Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeu de peaux

Publié le par Yv

Jeu de peaux, Anouk Shutterberg, Plon, 2021

2019, Juliano Rizzoni est le peintre le plus en vue. Ses toiles se vendent à des prix incroyables, des millions de dollars qui viennent enrichir son portefeuille déjà très conséquent, lui, le jeune héritier d'un empire international. Quelques années plus tôt, recherchant un peu de sérénité, il s'est initié au tatouage irezumi, technique ancestrale japonaise. Puis, il a signé dix tatouages sur les corps de ses amant(e)s. Lorsque ces dix peaux tatouées sont déposées chez Sotheby's à Paris pour une vente aux enchères et que les personnes qui se sont fait tatouer ont disparu, le commissaire Stéphane Jourdain et l'inspectrice Lucie Bunevial, saisis de l'enquête sont très suspicieux envers Juliano Rizzoni.

Le thriller n'est pas un genre après lequel je cours, mais je dois dire que je me suis fait prendre de bout en bout. Bon, quelques longueurs, notamment dans les briefings entre policiers qui rappellent des faits qu'on connaît et une volonté de tout expliquer, parfois une ou deux phrases auraient pu suffire plutôt qu'une ou deux pages. Je me suis retrouvé embarqué dans une histoire originale qui ne lésine pas sur les surprises, les retournements de situation et drôlement bien documentée sur le tatouage irezumi et l'art contemporain en général. Une énigme alambiquée qu'Anouk Shutterberg, pour son premier thriller, maîtrise ; elle nous balade, nous emmène pile où elle veut sans que nous puissions nous douter du final.

Thriller oblige, il y a pas mal de violence, de descriptions pas ragoûtantes, des trucs qui font un peu froid dans le dos et ailleurs. Mais même dans les scènes macabres, l'auteure a le bon goût de ne pas en rajouter avec un vocabulaire trash. Le ton du roman est moderne, la langue vive qui participe à la rapidité générale. Cependant, elle ne cède pas à certaines facilités d'écriture courantes dans le genre. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'on est dans un thriller littéraire, mais on sent qu'Anouk Shutterberg a pris soin de son scénario et de son écriture. L'histoire qu'elle bâtit suffirait à faire un bon roman, mais la touche personnelle de l'auteure le hisse un peu au-dessus. Du très bon.

Commenter cet article
L
visiblement très original.
Répondre
Y
oui et bien fait