Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le colonel désaccordé

Publié le par Yv

Le colonel désaccordé, Olivier Bleys, Gallimard, 2009
1807, le roi du Portugal s'exile au Brésil, une lointaine colonie, fuyant la déroute prévisible des armées de son pays contre celles de Napoléon. Il emporte avec lui quantité d'objets, dont des clavecins et piano-forte. Le capitaine Eduardo Rymar, vaillant officier de l'armée portugaise est du voyage comme convoyeur de ces appareils à musique. Lui, qui n'entend rien à la musique vit cela comme un outrage. Son installation au Brésil ne se fera pas sans mal, ni son adaptation. Ce roman est donc le périple de ce glorieux capitaine et son rapport à la musique, omniprésente.
Quel beau roman ! Dépaysement garanti : le Brésil aux moments de son indépendance, Rio de Janeiro, ses rues mal famées, la sensualité se dégageant de ses habitants, la jungle amazonienne. J'ai dégusté lentement les pages refusant de quitter Eduardo Rymar et sa famille. Je regrette d'ailleurs d'avoir eu à les laisser, une fois la dernière page tournée.
Pour être franc, il ne se passe pas de grandes choses dans le roman, mais plein de petits événements qui le rendent passionnant et qui forgent des personnages attachants, émouvants, parfois désagréables, mysogines et racistes, mais  rien de "scandaleux" si l'on se réfère à l'époque. Toujours très humains.
Olivier Bleys fait preuve d'une écriture particulièrement agréable, maîtrisée, et limpide. Il paraît bien documenté -je dis "il paraît" parce que moi, le Brésil du début 19ème siècle, je n'en connais rien. J'ai donc appris plein de choses sur le Brésil : la période de son indépendance, qu'il avait été un royaume, la révolte des esclaves demandant leur élargissement, ... Instructif, très bien écrit, beaux paysages et personnages de belles stature ; autant de raisons pour ouvrir très vite ce livre.

Voir les commentaires

Le Japon n'existe pas

Publié le par Yv

Le Japon n'existe pas, Alberto Torres-Blandina, Ed. Métailié, 2009
Dans un terminal d'aéroport, un balayeur proche de la retraite, Salvador Fuensanta, aborde les voyageurs et leur raconte des histoires. Il les garantit réelles. On peut en douter à la tournure qu'elles prennent, mais les futurs ou ex-passagers en redemandent.
Voilà une bonne idée de livre qui permet à l'auteur de nous raconter à nous aussi plein de petites histoires, entrecoupées par la description des voyageurs et des gens qui travaillent à l'aéroport. Ce Salvador est extra-ordinaire : il met de la bonne humeur dans ce grand hall impersonnel. Quel beau personnage, éminemment sympathique, qui attire les gens tel un aimant. Les histoires sont drôles, tendres, mélancoliques, macabres, mais toujours décrivent des personnages à la marge. Ce serait difficile de toutes les résumer ici. En voici le début d'une pour le plaisir, celle qui donne son titre au livre : "Le Japon n'est qu'une façade. Une opération marketing comme une autre. On l'a inventé pour vendre de la technologie et ça a marché. Made in Japan est aujourd'hui le meilleur label pour vendre une voiture ou un téléviseur." La suite, je vous laisse la découvrir dans ce formidable petit roman.
NB : je viens de découvrir les éditions Métailié : c'est le troisième livre depuis quelques jours et aucune fausse note pour le moment.

Voir les commentaires

Le koala tueur

Publié le par Yv

Le koala tueur, Kenneth Cook, Ed. Autrement, 2009
Ce livre édité en 2009 pour la traduction française est en réalité écrit beaucoup plus tôt, puisque son auteur est décédé en 1987. Australien, Kenneth Cook  raconte des histoires qui lui sont réellement arrivées dans le bush  de son pays. Quasiment toutes ont comme point commun de mettre en scène des animaux inconnus dans nos contrées (crocodiles, serpents, chameaux, koalas, ...), et franchement ... tant mieux ! Elles décrivent aussi des Australiens moyens, pas forcément ceux qu'on a envie de rencontrer.
Outre qu'on ne lit pas ce livre pour la qualité du texte, toutes les histoires se ressemblent et on s'en lasse rapidement. J'avais emprunté ce livre à la bibliothèque, grâce (?)/à cause (?) du titre. Mauvaise pioche. Mais je me laisserai encore tenter sûrement par de beaux titres. Parfois, ça marche !

