Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le retour du professeur de danse

Publié le par Yv

Le retour du professeur de danse, Henning Mankell, Seuil, 2006 
Début de l'hiver dans le nord de la Suède, Herbert Molin, policier à la retraite, retiré dans cette région est sauvagement torturé et assassiné. Stefan Lindman, policier à l'autre bout du pays et ancien collègue de Molin vient d'apprendre ce meurtre et une autre mauvaise nouvelle : il est atteint d'un cancer et doit commencer les traitements dans quelques semaines. Pour tromper son angoisse, il monte dans le nord et s'intéresse de près au meurtre d'Herbert Molin.
Roman policier d'Henning Mankell, mais sans le commissaire Wallander. Stefan Lindman apparaît ici pour la première fois et apparaîtra ensuite, au gré d'une mutation comme collègue de Kurt et Linda Wallander (cf. Avant le gel). Mankell n'a pas besoin de son héros fétiche pour nous tenir en haleine : il y réussit très bien avec des personnages inconnus. L'histoire est glauque, sinistre et fait appel à un passé peu glorieux de la Suède : la seconde guerre mondiale. On a coutume de dire que ce pays a été neutre. Certes ! Mais l'idéologie nazie a pénétré les Suédois et certains d'entre eux -assez nombreux aux dires de l'auteur, sûrement bien renseigné- se sont laissés séduire pas les thèses de Hitler. Certains Suédois se sont même engagés volontairement dans la Wehrmacht. Henning Mankell qui dénonce régulièrement les dérives de la société occidentale et notamment celles de la Suède, s'en donne ici à coeur joie -si je puis m'exprimer ainsi ! Cependant, il n'est pas lourd ou moralisateur : il met en face des personnages aux vies différentes qui s'affrontent idéologiquement en plus de s'affronter dans l'enquête policière en tant que policiers et suspects. Mais Mankell ne se contente pas de dénoncer le passé de la Suède, il est persuadé que cette idéologie passéiste, d'un autre temps est toujours présente dans son pays, pour son plus grand dégoût.
Stefan Lindman n'a pas la carrure d'un Wallander, mais ce roman est un excellent roman policier, peut-être même meilleur que certains avec Wallander, parce qu'on est moins "dérangé" par les "à-côtés" liés à Wallander, commissaire récurrent, et à son évolution au fil des livres. Mais bon, ce sont de bien minuscules dérangements. Et en plus, on en redemande !

Commenter cet article
C
bonjour, grace à Manou je découvre ton blog; j'aime beaucoup Mankell et j'achetais ses livres dès leur parution ; ce livre est l'un de mes préférés ; j'aime la peinture qu'il fait de la société à travers ses écrits; il a dénoncé très efficacement les travers de son pays
Répondre
Y
Bonjour et merci à Manou. Mankell reste aussi pour moi une référence et Kurt Wallander mon flic de fiction préféré. A bientôt
H

Premier roman de mankell également. Ce que j'ai apprécié c'est qu'il a flirté avec le glauque sans tomber dedans. Je me sens vite dérangée par les évocations un peu brutales du "mal" et là, il
arrive à avoir un propos fort sans sortir l'artillerie lourde (la postface..). C'est ce qu'on appelle sans doute la subtilité et c'est cette totale absence de finesse qui me dérange chez la plupart
des auteurs étasuniens et certains français.


Répondre
Y

Tout à fait d'accord : je reproche souvent à certains auteurs leur manque de finesse et leur arrivée avec "leurs gros sabots". Souvent lourds, ils m'empêchent d'apprécier leurs propos, même si
évidemment, je ne peux que cautionner les accusateurs du "mal absolu" (nazisme entre autres). Mankell fait cela avec finesse comme tu le dis, et son propos est beaucoup plus pertinent et plus
marquant.


E

Mon premier roman de Mankell, j'ai bien aimé surtout l'aspect engagé de l'auteur. Par contre le roman est un peu long et j'ai trouvé que la fin arrivait un peu trop lentement.


Répondre
Y

C'est souvent comme cela les romans policier de Mankell : la fin se mérite, l'enquête est longue, mais c'est ce qui fait son charme


N

Je n'ai pas lu Avant le gel. Réessaie peut-être pour les coms, mais plusieurs personnes m'ont dit avoir des problèmes de ce point de vue.


Répondre
Y

Avant le gel, est le premier dans lequel Linda Wallander apparait et le dernier traduit


N

Contradictoire en effet! en ce qui me concerne, mes préférés sont La lionne blanche (plus riche en suspense que les Mankell classiques) et Les morts de la saint Jean, plus classique, mais vraiment
bien construit, quoique je lui trouve quelques longueurs.


Répondre
Y

J'aime bien aussi avant le gel
NB je viens de passer sur ton blog, mais ne réussis pas à laisser de commentaire : ça ne passe pas.


N

J'ai bien aimé ce Mankell, bien que ce ne soit pas son meilleur. la première moitié est prenante, mais la seconde est moins rythmée. Bon polar tout de même.


Répondre
Y

C'est difficile de classer les romans policiers de Mankell selon tel ou tel ordre. Celui-ci m'a bien plu, notamment parce que Wallander n'y est pas. Et pour me contredire, j'aime beaucoup ceux qui
font intervenir Wallander, justement parce que c'est lui !


L
moi je le dis, c'est "à la mode"
(tant mieux pour moi, qui était en avance sur la mode !!!)
Répondre
Y

Un petit peu moi aussi, j'ai pu faire découvrir, il y quelques années Mankell à des amis lecteurs qui m'en sont gré.


L
Maintenant que la littérarture scandinave ou plutôt est à l'honneur (grâce à Millenium), il est plus facile pour moi de me procurer des polars "qui viennent du froid"
Répondre
Y

C'est vrai que c'est à l'honneur, pourrait-on parler même de "à la mode ?"


L
ayant vécu un tout petit peu au Danemark, je retrouve bien "l'esprit" scandinave dans la littérature scandinave.
Egalement moins axée sur le spectaculaire que les américains (j'ai eu du mal avec Dan Brown et "Anges et Démons")(lu parce que titre proche du nom de mon blog (l'autre))
Répondre
Y

Personnellement, j'ai beaucoup de mal avec les polars états-uniens : je trouve qu'ils se ressemblent tous, qu'ils ressemblent aux séries télévisées, et qu'ils sont assez éloignés de notre monde
européen. Le polar nordique est plus ressemblant à notre monde et plus dépaysant et passant, d'un auteur à un autre, il y a beaucoup de différences.


L
Parmi les livres d'H Mankell lus, celui-ci est, selon moi, très bon : l'ambiance est bien décrite, le malaise, la vie en Suède, etc.
Bref, j'ai aimé !
Répondre
Y


Tu décris en peu de mots l'atmosphère si particulière uax livres de Mankell, notamment ses polars.



M
C'est le livre qui m'a fait connaître l'auteur et j'avais été conquise. Depuis, j'essaie de rattraper mon retard .Quand je tombe sur un de ses livres à la BM., je saute dessus mais ils sont souvent sortis!
Répondre
Y

C'est un auteur qui a beaucoup de succès. ou alors, la BM n'a pas un stock suffisant.