Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le bonheur, quel intérêt ?

Publié le par Yv

Le bonheur, quel intérêt ?, Ed. M-editer, 2008

Me voilà lancé, moi qui ne lis jamais de philosophie, c'est désormais chose faite. Et même, j'ai fierté à le dire, je suis allé jusqu'au bout ! Ce livre parle évidemment de philosophie et de bonheur, la bonne blague. En plus détaillé, quatre parties par quatre auteurs différents :

1- Le bonheur est-il le but de l'existence ? par Jacques Ricot
Jacques Ricot a un discours clair et précis, indiqué à tous et non pas seulement aux philosophes : il est accessible. Une définition du bonheur qui "vient toujours par surcroit à qui sait l'accueillir. Il se dérobe souvent à qui le recherche fébrilement" (Ricot adapte au bonheur ce qu'Aristote disait du plaisir)
2- Bonheur et communauté, par Jean-Marie Frey
Jean-Marie Frey aborde les communautés, la politique, un aspect vraiment intéressant.
3- Bonheur et sagesses orientales, par Roland Delpierre
Roland Delpierre parle de philosophie asiatique, essentiellement chinoise : intéressant de voir différents points de vue, même si par moment, je me suis un peu perdu.
4- Doit-on vraiment rechercher le bonheur, par Joël Gaubert
Joël Gaubert est parfois plus complexe à saisir -mais on y arrive- ; il aborde les notions de possibilité ou d'obligation à la recherche du bonheur.
J'ai donc lu tout le livre, je ne suis pas sûr d'avoir tout saisi, mais j'ai plutôt apprécié l'exercice. Alors certes, certaines parties m'ont intéressé plus que d'autres. Evidemment, les philosophes n'apportent pas une réponse toute faite, mais  des pistes de réflexion. Pour une première vraie lecture de philosophie, je suis assez satisfait de moi-même et du bouquin.

Voir les commentaires

Madeleine

Publié le par Yv

Madeleine, Amanda Sthers, Stock, 2007
Madeleine, femme d'environ 35 ans, un peu enveloppée, vit seule à Brest, sans joie et sans enthousiasme. Antoine Castellot, parisien riche à la vie morne faite d'habitudes, de convenances, de dîners entre amis du même monde, veut acheter une maison en Bretagne. Une manière pour lui de se rappeler son père mort récemment dans cette région. Il se met en contact avec une agence immobilière, celle dans laquelle travaille Madeleine. Cette rencontre va les bouleverser tous les deux.


Pour être franc, j'ai un avis partagé. Certains passages méritent très largement la lecture, grâce à  un style fluide et une écriture plaisante. Mais Amanda Sthers aligne les clichés sur la vieille fille provinciale coincée et frustrée, sur le parisien qui a réussi, sur la Bretagne où il pleut tout le temps -je la laisse responsable de ses propos-  et sur les Bretons toujours alcoolisés ("Son mari [...] avait le sang alcoolisé des Bretons"). C'est tellement récurrent que ça en devient risible, mais je doute que l'effet recherché fût celui-ci ! Ma première expérience de lecture de cette auteure est très mitigée. Livre évitable.

Voir les commentaires

Un dieu un animal

Publié le par Yv

Un dieu un animal, Jérôme Ferrari, Actes sud, 2009
Un jeune homme revient dans son village natal après s'être battu en Irak en tant que mercenaire. Il a perdu là-bas son ami d'enfance qu'il avait entraîné dans cette aventure. Il éprouve d'énormes difficultés à se reconnaître dans son village et à travers ses parents : "il est condamné à affronter parmi les siens une nouvelle forme d'exil." Il tente, pour se sauver, de retrouver la jeune fille qu'il avait rencontrée adolescent, Magalie.
Étonnant récit qui s'adresse au jeune homme à la deuxième personne du singulier, qui parle de Magalie à la troisième personne et qui passe de l'un à l'autre très habilement, sans arrêter le cours des mots et sans que le lecteur ne perde le fil. On suit très bien cet homme dans sa quête d'identité et de Dieu. Pas de chapitres, le récit est ininterrompu pendant les 100 pages du livre.  Magalie est plus ordinaire, si je puis m'exprimer ainsi, mais n'a pas vécu les horreurs de la guerre dans le désert. Néanmoins, elle est un personnage important qui peut sauver l'ex-mercenaire, elle-même en pleine interrogation sur le sens de sa vie.
Ferrari adopte un style très personnel, tout en retenue, en évocation plutôt qu'en description. Un style poétique qui tranche avec le sujet traité.
Je ne cache pas que je me suis un peu ennuyé sur certaines longueurs, notamment lorsque Jérôme Ferrari évoque le prophète Hussein Ibn Mansûr El-Hallaj et la quête divine du héros. J'ai été tenté de les passer assez vite. Par contre nombre de passages excellents voire vraiment jubilatoires et passionnants sauvent l'ensemble du bouquin qui marquera ses lecteurs, moi en particulier. D'une part par la qualité d'écriture et d'autre part par la qualité des personnages décrits et par leur force.

