Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le chemin des sortilèges

Publié le par Yv

Le chemin des sortilèges, Nathalie Rheims, Ed. Léo Scheer, 2008


"Un jour, il est parti. Lui qui l'avait vue naître et accompagnée depuis toujours, il s'est retiré dans la solitude.
Dix ans plus tard, elle retrouve sa trace et le rejoint pour comprendre ce qui s'est passé. Dans une maison aux apparences trompeuses commence un huis clos où les cauchemars se confondent avec le réel.
Les souvenirs resurgissent à travers les contes de fées qu'une main invisible dépose chaque soir à son chevet."

Extrait de la quatrième de couverture, qui permet d'introduire au mieux cette histoire. Voici donc un roman lent, à l'écriture simple, sans effets de style ; c'est heureux d'ailleurs parce que cette écriture et cette lenteur permettent d'accéder plutôt aisément à un livre à la construction parfois déroutante, oscillant entre réalité, rêves et cauchemars. C'est aussi ce qui fait son originalité, ainsi que l'évocation et l'utilisation des contes de fées comme révélateurs des souvenirs. On avance lentement dans la mémoire de la narratrice et l'on ressent, au fil des pages, quantités de secrets et non-dits. Nathalie Rheims parle de la vie/la mort, l'amour, le désir d'enfanter ou non, la jalousie. Tout y est traité directement, mais pudiquement. Je n'aurais qu'une seule réserve, assez minime, c'est que j'ai senti une petite longueur d'une dizaine de pages (en abordant le conte La petite princesse), mais vite dissipée car assez proche de la fin du livre, qui elle, m'a repris et remis dans le livre.
Pour résumer : une belle découverte ce livre de Nathalie Rheims (que je ne connaissais que de nom, même si elle écrit là son dixième livre !) ; si vous voulez une lecture qui change un peu de vos lectures habituelles, n'hésitez pas !
Sylire et Brize vous donnent aussi leurs avis.

Commenter cet article
P

je n'ai pas accroché à cette lecture


Répondre
Y

J'ai peut-être été un peu trop enthousiaste, mais je reste sur une bonne impresion de lecture.


C
C'est quoi le pire livre que tu aies lu en 2008 ?
Répondre
Y

J'en noterai deux qui me sont tombés des mains (notés dans le blog) Les aquariums lumineux de Sophie Bassignac et Un sur deux, de Steve Mosby. Mais j'en ai commencé d'autres que je n'ai pas finis et dont je ne me rappelle pas le titre : je n'ai même pas pris la peine de les
chroniquer


C
Tiens, premier avis positif que je lis à propos de ce qui reste pour moi mon pire souvenir de lecture (et de loin) en 2008.
Répondre
Y

Ah oui, étonnant ! J'ai lu bien pire en 2008. J'ai plutôt bien aimé ce chemin des sortilèges.


S
J'ai aimé et j'ai été touchée par la narratrice et son histoire.
Répondre
Y

C'est un beau récit, assez émouvant, il est vrai


V
Comme tu l'as vu sur mon blog, j'ai aussi beaucoup aimé cette écriture vraiment différente de ce qui paraît en ce moment!
Répondre
Y

Différente,  l'écriture et l'histoire aussi


V
Merci pour votre avis... j'ai aussi beaucoup aimé ce livre
Répondre
Y

effectivement, un beau livre, peu ordinaire, à la belle écriture.


S
Tu as raison, c'est un livre qui sort de l'ordinaire.
Répondre
Y


Effectivement, c'est ce qui fait aussi une grande partie de son charme



F
Bon, pourquoi pas ? Nathalie Rheims, jamais lu... Mais j'ai lu ici ou là des articles de presse, sans que je puisse dire si cela avait l'air intéressant... Alors si je tombe sur ce livre pourquoi pas ? cela je suis d'accord avec Florinette, c'est intriguant !!!
Répondre
Y

Si très intéressant. Mais je comprends aussi que ça ne puisse pas plaire : c'est un roman très particulier


F
Intriguant tout ça, j'en prends note !
Répondre
Y

Intrigant oui, et fort bien mené


K
Je lis ton avis avec intérêt car pour ce livre là j'ai passé mon tour (on reste quand même une fille libre , non ?). Peut être la quatrième de couverture censée attirer le lecteur a eu l'effet contraire sur moi.
Répondre
Y

Certes, nosu sommes libres (pour mon cas c'est un garçon libre). pour ma prt, je lis assez peu les 4ème de couverture avant la lecture, de peur qu'elles m'en dévoilent trop.