Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un (grand) cri de souris

Publié le par Yv

Un (grand) cri de souris, Isabelle Bauer, Laura Nillni, Ed. Philomèle, 2009
Lucie est une petite souris qui mange les lettres "i" de tous les livres. Ceux-ci, privés d'une grande partie de leurs lettres cherchent à faire comprendre à Lucie qu'elle leur pose un gros problème.
J'ai lu ce très joli livre pour enfants grâce au partenariat de B.O.B et des éditions Philomèle. Bien que non spécialiste de cette littérature, j'ai apprécié le texte qui fait appel aux jeux de mots et qui raconte une histoire originale. C'est une histoire que je me vois bien raconter aux petits avant de s'endormir. Les illustrations sont très colorées et l'humanisation des livres est plutôt bien vue.
Et comme il parait que la vérité sort de la bouche des enfants, je laisse le petit garçon de 7 ans destinataire de ce livre et partenaire d'un jour sur ce blog, conclure ce billet  :" J'ai bien aimé le livre, parce que les images sont belles et parce que l'histoire finit bien. J'aime bien le titre, l'histoire est marrante, bien dessinée. Les dessins sont drôles : les livres qui rigolent, qui font des mauvaises têtes ou qui sont étonnés."
NB : je me permets en outre, d'ajouter que ce jeune garçon a bien aimé les dédicaces, écrite pour Isabelle Bauer et dessinée pour Laura Nillni. Qu'elles en soient remerciées !

Voir les commentaires

Le Beau Revoir

Publié le par Yv

Le Beau Revoir, Guy de la Valdène, Le cherche midi, 2003 (édité au Livre de poche)
Dans les années 1960, Vincent, élevé au château du comte de Costebelle, neveu et aide du garde-chasse de la propriété est ami avec Ragondin, braconnier et fils de braconnier. Au rythme des saisons, la vie s'écoule assez paisiblement jusqu'à l'assassinat sauvage de l'oncle de Vincent. Celui-ci, aidé de Ragondin, va alors tout mettre en oeuvre pour retrouver les meurtriers.
Très beau roman, lent, qui décrit admirablement la nature normande : on pourrait se croire parfois au début du 20ème siècle, voire à la fin du siècle précédent dans l'évocation de la campagne et des gens qui l'y habitent. Il est vrai que dans les années 1960, la France est encore rurale et héritière des vieilles coutumes villageoises, notamment dans la hiérarchie sociale : le comte de Costebelle est encore celui qui fait vivre quasiment tout le village qui environne son château.
La nature (faune et flore) est donc particulièrement bien représentée dans ce livre, mais les personnages ne sont pas en reste. Ragondin ou la vie facile de celui qui avance sans trop se poser de questions. Vincent, lui, est tout l'inverse : chaque action doit être pensée et mûrement réfléchie. En outre, il ne parvient pas à trouver sa place au milieu des villageois, balançant entre son éducation commune avec les enfants du châtelain, Roland et Nicole -et la complicité qui s'installe entre eux- et sa naissance d'une femme seule et pauvre, qui deviendra femme de chambre de la châtelaine. Nombre de ses concitoyens lui rappellent d'ailleurs qu'il est né comme eux, paysan et qu'il le restera toute sa vie.
Guy de la Valdène, qui, comme son nom ne l'indique pas est né à New-York, se partage entre les Etats-Unis et la Normandie. Il dit  pratiquer assidûment chasse et pêche avec son ami Jim Harrison, ce que je crois bien volontiers, tellement ses descriptions des scènes de chasse et de pêche sont fines et réalistes (et pourtant, je suis très très loin de ce monde). On peut voir d'ailleurs dans ce livre un pendant des romans naturalistes d'Harrison, mais transposé en France et avec le talent et les particularités de Guy de la Valdène.
Il est dans ce roman tout de même une certaine tension due à l'assassinat du garde-chasse et à l'enquête menée par Vincent et Ragondin, mais je ne peux m'empêcher d'en garder un souvenir et une sensation de grande bouffée d'air peu et frais.
Un très grand merci à B.O.B et au Livre de poche pour cette jolie découverte.

Voir les commentaires

Bashung(s), une vie

Publié le par Yv

Bashung(s), une vie, Marc Besse, Albin Michel, 2009
Marc Besse, journaliste aux Inrockuptibles, suit Alain Bashung depuis 2001, magnétophone en mains. Il interroge, observe le chanteur, son environnement et ses proches pour tenter une biographie. Le musicien n'est pas un bavard. Les quelques informations que l'auteur a pu glaner sur l'enfance et la jeunesse de Bashung, il est allé les chercher dans l'Alsace de son enfance
Marc Besse commence par la naissance d'Alain, en 1947, de père inconnu, puis adopté par son beau-père Roger Baschung, dont il prendra le nom en enlevant le "c" au cours de sa carrière. Alsacien débarqué à Paris, fou de rock des Etats-Unis en pleine France yé-yé, il commence à se faire un nom dans la chanson mais pas en tant qu'interprète. Puis, il se lance en solo, d'abord avec des bluettes qu'il n'aime pas -il est même "lancé" dans une émission télé par Claude François !- puis, commence à imposer ses idées mais court d'échec en échec -sauf pour la critique et quelques programmateurs de radios. Gaby Oh Gaby le sauvera, lui permettant de continuer à faire ce qu'il a envie de faire, puis quelques années plus tard, pareil pour S.O.S Amor.
Plus qu'une biographie, Marc Besse s'étend sur les choix artistiques et musicaux de Bashung, sur les genèses de ses disques et sur sa volonté de prendre son indépendance et de s'écarter des productions à la mode dès qu'il a pu le faire, parfois au risque de ne plus plaire aux maisons de disques.
On peut reprocher parfois à l'auteur un manque de distance par rapport à Bashung : on sent son adoration pour l'artiste et le bonhomme et en cela son récit est un peu dithyrambique. Ce n'est pas flagorneur, juste un livre de fan sans le recul nécessaire. Je suis moi-même admirateur de Bashung, mais je doute qu'il n'ait eu que des bons côtés. Ce petit reproche mis à part, la lecture de Bashung(s) une vie est intéressante, instructive et merci à Marc Besse de nous éviter la "peoplelisation" de ce grand musicien qu'était Alain Bashung.
Allez, sur ces belles paroles,  je vais m'en écouter un, mais lequel ? Dans mes préférés : Novice, Chatterton, Fantaisie militaire !
NB : à sortir bientôt en cd, L'homme à tête de chou de Gainsbourg, arrangé et chanté par Bashung. Je prends sans hésiter !

Voir les commentaires

<< < 1 2