte géographique et économique entre en interaction avec leurs rôles, leurs attitudes : Priam que rien ne lie au lieu n'hésite pas à donner un coup de pied dans la fourmilière -même si lorsque c'est Mona qui lui en montre une vraie, devant la petite, il n'ose pas- lorsque Claire habitante du lieu hésite, ne veut pas se mettre à dos les gens qu'elle connaît depuis longtemps et avec lesquels elle continuera de vivre après l'enquête. La montagne est très présente, l'ambiance, presque un huis-clos dans cette vallée, pas vraiment joyeuse. L'air est lourd. Le romancier, ex-flic, décrit très bien cette atmosphère tendue, sous pression qui joue pour beaucoup dans l'absolue nécessité de tourner les pages vite sans pour autant en rater une seule. 

L'intrigue tient la route, même si l'on peut se douter assez vite du rôle de certains, c'est le huis-clos qui veut cela, mais des détails qui s’avéreront n'en être pas forcément viendront ajouter du piment et du suspense. Jusqu'au bout, j'ai lu avec plaisir et avidité. Le ton adopté par Laurent Guillaume y est aussi pour beaucoup. Priam a un langage fleuri, son côté ours parisien se heurte à tout ce qu'il voit et à ceux -et surtout celles : Claire, Mona la petite fille et Marie la journaliste- qu'il rencontre et qui l'humanisent un peu. Ce polar tourne admirablement bien et c'est une divine surprise, de celle qui lorsqu'on ne s'y attend pas -c'est le principe de la surprise- laisse un goût de revenez-y -et oui, je verrais bien Priam revenir dans une autre aventure, c'est dire si j'ai aimé- et surtout de "mais-pourquoi-c'est-déjà-fini ?". Et pourtant, 300 pages, j'ai pu en profiter, n'est-il pas ? Oui, mais j'aurais bien pris du rab, comme Priam lorsqu'il est à table...

Voir les commentaires

L'Arménien. Nuits nantaises

Publié le par Yv

L'Arménien, Carl Pineau, Librinova, 2017....

1989, Luc Karzian dit L'Arménien est retrouvé mort, mutilé dans une forêt des alentours de Nantes. Son ami, Bertrand, coiffeur et sa psychiatre Françoise de Juignain racontent les circonstances de leur rencontre avec Luc puis, les années qui ont suivi. Alors se dessine le portrait d'un homme à l'enfance difficile qui, arrivé à Nantes, bien vite se retrouve à traficoter dans le milieu de la ville. Greg Brandt, inspecteur de police enquête sur la mort mais aussi sur la vie de L'Arménien.

Avec ce titre, je fais mes grands débuts de lecteur sur liseuse. J'ai emprunté celle de Madame Yv. Cette expérience restera expérience tant je n'ai pas aimé. D'abord, télécharger -légalement il va sans dire, eu égard à l'auteur- le livre est déjà galère, il faut le bon format, puis le retrouver dans la liseuse... pfff, déjà ça m'a agacé. Puis, une fois que j'ai réussi, il m'a fallu m'habituer aux fonctionnalités dudit appareil, bien compliqué pour un type aux gros doigts et petites capacités dans les nouvelles technologies comme moi. Et hop, dès que je rate mon coup me voilà au début ou à la fin du livre alors que je n'ai demandé à tourner qu'une page. Non, y'a pas à dire, je préfère le papier, je peux revenir en arrière et retrouver vite la page que je veux. Je hume, je tourne, je prends-pose-reprends le livre sans attendre que la liseuse s'allume ni veiller à sa charge... Heureusement pour moi L'Arménien est un bon livre, sinon...

D'ailleurs, revenons-y à ce polar dans lequel l'enquête est menée par un coiffeur et une psychiatre. Original. Même si le flic est sur le coup également. On plonge dans le Nantes des années 70/80, j'ai reconnu plein d'endroits bien sûr, mais pas l'environnement du livre que je ne fréquentais pas : le milieu nantais de la drogue et des bars de nuit. Bien construit, on avance pas à pas dans l'histoire, en apprenant des bribes d'information sur les intervenants principaux. Iceux sont d'ailleurs assez fouillés, complexes et torturés par de multiples questions et traumatismes pour noircir le tableau déjà sombre. L'ensemble fonctionne, la mécanique est bien huilée comme l'on dit couramment, tout s'enchaîne sans temps mort. Roman assez dialogué, vif, qui malgré quelques erreurs récurrentes -de l'usage du verbe s'avérer- qui peuvent être pardonnables puisque le livre est auto-édité et ne bénéficie donc pas des services de correction, est vraiment une bonne surprise qui m'a tenu quelques heures (la liseuse tient les comptes) étalées sur deux ou trois jours. En ce début d'été et de vacances, si votre liseuse craint les grains de sable ou l'eau de mer, préférez L'Arménien dans sa version papier, sinon, tentez la version e-book, elle n'est pas chère.