Voir les commentaires

Le physicien prodigieux

Publié le par Yv

Le physicien prodigieux, Jorge de Sena, Ed. Métailié, 1985
S'il est parfois des livres difficilement résumables, celui-ci l'est particulièrement. Modestement, voici donc la 4ème de couverture :
"Il était une fois un beau jeune homme blond et peut-être vierge. Il avait le pouvoir de guérir les dames qui se mouraient de langueur dans leurs châteaux, de lire dans les pensées et d'arrêter le temps.
Il était une fois des déesses ensorcelantes et lubriques, un diable désarmé devant l'amour et des juges de l'Inquisition désemparés.
Il était une fois une drôle d'histoire d'amour..."

Histoire placée dans un Moyen-Âge approximatif. L'auteur compile, réécrit, développe et défigure (cf la postface) deux histoires portugaises populaires à cette période. C'est une nouvelle, un conte, une "diablerie". Elle part dans tous les sens, surtout ceux qu'on n'attend pas. C'est très beau à lire, parfois morbide, avec des trouvailles stylistiques et de mise en page, comme certaines parties de l'histoire écrites en deux colonnes, chacune racontant le même fait, mais pas sous le même angle de vue. Le Diable y est plus présent que Dieu avec les vices qui lui sont imputés : la bassesse, la cupidité, l'envie, la lubricité, la méchanceté et la tentation. Alors, vous-mêmes, tentés ?


NB : ce livre, réédité en 2009 par les éditions Métailié a été édité pour la première fois en 1966 (Mécia de Sena). Son auteur, Jorge de Sena est né en 1920 et mort en 1978

Voir les commentaires

La terre des paysans

Publié le par Yv

La terre des paysans, Raymond Depardon, Seuil, 2008


Cloué allongé sur mon canapé pour tout le début d'après-midi, la faute à un lumbago aussi imprévu qu'inopiné -survenu hier-, je feuillette ce livre de photographies, prises pour les premières, par Raymond Depardon enfant, et pour les dernières, tirées de la série de trois films du même Depardon, intitulée Profils paysans. 50 ans d'hommes et femmes et de paysages ruraux, accompagnés d'un texte expliquant le parcours du photographe et d'extraits des interviews de paysans qu'il a menés.
Les photos sont magnifiques et retranscrivent bien la réalité et la difficulté de la vie paysanne, celle des petits agriculteurs des régions accidentées et les moins peuplées de France (les cinq régions joignant la frontière belge à la frontière espagnole). Avant de parcourir ce livre, j'avais déjà très envie de voir le dernier film de la série, sorti en dvd : La vie moderne. Maintenant, c'est encore pire, je suis impatient. Je n'attendrai pas le prochain lumbago que j'espère très lointain, voire même irréel.

Voir les commentaires

Nous aurons toujours Paris

Publié le par Yv

Nous aurons toujours Paris, Eric Faye, Stock, 2009
Récit de souvenirs : un souvenir de jeunesse ou d'enfance appelant un souvenir plus récent ou un fait présent, ou l'inverse, tel, dans ce sens, la madeleine de Proust à qui Eric Faye fait référence. Ces souvenirs nous emmènent en voyage aux quatre coins du globe : Etats-Unis, Asie, Afrique, ... Eric Faye nous conte également ses rencontres marquantes.
Jamais ennuyeux, souvent lu avec beaucoup d'intérêt et de plaisir, notamment les rendez-vous avec Julien Gracq à Saint-Florent-le-Vieil et avec Ismail Kadare, ou encore la découverte de la radio par l'auteur alors petit garçon, et sa passion pour ce moyen de communication. Eric Faye a une écriture très personnelle : des phrases longues, extrêmement bien écrites, à l'instar de ses modèles en la matière, Gracq et Proust, la comparaison s'arrêtant là bien entendu.
Livre pas toujours évident. On peut parfois se perdre dans les souvenirs labyrinthiques de l'auteur, mais qui trouvera le fil appréciera, comme j'ai pu l'apprécier, ce très joli texte.

