Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

polar-noir

Bienvenue à Gomorrhe

Publié le par Yv

Bienvenue à Gomorrhe, Tom Chatfield, Hugo thriller (traduit par Valéry Lameignère), 2020

Azi Bello, dit AZ, hackeur qui officie depuis un abri de jardin londonien met son talent au profit de causes qu'il estime justes. La dernière est de s'immiscer au sein d'un parti néo-nazi. Très solitaire voire reclus, il est appelé à l'aide par Sigma qu'il imagine être une femme, une hackeuse, qui s'est mis dans le pétrin. Comme si cela ne suffisait pas, Azi est bientôt sollicité de manière forte, contraint donc, d'infiltrer Gomorrhe, un site du darknet, l'un des plus terribles qui soit où tout s'échange ou s'achète parfois au prix d'une vie humaine.

Presque 500 pages pour ce roman qui aurait gagné à maigrir fortement. Même si le monde de l'informatique, du darknet et des pirates n'est pas mon favori, Tom Chatfield le décrit suffisamment bien pour qu'il m'intéresse. Son roman est une suite de rebondissements, de surprises -qui n'en sont parfois pas, tant on les subodore-, d'actions et de longueurs. Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à vouloir écrire des polars de 500 pages lorsque la moitié suffirait ? J'ai passé des lignes, puis des paragraphes, puis des pages pour me retrouver plus loin en comprenant aisément ce qui se passait. C'est dommage parce que ce thriller très moderne et très actuel a de grandes qualités notamment dans une suite d'événements tous plus dingues les uns que les autres. Les personnages sont un peu caricaturaux, mais on s'en arrange.

Voici donc un thriller qui souffle le chaud et le froid. A chacun de se faire son idée.

Voir les commentaires

L'empreinte de sang

Publié le par Yv

L'empreinte de sang, Richard Austin Freeman, Flamant noir (traduit par Gabin Perry), 2020

John Hornby, respectable négociant en métaux précieux londonien est cambriolé. 30 000 livres en diamants bruts. Aucun trace d'effraction. Seuls trois hommes ont la clef : John Hornby et ses neveux, Walter et Reuben. C'est ce dernier qui est arrêté et accusé du vol, son empreinte ensanglantée est retrouvée dans le coffre. Le célèbre Dr Thorndyke expert médico-légal est chargé de l'enquête par la tante et la cousine de Reuben persuadées de son innocence. Thorndyke rencontre au même moment un ami médecin sans emploi et lui demande de l'aider à résoudre cette affaire. C'est lui, Christopher Jervis qui raconte. Le duo d'enquêteurs -trio si l'on rajoute Polton, l'assistant de Thorndyke- est né.

Richard Austin Freeman (1842-1943) est un contemporain de Conan Doyle qu'il est difficile d'oublier lorsqu'on parle de roman policier anglais de cette époque. Freeman  est considéré comme le père du polar inversé -celui où l'on connaît le coupable dès le début repris et popularisé plus tard dans la série télévisée Columbo.

L'empreinte de sang est la première enquête du trio Thorndyke-Jervis-Polton écrite en 1907. Assez prolifique, Freeman est semble-t-il toujours beaucoup lu en Angleterre et je trouve étonnant qu'il ne le soit pas en France ; seuls quelques titres ont été traduits dans les années 30 et 40 dont icelui en 1933. Tous les ingrédients d'un bon roman policier d'époque sont là : la trahison, l'ambition, l'honneur, l'amour... La méthode de Thorndyke est particulièrement claire et plaisante à suivre et l'on sent que le protagoniste et le deutéragoniste (second rôle) vont prendre de l'épaisseur au cours des prochaines intrigues qui leur seront soumises. Thorndyke est un détective-scientifique qui observe méticuleusement, sans jugement, sans opinion. Il accumule les indices, les détails et ce sont eux qui le mènent vers la solution.

Franchement je me suis régalé. Évidemment, le style n'est pas aussi moderne que les polars contemporains malgré nouvelle traduction de Gabin Perry alerte et très abordable. Ce côté un peu désuet que la standardisation et la mondialisation de l'écriture de certains polars actuels a gommé est aussi ce qui fait son charme : l'écriture place mieux qu'un décor le récit dans son époque, dans les us et coutumes d'il y a un siècle. Dès lors, point besoin de description de lieux, de façades de maison,... le texte est dédié à l'enquête, à la recherche d'indices et à l'élaboration de la vérité dans l'esprit brillant de Thorndyke.