Voir les commentaires

L'Irlandais

Publié le par Yv

L'Irlandais, Maurice Gouiran, Jigal polar, 2018...,

Zach Nicholl, dit l'Irlandais, à peine sexagénaire, peintre travaillant et vivant à Marseille est retrouvé dans son atelier, le crâne fracassé. Sans être un intime de Clovis Narigou, journaliste de son état, ils se connaissaient. Aussi lorsque Aileen, la veuve demande à Clovis de l'accompagner à Belfast pour enterrer Zach, celui-ci accepte-t-il avec l'envie de faire un reportage sur les ex de l'IRA, et surtout tenter de comprendre pourquoi l'Irlandais est venu en France et peut-être même élucider les raisons de son assassinat.

Remarque liminaire à ma chronique. J'aime bien Clovis Narigou que je suis depuis un moment et dont je n'ai appris que récemment qu'il était le "double" de l'auteur, vu que les prénoms se ressemblent et que les deux noms sont des anagrammes, c'est même l'auteur lui-même qui l'a dit alors... et j'aime sa bergerie La Varune, isolée sur les hauteurs de Marseille. Je me suis même pris plusieurs fois à rêver d'y passer du temps, tranquille, sans les bruits de la ville, juste la nature, un feu de bois et des bouquins (en fait, j'ai cherché ce genre de location pour cet été, avec en tête l'image que j'ai de la bergerie de Clovis, sans trouver). La tranquillité, c'est ce qu'a fait le journaliste tout l'hiver qui précède cette histoire. Même Emma la fliquette-punk avec qui il partage son lit et et sans doute plus que ce qu'il veut bien s'avouer n'a pas pu l'en faire sortir, ni même monter à la bergerie. Alors, lorsqu'il sort enfin de son hibernation, la mise en route est un peu longue. C'est un peu mon -petit-reproche : le livre tarde à vraiment démarrer là où Clovis m'avait habitué à prendre ses sujets de reportage à bras le corps dès le début de son aventure, des thèmes souvent durs, complexes qu'il sait parfaitement nous décortiquer (L'hiver des enfants volés, La mort du scorpion, Les vrais durs meurent aussi, Maudits soient les artistes). Là, il tergiverse. Certes, à Belfast le sujet des Troubles est encore chaud (un peu comme si l'on allait parler des "Evénements" en Algérie), mais j'ai senti qu'il était un peu fatigué Clovis. Heureusement, après une première partie un peu molle, l'histoire s'emballe enfin. Je ne regretterai donc pas La Varune dans laquelle Clovis ne sera pas beaucoup présent, car les pubs les paysages irlandais ne sont pas mal non plus. Le suspense monte -néanmoins, on n'est pas dans un thriller pétaradant et haletant- sur fond de guerre IRA- armée anglaise ou même entre les factions de l'IRA. 

Si je connaissais un peu la question irlandaise, j'ai appris encore, notamment sur ces hommes qui peignaient sur les murs la lutte contre les Anglais, qui se faisaient parfois tirer dessus par des snipers du camp d'en face et parfois tuer, mais qui continuaient à peindre ; sur le rôle des femmes irlandaises souvent cantonnées aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants et qui, lorsqu'elles se mettaient en tête de faire comme les hommes étaient mal vues, injuriées. 

Pour résumer après un début dans lequel Clovis reprend ses marques tranquillement, le charme du journaliste et de ses enquêtes agit pleinement, encore une fois plongé dans une page de l'Histoire un peu oubliée et pourtant importante, dans un "pays [qui] est une terre de secrets" (p.187) et donc dans lequel il faut donner de sa personne pour se faire accepter et collecter des informations.

