Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ça coince ! (12)

Publié le par Yv

Mouche', Marie Lebey, Éd. Léo Scheer, 2013

Mouche' avec l'apostrophe, c'est le surnom de la maman de Marie Lebey. Fantasque, parfois ridicule, originale, d'origine belge tout cela la caractérise. Marie Lebey parle d'elle, mais aussi d'elle-même, de ses enfants...

Le livre de l'auteur qui parle de ses parents est quasiment un passage obligé. Certains s'en tirent bien, très nombreux, trop pour que les cite ici. D'autres font de leurs vies et de celles de leurs proches l'essence même de leur littérature. Je ne connaissais pas du tout Marie Lebey, n'avais donc aucun a priori, mais je n'ai pas accroché à son récit. Brouillon, passant du coq à l'âne de faits intéressants à des actes plus anecdotiques, je n'ai réussi à m'intéresser ni à sa vie ni à celle de Mouche' ni à la manière de les narrer ou plus exactement de les écrire. Pas convaincu, je me suis ennuyé, même si je suis allé au bout de cette lecture, bon d'accord, 125 pages, l'effort ne fut point immense !

 

Six problèmes pour don Isidro Parodi, Jorge Luis Borges et Adolfo Bioy Casares, Rober Laffont, 2013 (Denoël, 1967) (traduit par Françoise-Marie Rosset)

Don Isidro est en prison pour un acte qu'il n'a pas commis. Depuis sa cellule, il est connu pour résoudre des cas difficiles, des énigmes. Viennent à lui des notables, des hommes qui cherchent réponses à leurs questionnements, qui veulent rétablir une situation bancale. 

Je comptais sur le nom des auteurs pour me captiver, mais las, je n'ai pas les codes pour entrer dans leur littérature. Beaucoup de noms dont je ne sais s'ils sont réels ou pas, beaucoup de références à la vie en Amérique du sud que je ne connais pas. Chaque nouvelle -au nombre de 6 comme dit dans le titre- débute par ces noms et références et me perd quasi définitivement. Dommage. D'autant plus déçu que je me faisais une joie d'ouvrir ce livre à la si belle couverture et aux noms d'auteurs si prestigieux.

 

 

Génération H, Alexandre Grondeau, Éd. La lune sur le toit, 2013

"Sacha, Jo et leurs amis appartiennent à la génération H. Amateurs de Skunk, de double zéro, de pollen, de charasse ou d'aya, ils passent leurs journées à fumer des deux ou trois-feuilles, à tirer des bangs, à se faire tourner des shiloms et des pipes en tout genre." (4ème de couverture)

Aïe, aïe, aïe. M. Grondeau et Mme La-lune-sur-le-toit, je suis désolé, je n'ai rien de perso contre vous, je n'avais pas aimé votre collaboration précédente (Pangée), je n'apprécie pas plus celle-ci. Ça part très mal entre nous je sais mais que voulez-vous, parfois, ça ne peut pas coller. Le mieux est que nous en restions là de notre histoire commune. Ça fait mal, sans doute, mais persévérer ne ferait qu'aggraver les choses. Continuez à écrire des histoires qui ne me siéent point ni dans l'écriture ni dans les thèmes, mais qui ont sûrement leur public, et je demanderai à l'attaché(e) de presse de ne plus me les envoyer. Restons-en là, ça vaut mieux pour nous tous. Pour vous qui ne lirez ni ne verrez plus paraître d'articles désagréables fâcheux émanant de moi -même si, en toute modestie, je ne suis pas dupe de la très très relative portée d'iceux. Pour moi qui ne me creuserai point trop l'esprit pour tenter d'écrire un billet soft, alors que ma propension -on ne se refait pas- me pousserait à n'en dire que du mal. 

Bien à vous, 

Yv.

Commenter cet article
G
Pareil pour Mouche' : pas accrochée, même si l'écriture est belle. N'est pas de vigan qui veut !
Répondre
Y


De Vigan, Juliet, Ernaux, ...



