Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le remplaçant

Publié le par Yv

Le remplaçant, Agnès Desarthe, Ed. de l'Olivier, 2009
Agnès  Desarthe raconte l'histoire de son grand-père maternel, qui n'est pas son grand-père : "le père de ma mère a été tué à Auschwitz en 1942." Celui dont elle raconte la vie " est l'homme avec qui ma grand-mère, la vraie, a refait sa vie... si l'on peut dire." Homme discret s'il en est, "lui, le remplaçant est devenu irremplaçable". Elle finit son récit par une sorte de confrontation de son grand-père avec Janusz Korzack, directeur de l'orphelinat du ghetto de Varsovie.
Tout petit récit qui part un peu dans tous les sens, car comme Agnès Desarthe le dit elle est incapable de se fixer. Partie pour écrire une biographie de Korzack, c'est son grand-père qui s'impose. Son récit est ponctué par autant de faits réels que de faits rêvés ou inventés  ; ou bien encore par des faits dont elle n'est pas sûre qu'ils se soient déroulés comme elle s'en souvient. C'est une écriture empreinte d'une grande tendresse pour Bouz, son grand-père. On la ressent dans la lecture, très agréable, même si le récit est un peu fouillis. Je me demande même dans quelle mesure ce désordre n'est pas ce qui nous rend ce livre sympathique. Mon seul reproche concerne la dernière partie consacrée à Janusz Kovack. Je n'ai rien contre lui, mais il arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, et aurait peut-être mérité un traitement à part dans un livre fait rien que pour lui. Le lien que fait l'auteure entre lui et Bouz est un peu tiré par le cheveu -celui qui est sur la soupe, bien sûr !

Commenter cet article
N

Comme tu le sais, ce côté "récit qui part dans tous les sens" m'a gêné... Rendez-vous manqué pour cette fois, tant pis ! :-(


Répondre
Y


C'est en parlant de ce livre avec d'autres lecteurs que j'ai réussi, a posteriori, à y voir ce charme dont je parle.



S
Super, j'attends donc ton billet !
Répondre
Y

Semaine prochaine, si tout va bien.


A
J'aime bien Agnès Desarthe, mais là çà ne me dit rien.
Répondre
Y

Je ne connaissais pas cette auteure : son bouquin vaut le coup de s'y arrêter. En plus, il est tout petit, si tu peux l'emprunter, c'est l'idéal


F
Curieux car je suis en train de m'intéresser à l'écrivain Agnès Desarthe car je viens de lire un portrait sous forme de livre aux éditions médium l'école de loisirs... donc ce que tu dis de ce livre m'interpelle ! à suivre !
Répondre
Y

Comme quoi, finalement, nos lectures se rejoignent toujours un peu


S
J'ai beaucoup aimé, malgré (à cause ?) du côté fouilli. Dis-donc, tu ne participerais pas à la sélection des livres "coup de coeur" de fémina par hasard ?
Répondre
Y

C'est effectivement ce côté fouillis qui donne du charme au bouquin. Et non, je ne participe pas à cette sélection, mais à un nouveau prix littéraire sur lequel je donnerai des précisions très
bientôt, dès que j'en saurai un peu plus.