Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Attente en automne

Publié le par Yv

Attente en automne, Charles Juliet, P.O.L, 1999

"Un écrivain, qui se cherche encore, quitte Paris pour séjourner non loin de Rodez dans un hameau où il rencontre un jeune fille secrète.

Un jeune peintre s'éprend d'une comédienne plus âgée que lui et à laquelle, en raison de leurs situations respectives, il ne peut rien dire de ce qu'il éprouve. [...]

Au cours d'une randonnée dans le Hoggar, un industriel se prend de passion pour une photographe qui n'a rien de commun avec lui. " (4ème de couverture)

Trois nouvelles - ou courts romans- de Charles Juliet qui ont de commun de mettre en scène des hommes qui ne réussissent pas à dire à la femme qu'ils viennent de rencontrer ce qu'ils éprouvent. Des histoires pudiques, émouvantes.

La première, Attente en automne se déroule dans  le paysage des causses près de Rodez, très bien décrit, ainsi que la vie des paysans du coin, très opposée à celle du trentenaire-écrivain-parisien qui vient s'y isoler pour écrire.

La seconde, intitulée Maria, dépeint le monde du théâtre, la fabrication d'un spectacle, et la passion d'une femme pour cet art, qui la rend inatteignable.

La troisième, Turbulences, oppose un industriel très absorbé par son travail qui rencontre un monde à l'exact contraire du sien, un monde de gens qu'il n'apprécie pas et qu'il juge inutiles, celui des artistes.

J'ai découvert Charles Juliet, assez récemment grâce à son livre autobiographique Lambeaux ; j'ai pris une vraie claque en le lisant. Ça a été pour moi une formidable découverte. J'ai ensuite lu de lui d'autres récits assez autobiographiques également (ici et ). J'aime cet auteur pour sa manière simple, pudique et franche de dire les choses, ses sentiments, ses pensées.

Je découvre là une autre partie de son talent, celle de raconter des histoires. Le style de Juliet est bien présent, sobre, direct. Les personnages sont remplis de sentiments contradictoires. Les hommes sont taiseux, secrets, et les femmes se livrent à peine plus. Il expose des personnages vivant dans des mondes qui ne se rencontrent pas habituellement. Il crée ainsi des situations intéressantes avec des gens ayant beaucoup à échanger mais qui ne réussissent pas à le faire. Pour qui aime les tourments de l'âme, du cœur, voici un recueil de nouvelles parfait, pas triste, bien au contraire. Une manière plus simple peut-être d'aborder cet auteur que ses si beaux récits autobiographiques.

Commenter cet article
A

Des personnages taiseux et des tourments du coeur ! Je note.Les hommes de ma famille (mes grands-pères étaient des taiseux, mon père aussi, mon mari à peine moins... Et moi, je suis une vraie
pipelette ! Je vais en parler à mon analyste ;-))


Répondre
Y


Ca fera la richesse de son cabinet ! Connais-tu beaucoup de familles de la France profonde -la mienne en fait aussi partie- dans lesquelles les hommes étaient diserts ?



D

Je l'ai également découvert par "Lambeaux" et ce que tu dis de ces trois nouvelles donne envie d'en lire plus.


Répondre
Y


Si tu as aimé Lambeaux, je ne peux que te conseiller de poursuivre la lecture de C. Juliet



A

Un etrès belle écriture en effet.


Répondre
Y


Différente de ses écrits autobiographiques, mais très belle également.



H

Je note celui-ci et je note "Lambeaux" pour "la grande claque" et parce que je ne connais encore pas l'auteur.


Répondre
Y


Alors saute sur ces livres.



A

J'adore l'écriture de Charles Juliet, son coté "éternel adolescent"


Répondre
Y


Toujours pleine de pudeur et de poésie.



K

C'est un auteur qui n'est encore jamais apparu dans ma liste à lire, je me rends compte que c'est une grosse erreur !


Répondre
Y


Si je puis me permettre, je crois que c'est effectivement une grosse erreur.



S

BONJOUR

JOLIE BLOG

J T'INVITE AU BORD DE MER PRÉVOIR DES BOTTES

ET UN PARAPLUIE

AMITIÉ


Répondre
Y


Merci, j'arrive



H

Je le lirai sans aucun doute, j'aime beaucoup la poésie de Charles Juliet...


Répondre
Y


Il ne pourra que te plaire si tu aimes Juliet.



A

J'aime énormément l'écriture de Charles Juliet et surtout ses journaux. Ce recueil de nouvelles m'a échappé, je le note vite.


Répondre
Y


Il m'avait échappé aussi : je l'ai déniché à la BM.