Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tiens bon l'pinceau, y a des coulures !

Publié le par Yv

Tiens bon l'pinceau, y a des coulures !, Cicéron Angledroit (Claude Picq), Palémon, 2018.....

"Quand on n'y connaît rien en barbouille, on ferait mieux de se coller devant une série amerloque à la télé. C'est ce que j'aurais dû faire. C'est ce que je fais de mieux. Alors, quelle idée m'a pris d'aller fourrer mon nez dans ces tubes mal rebouchés ?" (4ème de couverture)

Mieux qu'un résumé perso fait par moi-même, j'ai préféré la prose angledroitesque, puisque le principe des histoires dans lesquelles il est le personnage principal -je ne dis pas le héros pour ne pas froisser sa modestie- est que c'est lui-même qui les raconte. Un peu à la manière même pas cachée de San-Antonio, d'ailleurs Cicéron Angledroit qui est détective privé, est aidé par divers seconds rôles -présentés en début d'ouvrage, très bonne idée- dont René, "un peu le Béru de San-A mais en moins exotique".

Si Cicéron en est à sa neuvième aventure, je le découvre et je me demande bien pourquoi je ne l'ai pas fait plus tôt, surtout que Oncle Paul en parle souvent. Ben, maintenant, j'ai très envie de lire les aventures précédentes, parce que franchement, je me suis bien marré. Tous les personnages sont décalés, pas forcément très bons dans leur domaine, fort drôlatiquement décrits. Les dialogues plus que savoureux :

"- Tu finis à quelle heure ce soir ?

- Je pensais sept heures. J'ai de la récup... mais dans l'autre sens. Avec cette connerie de pointeuse, des fois, j'oublie de venir travailler avant de pas venir." (p.138)

C'est un plaisir de bout en bout. Cicéron est en grande forme et il vaut mieux parce que ses maîtresses et en particulier Vaness' la flicque lui en demandent beaucoup -mais rien qui ne soit pas lisible par des oreilles chastes autant que des oreilles puissent lire et être chastes. L'intrigue est comme le reste, décalée et drôle. Je serais bien resté un peu plus longtemps avec Cicéron et sa bande, et lorsque j'aime comme ça, d'habitude, j'écris vivement la suite ; cette fois-ci je l'écris aussi et je rajoute vivement le début, car je crois bien que je vais aller fureter du côté des premiers tomes...

A noter qu'à l'instar de Frédéric Dard pour San-A, Claude Picq, n'est pas totalement innocent dans les aventures de Cicéron Angledroit.

Commenter cet article
A
Oh, un grand merci !!! Et bienvenu dans mas bande! :)
Répondre
Y
Avec grand plaisir, j'en redemande
M
Déjà le nom du personnage principal est tout un poème... ou un problème mathématique. A voir !
Répondre
Y
Il aurait pu aussi s'appeler Cicéron Poincarré !
Z
Un livre qui me ferait du bien
Répondre
Y
la série entière doit faire du bien
M
Je ne connaissais pas non plus et là je parle de nom, car cela m'arrive souvent de ne pas avoir lu mais d'en avoir au moins entendu parler...là rien de tout cela ! Et évidemment je suis obligée de noter :) Merci
Répondre
Y
C'est forcément une lecture immanquable
A
Bon sang, mais tu ne connaissais pas encore Cicé ?
Répondre
Y
ben non, j'en suis tout contrit