Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rituel des Monts d'Arrée

Publié le par Yv

Le rituel des Monts d'Arrée, François Lange, Palémon, 2020

Quimper, 1860, l'inspecteur François Le Roy attrape le détrousseur des vieilles femmes. Mais il doit partir pour les Monts d'Arrée où un notable du coin a été assassiné selon un rituel macabre. Ce notable, notaire, fait partie d'une confrérie néo-druidique, la Fraternité de l'Homme Vert. L'enquête s'annonce difficile et délicate, Le Roy devra entendre et peut-être suspecter des gens importants. Il se rend dans une auberge de Huelgoat, point central, et sollicite l'aide du lieutenant de gendarmerie locale, Martial Sanquer.

Quatrième tome des aventures de Fanch Le Roy qui quitte Quimper pour les Monts d'Arrée. Comme d'habitude, il prend le temps d'écouter tous les intervenants, de les rencontrer chez eux pour mieux les cerner, de vérifier les déclarations, tout cela assez tranquillement avant que son opinion ne se forme et ne se forge. Il est formidablement aidé par le lieutenant Sanquer et chouchouté par l'aubergiste, Théoline Meudec.

Cette fois-ci, François Lange dépasse allègrement les 200 pages pour ce roman qui prend son temps. L'on va au rythme des chevaux et du pas de Le Roy. Trente kilomètres sont parcourus en trois heures. On est loin des polars actuels qui ne jurent que par la technologie : portable ordinateur, ADN... D'autant plus que l'inspecteur Le Roy n'est jamais contre une invitation dans une auberge pour y boire des bonnes bolées de cidre ou y faire des repas copieux et arrosés qui l'obligent à faire des siestes. Il profite de la vie, des gens qu'il apprécie et des coins qu'il visite. Et je dois dire que l'auteur de ce polar n'est pas avare de descriptions des lieux, des paysages et des légendes bretonnes : "Il ne pouvait rejeter les croyances de ses ancêtres, ce que les gens de la ville nommaient dédaigneusement des superstitions. Il avait grandi dans cet imaginaire et l'héritage spirituel des Celtes, imprimé dans son âme, se traduisait par ces intersignes, moments privilégiés où l'autre monde, celui des défunts, était intimement mêlé à celui d'ici-bas." (p.80). Néanmoins Le Roy n'oublie jamais son enquête et en permannence cogite. S'il est imprégné des croyances et légendes qu'il ne rejette pas, il est également moderne et use de tous les moyens à sa disposition. Grâce à lui, on jouit d'une une fort belle balade dans les Monts d'Arrée, en compagnie d'un héros atypique et sympathique.

Les purs et durs amateurs de polars historiques peuvent rester sur leur faim, il est vrai que l'époque est moins marquante que dans d'autres romans qui se déroulent en la capitale, François Lange s'intéresse aux conditions de vie des provinciaux, des petites gens et des bourgeois et les premières années de règne de Napoléon III furent assez paisibles par rapport à beaucoup d'autres périodes. Disons que l'on y retrouvera davantage les conditions de vie de nos arrière-grands-parents au quotidien que des questions politiques nationales voire internationales. 

Une série de polars en Bretagne ça ne se refuse pas. Une série de polars historiques ça ne se refuse pas non plus -ou rarement. Une série qui mêle les deux est indispensable.

Commenter cet article

Géraldine 07/01/2021 10:14

Au tout début de mon blog, j'avais lu quelques polars régionaux mais qui se révélaient en fait de piètre qualité, notamment au niveau du style. Vu que tu valides cette série, je pense qu'il doit en être tout autrement ! Je note... Et me rappelle au passage que je ne suis toujours pas allée dans les Mont d'Arrée. Je te souhaite une belle année livresque !

Yv 07/01/2021 14:24

Il y a polar régional et Palémon. Il est vrai que certains romans régionaux sont loin d'être irréprochables. Palémon est une maison qui fait dans le haut du panier du régionalisme