Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tennis est un sport romantique

Publié le par Yv

Le tennis est un sport romantique, Arnaud Friedmann, JC Lattès, 2013..,

Le 10 juin 1984, Hélène regarde la finale de Roland-Garros perdue par John McEnroe contre Ivan Lendl. A son fils qui supporte Lendl, elle annonce qu'il est le fils de McEnroe. Rentrée enceinte des États-Unis 5 ans auparavant, la nouvelle est tout à fait envisageable. Hélène demande à Julien, son garçon de garder le secret. Julien se mettra au tennis, pas très doué, encouragé par Hélène, dépressive. Au Besançon Tennis Club, lieu huppé de la ville.

Un thème on ne peut plus courant : la recherche d'identité, la construction d'un garçon pour devenir un homme. Quasiment identique au roman de V. Olmi, La nuit en vérité : un enfant grandit dans une famille monoparentale, la mère étant dans de grosses difficultés financières, psychiques, sociales. Là aussi, comme Enzo, Julien évolue dans un milieu qui n'est pas le sien. La bonne idée de départ est la paternité de John McEnroe (qui, évidemment ne sait pas qu'il a un fils caché ; se souvient-il d'ailleurs de sa nuit d'amour avec une jeune fille au pair française ?). Le problème est que l'idée s'effiloche et qu'elle ne tient pas tout le roman. La première partie est un peu poussive, entrecoupée de bonnes idées (comme les titres des chapitres : "10 JUIN 1984 LENDL BAT McENROE 3-6 2-6 6-4 7-5 7-5", "4 JUIN 1985 WILANDER BAT McENROE 6-1 7-5 7-5", ...). Hélène s'enfonce dans la dépression, Julien tente de réaliser des performances tennistiques, moi je me suis un peu ennuyé, ne connaissant pas grand’ chose au sport en question (enfin, au sport en général). En fait, très franchement, comme dans le livre de V. Olmi, certains clichés, certaines facilités dans un thème archi-éculé m'ont agacé. Et puis, et puis, la seconde partie est meilleure. Julien est adolescent, Hélène semble sortir de sa mauvaise passe. Les personnages sont travaillés plus en profondeur (bon on n'est pas encore dans les records de plongée, mais déjà sous la surface quand même). L'écriture d'Arnaud Friedmann n'est pas désagréable, légère et vive, dynamique. Elle colle assez à Julien, jeune homme qui veut vivre et montrer qu'il existe à défaut de pouvoir dire qui est son illustre père. Plonger encore plus profond dans l'océan (ah, que c'est beau cette image !!!) des relations entre les personnages, dans leurs tourments, en eux-mêmes aurait sûrement donné plus d'ampleur à ce roman sans vraiment de surprise, qui tourne en rond. Un tantinet superficiel même si loin d’être désagréable.

"- Pourquoi les gens ils applaudissent le méchant ?

A cette question, Hélène ne sait pas quoi répondre. La dernière cigarette empâte encore sa bouche. Son fils parle de John pour la première fois. L'appelle le méchant. Elle se retient de détailler l'ensemble des évidences qui s'imposent à ses yeux, ne répond rien, c'est plus simple ; elle laisse McEnroe se cambrer et frapper un service décroisé, ça devrait suffire." (p.9)

 

rentrée 2013

région-copie-1

Commenter cet article
T
L'enfant qui a besoin d'un référant, c'est quelque chose de très contemporain, mai quelque chose de peu original comme sujet de roman, donc je pense que je vais m'abstenir, même si j'étais moi-même
fan du caractère de cochon de McEnroe ;)
Répondre
Y


Les modèles pour les enfants, ça a toujours existé, le père, le grand frère, ce qui est plus récent c'est d'avoir pour modèle une personne de médiatiquement connue



Z
Suites à diverses blessures, j'ai arrêté de jouer au tennis, vais-je replonger et lire ce livre ?????
Répondre
Y


c'est un sport que je n'ai pas pratiqué, ceic explique peut-être ma tiédeur



N
Il me tente bien moi... Il est sur ma table de nuit, lecture à venir donc, mais je retiens tes bémols...!
Répondre
Y


Le mieux c'est que tu te fasses ta propre opinion, les livres ne parlent pas à tous de la même manière



V
Je viens de comprendre grâce à ton billet que ce roman, que j'ai lu en juin pour le Prix Fnac a changé de titre depuis. Il s'appelait alors Le fils de John McEnroe. Je n'ai pas aimé.
Répondre
Y


Ah, merci pour l'info



G
Je viens de lire Eux sur la photo, d'Hélène Gestern. Je vais rester sur cette bonne impression en matière de secret familial... Euh, 10 juin 194, avec quoi ils renvoyaient la balle? Des raquettes
en marbre? Roohhh.... ;-)
Répondre
Y


Ah la perfide... Je corrige (malgré mes relectures, restent des coquilles)



A
Tu as dû te sentir un peu poisson rouge à tourner en rond lors de cette lecture....
Répondre
Y


oui, mais je peux m'échapper de mon bocal



E
J'aime bien le tennis mais je passe...
Répondre
Y


ça ne suffit pas sans doute pour aimer le bouquin



C
ce tantinet de superficialité fait que je ne le lirai pas.. voilà !
Répondre
Y


c'est dit !