Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Askja

Publié le par Yv

Askja, Ian Manook, Le livre de poche, 2020 (Albin Michel, 2019)

"Deux affaires sans cadavre avec deux suspects sans mémoire, et maintenant un sniper après lequel nous ne pouvons faire que courir sans avoir la moindre idée de qui il est ni de ce qu'il veut." (p. 179) Voilà qui résume très bien cette nouvelle enquête de Kornelius Jakobsson, flic islandais "Têtu, solitaire, irrespectueux des hiérarchies et des procédures... [...] Il a l'intuition, l'art de l'opportunité, le courage physique, le sens de la déduction. En fait, il a dans son métier tous les talents qui lui manquent dans sa vie privée." (p. 344)

Pour sa seconde aventure, Kornelius ne fait pas dans la dentelle et le facile. Deux meurtres, pas de cadavre. Des témoins qui disparaissent. Une équipe qui fait bloc autour de lui jusqu'à un certain point. Ida, la légiste et amante du flic n'en peut plus de l'attendre et supporte de moins en moins ses incartades avec d'autres femmes, car Kornelius plaît et est bien incapable de résister aux tentations. Elle n'en peut plus non plus des nombreuses entorses au règlement du flic, ni Botty la collègue de Kornelius, plutôt pointilleuse et très procédurière. Restent Komsi et Spinoza, deux flics décalés et désopilants qui philosophent sur tout et tout le temps ; leur duo fonctionne parfaitement et met un peu d'humour dans cette enquête sombre. Il y a aussi Alma, la fille de Kornelius qui revient après cinq années d'absence...

Enquête à tiroirs ou à rebondissements qui ne laisse pas de répit. Les grands thèmes mondiaux du moment sont abordés : immigration, violence, attentats, peur... Ian Manook parle aussi de certaines méthodes d'interrogatoires contestables, du fonctionnement de nos mémoires. On pourrait coire qu'il part dans tous les sens, mais son récit est maîtrisé et dense. Aucun ennui éprouvé sur les presque 500 pages. Moins de descriptions de paysages que sur le roman précédent, Heimaey, cette fois-ci les personnages sont privilégiés. Et comme Ian Manook est un malin, je suis bien incapable de dire si Kornelius sera le héros d'une seule autre -puisque le romancier aime les trilogies- ou d'autres aventures. J'en reprendrais bien une nouvelle -au moins-, mais je laisserais bien Kornelius en paix également. Il faut bien que les héros se reposent...

Commenter cet article
M
J'ai découvert l'auteur avec sa série de Yeruldelgger mais je n'ai rien lu d'autres depuis. Merci pour cette présentation. Et j'en profite pour te souhaiter une belle année, riche en lectures et découvertes
Répondre
Y
J'ai découvert moi aussi avec Yeruldelger et je l'ai lu mais moins aimé dans sa série américaine -sous le speudo de Roy Braverman- et là Kornelius me plaît bien