Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les quatre morts de Jean de Dieu

Publié le par Yv

Les quatre morts de Jean de Dieu, Andrée Chedid, Flammarion, 2010

Je viens d'apprendre le décès d'Andrée Chedid, survenu hier soir. Une des très grandes de la littérature française. Je l'ai découverte avec L'autre et L'enfant multiple, deux romans très forts et à relire ou à lire absolument. Voici en forme d'hommage, mon billet consacré à son dernier roman et paru fin 2010.

Jean de Dieu, naît en 1915 en Espagne. Prénommé ainsi en référence maternelle à un Jean de la Croix, un grand mystique et en référence paternelle à un Jean de Dieu, "qui avait fondé l'ordre laïc des Frères hospitaliers" (p.22), il grandit dans cette famille de la bourgeoisie espagnole. Au moment de la guerre civile, il se réfugie en France et vivra tout le reste de son âge dans ce pays. "De la guerre d'Espagne à la chute du mur de Berlin, Andrée Chedid fait le portrait d'un enfant du siècle dans ce roman profond et émouvant qui est comme la quintessence de toute son œuvre." (4ème de couverture)

Une petite explication du titre qui me paraissait bizarre avant que je n'ouvre le livre : Jean est mort quatre fois : "La première mort avait été la perte de sa foi catholique. La seconde fut une lente et longue agonie : l'exil de son Espagne chérie en 1936 [...] suivie, une cinquantaine d'années plus tard, par l'enterrement du communisme dans le fracas de la chute du fameux mur de Berlin. La troisième mort, c'était celle de sa dernière maladie, la Salope."(p.14). Et la dernière, c'est bien sûr sa vraie mort à laquelle on assiste dès le début du roman.

Andrée Chedid, dans un style à la fois simple et riche, avec de nombreuses références à la mythologie, à l'histoire, à la religion dresse un portrait d'un homme droit, bon et légèrement arc-bouté sur ses principes. Ses filles -et son fils- d'ailleurs le lui reprocheront qui s'en iront loin de lui pour ne plus subir sa domination. Un homme du début du siècle dernier : un patriarche !

Andrée Chedid aborde tellement de notions que j'ai peur d'en oublier ; Jean se pose des questions sur la religion, lui qui est devenu athée et qui s'oppose à sa femme et ses filles très croyantes et pratiquantes ; il s'interroge également sur le rôle de la poésie dans la société, le lien qu'elle a avec la science.

L'auteure décrit aussi l'absence de l'être que l'on perd, la peur qu'a Isabelita, la femme de Jean, de se retrouver seule, sa hantise de ne plus pouvoir toucher le corps de son mari. Malgré les attentions dont elle fait l'objet de la part de ses enfants et petits-enfants, malgré ses croyances en une autre vie après la mort, Isabelita est dans une souffrance qu'elle ne peut maîtriser : elle ne s'imagine pas vieillir seule. Jean lui manque. Sa présence physique.

La vieillesse est aussi un thème dont Andrée Chedid parle, très librement et très ouvertement. Elle qui, à quatre-vingt-dix ans continue à écrire admirablement et à raisonner d'une manière incroyable, elle nous donne à nous, ses lecteurs assidus d'environ la moitié de son âge -enfin, pour moi !-, une leçon de vie : "profitez de la vie" nous dit-elle. De chaque instant de votre vie.

Un très beau roman sur la vie, la vieillesse et sur nos questions existentielles. Un très beau roman dont le fil rouge est tout simplement l'amour.

Commenter cet article
N

Un bien bel hommage...


Répondre
Y


Une auteure que j'aimais beaucoup.



F

Andrée Chedid a bien raison, il faut profiter de chaque instant que la vie nous offre. Ce livre devrait me plaire, j'en prends note, merci Yv et bon dimanche !


Répondre
Y


Un très bon bouquin d'une très grande auteure.



M

J'aime bien les livres dans lesquels l'auteur nous délivre un message de Carpe Diem.
Et oui, c'est clair, la vie est une suite de petites morts...


Répondre
Y


et donc de renaissances, jusqu'à la dernière...



A

J'aime beaucoup la plume de cette auteure. Je note ce livre.


Répondre
Y


C'est son dernier, sorti en 2010.



H

Je ne connais pas l'auteure et ce que tu dis de ce livre est assez pour me tenter !


Répondre
Y


Il faut vite remédier à cette non connaissance d'Andrée Chédid. Tu rates une grande écrivain.



D

J'ai un faible pour les mystiques et les sujets de ce type, je n'ai jamais lu Andrée Chédid deux choses à découvrir donc


Répondre
Y


Andrée Chédid fait partie, pour moi des grandes auteures contemporaines. J'ai été subjugué par L'enfant multiple ou L'autre. Celui-ci est différent, mais toujours de très belle
facture.