Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La commissaire n'a point l'esprit club

Publié le par Yv

La commissaire n'a point l'esprit club, Georges Flipo, La Table ronde, 2011

Un meurtre est commis à l'Esprit Club de l'île de Rhodes. Le chef du camp a été retrouvé pendu, comme un mannequin. Viviane Lancier est sommée d'aller enquêter incognito et discrètement là-bas, accompagnée du lieutenant... Cruyff, le lieutenant Monot revenant tout juste de sa convalescence est véritablement happé par les médias. Huit jours au club en charmante compagnie, voilà qui aurait pu ravir Viviane, mais...

Retour de Viviane Lancier, après La commissaire n'aime point les vers. Et ça commence tout pareil : Viviane a repris du poids, ne se sent pas vraiment sexy, ni désirable, s'habille n'importe comment et mange de tout en dépit du bon sens, celui qui voudrait qu'elle s'alimentât plus légèrement pour tenter de retrouver une ligne plus fine. Mais Viviane ne résiste pas à un plat lourd et copieux. Beaucoup d'humour dans la première partie du livre, notamment lors de la réception en l'honneur du retour d'Augustin Monot : "Viviane soupira, heureuse. On ne lui avait pas proposé de siège, ses escarpins lui faisaient mal aux pieds, les miettes de macaron grattaient sa gorge, le champagne lui donnait un léger hoquet, le foie gras remontait avec un goût aigre, mais c'était vraiment une belle soirée." (p.22)

Puis, la commissaire et Willy Cruyff arrivent au Club. Lui, très beau, corps d'athlète, toujours prêt à ouvrir la conversation avec les autres, il réussit même à se faire des connaissances dans les files d'attente ! Elle, coincée, complexée, incapable d'aller vers autrui, totalement paralysée à l'idée de passer quelques jours dans un Club de "Bronzés". Comme je la comprends Viviane : je frémis à l'idée de passer une semaine dans un Club, entouré de "cocos" et de "kikis" (respectivement les animateurs et les animatrices), obligé de me coltiner le karaoké, les repas-buffets de maigre qualité ! Et c'est là que le livre à l'instar de son héroïne, devient plus nostalgique ; l'humour est moins tranchant et l'on sent beaucoup plus la véritable détresse de Viviane. Ou alors, c'est moi qui, redoutant cette terrible épreuve et voyant Viviane la vivre si douloureusement, me suis totalement projeté et n'ai alors plus ressenti l'humour de Georges Flipo. Mais si je dis que je trouve ce deuxième tome moins drôle, je ne le considère pas moins bon. Différent, mais ressemblant tout de même. Suis-je clair ?

Dans tout le milieu du livre, la commissaire a du mal à prendre sur elle-même pour avancer. Elle aimerait tant avoir son lieutenant Monot à ses côtés. Monot, l'intellectuel, Monot le littéraire -qui, soit dit en passant, lui lira quelques passages de poèmes érotisants d'Apollinaire au téléphone, puisque pour se mettre à niveau, Viviane se lance dans la lecture de ce poète ! Mais elle n'est pas insensible non plus au charme de Cruyff. Cruyff, le sportif, Cruyff, l'adepte du beau corps. Un intellectuel et un sportif, à eux deux, l'homme parfait pour Viviane. Au(x)quel(s) elle céderait volontiers, mais de concours de circonstances en pudeur mal placée et d'aléas en retenues, Viviane... sautera-telle -si je puis m'exprimer ainsi- le pas ? Vous le saurez, en lisant La commissaire...

Venons-en maintenant à l'intrigue : un vrai casse-tête, digne -ou inspiré- du Mystère de la chambre jaune. Elle tient bien la route, met à jour les pratiques douteuses au sein du Club. Sans être haletante, elle m'a étonné jusqu'au bout : je ne m'attendais pas à cette fin.

Pouf, pouf, résumons : si on met un peu d'intrigue bien ficelée, des personnages qui doutent -enfin surtout Viviane-, d'autres qui ne se posent aucune question et avancent au jour le jour -là, c'est Cruyff-, des situations drôles -mais pas que- un contexte effrayant -le Club- que l'on mélange le tout joliment grâce à une belle écriture -toujours chez Georges Flipo, enfin ce que j'en ai lu bien sûr- eh bien vous vous retrouvez avec un bon livre policier digne descendant de La commissaire n'aime point les vers et probablement digne ascendant de La commissaire n'aime point... ou n'a point..., ou n'est point...que je programme déjà comme une de mes prochaines lectures -Ouh la la qu'elle est longue mon ultime phrase !

D'autres avis : Lystig, Ankya, Keisha, Sandrine, Liliba, Dasola, ...

Commenter cet article
S

Il y a un court moment -je ne saurais plus dire exactement lequel- où Willy laisse apparaître ses doutes. Je crois qu'il parle de son divorce et on s'aperçoit que les apparences sont un peu
trompeuses, qu'il se pose lui aussi des questions et que son assurance est une façade.


Répondre
Y


Willy n'est pas si "primaire" que l'auteur veut bien le laisser paraître.



G

Je suis en pleine lecture de ce livre. Alors, je lis ou je lis pas ton billet ???!!! Bon allez, je vais survoler !


Répondre
Y


Survole et reviens après



A

Un opus que j'ai trouvé meilleur que le précédent.


Répondre
Y


Marrant, ce n'est pas l'impression que j'ai en lisant tous les billets parus sur ce livre.



L

et tu vas te coucher tôt, ce soir... pour vite rejoindre dans les rêves Viviane...?


Répondre
Y


Même pas, mais ce matin, ça va mieux : bonne nuit, bon réveil 7h00 !



L

oui, en semaine, entre 5h20 et 5h30!


Répondre
Y


Ah oui, quand même, là j'étais rendormi/réveillé/rendormi/réveillé...



L

tu as des insomnies ?!


Répondre
Y


Et oui, ça m'arrive, et parfois pas l'envie de prendre un bouquin ! Et toi, tu te lèves tôt ?



L

tu as quitté la Crète pour revenir en Bretagne ?
un de plus séduit par (les formes de) la commissaire !


Répondre
Y


J'avoue que je ne suis pas insensible aux charmes de Viviane. Vous vous avez les lieutenants, moi, j'ai La commissaire !



A

Comme tu le sais j'ai préféré le premier, mais il me tarde de lire le troisième volume, si troisième volume il y aura !!


Répondre
Y


Le premier avait l'avantage de la "surprise", et le deuxième est assez différent, mais j'aime bien quand même.



A

Pouf Pouf si j'ai bien compris malgré "l'alambiquage" de ta dernière phrase, il vaut mieux commencer par La commissaire... ?? Parce que quelqu'un qui n'a pas l'esprit Club et aime les macarons
après une OD de foie gras recueille toute ma sympathie et que ce que tu en dit me plaît énormément, est-ce clair ??? ;)


Répondre
Y


Je dois dire que c'est un peu confus, mais il me semble avoir compris l'essentiel.



S

Outch, ton dernier paragraphe relève du Cliffhanger. Bon comme j'ai lu ton billet en diagonale de peur de me spoiler, je reviendrai quand je l'aurai lu ;)


Répondre
Y


A bientôt alors !



K

Pfou, quel billet! Et encore les charmes des lieutenants te laissent de marbre (antique/grec). Mais tu n'as pas vraiment envie de tâter d'un séjour en club, hein?


Répondre
Y


Je passe pour le club, et pour les lieutenants  fussent-il des dieux de marbre ! Mais j'aime bien Viviane.