Quelle belle idée de la maison Flamant noir de rééditer cet auteur méconnu en France qui ne devrait pas le rester longtemps, tant je suis persuadé qu'à la lecture de cette recension, vous allez vous précipiter sur son site ou commander chez vos libraires préféré.e.s -permettez ces points médians car mes libraires préférées sont des filles-cette première enquête du Dr. Thorndyke. Moi, j'attends les autres.

Voir les commentaires

L'assassin de septembre

Publié le par Yv

L'assassin de septembre, Jean-Christophe Portes, City, 2020

Septembre 1792, le jeune lieutenant de gendarmerie Victor Dauterive, après avoir été sous la protection de Lafayette, travaille maintenant pour un député proche de Danton, l'homme fort du moment. Celui-ci envoie le jeune homme en mission à Verdun toute proche de tomber face aux Prussiens. Si la ville cède, c'est la porte ouverte vers Paris pour les ennemis. La ville ne résiste pas, elle a vécu des moments de profonde agitation attisée par un jeune homme fuyant que Victor prend pour un espion.

De retour à Paris, il est soupçonné d'avoir voulu faire évader son père avec lequel il est fâché, un aristocrate totalement opposé aux idées révolutionnaires de son fils

Sixième tome des aventures du jeune gendarme, de son fidèle Joseph et d'Olympe de Gouges. Davantage espion que gendarme, Victor est le champion pour se fourrer parfois à son insu dans les problèmes. Dans une situation politique particulièrement instable entre des révolutionnaires qui veulent durcir le mouvement comme Marat et d'autres nettement plus modérés, avec les Prussiens aux portes de Paris, des royalistes qui combattent à leurs côtés, des espions de tous les pays, le vol des joyaux de la couronne d'une très grande valeur qui auraient pu servir les intérêts du pouvoir pour gagner la guerre et les massacres que perpétue un certain nombre de révolutionnaires sortant des prisons des opposants et les tuant sommairement (il y a eu probablement plus de 1300 morts à Paris en quelques jours) et les élections de députés à la Convention. Le pays est dans une tension extrême.

Victor paraît en grande difficulté puisque cette fois-ci, on touche à ses proches : son père et son frère, son ami Duperrier mais aussi parce qu'idéaliste, il ne s'accorde que très peu avec les turpitudes des uns et les petits arrangements des autres. Le compromis, ce n'est pas son truc. On se dit parfois qu'il n'apprend pas, qu'il reste impulsif et imprudent et tombe dans des pièges parfois grossiers, mais Victor est jeune et même si l'on en est à sa sixième aventure, ça ne fait dans sa vie à lui que dix-huit mois, trop courte période pour changer ses habitudes. Et en cela, il est humain, il évolue lentement. Il s'inquiète de ses amis : son aide Joseph, petit garçon intrépide et débrouillard et sa grande amie Olympe de Gouges, impétueuse qui se met dans des situations difficiles pour lui, hors ses prises de position orales et écrites très virulentes contre les hommes au pouvoir.

Gros roman de 450 pages qui met du temps à installer le contexte : la guerre contre la Prusse et le front de l'est et qui, comme à chaque fois, est minutieusement documenté sans que cela ne nuise à la qualité de lecture au contraire, il remet en tête les personnalités de l'époque et leurs rôles ; puis les intrigues se collent parfaitement dans le décor pour une lecture qui, si comme moi, vous arrivez aux dernières pages un soir, repousseront votre heure de coucher habituelle. Une vraie réussite que cette série de romans policiers historiques.

Voir les commentaires

Mort à vie

Publié le par Yv

Mort à vie, Cédric Cham, Jigal polar, 2020

Lukas est marié, père d'un fille Léana et cadre dans une entreprise. Tout va bien. Sa vie explose le jour où il est interpellé, mis en garde à vue puis en détention provisoire pour un homicide involontaire commis par son frère Eddy. Eddy est un petit délinquant, dealer à ses heures. Lukas endosse la faute d'Eddy et découvre la prison. Il cohabite avec Rudy et Assane dans 9 mètres carrés. Sa femme et sa fille s'éloignent et ne comprennent pas. Eddy continue ses trafics.

