Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Disparitions en Picardie

Publié le par Yv

Disparitions en Picardie, Gérard Bertuzzi, Ravet-Anceau, 2012

Un chef d'entreprise de travaux publics disparaît. Un retraité promenant son chien itou. Le même jour. Rien ne les relie ce qui embête bien les gendarmes. Puis, dix ans plus tard, lors du chantier d'une piscine, un corps enterré depuis presque dix ans est retrouvé. Tout cela pourrait être une seule et même affaire pense le commandant Bourbon.

Dans le même temps, Nono Radosky tente de refourguer des pièces anciennes et rares à un numismate lillois qui flaire l'embrouille. Mais Nono n'est pas homme à se laisser faire.

Toujours aussi sympa cette collection Polars en Nord des éditions Ravet-Anceau. Nous voici là au coeur de la gendarmerie de Compiègne qui planche sur les disparitions. Le commandant Bourbon est excellemment secondé par le chef Keller. A eux deux, malgré l'intuition et le travail de fourmi, l'enquête piétine. "[...] l'intuition, c'est elle qui fait s'accrocher les hommes comme des morpions à leurs recherches, dans quelque domaine que ce soit. [...] C'est elle aussi qui fait plancher le chef Keller comme un malade, lire, relire encore et encore les dépositions, les constatations, les rapports du légiste, examiner les photos à s'en faire péter la rétine.. Il a un bel os à ronger, le gendarme. Il la sent la solution. Il la sait là, la clef de l'énigme, sous ses yeux, entre ses mains, dans ces deux dossiers qu'il croise méthodiquement et qui finissent par s'entremêler, par lui mettre la cervelle en compote. Il en rêve la nuit, pendant les repas, le week-end, sous la douche, aux toilettes... C'est devenu une obsession." (p.120)

Puis, un événement, la découverte du corps enterré viendra réveiller l'intuition de Bourbon et le travail de fourmi reprendra avec un peu plus de succès.

Pas mal du tout ce petit polar. Écriture simple, alerte pas dénuée d'humour et de légèreté. Si je fais la fine bouche, mon bégueule, je pourrais dire que je ne goûte que moyennement le flot de calembours et de blagues pas toujours très fins, un rien potaches et basiques, mais c'est un écueil largement franchissable. D'autant plus que Gérard Bertuzzi sait mener son intrigue. Au moment où on la croit finie, eh bien, il en rajoute une petite couche pour nous tenir jusqu'au bout de ses 220 pages. Ce n'est pas un thriller, loin de là, le rythme n'est pas effréné, mais un bon petit polar qui ne vous polluera pas l'esprit mais ne vous décevra pas. 

 

région

 

thrillers

Commenter cet article
U
piquer...je corrige mes fautes !
Répondre
Y


rectifiée d'elle-même évidemment !



U
Ici aussi je suis dans le monde du btp ! Mon immeuble est à moitié fini ! Monde de brutes !
Allez j'arrête de faire l'andouille. Hier ça m'a joué des tours. J'ai lancé une plaisanterie et...oups le beau flop un peu vexé. Merci pour le titre de livre en tout cas. Choisir des textes sans
dépasser les limites du raisonnable ne va pas être facile. Piqué l'intêret sans heurter les adultes...et il ne faut pas que la lectrice sois heurtée non plus. Bref ! De toute façon je ferai un
compte-rendu dans le blog !
Répondre
Y


J'irai le lire bien entendu



U
Typiquement masculin ça !!! Zoups je suis partie !
Répondre
Y


On est dans le monde du BTP, typiquement masculin effectivement



L
en tout cas, ça donne envie !
Répondre
Y


C'est fait pour



U
Je me suis arrêtée...j'ai lu Picardie alors moi la picarde j'ai lu...mais bon je ne suis pas polar et puis ce n'est pas ma Picardie Compiègne...si c'est un argument valable pour ne pas avoir envie
de lire !!!! :-)
Répondre
Y


Tous les arguments sont valables... plus ou moins. Quand c'est pour éviter d'avoir des scrupules, je peux invneter n'importe quelle bonne raison



L
Ah COmpiègne ! J'y ai vécu quelques années...
Répondre
Y


Connais pas moi...



A
S'il ne déçoit pas, c'est déjà ça.
Répondre
Y


C'est déjà beaucoup, ce n'est pas toujours le cas !