N
Je partage assez bien ces avis.
Par contre, j'ai trouvé le livre de Marie Lebey meilleur par son écriture que celui de Grondeau, qui est basique.
Ajoutons quant à Grondeau que je ne partage absolument pas ses opinions en matière de fumette...
Ce "Génération H" est arrivé dans ma boite, j'en ai lu quelques pages avant qu'il me tombe des mains. Je l'ai refilé à deux de mes co-blogueuses : blocage aussi.
Bref, je l'ai repris et je me suis farci une partie de ces 300 très longues pages. Et miracle : pas une page ne m'a touché.
Je remarque aussi que ce livre est auto-publié, La lune sur le toit ne publie que du Grondeau. J'ai assez d'expérience en matière de publication pour savoir que c'est très mauvais signe. Un auteur
qui s'auto-publie est un auteur qui a été refusé partout et qui refuse de voir que son écriture est à revoir.
Désolé d'être aussi incisif envers Mr Grondeau mais j’abhorre au plus haut point les gens qui croient que leurs idées sont supérieures, en particulier quand il s'agit de came.
Répondre
Y


J'ai également abandonné très tôt et n'ai pas eu le courage de persévérer. Je n'avais pas aimé le premier bouquin d'A. Grondeau (Pangée) et je crois que celui-ci est encore pire... J'ai préféré
faire cette petite lettre plutôt qu'un article complet, d'abord par honnêteté, puisque je n'ai pas été très loin dans cette lecture et ensuite, parce que je serais devenu très méchant, tellement
ce que j'ai lu est désagréable (pour ne pas dire mauvais). Quant à l'éditeur, il me semblait bien qu'il ne publiait qu'un seul auteur, phénomène étonnant et je te rejoindrais assez aisément sur
les raisons. Néanmoins, je connais un micro-éditeur spécialisé dans l'édition d'un auteur (avec aide) qui fait des choses très bien : Le fond du tiroir ! sans doute l'exception qui ....



L
Ah c'est rassurant, il n'y a pas que chez moi que ça coince !

j'aime bien "de faits intéressants à des actes plus anecdotiques" : bref, tout est rasoir...
Répondre
Y


ça arrive parfois...



A
Quelle lettre de rupture....
Répondre
Y


Pourtant, ce n'est pas une habitude...



C
Les défauts que tu mentionnes sur le livre de M. L3bay me font bcp penser à ceux que j'ai trouvés dans 'La réparation' de Schn3ck. Histoire de famille, brouillon.....
Répondre
Y


De Colombe Schneck, j'avais aimé Val de Grâce, mais je n'ai pas persévéré dans la lecture de ses livres



Z
Mouche sur le vinaigre ou mouche du coche, volets clos, doigts d'honneur..... belle brochette à laisser. Merci de t'y être collé.
J'ai lu un autre billet sur Mouche qui rejoint le tien.
Répondre
Y


Dans le lot, le deuxième est quand même nettement meilleur, mais c'est moi qui ai eu du mal avec la foultitude de personnages



F
Un premier livre qui ne fait pas mouche, un second dont les volets restent fermés et une lune inaccessible pour finir... Pas fameux le bilan, je te souhaite de retrouver livres à ta pointure très
vite.
Répondre
Y


OK j'aurais dû prendre Les chaussures italiennes, pour la pointure...



K
Tiens, j'ai lu le deuxième, pour découvrir ces auteurs. Un peu bizarroide, en effet, mais mon souvenir (flou) n'est pas négatif.
A relire mon (très vieux!) billet http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-25140083.html
je m'aperçois que oui, en effet, je m'étais aussi un peu perdue, mais que l'expérience était intéressante.
Répondre
Y


C'est sans doute moi...



M
Très peu glorifiant tout. Ton honnêteté me plait !
Répondre
Y


Merci, j'ai tenté de préserver toutes les sensibilités