Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Haïti, le tri français

Publié le par Yv

Haïti : le tri français est le titre d'un article du journal Le Canard Enchaîné, du 29 décembre 2010, signé D.S, qui commence comme ceci :

"Tandis que Michèle Alliot-Marie, toute nouvelle ministre des affaires étrangères, la larme à l'oeil, accueillait, la semaine passée, 314 enfants haïtiens adoptés par des familles françaises, son collègue, Brice Hortefeux refusait, tout net, l'entrée en France de 70 jeunes Haïtiens dont les familles vivent ici. Tous âgés de 19 à 29 ans. trop vieux, ils n'ont pas, il est vrai, les grands yeux effarés des bébés complaisamment montrés par tous les journaux et les chaînes de télé. Ils n'en ont pas moins, eux aussi, échappé au tremblement de terre, au chaos et au choléra qui ravagent le pays."

Ces jeunes gens n'ont pas les bons papiers pour entrer en France, fameuse terre d'accueil, puisqu'ils n'ont qu'un visa pour le Bénin. Actuellement en zone d'attente des aéroports parisiens, ils attendent justement que l'on statue sur leur sort. Au ministère de l'Intérieur, selon le Canard : "Nous accueillons ceux qui respectent la loi, pas les fraudeurs. [...] cette histoire n'est pas l'événement du siècle."

Que dire de plus ? Que j'ai honte ? Que c'est lamentable ? Que nous devrions venir au secours de ces réfugiés fuyant l'horreur ?

Bien sûr, tout cela, je le dis. Ça ne fera sûrement pas avancer les choses, M. Hortefeux, n'ayant pas réalisé "ses chiffres" de reconduite à la frontière l'an dernier, il faut qu'il commence très tôt et très fort cette année. Qu'il redouble d'efforts.

Je ne prétends pas connaître Haïti, ni ses habitants, mais  j'ai eu l'occasion de lire beaucoup d'écrivains haïtiens depuis le séisme (Rodney Saint-Eloi, Yanick Lahens, entre autres) qui décrivent l'enfer qu'ils ont vécu là-bas lors de la secousse, et le chaos qui persiste depuis. La reconstruction est lente, les gens sont toujours sous des tentes, dans des conditions sanitaires déplorables, le choléra sévit, la pauvreté y est encore plus présente qu'avant, et nous que faisons-nous ? Nous disons à ces jeunes gens de rentrer chez eux dans ces conditions, sans même leur donner la possibilité de rester avec leur famille présente en France.

Je me suis toujours dit que mon blog n'était pas une vitrine pour mes opinions politiques, mais là, c'est trop ! On nous parle d'identité nationale, mais comment puis-je revendiquer cette identité si j'ai honte de ce que font mes dirigeants ? Une honte, je vous dis. Je ne reconnais pas miens ces gouvernants qui chaque jour nous font perdre la face et nous font avaler les couleuvres de la crise et de la sécurité pour mieux faire passer leurs actions dont ils ne peuvent pas se vanter, comme ces reconduites à la frontière déshonorantes. Encore qu'en les flattant un peu il trouverait moyen d'en tirer gloire, si cela pouvait servir leurs propres intérêts.

Commenter cet article
M

J'adore ton billet parce qu'il est humble et digne d'une personne qui souhaiterait que les choses changent.
J'ai séjourné 12 jours en Haïti en 2004. Après la chute d'Aristide et sincèrement j'en suis revenue bouleversée. Il faut y aller pour connaître la misère effective de ce pays mais aussi de
l'hospitalité et de la chaleur des habitants; car à côté des clans qui s'entretuent,il y a des personnes chaleureuses, humaines et emplies de courage. Ce pays est riche, mais les richesses ne sont
pas exploités faute de moyens...Merci YV de ce très beau billet qui réveille les consciences.


Répondre
Y


Je n'ai pas eu la chance de séjourner en Haïti, et c'est l'accumulation de malheurs sur ce petit pays et l'arrogance et le mépris avec lequel on traite ses ressortissants qui m'a horripilé.



M

Ton billet me réconforte un peu. J'ai parfois tellement l'impression que tout le monde s'en fiche !
Moi aussi ces comportements inhumains me dégoûtent.
Depuis plusieurs années, j'essaie de consacrer un peu de temps à la vie associative pour essayer de faire vivre les idées auxquelles je crois : la solidarité, le lien social... Pourtant je me sens
impuissante face aux situations comme celles que tu nous décris...


Répondre
Y


J'agis également de mon côté, mais c'est vrai que là, on se sent dépassé et impuissant.



A

Il est bon de s'indigner encore de certaines pratiques, que l'on ait voté, ou non, pour le gouvernement en place.


Répondre
Y


En ce moment, il y a de quoi.



M

Si je pense que la honte, que je ressens comme toi, ne change pas grand chose à la situation... je pense aussi que des prises de positions sont parfois indispensables. Donc : bravo pour ton billet
!


Répondre
Y


Merci. Indispensable pour moi, en tous les cas



A

Cà fait un bon moment que j'ai honte et çà ne s'arrange pas. Je suis très en colère aussi contre les médias officiels qui privilégient mieux que jamais le spectaculaire et le misérabilisme au
détriment d'une véritable info. Et comme tu le soulignes que faire ? Je n'aurais jamais pensé voir de tels actes dans mon pays.


Répondre
Y


Comme toi, je ne supporte pas les médias, qui enrajoutent dans le sensationnel, je ne regarde plus, depuis très longtemps, les JT, j'écoute la radio, lis Le Canard enchaîné.



M

Je ne comprends plus rien à mon pays, nous sommes nombreux à trouver nos dirigeants pitoyables, nuisibles,... mais rien ne se passe

par exemple, depuis 20 ans et plus, des énarques decident dans nos ministères des réformes sur la sécuriité sociale... le gouffre augmente tous les ans
dans mon travail, si tous les ans mes résultats étaient pire que l'année précédente... croyez vous que l'on me demanderait des conseils ?

triste époque


Répondre
Y


En queqleus années, ces fameux énarques ont réussi à mettre à mal deux des plus gros services publics, la santé et l'éducation, ce qui, bien sûr favorise les établissements privés et ceux
qui auront le moyens de payer.



M

J'ai bien peur que nous soyons de plus en plus nombreux dans ce cas là :-(( Et pourtant, la honte ne changera rien à la situation...


Répondre
Y


Malheureusement, ça ne changera rien. Mais c'est la goutte d'eau de trop qui m'a fait écrire ce billet.



A

C'est vrai que de plus en plus souvent, j'ai honte d'être français.


Répondre
Y


En ce moment, rien ne nous fait sentir fier de l'être !