Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prenez soin d'elle

Publié le par Yv

Prenez soin d'elle, Ella Balaert, Des femmes-Antoinette Fouque, 2018.....

Lorsque Jo, femme de quarante ans fait une tentative de suicide aux médicaments, elle est transportée, dans le coma, à l'hôpital. C'est Monique Loiselier, la concierge de son immeuble qui a prévenu les secours. Dans l’appartement, pas une explication sur le geste de Jo. Juste une photo de son chat, une femelle de 16 ans, au dos de laquelle sont notés ces quelques mots : "Prenez soin d'elle"

C'est Monique Loiselier qui contacte l'amie de Jo, Rachel ; son amant, Franck ; son frère, Alban ; son père, Georges, pour se relayer autour de la chatte, elle-même étant allergique aux poils des félins. 

Construit en trois parties, une par semaine qui suit la tentative de suicide, ce court roman m'a paru un peu long sur la toute dernière semaine, heureusement la plus restreinte. Néanmoins, je vais avoir du mal à cacher le bonheur que j'ai eu à lire de nouveau Ella Balaert (après Canaille blues -l'un des tous premiers articles du blog- et Placement libre).  J'ai adoré les deux premiers chapitres, subtilement construits et écrits ; ils m'ont surpris moi qui ne savais rien du thème de ce livre. La suite est tout aussi excellente. Le ton est direct, Ella Balaert va au  plus rapide dans des phrases épurées, élégantes, travaillées, parfois l'ordre des mots est chamboulé, oh, pas grand chose, juste de quoi mettre l'accent de la phrase sur un autre mot que celui attendu. J'aime beaucoup. L'écriture est fine et sensible, délicate et franche, elle touche profondément et va au plus près des émotions. Elle parle du quotidien lorsqu'on est confronté à la mort envisagée d'un proche, la difficulté de l'appréhender dans les mots même : "Le père qui se vante de toujours regarder la réalité en face, sans illusion, sans attendrissement inutile, le pharmacien qui est capable de réciter sans sourciller un manuel  de médecine devant le lit de sa fille, ne prononce jamais le mot mort. La mère d'Alban, un jour, est partie. Ses grands-parents les ont quittés. Ce sont des mots qu'on peut encore prononcer. Il y en a d'autres qui ne franchiront jamais ses lèvres comme si le silence pouvait faire barrage à la mort." (p.95) Et la page suivante, cette courte phrase, comme un adage : "Sans tuer parfois les mots empêchent de vivre." (p.96/97)

Les carcans de l'éducation sont aussi abordés, comment s'en défaire lorsque ce sont des principes dont les parents ont été abreuvés et qui les ont eux-même assénés à leurs enfants ? Georges, le père est engoncé dans ses vieux schémas : "Le père ne raconte pas qu'il n'a pas pris la main de Jo dans la sienne, et l'infirmière qui insistait, allez-y, monsieur, prenez-lui la main, caressez-la, quelle obscénité, prendre dans la sienne la main de sa fille quand il ne l'a jamais tenue, ou bien rarement et c'était il y a si longtemps, quand la femme était encore une enfant, jadis, hier, tout est allé si vite, les corps les vies les histoires se sont séparés et on ne refera pas le chemin, toutes les routes sont à sens unique." (p.90)

Puis arrivent les questionnements de chacun des proches de Jo, sur leur relation avec la gisante. Et l'on apprendra beaucoup sur leurs vies et sur celle de Jo. Les non-dits, les petites trahisons, les reproches individuels et parfois accusateurs de ceux qui n'ont pas vu que Jo allait mal. Chacun de jeter la pierre à l'autre avant de s'interroger lui-même ou de rester dans ses assurances de bien agir. 

Un roman, pas gai certes, mais comme je les aime, qui va au plus profond de nos questionnements les plus intimes, sans prendre de détour, sans circonvolutions inutiles et oiseuses. Ella Balaert nous pousse à la réflexion et à l'introspection. De temps en temps, ça ne peut pas faire de mal. En l’occurrence, ça fait avec Prenez soin d'elle, beaucoup de bien.

Commenter cet article

Karine 17/05/2018 01:40

Je ne connais pas du tout ce roman, ni l'auteure d'ailleurs. Je vais aller fouiner.

Yv 17/05/2018 08:06

Ella Balaert écrit beaucoup sur les femmes, je viens de finir un autre de ses livres dont je parlerai bientôt et j'y retrouve tout ce que j'aime chez elle.

Antigone 12/05/2018 17:39

Merci de mettre en avant ce roman ! Oui, tu donnes envie... J'avais déjà lu il y a longtemps d'autres titres de cette jolie collection consacrée aux femmes ;)

Yv 12/05/2018 18:18

J'en ai lu plusieurs, tous très bien et aussi plusieurs de l'auteure, tous très bien aussi

Valérie 23/04/2018 20:52

Une concierge et un chat, ce n'est à priori pas ce que je préfère dans les romans mais tu donnes fichtrement envie.

Yv 23/04/2018 21:19

Pourtant les chats ça donne envie d'habitude

krol 23/04/2018 09:06

Je crois que ça pourrait me plaire. Je ne connais pas du tout l'auteure.

Yv 23/04/2018 13:17

ce sont souvent de très beaux romans avec des femmes. Je te conseille vraiment de la découvrir

Violette 22/04/2018 15:21

oh tiens, j'avais lu Pseudo de cet auteur il y a quelques années, et je l'avais complètement oublié! Merci:)
http://doucettement.over-blog.com/article-pseudo-d-ella-balaert-117053561.html

Yv 23/04/2018 08:10

je vais aller te lire, Ella Balert est une auteure que j'aime beaucoup

Mimi 21/04/2018 08:34

Je sens que je vais prendre soin de ce livre-là en tout cas. Tout ce qu’on s’empêche de faire pour rester dans les clous aux yeux des autres... Merci pour cette belle découverte.

Yv 21/04/2018 10:39

Je te le conseille fortement. Et les livres d'Elle Balaert en général.