Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fête fatale

Publié le par Yv

Fête fatale, William Katz, Presses de la cité, 1986, réédition 2012 (traduit par Danielle Michel-Chich)

Samantha est une femme heureuse. Trente-cinq ans, elle vit le parfait amour avec son récent mari Marty. Pour ses quarante ans, elle lui prépare une fête et voudrait y ajouter une surprise : des témoignages d'amis d'enfance, d'anciens professeurs, ... Mais elle ne trouve personne. Marty n'a pas de passé à ce nom-là. 

L'inspecteur Spencer Cross-Wade, proche de la retraite est lui, sur son ultime affaire, celle qu'il suit depuis six ans. Depuis qu'un tueur, tous les 5 décembre, assassine une femme selon un rituel bien défini. Il compte bien mettre fin à ces agissements avant de partir à la retraite.

Polar écrit en 1984, traduit en français en 1986 et réédité cette année. Plus qu'excellente idée ! On est dans la tête du flic, dans celle de Samantha supposée être la future victime, dans celle de Marty, supposé être le tueur du 5 décembre. Je dis supposé, parce que tout au long du livre on pense que les rôles sont répartis comme cela tout en se disant que c'est trop facile. Je n'en dirai pas plus sinon que l'intrigue tient le lecteur jusqu'aux toutes dernières lignes. 

Loin d'être spécialiste du genre polar, j'ai comme l'intuition que celui-ci est dans les premiers du genre thriller avec serial killer comme on dit en bon français ! Pas daté du tout sauf pour le manque de moyens techniques. Maintenant, depuis Les Experts, les films, séries et bouquins regorgent d'ordinateurs, de techniques plus abouties les unes que les autres pour confondre un assassin : ADN, géolocalisation, ... Ici même pas de portable, pas de PC ni de smart phone : 

"- Où vas-tu passer la nuit ? Demanda-t-elle en saisissant un papier et un crayon.

- Je ne sais pas encore. Mais je serai de toute façon impossible à contacter ! Mon client ne prend pas d'appel à son bureau et a réservé une chambre d'hôtel pour éviter la presse. Je dois rester avec lui mais je t'appellerai dès que je pourrai." (p.213)

Incroyable n'est-il pas ? Lui, pas joignable et elle qui prend "un papier et un crayon" ! Quelle joie, ça repose et ça permet de se concentrer sur les personnages qui passent par plusieurs phases. Le flic, S. Cross-Wade passe du train-train à l'enthousiasme pour boucler l'affaire ; Samantha de la peur d'être victime au soulagement de ne plus l'être puis elle a de nouveau peur ; Marty du statut de tueur présumé à celui d'innocent, puis redevient suspect. Rien n'est simple dans cette histoire qui pourtant au départ paraît facilement résoluble. Rien non plus n'y est extra-ordinaire, on pourrait l'avoir lue ou vue plusieurs fois, imitée, plagiée mais malgré cela j'ai pris un très grand plaisir à être dans toutes les têtes en même temps : une gymnastique qui tient en haleine jusqu'au bout.

Grand merci à l'éditeur (Presses de la cité) et à Babelio (masse critique) pour ce partenariat très largement favorable.

Gérard Collard de la griffe noir a aimé aussi et dit même pourquoi ce livre est très symbolique pour lui (ici).

thrillers

Commenter cet article
A
Comment résister ?
Répondre
Y


Pas d'info à ce sujet



A
Pas fan des coups de coeur de la Griffe noire. Mais pourquoi pas celui-là, après tout.
Répondre
Y


Je ne suis pas la griffe noire, c'est en tapant le titre sur Goo... que je suis tombé sur ce message de G. Collard



O
Bonjour
J'ai eu plaisir à relire ce roman que j'avais déjà lu en 1986 et si cela t’intéresse je l'ai chroniqué ici :
http://0z.fr/bOmFh
Je signale que ce livre avait fait l'objet d'une réédition poche (chez Pocket il me semble )en 88 ou 89 et il ressort en grand format. Donc il n'est pas impossible que la même démarche soit
effectuée l'an prochain. Quant aux commentaires de Gérard Collard, je m'en méfie car l'ayant écouté à plusieurs reprises sur France-Info, parfois il se trompe dans ses résumés ou chroniques,
attirant plus sur lui l'attention des lecteurs que sur le livre qu'il présente. Mais ce n'est que mon avis n'est-ce pas. Et lui, sa mission est de vendre puisqu'il est libraire. Pas nous
Amitiés
Répondre
Y


Merci pour la précision sur l"édition poche qui intéressera sûrement. Quant à G. Collard, j'voue n'aller que très peu voir son site. En gros, pour ce livre, il dit que c'est celui qui lui a donné
l'envie d'ouvrir La Griffe noir. Une info peut-être un peu pipeautée, mais tu as raison, lui doit vendre pas nous !



I
Très alléchant, mais je vote pour une réédition en poche !!!
Répondre
Y


Il peut attendre jusque là



Z
Quand retrouves-tu tes livres nazes pour que ma LAL arrête de grossir ?
Répondre
Y


Il y en a peut-être un ou deux dans les prochains, mais pas sûr...



L
Bon là, ça suffit, hein ! Tu ne voudrais pas pour une fois lire un ou deux livres nuls pour que j'arrête de me faire envie en venant te rendre visite ?!
Répondre
Y


J'e, lis aussi voir mes billets "Ça coince !"



Y
Ce livre était ces derniers temps en tête des ventes de polar, je me demandais bien pourquoi. Je crois que j'ai compris, il a l'air pas mal du tout, bien psychologique comme j'aime.
Répondre
Y


ça devrait te plaire du moins j'espère



A
Le mien non plus ! Sinon, un polar d'avant l'envahissement de la technique n'est pas pour me déplaire.
Répondre
Y


ça rajeunit et repose



L
et la réédition en poche ??????
parce que là, mon budget ne suit plus !
Répondre
Y


Alors là, je ne sais pas, j'avoue avoir saisi la chance de masse critique 



K
Déjà repéré, ô que oui!
Répondre
Y


Quelle envie !