Voir les commentaires

Le jeu de la défense

Publié le par Yv

Le jeu de la défense, André Buffard, Sang neuf, 2018....,

"A Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu'elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d'autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l'accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé, qui va tout tenter pour le faire acquitter." (4ème de couverture)

Ce gros roman policier d'un peu plus de 400 pages réussit l'exploit de passionner de bout en bout sans en faire des tonnes. Pas de sexe, ou très peu (ça c'est pour maintenir le suspense pour les plus libidineux), pas de sang qui coule à toutes les pages, pas de descriptions à peine soutenables de cadavres ou autres tortures. Peu d'action finalement, un peu quand même mais surtout du concret, du réaliste, du "vécu". André Buffard, avocat depuis 1972, qui a défendu quelques grands noms (Carlos -le terroriste, pas le chanteur-amuseur-, Pierre Chanal -les disparus de Mourmelon-, JC Romand, ...) est très précis, clair, net. Il détaille les faits. On sent qu'il connaît bien les rouages et les arcanes de la justice. Il explique les dessous de sa profession sans rien omettre. A la fois cette distance qu'il faut avoir avec les actes commis -ou pas- par la personne qu'il défend, sachant que tout homme a le droit d'être défendu. Par l'intermédiaire de son héros, David Lucas, il donne un point de vue intéressant de celui qui peut défendre n'importe quel accusé sans pour autant épouser sa cause ou même comprendre ou excuser les actes commis, il donne sa position et laisse le lecteur se faire son opinion, ne cherche pas à le convaincre. Son récit, parce que parfois, ce polar peut ressembler à un récit, est minutieux, on a l'impression de vivre la justice de l'intérieur.

David Lucas est le personnage principal, le narrateur également, celui par qui on avance dans cette histoire a priori simple pour les enquêteurs et pourtant complexe puisqu'il faudra l'entièreté du roman pour tout comprendre. Il n'est ni sympathique ni antipathique, c'est le genre de personnes de bon conseil, pointu dans son domaine qui aime son boulot, avec qui on pourrait passer des heures autour d'un bon verre -pas de whisky, au contraire de lui, je n'aime pas ça- pour en parler, écouter sa position sur le métier d'avocat et poser des questions, argumenter... 

David Lucas-André Buffard n'hésite pas non plus à parler de la médiatisation des avocats, notamment lorsqu'ils sont sur des affaires qui défrayent la chronique et font la une des journaux. Défendre celui que tout le monde accuse est payant médiatiquement, il ne s'en cache pas, surtout lorsque le verdict est favorable à la défense. Certains ténors du barreau comme on a coutume de dire, soignent leur image, jouent avec les médias, font leur pub qui fonctionne bien mieux que s'ils louaient de grands panneaux publicitaires.

J'ai beaucoup aimé ce polar pour toutes les raisons évoquées, pour l'écriture d'André Buffard, directe, précise, pour l'intrigue également et les rebondissements, les à-côtés liés au métier d'avocat. Vraiment une très belle surprise que ce roman-policier original puisqu'on n'est pas dans une enquête proprement dite, ni dans un roman de procès, l'auteur puise dans tous les genres pour sortir son histoire qui pourrait bien vous tenir en haleine cet été, puisque la saison des lectures estivales approche.

Voir les commentaires

La dernière couverture

Publié le par Yv

La dernière couverture, Matthieu Dixon, Jigal polar, 2018...

Raphaël est photographe de presse, cornaqué, épaulé par Bernard, un ancien dans le métier, ex-militaire -comme Raphaël. Bernard est réputé, a pris des photos qui ont la une de plusieurs magazines. Du pipole, du politique, du politico-judiciaro-financier, il a touché à tous les domaines assurant sa notoriété et son aisance pécuniaire. Mais ce qui paraît simple pour les lecteurs et pour le public, l'est nettement moins lorsque, comme Raphaël, on pénètre dans ce monde i particulier. Aussi, lorsque Bernard est victime d'un accident d'hélicoptère, le jeune homme commence-t-il à éplucher la vie de son mentor et comprend-il que l'accident n'est est peut-être pas un.

Roman d'espionnage plus que roman policier, Matthieu Dixon plonge dans les coulisses de la presse. Le constat n'est pas très glorieux, entre les vrais-fausses photos volées, les arrangements entre amis pour relancer une carrière, pour en couler une autre qu'elle soit artistique mais surtout politique. Si le pipole nourrit son photographe, Raphaël va assurer ses arrières en y prenant sa place, mais s'intéresser surtout au politique et aux drôles de relations qu'entretiennent certains membres de ce monde avec des hommes d'affaires douteux (le vendeur d'armes qui s'appelle Michel Dossa et qui n'a pas changé sa monture de lunettes depuis les années 80,  je dis bravo). Dès lors, la réflexion sur le rôle de la presse, sur son supposé pouvoir, le quatrième paraît-il, vont émailler et donner l'ossature de ce texte :

"- Tu ne t'es pas demandé si toutes les informations devaient être publiées ? Peut-être qu'il y a des choses que le public ne doit pas savoir ? Dont il faut le protéger ? [...] Cette photo. Tu t'es demandé qui ça servait de la publier ? Quand une information va à l'encontre des intérêts de ton pays, de ses citoyens, des lecteurs, tu fais quoi ? [...]