Le prologue annonce la couleur, ce sera du noir profond, intense. Peu de place pour l'espoir et la lumière.

Au cours de chapitres aux narrateurs alternés : Lukas en prison, Eddy en trafic, Fred Bianchi et Franck Calhoun les flics qui ont entendu Lukas et quelques autres intervenants, Cédric Cham construit une histoire qui va vite, qui, si on peut se demander si le début n'est pas un peu exagéré -l'endos de la faute d'Eddy par Lukas-, ne laisse plus la place au doute dès que l'on progresse. Les deux frères sont prêts à tout l'un pour l'autre, même au pire.

Le roman est glaçant. Littéralement. Moi, claustrophobe qui ne supporte pas la promiscuité je sentis des gouttes de sueur, des angoisses monter à la lecture de l'arrivée de Lukas en prison. Elles redoublèrent lorsqu'il intégra sa cellule et ne diminuèrent point, tant la description que Cédric Cham fait de ce milieu est terrible. Et il sait de quoi il parle, il œuvre au sein de l'administration pénitentiaire. C'est d'autant plus flippant qu'on peut croire que ce qu'il écrit est le quotidien des détenus et des gardiens. La prison est violente. Le monde de dehors itou.

"Il y est.

Bouclé. Enfermé.

Lukas se sent con avec son sac plastique, son matelas en mousse et sa gueule d'innocent. Il tente de faire bonne figure. La chaleur est étouffante. Une vraie fournaise.

L'air vicié. Odeur de moisi, de sueur, de pisse et de tout un tas de trucs qu'il préfère ne pas identifier." (p.48/49)

Voilà, ça c'est le style Cham. Rien de superflu. Tout est dit en quelques mots. Du dense, du concret. Ça fuse et ça infuse dans la tête du lecteur qui se pose pas mal de questions sur les conditions de détention en France. Et Lukas de se poser des questions : vaut-il mieux espérer sortir et retrouver sa famille ou taire l'espoir, oublier la vie d'avant pour pouvoir supporter la prison ? Vingt-trois heures sur vingt-quatre enfermé entre quatre murs obligent à une gamberge folle, à des remises en cause qui partent dans tous les sens, celui du nouveau départ dès la sortie c'est promis et celui du à-quoi-bon surtout lorsque le temps, qui en prison, n'est pas le même que dehors -une seconde dure une minute et une minute une heure- fait son travail de sape.

320 pages dévorées. Je classe sans hésiter ce roman dans mes coups de cœur. En fait si, j'hésite... à créer une catégorie coup de poing dans la gueule.

Voir les commentaires

La Venin. Entrailles

Publié le par Yv

La Venin. Entrailles, Laurent Astier, Rue de Sèvres, 2020

1900, États-Unis, Emily cherche à venger le meurtre de sa mère perpétré par cinq hommes une quinzaine d'années plus tôt, alors qu'Emily n'était qu'une enfant. Elle a déjà tué deux des agresseurs (Déluge de feu et Lame de fond) et continue son voyage sanglant à travers le pays Elle est maintenant accompagnée de Claire, une fillette qu'elle a adoptée et bientôt de Susan une esclave affranchie dont le mari vient d'être assassiné par le Ku Klux Klan.

Elles arrivent à Oil Town, ville qui vit de l'extraction du pétrole. Emily est l'institutrice. Elle est traquée par des agents de Pinkerton et des chasseurs de prime et ses futures victimes se méfient. Les choses se corsent.

Retour d'Emily dans ce troisième tome comme les précédents, excellent. C'est le Far-West violent et sans pitié que Laurent Astier dessine. Et pourtant, malgré sa terrible vengeance et ses accès de fureur, Emily est une femme attachante qui n'hésite pas se mettre en danger pour sauver plus malheureuse qu'elle. Anarchiste sans forcément le savoir, sa seule idée de venger sa mère guide sa vie. Cependant, elle prend du temps pour défendre les forçats des puits de pétrole et leurs épouses qui survivent dans une atmosphère puante et polluée.

