Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le vieux qui lisait des romans d'amour

Publié le par Yv

Le vieux qui lisait des romans d'amour, Luis Sepulveda, Métailié, 1992
El Idilio est un village d'Amazonie dans lequel arrive un jour en pirogue, le cadavre d'un "gringo" blond. Le maire, surnommé "La Limace" accuse les Indiens (les "Shuars") de l'avoir tué. Heureusement pour eux, le vieil Antonio José Bolivar Proano affirme qu'il a été tué par un félin. Un peu plus tard, un second cadavre apparait tué de la même manière. S'ouvre alors une chasse au félin tueur, emmenée par La limace et le vieil Antonio. Entre temps, Antonio aura raconté sa jeunesse, son mariage avec Dolores Encarnacion del Santisimo Sacramento Estupinan Otavalo (ça en jette, un nom pareil !) et sa vie avec les Shuars.
Lorsque j'ai lu et chroniqué mon premier Sepulveda (L'ombre de ce que nous avons été), j'ai eu quelques remarques du style : "comment, tu n'as pas encore lu Le vieux qui lisait des romans d'amour ?" J'ai donc filé vite et droit vers la bibliothèque municipale et l'ai emprunté. Et je reconnais bien volontiers et humblement que j'étais passé à côté d'un très bon roman et d'un auteur intéressant avec une imagination fertile. Il crée des situations et des personnages attirants qui nous entraînent dans leur monde. Par moments, dans ce roman, je me suis cru au temps de Christophe Colomb, par d'autres revenus en des temps plus modernes. On ne sait plus trop à quelle époque on est et ce sentiment est étrangement très agréable. Sepulveda est un vrai raconteur d'histoires qui sait, en outre, placer adroitement des arguments bien sentis sur la démocratie, le respect de la nature et des animaux, la tolérance entre les peuples et l'acceptation des différences.

Commenter cet article
M

oh t'aurais-je contrarié ???
Ce que j'écris n'engage que moi...
La grande littérature est pour moi des écrits qui me restent longtemps en mémoire...


Répondre
Y


Contarié, point du tout ! La grande littérature est tellement compliquée à décrire, et d'ailleurs est-elle descriptible ? Chacun sa définition probablement. Pour moi, c'est plutôt des écrits un
peu exigeants, du genre Gracq ou Michon, pour les contemporains. Une écriture très personnelle et qui demande que le lecteur s'y arrête et se laisse entraîner.



M

Ce roman est à la fois un conte sur la forêt amazonienne et ses indigènes mais aussi un livre sur l'apprentissage de la lecture, sur le plaisir des mots et leurs résonnances, sur la découverte des
histoires d'amours intenses, par un vieil homme. C'est un roman qui parle d'amour, de nature, de cultures, d'écologie, L'auteur sans être alarmiste reste clair sur ses idées de la protection de la
faune et de la flore.
L'histoire est simple, limpide, elle nous met en contact sans nous brusquer avec une autre civilisation. Cependant, ce roman reste léger et n'est pas pour moi de la grande littérature...mais ce
n'est que mon humble avis....


Répondre
Y


Mais qu'est-ce que la grande littérature ? Sepulveda écrit des contes simples et profonds.  C'est un écrivain qui fait partager beaucoup de choses et qui donne du plaisir à ses lecteurs,
sans toutefois tomber dans une certaine facilité. Son dernier roma : l'ombre de ce que nous avons été (que j'ai chroniqué) est incontestablement un vrai bon livre, très bien écrit.



G

Sépulvéda possède un talent fou pour dire en très peu de mots de très belles choses.


Répondre
Y

J'aime bien ce talent de pouvoir dire beaucoup de choses en peu de mots, tellement d'auteurs en disent peu en beaucoup trop de phrases !


I

Ah grand souvenir de lecture pour moi aussi !


Répondre
Y

Alors, si tu peux, essaie le prochain de Sepulveda


M

Je suis contente que tu aies apprécié ce roman ! C'est mon préféré de Sépulveda...


Répondre
Y

J'ai préféré L'ombre de ce que nous avons été, mais tu te feras ton opinion quand il sortira (en janvier)


A

Je l'ai lu il y a quelques années et j'en ai un très beau souvenir... il faudrait que je le relise pour en faire moi aussi un article.


Répondre
Y

Ca va, il n'est pas très gros.


M

Oui c'est bien écrit mais non je n'ai pas aimé peut-être suis-je passé à côté...en tout cas²j'étais contente que ce soit court...


Répondre
Y

Comme quoi, moi qui croyais que ce livre était encensé partout...


A

Bizarrement, des années après l'avoir lu, je ne m'en rappelle plus. L'écriture est très belle, certe, mais du récit, je n'ai aucun souvenir.


Répondre
Y

Je te dirai cela dans quelques années.


N

C'est étrange, on m'a conseillé ce roman pour la beauté du texte, mais je n'arrive pas à accrocher ! Ça ne s'explique pas. Pourtant, j'aime les auteurs sud américains et leurs fantaisies dans
l'écriture, leur imaginaire débridé. Mais, là, rien ...


Répondre
Y

Pas vraiment la beauté du texte pour moi, mais plutôt les personnages et les situations et la fantaisie de l'auteur.


S

C'est fou mais ce roman tellement encensé ne m'a pas touché plus que cela. Faudrait que je le relise un jour ou l'autre pour confirmer ou non cette première impression (pas le bon moment, pas assez
disponible ??). Enfin bref, j'ai toujours l'impression que c'est de ma faute dans ces cas-là mdr


Répondre
Y

J'ai bien aimé, pas au point de beaucoup qui l'encensent beaucoup plus que moi, mais c'est une belle histoire bien racontée.


A

c'est un des plus beaux livres que j'ai lu


Répondre
Y

Je ne suis pas allé jusque là, mais comprends qu'on le puisse.


K

j'avoue avoir fait partie des méchantes qui ont fait des remarques. mais c'était pour ton bien, n'est ce pas! ^_^


Répondre
Y

Alors, enfin, on ose se dévoiler et montrer les "méchancetés" qu'on dit aux collègues-bloggueurs. Bon, merci du bon conseil !


C

Quel beau souvenir que la lecture de ce livre ! C'est en effet un peu magique !


Répondre
Y

C'est un peu pareil dans celui qui va sortir bientôt