Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les petits

Publié le par Yv

Les petits, Christine Angot, Flammarion, 2011

Un couple. Ils se rencontrent. Lui, noir. Elle, blanche. Ils s'aiment. Font des enfants. Quatre. Elle devient infernale, impossible à vivre. Instaure des règles très strictes qu'il tente de suivre en faisant le gros dos. Parfois, il n'y arrive pas. Ils se détestent. Elle l'accuse de violence conjugale. De violence sur sa fille à elle. Lui, rencontre d'autres femmes. A des aventures, plus au moins réussies. Ils se déchirent. Les enfants en pâtissent.

Voilà donc le dernier Angot. Le premier pour moi. Eh oui, jusque là, j'avais réussi à éviter la star des médias.  Là, pour les besoins du Prix l'Express du livre, je m'y suis collé. Alors, j'ai débuté avec un petit sourire dubitatif, un peu sûr de moi, -les interviews radios de l'auteure me laissaient penser de la sorte. Trop confuse, sûre d'elle, de ses propres qualités, du "phénomène littéraire" qu'elle représente. Tout ce que je fuis.- me disant : "allez, on va voir ce que ça vaut, mais à mon avis, ce n'est pas terrible." Les premières pages ont confirmé mon sentiment : des tonnes de "il y a", de "on", de "ça" qui rendent la lecture très désagréable, pesante. Je me suis dit encore -décidément, je me parle beaucoup pendant mes lectures : "Qu'il est cruel de passer de Makine à Angot ! D'un orfèvre du style à une écriture adolescente attardée."  L'écriture est sèche, les phrases sont rapides. Trop. Pas de temps mort pour respirer. Et puis, certaines phrases sont bancales, mal construites, dont je me demande encore la signification. Exemples, qui certes tirés de leur contexte sont plus difficiles à comprendre, mais tout de même... : "Billy téléphone à des heures précises. C'est un lien de subordination dont l'horloge est fixée" (???) (p.32) "Comment quelqu'un qui est pris sous un truc militaire se sent ?" (p.47) "Il se focalise sur retomber sur ses pieds" (p.73)

Et puis, je me suis un court instant dit que j'avais exagéré. Une partie du milieu du livre m'a plu, j'avais sans doute pris le rythme. Je n'aime pas le style de Christine Angot, mais une certaine attirance pour ses personnages me retenait de fermer prématurément son roman. Pour l'histoire en elle-même, on est dans un roman réaliste. Des personnages vraisemblables. Caricaturaux, sans doute, elle dans son attitude stricte et ses reproches, lui dans sa soumission.

Et puis, juste après ces quelques reproches à moi-même formulés, la lassitude est arrivée. L'overdose de phrases extrêmement courtes qui commencent toutes par "il", "elle" ou "je", ce qui fait qu'on a l'impression de ne lire que ces pronoms. Lorsque Christine Angot s'essaie à la description d'un paysage de Martinique, je ne peux pas dire que je visualise vraiment. Même cette description est écrite dans le rythme rapide, comme si on ne pouvait pas profiter un peu du même repos que la narratrice qui voit le paysage martiniquais depuis sa terrasse. Fatigant et frustrant !

Décidément, les romans de Christine Angot ne sont pas faits pour moi et sans doute pas pour l'idée que je me fais de la littérature. Elle ne mérite pas tout le battage fait autour de ses bouquins, mais elle aborde des thèmes tellement vendeurs que les médias s'en emparent pour faire de l'audience. Connivences entre critiques, presse et éditeurs ? Elle n'est pas la seule certes, mais sa posture et son écriture sans élégance me sont assez désagréables pour que je ne renouvelle pas l'expérience de la relire.

Commenter cet article
G

Ah, cette curiosité et ce magnétisme médiathique qui m'ont fait cliquer sur ce billet et non le prédécent pour ma balade bloguesque de ce soir... je me demandais ce que tu en pensais.
Personnellement, je n'ai pas d'idée sur l'auteur que je n'ai jamais lu (sauf en pastiche chez Fiorettp), mais je ne supporte pas la personne médiatique et son comportement, ce qui me fait fuir ses
romans. je ne suis pas sûr de manquer grand chose manifestement.


Répondre
Y


Si j'avais pu éviter, je l'aurais fait et je te rassure donc, tu ne rates rien en ne lisant pas ce livre.



C

Ca fait peur :-)


Répondre
Y


Oui et ça peut même faire mal...



M

Finalement son style ressemble à sa personne, je ne supporte déjà pas de l'entendre alors la lire....


Répondre
Y


C'est pire, je te confirme...



P

je n'ai jamais lu cette auteure que je trouve trop mediatisee à mon gout...quand j'ai lu ton article avec toutes ces hesitations qui ressemblaient aux miennes je me suis dit que peut etre...mais
non...qu'un ecrivain fasse des fautes de syntaxe et de grammaire!! Ah non alors!! et si en plus l'histoire n'est pas passionnante...Je laisse donc au placard sans regret cet "ecrivain"(???) .......


Répondre
Y


Sans obligation, j'aurais fait comme toi.



M

Je n'en n'ai lu qu'un seul qui m'avait vaccinée contre elle...alors malgré les avis plutôt positifs sur celui-ci (quoique...le tien vient tempérer tout cela), je n'essaierai pas.


Répondre
Y


Je suis souvent à contre courant. Encore une fois donc, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé.



C

Le sujet m'intéressait mais là, j'avoue que je ne sais plus quoi penser...


Répondre
Y


Le mieux c'est de tafiare ta propre idée, si tu n'as pas peur des petites phrases hachées et mal construites. Bon courage !



A

Bon, voilà un auteur que j'hésites encore et toujours à lire. Finalement, je crois que je vais attendre encore un peu....


Répondre
Y


Tu peux, sans remords.



M

Rien lu d'elle encore mais un peu tentée cependant ne serait-ce que pour voir si j'ai vraiment raison de m'en méfier comme toi! Ton billet n'est cependant pas totalement négatif!


Répondre
Y


Pas totalement négatif, non. Une partie du bouquin n'est pas inintéressante, mais à la longue, le style est insupportable.



S

J'ai les mêmes réticences que toi, je ne pense pas que ce soit une lecture pour moi. On verra si l'occasion se présente un jour, mais je ne me précipiterai pas dessus.


Répondre
Y


Comme pour moi, c'est l'occasion qui a fait que.



Z

Je n'ai jamais lu Angot mais ton avis ne me donne pas franchement envie de tenter l'expérience. Je crois que je buterai également sur le style (et je te rassure, je n'ai pas non plus compris les
phrases que tu cites ;-))


Répondre
Y


Lu et testé pour vous tous. Vous pouvez passer !



A

Quant à moi je vais continuer à l'ignorer .. je suis beaucoup plus tentée par les autres "petits" ceux de Frédérique Clémençon.


Répondre
Y


Ah oui, c'est vrai j'ai entendu dire que 2 livres de cette rentrée partaient le même titre.



H

Bon au moins ça, c'est fait... je ne pense pas avoir tenté l'aventure mais je te fais confiance, je suis comme toi, je n'aime pas vraiment les styles minimalistes (à part chez Duras of course) Je
préfère les proustiens...


Répondre
Y


Il a fallu la sélection de l'Express pour que je lise, parce que sinon, je m'en serais bien passé. Cependant, il y a minimaliste et minimaliste. Certains le font très bien. Pas elle.