Laurent Astier scénarise dans la pure ligne des westerns classiques. Mais une femme héroïne et les minorités -comme on dit élégamment- brimées, exploitées et spoliées ne font que rarement partie du genre. Les femmes y sont généralement absentes ou objet du désir des hommes et les noirs et les Indiens sont souvent les méchants de service. C'est là, une des grandes forces de son histoire que de les mettre en avant.

En résumé, ce tome 3 est aussi bon que les précédents et y rajoute même une dose de suspense et d'émotion. Vivement le 4 !

Voir les commentaires

RIP. Ahmed

Publié le par Yv

RIP. Ahmed. Au bon endroit au mauvais moment, Gaet's, Monier, Petit à petit, 2020

Ahmed est policier scientifique, spécialiste des insectes qui aiment les cadavres. Grâce au eux, Ahmed peut dater une mort et découvrir pas mal d'autres choses. Mais le grand chef ne croit pas trop à ces trucs et prend Ahmed pour un rigolo. Aussi lorsque le jeune policier semble flairer le travail d'un tueur en série, se lance-t'il seul dans l'enquête, quitte à prendre beaucoup de risques. Surtout lorsqu'il file et intègre l'équipe des nettoyeurs des maisons des morts rencontrés dans les tomes 1 (Derrick) et 2 (Maurice).

Tome 3 de cette excellente série qui à chaque tome s'intéresse à l'un des personnages du groupe. Son histoire personnelle est alors détaillée et toujours imbriquée dans celle du groupe des nettoyeurs des maisons des morts. On y apprend les raisons qui l'ont mené à ce job particulier et le rôle qu'il joue dans cette histoire. Pour rappel, l'un des nettoyeurs vole une bague de grande valeur et les patrons cherchent à connaître le coupable semant le doute et la suspicion parmi le groupe. Ahmed, le nouveau, est considéré comme le suspect numéro 1 et pris à parti. Lui n'est entré dans ce groupe que parce qu'il a senti que parmi eux, il y avait un tueur en série.

Cette bande dessinée est originale, le scénario de Gaet's est tortueux et puzzlesque. J'aime ces histoires dans lesquelles on revient sur un événement mais d'un autre point de vue qui l'éclaire différemment et oblige le lecteur à douter de tout et de tous. Chaque point de vue apporte son lot de nouveautés et la grande histoire, celle qui sous-tend toute la série se dessine peu à peu.

Et le dessin de Julien Monier enfonce le clou tant il colle à l'histoire noire et glauque. Tous les protagonistes ont des sacrées gueules et les couleurs participent activement à l'ambiance.

Un très grande réussite pour ces trois premiers albums, tous des coups de cœur. Six tomes sont prévus, je me réjouis d'avance.

Voir les commentaires

Ange

Publié le par Yv

Ange, Philippe Hauret, Jigal polar, 2020

Elle s'appelle Ange. Elle joue de sa plastique pour attirer les hommes et de son habileté pour les plumer avant qu'ils n'atteignent leur seul but : coucher avec elle. Ange vit en colocation avec son ami d'enfance Elton, glandeur professionnel qui pratique la procrastination avec ardeur.

Lorsque Ange rencontre Thierry Tomasson, animateur télé connu, elle croit à sa promesse de l'embaucher comme chroniqueuse. Elle déchante vite et décide de se venger de ce mec qui a lâchement profité d'un de ses moments de faiblesse.

Lorsqu'on lit beaucoup, on sait à peu près dès les premières lignes si le roman qu'on débute sera bien ou non. Certes, on peut avoir de mauvaises ou de bonnes surprises dans les pages suivantes et c'est tant mieux, mais globalement, on sait. Et là, j'ai su dès le début. Un premier chapitre intitulé "La nuit, je mens", bon, Bashung, déjà, ça part bien (tous les chapitres ont des titres de chansons) : "J'adore regarder mes mains. Je les trouves fines, élégantes, racées, sensuelles. Les mecs, eux, ne les remarquent jamais, préférant plutôt s'attacher à mater mes jambes, mes seins ou mes fesses. Pauvres petites queues en pilotage automatique qui ne connaissent rien à rien. Je ne vais pas me plaindre, la nature m'a bien gâtée. Mon corps c'est mon outil de travail, mon gagne-pain, mon passe-partout. Grâce à lui, je suis libre, j'avance, je taille ma route." (p. 9) Et la suite confirme ma première impression. 

