Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le bar du caïman noir

Publié le par Yv

Le bar du caïman noir, Denis Humbert, Presses de la cité, 2013

Guyane, pas loin de Kourou, dans un coin perdu, à Regina, des hommes et des femmes se retrouvent, tous venus ici pour se perdre ou se retrouver, pour oublier, pour se faire oublier, pour un sursaut... Thomas tient le bar du coin, le caïman noir. Alia la jeune chercheuse, Simon le golden boy, Frantz l'autochtone, Sofia la serveuse, Caporal Bob le physionomiste et le docteur Charpentier, tous ont une bonne raison d'être présents.

Denis Humbert a plein de très bonnes idées dans ce roman. D'abord le titre de ses chapitres : "Un an avant le jour où c'est arrivé", puis, "Huit mois avant le jour où c'est arrivé" jusqu'au dernier intitulé logiquement : "Le jour où c'est arrivé". En tout, dix chapitres en comptant le petit prologue : "Le lendemain du jour où c'est arrivé". Et voilà le lecteur ferré, conscient qu'il va se passer quelque chose. Le suspense, même s'il n'est pas le ressort principal du livre monte progressivement.

Ensuite, le paysage, la moiteur du climat, la forêt amazonienne, le coin perdu au bout de nulle part, un bar improbable comme on peut en voir dans de vieux films étasuniens, en bois dans lequel viennent se réfugier des hommes et des femmes en attente de changement ou bien au contraire des gens qui n'attendent plus rien de leur vie : "... cet endroit n'était rien d'autre qu'un cloaque putride, un mouroir marécageux infesté de moustiques. [...) Il faudrait s'en accommoder. Serrer les dents et faire bonne figure, supporter cette moiteur perpétuelle et ce sentiment d'être en train de glisser dans le conduit d'un vide-ordures." (p.78) Le livre est très imprégné de cette atmosphère humide, poisseuse qui colle aux vêtements et aux corps.

Enfin, le romancier s'intéresse à ses personnages et leur donne de l'épaisseur. Dans chaque chapitre, des paragraphes ont pour titre et pour sujet principal un ou plusieurs protagonistes du roman. On connaîtra ainsi les raisons qui les ont poussés à venir s'enterrer ici, les relations qu'ils ont entre eux, leurs envies, leurs désirs. Il y a aussi les orpailleurs : "... En Europe, lorsqu'on parle d'or, on pense au luxe, aux bijoux ou même aux cours de la bourse. Huit mille kilomètres plus à l'ouest, en Guyane, on voit les choses différemment. On pense orpaillage clandestin, pollution des fleuves et délinquance..." (p.227). La défiguration du paysage, de l'écosystème et des relations humaines vient également de cette soif de l'or. 

Le texte de Denis Humbert fait la part belle aux paysages et aux relations entre les personnages. On se projette aisément si ce n'est dans le bar, au moins dans des représentations cinématographiques qui lui collent. Un style alerte, vif qui sied aux situations et à l'histoire. Une écriture visuelle, une région parfaite en tant que contexte géographique, des personnages forts et attachants qui ont tous leurs deux faces la vitrine et le côté sombre, caché. 

Une belle réussite que ce roman qui vous dépaysera (sauf si vous êtes guyanais) et qui vous tiendra du début à la fin sans que jamais vous n'ayez vraiment envie de quitter le bar du caïman noir.

Voir les commentaires

L'homme qui plantait des arbres

Publié le par Yv

L'homme qui plantait des arbres, Jean Giono, Gallimard, 1983

"En 1953, le magazine américain The reader's Digest demanda à Giono d'écrire quelques pages pour la rubrique bien connue "Le personnage le plus extraordinaire que j'aie jamais rencontré." Quelques jours plus tard, le texte, tapé à la machine, était expédié, et la réponse ne se faisait pas attendre : réponse satisfaite et chaleureuse, c'était tout à fait ce qui convenait." (4ème de couverture)

Tout petit texte absolument formidable, qui pourrait être un manifeste pour les écologistes en herbe, les amoureux des arbres et de la nature. D'abord, il y a l'écriture de Giono, son style, et sa description de la montagne, des sentiers et bien sûr des arbres. Et puis cette histoire incroyable d'un homme qui crée une forêt sur un territoire désert, seul. Incroyablement seul. Un homme devenu berger qui n'aspire qu'à la solitude et/ou aux vraies rencontres, celles desquelles il y a quelque chose à retirer. Un homme de valeur(s) : "Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable." (p.9)

Et puis, au fur et à mesure, dans ce texte, on peut s'apercevoir qu'il est certes un hymne à la nature mais aussi un dégoût de ce que l'Homme peut engendrer en catastrophes tant pour lui que pour les autres êtres vivants : les guerres (je me permets de rappeler que Giono fut très marqué par la première, celle de 14/18), le progrès qui oblige à détruire des pans entiers de nature en faveur des routes, des ponts, ... Une certaine misanthropie pointe, une amertume, un désabusement sur les actions humaines : "Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme -sans moyens techniques-, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction." (p.22/23)

Un texte efficace, court et puissant qui peut être lu aujourd'hui de manière très moderne, qui colle parfaitement aux conditions de vie de notre début de XXIème siècle. Mon fils a lu cette année, de cet auteur, (classe de seconde oblige) Le grand troupeau , un roman long et pas facile qui l'a ennuyé et pas vraiment fasciné (certes, la lecture n'est pas son sport favori, c'est même sans doute le cadet de ses soucis). Peut-être eût-il mieux valu faire découvrir Giono par ce court livre intemporel et sans doute plus accessible ? L'exigence littéraire de Giono y est bien présente mais du fait du format du livre et des thèmes abordés, elle est plus facilement abordable et explicable. Peut-être même les élèves auraient-ils eu envie de découvrir ensuite ce que Giono a écrit d'autre ? Mais là, j'extrapole, je m'emporte...

Texte très commenté sur Babelio

Voir les commentaires

<< < 1 2