Voir les commentaires

Les cinq conteurs de Bagdad

Publié le par Yv

Les cinq conteurs de Bagdad, Fabien Vehlmann, Frantz Duchazeau, Dargaud, 2007
Le calife de Bagdad organise un grand concours de contes. 1001 conteurs sont invités à y participer. Le plus mauvais d'entre eux sera empalé, mais le meilleur recevra "les plus formidables richesses qu'on puisse imaginer." Contre toute attente, les cinq plus prometteurs d'entre eux vont être amenés à collaborer.
De prime abord, le dessin ne me plaisait pas trop et puis, après quelques pages, j'ai pris du plaisir à cette histoire, texte et dessins compris.  J'ai fait un lien entre cette histoire et notre histoire culturelle actuelle, et notamment le débat jamais refermé -ou toujours ouvert- de la culture pour tous au risque d'être bas de gamme ou de la culture pour quelques uns au risque d'être élitiste. Quelques allusions bien placées, notamment la devineresse qui prévoit une "invasion de  Bagdad par une lointaine puissance étrangère". "Mais, ça c'est pour dans très très longtemps" ajoute-t-elle.
Quelques pages en noir et blanc  sont publiées à la fin de l'ouvrage : Ce qui n'a pas été dévoilé, un peu comme un bêtisier ou un making off.

Voir les commentaires

Black Bazar

Publié le par Yv

Black Bazar, Alain Mabanckou, Seuil, 2009

Le narrateur est un "dandy africain [...] qui découvre sa vocation d'écrivain au détour d'un chagrin d'amour". Il vit en France depuis une quinzaine d'années et décrit son entourage : amis, voisins, et gens de la nuit afro-parisienne.

Je ne suis ni Africain, ni Parisien, mais j'ai bien aimé ce roman de Alain Mabanckou. J'ai trouvé le même plaisir que j'avais éprouvé à lire les Mémoires de porc-épic du même auteur. De la verve, de la truculence, pour reprendre les mots de la quatrième de couverture. Des personnages pittoresques et hauts en couleur -sans mauvais jeu de mots. Une écriture "comme on parle" favorisée également par un procédé habilement utilisé : l'auteur émaille son texte de diverses références à Aimé Césaire, bien sûr, à Georges Brassens ou encore à Guillaume Apollinaire (et son poème Sous le pont Mirabeau), en les intégrant directement à son propos : "[les Chinois et les Pakistanais] sont des braves types à qui on colle injustement la mauvaise réputation qu'ils se démènent ou qu'ils restent cois alors qu'ils ne font du mal à personne." Tous les poncifs sur les immigrés africains sont abordés, triturés, torturés. On se demande parfois si A. Mabanckou n'en rajoute pas un peu dans la banalité, mais ce n'est pas mauvais de se faire bousculer un peu par quelqu'un qui sait de quoi il parle lorsqu'il parle de négritude et qui sait ce que c'est qu'être Noir au quotidien, dans un pays de Blancs, même si ses propos n'ont rien de révolutionnaire. On les a déjà entendus, ou lus, mais probablement reflètent-ils la réalité des Noirs vivant en Europe ? Et puis, pour l'avoir vu à la télévision, je trouve Alain Mabanckou très intéressant, assez proche de l'image que je me fais de son héros.

Voir les commentaires

La solitude des nombres premiers

Publié le par Yv

La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano, Ed. Seuil, 2009
Mattia est surdoué, passionné de mathématiques, mais hanté par la disparition de sa sœur jumelle, il s'automutile. Alice, boiteuse, victime d'une chute de ski,  est anorexique. Ils se rencontrent à l'adolescence et entre lui, qui refuse d'être sociable et elle qui le voudrait mais qui ne réussit pas à se faire d'amis, une sorte de relation amicale naît. Leurs enfances douloureuses qu'ils ne se sont pas racontées les lient cependant. Ce roman les suit de 1983 à 2007, c'est à dire de leur enfance à leur entrée dans la trentaine, par touches successives. Non pas année par année à la manière d'un journal, mais chaque chapitre est séparé de l'autre d'environ 6 ou 7 ans.
Lorsque Chez les filles m'a proposé la lecture de ce roman, j'ai accepté grâce aux billets d'Hathaway , d'Armande et de Crapouillaud, très emballées. Et bien, merci les filles, car c'est vraiment un beau roman. Deux personnages un peu paumés, à la marge, complètement décalés et perturbés. Avec eux, l'auteur construit une histoire touchante et passionnante. Je me suis demandé tout au long de ma lecture s'ils allaient réussir à quelque chose, s'ils allaient se sortir de leurs situations respectives. Totalement original, je n'ai jamais eu la sensation de lire un roman déjà écrit. Sans parler de suspense, rien n'est prévisible, ou alors, c'est moi qui me suis laissé avoir, et ma fois, tant mieux.