Le roman de Philippe Hauret avance vite. De coups qui paraissent faciles à complications et événements fâcheux. De vengeance pour ne pas perdre la face à course contre la mort. Ange qui contrôlait sa vie et les hommes qu'elle fréquente et arnaque ne maîtrise plus rien. On sent la descente inéluctable, on aimerait lui dire de stopper mais on ne peut qu'espérer une fin point trop tragique.

Philippe Hauret, avec des phrases courtes et une langue sèche et très oralisée est diablement efficace. Ses personnages qui ne veulent que vivre sont les victimes d'une société qui vend du rêve, de l'argent facile : réussir à la télé en flattant les plus bas instincts, en n'ayant rien à dire ou plutôt en ayant une opinion sur tout ni étayée ni construite comme les chroniqueurs d'émissions bas de gamme. Thierry Tomasson ressemble beaucoup à un quasi homonyme de la télé, cauteleux à souhait, de même Michel Diquaire ou Cyril Hanana plus brièvement évoqués. Le gros avantage du roman c'est qu'il ne reste pas dans le monde télévisuel, il part très vite sur d'autres routes puisque Ange enchaîne les tuiles. Là où l'on aurait pu craindre une critique un peu vaine et facile, Philippe Hauret, après avoir méchamment tapé sur la télé trash emmène ses héros dans d'autres aventures.

Ce roman noir est très ancré dans une époque difficile : chômage, boulots mal payés, employés exploités, un toujours plus grand écart entre les plus pauvres et les plus riches... Ça se lit vite et ça laissera des traces. Dans la pure lignée des grands auteurs de romans noirs dans lesquels la frontière entre le bien et le mal n'existe plus, dans lesquels tous les moyens sont bons pour se sortir de la panade.

Voir les commentaires

L'amant de Janis Joplin

Publié le par Yv

L'amant de Janis Joplin, Élmer Mendoza, Métailié (traduit par François Gaudry), 2020

David, un jeune homme un peu naïf vit dans le Sinaloa, au Mexique, une région connue pour sa production de marijuana. A la fête du village, contre tous les usages, il danse avec Carlotta une jeune fille réservée au fils d'un gros trafiquant du coin. Celui-ci, en colère veut donner une leçon à David qui le tue d'un jet de pierre. Obligé de fuir, il se retrouve aux États-Unis, en joueur de base-ball très doué, cède aux avances d'une femme à Los Angeles qui lui dit être Janis Joplin. Revenu au Mexique, après s'être fait virer de son équipe de base-ball, David a l'interdiction de retourner dans sa région natale. Il s'installe pas très loin, pêcheur et parvient à grand peine à résister à sa voix intérieure, son démon, née après le lancer de pierre fatal.

Un peu long et répétitif bien que pas très épais, ce roman nous plonge dans le monde des narcos-trafiquants mexicains de la toute fin des années 60. David est un jeune homme influençable -en France on l'appellerait l'idiot du village- qui va de mésaventures en catastrophe. Plus il avance dans sa vie, plus les obstacles sont nombreux et durs à éviter ou affronter. Il subit brimades, violences, haines, assauts d'une femme très libérée -mais il veut être fidèle à Janis Joplin. Tout le monde se sert de lui et lui est content d'aider ses amis. Parmi eux, un révolutionnaire recherché par les forces spéciales, très spéciales, violentes et corrompues, prêtes à tout pour trouver un coupable fut-il inventé, et un narco-trafiquant.