- Un journaliste n'a pas à prendre parti." (p.138/139)

Tout au fond du livre, Raphaël reste tiraillé entre les deux options : publier vaille que vaille ou ne publier que ce qu'il juge utile, sans nuire aux intérêts de son pays. J'imagine que c'est une discussion fréquente entre journalistes, que les deux options ont leurs défenseurs emplis d'arguments. Son intrigue repose sur cette question et sur le choix à faire. 

J'ai trouvé ce roman original, d'une part parce qu'il me semble que le roman d'espionnage est un peu tombé en désuétude et c'est fort dommage, ensuite par le ton adopté, celui d'un novice qui découvre les arcanes de ce milieu. Matthieu Dixon use d'une écriture simple, qui, en même temps qu'elle explique les découvertes de son héros, fait part de ses doutes, ses peurs. Il écrit de belles phrases sur le deuil, la mort d'un proche et le vide qu'il laisse.

Le roman est foisonnant, parfois trop même -il faut quelques références sur les personnalités politiques et des affaires de ces dernières années , et m'a semblé un peu long au démarrage, mais petit à petit le rythme s'installe et si le suspense n'est pas à la hauteur d'un thriller classique, ce livre que l'éditeur nomme un thriller politique tient la route et ne ménage ni ses personnages -héros compris- ni ses lecteurs qui le refermeront avec l'envie de poursuivre la discussion sur les différents thèmes abordés. Lisez-le et faites-le lire à vos proches, que chacun affute ses arguments.

Voir les commentaires

La ferme aux poupées

Publié le par Yv

La ferme aux poupées, Wojciech Chmielarz, Agullo, 2018 (traduit par Erik Veaux)....,

Muté, dans le cadre d'un échange de compétences, dans la petite ville de Kretowice, l'inspecteur Jakub Mortka est en fait sanctionné après une sale affaire qu'il a traitée à Varsovie (voir Pyromane).

Kretowice, petite ville sans histoire, sauf que bientôt, une fillette de onze ans disparaît, sans doute enlevée et tuée par un pédophile. Icelui est très vite arrêté mais ce qui semblait être une enquête rapide révèle d'autres aspects lorsque l'inspecteur Mortka, dit Le Kub entre dans les mines d'uranium à l'abandon.

Fin du suspense initié ici même il y a deux jours (voir Pyromane), voici donc le tome N°2 de la série avec Le Kub, dans sa livrée verte fluo, du meilleur effet et très simple à retrouver lorsqu'on ne sait plus trop où on l'a posé, si tant est que l'on se permette de le poser avant de connaître le dénouement. J'avoue l'avoir fait, car il souffre d'un très léger embonpoint pas rédhibitoire certes, mais un petit régime eut été une bonne idée. Ceci étant dit, Pologne oblige, le dépaysement est assuré, mais dans un cadre bien connu celui du roman policier. Vrai polar avec les codes du genre, le flic un peu bourru et solitaire, tête de mule, obstiné et parfois mal embouché, ce deuxième tome de la série ne remet en rien mon envie de continuer à lire les aventures de Mortka, au contraire, je sens qu'il y a là, un vrai bon filon. En plus de filer son enquête, de nous embrouiller, de nous perdre et dans le même temps de nous glisser des indices nous posant question, l'auteur a la bonne idée de parler de son pays. La domination russe est encore très présente dans les esprits, notamment lorsqu'un narrateur s'exprime sur l'histoire de Kretowice et de ses mines d'uranium largement exploitée par l'ex-URSS. L'intrigue est importante, les personnages aussi, chacun, même celui qui n'intervient que peu a le droit à quelques lignes descriptives et la Pologne l'est aussi, plutôt d'un point de vue social, ce que vivent au quotidien les Polonais, leurs humeurs, leurs idées, parfois reçues, parfois dures, mais assez parlantes quant à leur état d'esprit. J'aime bien lorsqu'un polar s'appuie sur un contexte qu'il explique ou qu'il expose. 

Un conseil pour finir ? Voilà, nous sommes au mois de juin, l'été arrive bientôt, et les vacances, commandez ou allez acheter les deux tomes de Wojciech Chmierlaz car ils pourraient bien être vos polars de l'été, et cette couverture verte fluo qui fera sensation sur les serviettes sur la plage ou sur les transats, enfin partout où vous serez, à tel point qu'il vous faudra en conseiller l'achat, chose aisée à faire puisque vous inspirerez alors un excellent moment de lecture.

Voir les commentaires