Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux petits mots les grands remèdes

Publié le par Yv

Aux petits mots les grands remèdes, Michaël Uras, Préludes, 2016....

Alexandre est bibliothérapeute. Formé au Canada, sa mission est de soigner ses patients en choisissant les livres qui leur conviennent, ceux qui les feront relativiser leur mal-être, leur redonneront goût à la vie et ceux qui leur apporteront les éléments de réponse aux questions qu'ils ne se posent peut-être pas encore mais ça ne saurait tarder. Entre un jeune homme cynique, victime d'un accident de la route, défiguré et muet, un vendeur de montres de luxe à deux doigts du burn-out et un footballeur professionnel, Alex ne chôme pas. En plus il faut rajouter à ses journées, ses relations tendues avec sa mère, les difficiles rencontres avec sa propriétaire qui ne le supporte plus surtout depuis que Mélanie son amie l'a quitté. Alex d'ailleurs aimerait beaucoup qu'elle revienne...

Je qualifie volontiers le roman de Michël Uras de la même manière que je qualifie son héros Alex : fin, délicat, léger et drôle, vif, délicieux et bien que décalé dans son époque, totalement en phase avec elle, les réponses qu'ils apportent étant celles espérées. Alex est sympathique et on se plait très vite en sa compagnie. C'est un jeune homme qui paraît effacé, timide et peu sûr de lui. Néanmoins, professionnellement, il est de bon conseil, tape juste dans ses ordonnances livresques : quasiment que des ouvrages que je n'ai pas lus et qu'il m'a donné envie de lire. Même si Michaël Uras parle beaucoup de livre et de littérature, son roman n'est pas un catalogue, il détaille chaque ouvrage conseillé mais reste sobre, il ne fait pas de critiques argumentées, ce qui aurait pu faire fuir ses lecteurs. Il met en relation les titres proposés avec les vies de personnages qu'il crée, ce qui est bien plus fin pour un roman qui parle de bibliothérapie.

Michaël Uras écrit là un roman optimiste, et l'on suit les aventures d'Alex à travers ses yeux et son esprit. Comme lui on passe parfois du coq à l'âne, ou plutôt de son occupation à un moment précis à une dérive de sa pensée vers Mélanie puisqu'elle occupe en grande partie son esprit et revient sans cesse, dès qu'un détail la lui rappelle : "Je l'installai (Robert Chapman, un de ses patients) dans le merveilleux fauteuil Ikea que Mélanie m'avait laissé. Elle y tenait beaucoup, pourtant. Peut-être reviendrait-elle le chercher un jour. Peut-être reviendrait-elle me chercher un jour. En attendant, elle n'avait toujours pas répondu à mon message. Je commençai par demander à Chapman de me raconter une journée type de sa semaine" (p.100).

Toujours bien écrit -la touche Uras-, ce roman se lit avec grand plaisir et délectation. On y trouve quelques saillies drôles et féroces (réalistes) : "Yann avait lu l'interview que j'avais donnée pour un blog confidentiel dirigé par une fille bizarre qui rêvait d'être reconnue. Profil type du blogueur. Elle enchaînait les interviews de personnes aussi célèbres que moi pour arriver à ses fins. Autant dire qu'il lui faudrait à peu près un siècle pour y parvenir. Le temps d'interroger une personne qui réussirait, se souviendrait de sa première interview et la ferait introniser "blogueuse influente"." (p.137).

Un truc que j'aime bien : au détour d'un chapitre, en plein commissariat, comme un clin d'œil, on croise un monsieur Bartel (Jacques ?), comme le héros de Chercher Proust, le premier roman de l'auteur, totalement obsédé par le grand romancier au point de le voir partout.

Un roman de cette rentrée littéraire à sortir du lot, qui donne envie de s'atteler à la lecture de classiques, qui parle de littérature de manière décontractée et qui se moque un brin des culs-pincés-snobs qui ne peuvent en parler qu'avec des accents élitistes. Et là, je rejoins Michaël Uras : la littérature fut-elle celle des plus grands noms doit être une source de plaisir et de partage.

Commenter cet article
L
Déjà noté sur d'autres blogs. Ton billet confirme cette future lecture. Merci.
Le papou
Répondre
Y
Oui, on en parle pas mal sur les blogs
D
Michaël Uras était invité à la médiathèque, pour nous parler de son livre.
Ce sont surtout la directrice et son adjointe, qui ont "vendu" l'objet.
Le livre est sorti il y a peu...et beaucoup de blogueurs l'ont lu, sans doute gracieusement,
Sans blog je suis convaincue de toujours fréquenter la médiathèque, à moins que de généreux lecteurs se délestent et fassent des "cadeaux" à leurs visiteurs.
Ce roman me semble trop long, la couverture, choisie par l'éditrice me fait penser à "la bibliothèque des cœurs cabossés".d
Répondre
Y
Ah, non, mais je peux penser à ma reconversion...
A bientôt
D
Merci pour vos judicieux conseils, je n'y avais pas pensé,
Seriez-vous bibliothérapeute?
danielle
Y
Oui, blogueur, je reçois des livres en service de presse, gracieusement donc... mais pas tous. Comme vous avant d'être blogueur et au début du blog et même encore maintenant, je suis un adepte de la médiathèque pour emprunter ceux qui me font très envie et que je ne reçois pas. On peut aussi se les prêter entre blogueurs et/ou amis, ou bien, je visite aussi régulièrement la librairie de ma commune... je suis un bon client...
Ceci étant dit, ce roman est très positif, optimiste et très agréable à lire. Je vous le conseille, peut-être pouvez-vous le réserver à la bibliothèque ?
N
Si c'est un roman optimiste, je prends ! ;-)
Répondre
Y
Oui, optimiste, sans aucun doute
Z
J'ai vraiment apprécié cette lecture
Répondre
Y
elle détend et dans la morosité ambiante, c'est très bien
A
Des vais vraiment très différents sur ce roman. Du coup, j'hésite.
Répondre
Y
Un livre sympa, très agréable, peut-être un peu long pour certains, mais une belle lecture
D
Bonjour Yv, j'ai repéré ce roman pour le lire prochainement rien que pour le sujet. Conseiller des livres comme antidépresseur, c'est sympa. Bonne journée.
Répondre
Y
Bonjour Dasola
Effectivement, une bonne thérapie qui en plus incite à la lecture même les plus rétifs
A bientôt
S
Un roman qui ne peut que plaire à la blogosphère littéraire. On le voit partout d'ailleurs, c'est bien au final qu'il partage...
Répondre
Y
oui, c'est un roman qui va tourner beaucoup je crois. tu as raison, il a tout pour plaire aux blogueurs
C
J'ai beaucoup aimé. Il est vrai que les réactions à cette lecture sont variées. C'est le propre des livres originaux. Dans ce roman il y a peu d'action mais cela colle avec la vie de lecture du héros.
Je crois qu'il faut trouver l'ironie pour l'apprécier.
Répondre
Y
Oui sûrement, et puis un livre qui plaît à tous, ce n'est pas bien non plus, ce ne serait pas drôle, on n'aurait rien à échanger dessus.
G
Un livre qui plait, déplaît, mais ne laisse personne indifférent. Dans le fond, c'est tout ce qui compte.
Répondre
C
Parfaitement !
Y
exact, une lecture agréable un moment de sourire, c'est pas mal
A
Je viens de le terminer. Un peu moins séduite que toi peut-être, mais c'est une lecture agréable.
Répondre
Y
J'aime bien l'idée de départ et le ton et l'écriture de Michaël Uras, mais peut-être plus court, le roman aurait été encore meilleur