Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saisons des feux

Publié le par Yv

Saisons des feux, Naná Howton, Des femmes-Antoinette Fouque, 2023 (traduit par Isadora Matz)

Dans cette petite ville brésilienne, au mitan des années 70, en pleine dictature militaire, les champs de canne à sucre sont brûlés pour faciliter les récoltes, et les habitants vivent avec des cendres  qui tombent du ciel en permanence. Smiley, seize ans et Porcelaine, sa petite sœur de douze ans quittent l'orphelinat pour retrouver leur mère, prostituée et alcoolique. Celle-ci les néglige et les deux sœurs décident de partir en stop chercher leur père. Le voyage est risqué, les rencontres pas toujours amicales. Les deux jeunes filles ne peuvent compter que sur elles-mêmes et sur leur lien pour se sortir des situations compliquées.

Divine surprise que ce premier roman publié en France d'une autrice d'origine brésilienne. Ses deux héroïnes ont vécu tellement longtemps dans l'orphelinat, protégées du monde extérieur, Porcelaine, petite et insouciante et Smiley concentrée sur la protection de sa sœur, qu'elle n'en ont aucune connaissance. Puis, petit à petit, Smiley se souvient : la violence de son père envers sa mère, la fuite de celle-ci avec ses deux filles...

Roman social et d'initiation puisque les deux jeunes filles, Smiley surtout, celle qui est présente à toutes les pages, vont découvrir le monde, comme si elles naissaient adolescentes. La violence ambiante, celle du pouvoir qui réprime toute forme de protestation, les harcèlements et agressions des hommes envers les femmes, la haine et le mépris des hommes envers les prostituées qu'ils fréquentent pourtant assidûment dans des bordels sordides, envers les homosexuels, envers tous ceux qui ne sont pas comme eux, le travail harassant et mal payé, la pauvreté, la grande différence entre riches et pauvres... Tout cela dans une petite ville pour s'éveiller à la vie en douceur, car il en serait différent à São Paulo par exemple où tout est exacerbé mais aussi où il est plus facile de vivre incognito.

Smiley avance pendant les quelques mois racontés par Naná Howton : elle fait le point sur sa vie, tente de comprendre les raisons de ses difficultés : "La vie de Smiley était devenue un flot constant d'amertume. Elle était bien consciente que c'était aussi de sa faute, parce qu'elle se refusait à exprimer de l'amour, le plus effrayant de tous les sentiments. C'était trop dur parce que s'il y avait le moindre risque de ne pas être aimée en retour, elle n'aurait plus qu'à aller mâcher une feuille d'une de ces plantes toxiques qui poussaient sous le figuier et se laisser mourir." (p.194/195)

Smiley et Porcelaine sont attachantes, fortes, elles subissent, se relèvent, luttent. Naná Howton décrit des jeunes filles réalistes et son roman assez conséquent est passionnant de bout en bout. Pas une seule ligne en trop. Fort bien écrit, donc fort bien traduit, il sera bien difficile à un lecteur de le poser pour passer à autre chose.

Commenter cet article
A
Ce que tu dis de ce roman a tout pour me plaire. Je m'empresse de le noter.
Répondre