Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

Publié le par Yv

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, 2001
Moïse, une grosse dizaine d'années vit tout seul avec son père qui le délaisse. Il se lie avec "l'arabe" du bas de la rue : "arabe, ça veut dire ouvert de huit heures du matin jusqu'à minuit et même le dimanche dans l'épicerie."
Je ne cours pas après les gros vendeurs de livres en général, mais j'avoue une faiblesse pour E-E Schmitt, depuis ma lecture d'Oscar et la dame rose. J'avais ensuite continué avec l'excellent La part de l'autre.
Monsieur Ibrahim raconte une très belle histoire . C'est aussi une réflexion sur la tolérance, l'amitié, un conte, un récit initiatique joliment raconté et qui a fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Omar Sharif dans le rôle de M. Ibrahim. Très fréquentable.

Commenter cet article
Z
Alors....
Répondre
Y


Enfin, analyse personnelle



Z
J'ai un recul par rapport à cet auteur et, il faudrait que je passe pas-dessus !!! mais, avant, je voudrais diminuer ma PAL !!
Répondre
Y


Disosn que celui-ci fait partie des bons de EE Schmidt : après il s'est un peu laissé aller à la facilité.



M

Peut-être que tu écris cela parce que ce livre fait partie du Cycle de l'invisible et que toutes les idées ramènent à une seule : la tolérance et le respect de l'autre.
Je n'ai pas lu son tout dernier "Concerto à la mémoire d'un ange" mais je vais sans doute m'y pencher...


Répondre
Y


non, j'ai l'impression qu'il donne dans le tout petit roman -ou la nouvelle- drôle et sensible, un petit peu trop. Mais peut-être n'est-ce qu'une impression ?



M

Je suis une inconditionnelle de EES !!!
Je conseille d'ailleurs le cycle de l'invisible.
Le livre que tu cites est avant tout pour moi la rencontre entre deux générations et deux religions sur fond d’amitié vraie et sincère.
Momo 13 ans très solitaire et isolée, juif, vit avec un papa avocat et laxiste ; sa maman l’a abandonné alors qu’il était encore très jeune.
Il se met à converser avec Ibrahim, l’épicier Arabe et musulman du quartier.

Ibrahim va lui enseigner ce qui fait les principales leçons de vie et les vraies valeurs en parcourant une partie du monde.
Il lui parle du Coran, de son pays et lui apprendra la patience et le pardon.

Un livre généreux qui vient compléter le cycle de l'invisible d’E.E Schmitt, sur les religions et surtout le rapport à l’autre. ( Cinq romans traitent de ce sujet ).
Un beau roman ! Facile à lire, toujours très agréable avec des phrases courtes, parfois humoristiques mais percutantes comme le sont tous les livres de E.E Schmitt que j’ai lus jusqu’à présent.


Répondre
Y


Je trouve que ces derniers temps, EES fait un peu du déjà lu. Il tombe dans la facilité. Peut-être une mauvaise passe ? Espérons qu'il reviendra à des histoires plus consistantes comme celles de
M. Ibrahim.



M
Un très beau livre en effet!
Répondre
Y

Très beau, un peu comme le Oscar et la dame rose du même auteur.


F
Moi aussi, comme Alain, j'ai beaucoup aimé les deux titres dont tu parles. Je pense que d'autres livres de cet auteur pourraient me plaire.
Répondre
Y

J'avaisaussi bien aimé son film Odette Toulemonde. Comme quoi cet homme a du talent.


N
Je m'occupe d'un théâtre et nous avons reçu la pièce il y a deux mois... elle est bien passée

A bientôt
Répondre
Y

Ca ne m'étonne pas. Elle recèle plein de notions, sentiments qui peuvent se révéler au théâtre.


B
Pas (encore) lu et c'est sûrement un tort car je crois n'en avoir entendu dire que du bien.
Répondre
Y

Un tort qui peut être vite réparé. d'autant plus que c'est un tout petit livre, presqu'une nouvelle


A
Beaucoup aimé les deux livres dont tu parles
Répondre
Y

Pour le moment, je ne suis pas déçu par E-E Schmitt et ce que j'en ai lu