Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Opération Napoléon

Publié le par Yv

Opération Napoléon, Arnaldur Indridason, Métailié, 2015 (traduit par David Fauquemberg)..

1945, un avion allemand s'écrase sur un glacier islandais, le Vatnajökull. Des recherches sont aussitôt entreprises par les Américains. En vain. En 1999, à la faveur du réchauffement climatique, une partie de l'avion apparaît sur les radars. L'armée étasunienne se rend alors sur place en toute discrétion pour y récupérer l'avion en question. Deux jeunes Islandais sont témoins de ce grand chantier secret, ils sont aussitôt portés disparus. Kristin, avocate à Reykjavik, sœur de l'un de des deux jeunes hommes, menacée elle aussi se met à leur recherche.

Alléchant sur le papier, et finalement décevant... long et écrit dans un style journalistique assez rasoir et qui ne permet que peu d'entrer dans l'histoire. Je m'y ennuie dès le départ, je continue à me languir à la page 100 et puis comme mon ennui persévère, moi je pose les miens (mes verres, sans lesquels je ne peux pas lire) et j'arrête là ma lecture. Je réfléchis alors -ça je peux le faire sans mes binocles- et me pose la question de l'intérêt de sortir ce roman écrit en 1999. Depuis, Arnaldur Indridason a fait beaucoup mieux, même si je l'ai un peu abandonné depuis quelques années, je me faisais d'ailleurs une joie de le retrouver avec cette Opération Napoléon.

Ce qui me tient souvent dans un roman noir, ce sont les personnages, bien sûr, l'intrigue, cela va sans dire et le contexte. Là, tout est noyé sous un flot de descriptions inintéressantes et longues, les personnages ne se dévoilent que peu et le contexte est enfoui dans cette logorrhée pesante. A mon sens, il aurait fallu une révision voire une réécriture de ce roman, plus serrée pour lui donner un véritable intérêt autre que celui de surfer sur le nom d'un des rois du polar nordique de ces dernières années.

Je suis resté totalement en dehors de l'ouvrage, et c'est fort dommage, car j'aurais aimé être passionné par l'histoire des bases américaines en Europe et notamment l'islandaise, j'aurais aimé haleter avec Kristin -entendons-nous bien, en tout bien tout honneur- à la recherche de son frère, détester les méchants Étasuniens sans scrupules, enfin bref passer un bon moment dans le froid et la neige. Hélas, il me faut me rendre à ma raison : ce roman n'est pas fait pour moi, d'où la relative brièveté de mon article, qui, pour une fois, ne lassera pas les foules denses et en délire qui passent chaque jour sur Lyvres (un peu de promo n'a jamais fait de mal, merci de commenter et de faire tourner l'adresse...)

Commenter cet article
E
Comme je suis au début des "Erlendur", j'en ai encore beaucoup à découvrir de l'auteur.
Répondre
Y
Pas forcément avec celui-ci
S
Les polars scandinaves, c'est toujours un peu long, un peu lent... ils tiennent souvent aux personnages. Je n'ai lu que deux Indridasson, avec plaisir, je continuerai donc plutôt avec la série des Erlendur.
Répondre
Y
Je suis très amateur de polars nordiques, mais parfois ça ne marche pas, la preuve ici
V
Tu es loin d'être le seul. Je suis restée en dehors aussi, je l'ai prêté à une amie fan de l'auteur aussi et ça lui a fait le même effet.
Répondre
Y
Ah, merci, je me sens moins seul
D
Bonjour Yv, tant qu'à faire de lire Arnaldur Indridason, vaut mieux attendre de le retour d'Erlendur (même jeune). Bonne journée.
Répondre
Y
Bonjour Dasola, tout à fait d'accord avec toi
A bientôt
L
J'ai un peu laissé de côté Arnaldur. J'y reviendrai un jour.
Le Papou
Répondre
Y
Moi aussi et je comptais le retrouver là, donc mon conseil ne cherche pas à le relire avec ce roman, tu serais déçu
A
Il n' pas coincé tant que cela, finalement.
Répondre
Y
non, j'ai tenu... mais sans doute est-ce parce que c'est Indridason que je suis autant déçu, de la part d'un autre, j'aurais peut-être accepté cet écrit
V
ah Kristin :) Je reste fan absolue de Mankell et j'ai délaissé Indridason pour lui. Comme j'en arrive à mon dernier polar de mon idole, il va bien falloir que je lise d'autres policiers...
Répondre
Y
J'ai découvert Mankell avant, j'ai lu du Erlendur, mais je suis revenu à Wallander....
K
Je crois qu'il a été révisé, puisque la traduction s'est faite à partir de l'édition anglaise, à la demande d'Indridason. De plus la dernière partie se déroule bien après 1999.
Bon, j'ai lu ce roman sans déplaisir, suspense bien fait;
Cependant dès le début c'était biaisé, il aurait amplement suffi de mettre à l'écart les deux jeunes pendant la durée de l'opération, et les relâcher ensuite. Puisque de toute façon qui les croirait?
La soeur qui fonce sur le glacier c'est aussi bien mignon, mais que pouvait-elle espérer?
As-tu remarqué le policier, il avait du potentiel, serait-ce un premier aperçu d'Erlendur?
La foule en délire s'en va donc et ne te racontera pas la fin, na!
Répondre
Y
peut-être les prémices d'Erlendur, pourquoi pas ? J'imagine qu'avant d'arriver à ce flic, Indridason a tâtonné un peu, ça se voit...
A
Je crois que tu es le premier avis négatif que je lis sur ce roman. C'est assez risqué ces rééditions de premiers livres. Les lecteurs ne sont pas près à gober n'importe quoi non plus.
Répondre
Y
Je trouve qu'il aurait mérité une relecture voire une réécriture, il n'a rien de très "Indridason", il sonne comme de nombreux polars.Décevant