Malgré mes réserves, c'est un roman noir qui réserve de belles surprises et est admirablement écrit. Beaucoup de tendresse pour David et les Mexicains en général, les gens simples qui ont subi la violence des pouvoirs et du trafic sans profiter de l'un ou de l'autre, vivant perpétuellement dans la crante d'une dénonciation, d'une vengeance. Parfois drôle, souvent tragique, il met en scène des personnages tendres et n'aspirant qu'à vivre tranquillement et d'autres avides d'argent et de pouvoir qu'il soit sexuel des hommes sur les femmes ou politique. Très ancré dans le Mexique des années 60/70, ce roman est écrit en 2001 par Élmer Mendoza, qui fut l'un des premiers auteurs mexicains à situer ses histoires dans le monde des narco-trafiquants. En prime, la musique et la voix de Janis Joplin sont présentes tout au long des pages.

Voir les commentaires

Stavros contre Goliath

Publié le par Yv

Stavros contre Goliath, Sophia Mavroudis, Jigal polar, 2020

Janvier 2019, le commissaire Stavros se retrouve en mer Égée, pour appréhender un terroriste dans un convoi de migrants. L'affaire est un fiasco, notamment parce que la Turquie s'en mêle et prétend entrer dans les eaux grecques que depuis quelques temps, elle refuse de reconnaître comme telles.

Un cadavre est retrouvé et la police grecque est sommée de collaborer avec son homologue turque. Cengiz, flic turc est désigné, qui semble être un ennemi personnel de Dora la proche collaboratrice de Stavros. Puis, la collaboration continue lorsqu'il faut fouiller un camp de réfugiés à Athènes. Là encore, rien ne se passe comme prévu.

Stavros et son équipe sont des flics hors contrôle. Lui, électron libre désabusé, aimant la bonne chère, les bons vins -la liste de ceux qu'il boit est en fin de volume, très tentante, je ne connais pas les vins grecs- et les alcools en général. Eugène, ex-hacker reconverti en adjoint qui n'hésite pas à renouer avec ses démons pour le bien de ses collègues. Dora, ex des forces spéciales au parcours douloureux, totalement incontrôlable sauf par Stavros. Glykas, partisan de l'aube dorée, part d'extrême droite, déteste les migrants. Zervenis, flic  discret, silencieux et taciturne. Ils vont devoir trouver le terroriste qui fait le vide sur son passage et menace la Grèce d'un attentat. Dans un contexte particulier : le pays sort à peine d'une crise sans précédent qui l'a laissé affaibli et doit faire face à des arrivées nombreuses de migrants, étant aux portes et aux frontières de l'Union Européenne. Union qui laisse la Grèce se débrouiller seule, la sommant même de régler le problème. Des fois que des migrants viendraient jusque chez nous en nombre... La Grèce entre ses difficultés économiques, sa dette à payer et les conflits qui naissent fatalement d'une arrivée massive de réfugiés est une véritable pétaudière. Et la Turquie, en face, qui joue avec l'Europe, qui menace et marchande et c'est encore son plus proche voisin européen qui trinque.

Sophia Mavroudis écrit un roman dur, noir, très noir. Un polar qui va vite, totalement ancré dans une situation géopolitique tendue et explosive. Ses personnages sont eux-mêmes abimés et sentent que l'ambiance n'est pas au beau fixe. Ils doivent faire avec leurs petites ressources et avec le chapeautage de l'Europe très bureaucratique, qui juge sans apporter de moyens supplémentaires. Ça part parfois vite, c'est violent. Même entre les flics : Stavros a de plus en plus de mal à bosser avec Glykas, le facho qui ne se contente pas de proférer des propos haineux -ce qui est déjà insupportable. Aucun d'eux n'a de vie personnelle ressourçante. Chacun est nostalgique à sa manière de la Grèce antique ou ancienne, des traditions, des us et coutumes. C'est sans doute la raison pour laquelle, Stavros s'arrête souvent au restaurant et que l'autrice nous détaille les vins et mets qu'il déguste, une manière pour lui de garder racines (il m'invite quand il veut 

Sophia Mavroudis n'omet ni n'amoindrit les défauts et côtés obscurs de ses personnages et du pays dans lequel ils vivent, elle n'en trace pas des portraits angéliques, loin s'en faut, et c'est cela qui donne à son roman une force et une crédibilité incroyables. J'avais aimé le tome 1, sobrement intitulé Stavros, j'ai davantage apprécié Stavros contre Goliath et trois autres sont promis.

Voir les commentaires