Voir les commentaires

Zakuro

Publié le par Yv

Zakuro, Aki Shimazaki, Leméac/Actes sud, 2008
Japon, 1970, Tsuyoshi Toda n'a pas revu son père depuis 28 ans. Sa mère sombre peu à peu dans la démence et ne parle plus que de son mari. Tsuyoshi apprend que son père que tout le monde croyait mort vit en fait au Japon, sous une autre identité.
Rien de bien nouveau quant au thème de l'histoire. Ce qui donne à ce roman son originalité, c'est son contexte, le Japon des années 70 et le Japon allié de l'Allemagne pendant la guerre. Un pan de l'histoire du Japon qui m'était complètement inconnu est le nœud de l'intrigue : à savoir la déportation en Sibérie, par les Russes, de soldats ou de civils japonais travaillant sur  le territoire russe et les mauvaises relations russo-japonaises qui ont empêché leur retour dès la fin de la guerre. J'avoue mon ignorance de l'histoire du Japon et donc mon intérêt pour ce livre qui m'en donne quelques clefs. En outre, l'écriture de Aki Shimazaki est simple, agréable : des phrases courtes qui donnent un rythme et décrivent  bien la vie et l'atmosphère japonaises, ou du moins l'idée que j'en ai.
A noter : livre écrit directement en Français, par une auteure née au Japon, vivant  à Montréal.

Voir les commentaires

Morsure

Publié le par Yv

Morsure, Dan Nisand, Ed. Naïve, 2007
Le narrateur, professeur tranquille, voit grandir en lui une étrange obsession : mordre. La rencontre improbable avec son jeune voisin, Jimmy,  et son chien, un rottweiler prénommé Ivan ne va faire qu'aggraver la situation.
Roman étrange, inégal. Cela commence par un chapitre que j'ai trouvé assez mal écrit, le choix de certains mots ne s'accordant pas au style des phrases. Cela continue avec des chapitres mieux construits : l'auteur nous abreuve parfois de sa théorie sur nos instincts primaires, violents, carnassiers. C'est parfois bien vu, parfois lourd et répétitif. Cela finit beaucoup mieux que ça ne commence, notamment les deux derniers chapitres -surtout l'ultime ! Je ne connaissais pas les éditions Naïve, je ne regrette pas ma lecture, mais je ne suis pas complètement emballé non plus.
PS : à noter la très belle couverture : dessin de Frédéric Poincelet.

Voir les commentaires

Chucho

Publié le par Yv

Chucho, Grégoire Polet, Galliard, 2009
Chucho est un gamin pauvre des rues de Barcelone, hébergé par Bélito, un souteneur et par Dumbre, une ex-prostituée. Malgré cet environnement, Chucho ne perd pas l'idée de réaliser son rêve de quitter cette ville pour New-York.
Court roman, atypique parce que Grégoire Polet écrit en utilisant plusieurs styles : dialogues, phrases courtes en alternance avec des phrases très longues, style très descriptif entrecoupé de passages très poétiques.
On a l'habitude de parler de personnages attachants dans les romans que l'on lit, mais s'il en est réellement un pour qui le terme n'est pas galvaudé, c'est bien Chucho. On aimerait tellement que ses rêves se réalisent, sans tombrer cependant dans un sentimentalisme facile.
Malgré quelques passages que j'ai trouvés longs, c'est un roman qui me laisse le sentiment d'avoir déambulé dans les rues mal famées de Barcelone en compagnie d'un gamin déluré, curieux et éminemment sympathique et touchant.

Voir les commentaires