Voir les commentaires

L'écorce et la chair

Publié le par Yv

L'écorce et la chair, Eric Pessan et Patricia Cartereau, Ed. du Chemin de fer, 2008


Une femme roule à travers l'Italie, une fillette à bord de sa voiture. On ne sait ni qui elles sont, ni le lien qui les lie. Elles voyagent ensemble. Elles errent plutôt, tellement leur voyage est improvisé et imprévisible.
Eric Pessan est un écrivain que j'aime bien, je l'ai découvert avec Les Géocroiseurs. Il livre ici  une petite histoire pudique d'une femme en pleine interrogation. Je ne vous dirai pas que j'ai été surpris par la fin, mais j'ai pris plaisir à suivre l'errance de cette femme et de cette fillette. La forme du livre est originale : chaque paragraphe porte comme titre un chiffre -ou un nombre- qui, d'après mes déductions relate le nombre de mots écrits à l'intérieur de ce dit paragraphe. En outre, le texte est illustré de dessins de Patricia Cartereau -cf la couverture-, sorte de bestiaire et d'herbier colorés. Le seul regret est que les dessins sont trop petits pour être appréciés à leur juste valeur ; néanmoins ils font, associés au texte, de ce petit livre, un joli recueil.

Voir les commentaires

Tout seul

Publié le par Yv

Tout seul, Chabouté, Ed. Vents d'Ouest, 2008
Tout seul est surnommé ainsi parce qu'il vit donc, tout seul, dans un phare en pleine mer. Un pêcheur du coin l'approvisionne en denrées, hebdomadairement. Personne d'autre que lui ne sait qu'il vit là sauf son second, lequel est très intrigué par ce bonhomme, Tout seul, que personne ne voit jamais.
J'aime beaucoup les BD de Chabouté. Il pousse ici très loin ce qu'il fait un peu d'habitude : l'absence de dialogue. Je n'ai pas compté les mots échangés dans les phylactères (les bulles de BD, ça c'est mon côté intello !), mais on pourrait presque les dénombrer sur les doigts des mains (j'exagère un peu), pour un livre de plus de 300 pages (au format plus réduit qu'une BD traditionnelle) ! Eh bien, ça marche. Chabouté dessine la solitude, les questionnements comme on lirait de longues descriptions dans un livre écrit. C'est formidable de justesse, de simplicité. On passe en tant que lecteur (?) de la curiosité à la compassion, jamais à la pitié. L'atmosphère est moins pesante que dans les précédents recueils de Chabouté, on sent qu'il a de la tendresse pour ses personnages et qu'il connait et aime particulièrement la mer et ses environs.

Voir les commentaires

No et moi

Publié le par Yv

No et moi, Delphine de Vigan, JC Lattès, 2007
Lou est une jeune fille de treize ans surdouée, timide, pas  bien dans sa peau. Obligée de faire un exposé scolaire, elle lance l'idée de relater le parcours d'une jeune SDF. Ce sera celui de No qu'elle rencontre "par hasard" dans une gare parisienne. Se noue alors entre les deux jeunes filles, une relation étrange, qui oscille entre amitié, entraide mutuelle, rejet. Lou décide de sauver No malgré les embûches rencontrées.


Beau roman empreint de fraternité, d'amitié, d'entraide. Il décrit ces sentiments sans jamais être mièvre, et c'est là toute la prouesse de l'auteure. Les personnages n'y sont ni angéliques, ni méchants typiques. Ils sont comme nous avec nos qualités et nos faiblesses. Lou est opiniâtre et motivée, No blasée et dépressive ; elles se rencontrent et s'apprécient pourtant. Chacune aidera l'autre à évoluer et à changer. Elles sont toutes deux très présentes dans le livre et Delphine de Vigan leur donne une envergure suffisante pour qu'on y croie, ainsi qu'aux autres intervenants de l'histoire.Tout cela est écrit de manière classique et très agréable. On se prend à aimer Lou et No et à vouloir les aider à se sortir de leurs situations. Mais je ne vous dévoilerai pas la fin, donc vous ne saurez pas si mon aide leur a été précieuse.

Voir les commentaires