Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les hauts du bas

Publié le par Yv

Les hauts du bas, Pascal Garnier, Zulma, 2003 (Zulma poche, 2016).....

Edouard Lavenant, soixante-quinze ans, veuf, méchant et fortuné, mais aussi victime d'un AVC a dû se résigner à s'éloigner de ses affaires et à faire appel à une infirmière qui s'occupe de lui 24h/24h, depuis un an. Thérèse est aussi gentille qu'il est dur, aussi bonne qu'il est cassant... Bref, la cohabitation n'est pas de tout repos. Puis, petit à petit, Edouard change et finit par s'attacher à Thérèse. Ils vivent retirés dans un village de la Drôme, seuls, jusqu'au jour où leur solitude est perturbée d'abord par les égarements d'Edouard, puis par l'arrivée d'un homme prétendant travailler pour la société du vieil homme.

Pascal Garnier, décédé en 2010 a construit une œuvre littéraire discrète et savoureuse. John Banville écrivain irlandais -que je n'ai jamais lu- dit de lui que "Simenon a trouvé son véritable héritier." Eurêka, c'est exactement cela, comme Simenon, ses personnages sont des gens normaux, des sortes d'archétype du type sympa ou pas, de la dame de compagnie dévouée, du mec cassant et imbu, de tous ceux qu'on rencontre tous les jours et sans doute de nous-mêmes aussi.

Dans cet opus, Edouard est un vieux aigri et désagréable qui s'adoucit au contact de Thérèse son infirmière. Ils se rapprochent bien que ne faisant pas partie du même monde. Jusqu'à ce qu'un événement a priori fortuit ne vienne tout remettre en cause. C'est alors l'escalade et nos personnages paisibles s'enfoncent dans une aventure peu banale. En fait en lisant ou regardant des polars, on s'aperçoit qu'il en faut peu pour basculer du mauvais côté : une soirée arrosée, un énervement, de la fatigue et un coup malencontreux ou un simple accident fait pencher la balance. Pascal Garnier provoque cet incident qui transforme notablement et durablement la vie de ses héros.

Comme à chaque fois, il nous mène pile là où il le voulait et on se laisse guider avec grand plaisir, on en redemande même. Il écrit des romans qui paraissent faciles, simples et qui par certains aspects le sont vraiment... à lire car parvenir à tant de simplicité pour un écrivain demande -j'imagine- pas mal de travail, même si "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Et les mots pour le dire arrivent aisément.", comme disait Nicolas Boileau. (Eh, pas mal quand même de conclure mon billet sur une citation de Boileau, n'est-il pas ?)

Je ne saluerai jamais assez la belle initiative des éditions Zulma de rééditer les livres de Pascal Garnier tant lire cet auteur est salutaire et une excellent idée. N'hésitez pas, ces rééditions sont en poche, donc pas chères.

Commenter cet article
A
En poche ? Une bonne idée, en effet.
Répondre
Y
excellente...
K
J'aime cet auteur, et peux en lire d'affilée sans problème!!!
Répondre
Y
on peut en lire plusieurs à la suite effectivement, sans fatiguer
N
Un seul roman de cet auteur à mon actif mais je me suis promis de le relire !
Répondre
Y
Tu peux sans risque aucun
V
hum je sens que j'aimerais! tu as raison, je ne lis pas assez cette maison d'édition...
Répondre
Y
Dommage, très bonne maison, l'une de mes préférées
Z
Ah oui, La chambre 12 !!. J'en ai retenu plusieurs à la bibli
Répondre
Y
bonnes lectures
C
Quoi, un Pascal Garnier que je n'aurais pas lu.....
Répondre
Y
Ne me dis pas que ça existe ?
O
Tout est bon en Garnier, tu as raison Yv. Je dirai même plus vive l'opéra de Garnier...
Amitiés
Répondre
Y
Salut Paul
je n'aurais pas osé la faire, mais lisant régulièrement tes titres d'articles, je dirais que tu es le mieux placé pour l'oser
Amicalement
M
Une belle occasion de découvrir cet auteur dont je crois n'avoir jamais rien lu. Merci beaucoup !
Répondre
Y
Ah la la, mais qu'est-ce que c'est que cette révélation, cours acheter l'un de ses livres....
A
Je n'en ai lu qu'un de lui, j'y reviendrais volontiers, avec ce titre-là ou un autre.
Répondre
Y
Tous ses titres sont très bien, l'avantage c'est qu'il ressortent en poche zulma