Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au revoir là-haut

Publié le par Yv

Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre, Christian de Metter, Rue de Sèvres, 2015.....

Un coin de France, à quelques jours de la fin de la première guerre mondiale, le lieutenant Pradelle ordonne à ses hommes d'aller combattre la tranchée allemande face à la leur. Des hommes meurent, notamment deux d'entre eux, tués d'une balle dans le dos par le lieutenant qui veut ainsi galvaniser ses troupes. Le soldat Maillard qui proteste se retrouve projeté dans un trou d'obus vite recouvert. Son copain Péricourt réussit à l'en sortir mais au moment de partir, il reçoit un éclat d'obus qui lui arrache la mâchoire inférieure. Revenus à la vie civile, difficilement, Maillard prend soin de Péricourt pendant que le lieutenant Pradelle fait un beau mariage et des affaires très louches. C'est alors que Péricourt à l'idée de vendre des monuments aux morts.

J'aime bien Christian de Metter, il m'a déjà permis de lire un roman que je n'avais absolument pas envie de lire : Shutter Island. Il récidive avec ce roman de Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013, qui me tentait mais son épaisseur (presque 600 pages) m'effrayait un brin. Saluons l'exploit des deux hommes de faire d'un pavé une bande dessinée de 168 pages avec très peu de texte. Les dessins sont tellement explicites que je trouve intelligent et très fin de la part de Pierre Lemaitre de les avoir laissés parler. C'est aussi en substance ce que dit Philippe Torreton dans la fin de sa préface, lui qui a lu le roman et son adaptation dessinée.

Difficile d'en dire plus sur cet ouvrage formidable si ce n'est qu'il s'adresse à tous ceux qui ont aimé le roman et à tous ceux qui ne l'ont pas lu. Il se dévore en quelques minutes, puis à peine posé, on y revient, non pas qu'un détail ait échappé, mais l'envie de revoir ces personnages cassés par la guerre est irrépressible. Tout attire, le scénario, les dessins, les couleurs, ...

Une très belle réussite. A lire forcément.

Commenter cet article
B
J'ai adoré le roman que j'ai dévoré en moins d'une semaine mais du coup cette BD me tente aussi beaucoup ! Merci de m'en faire connaitre l'existence.
Répondre
Y
Je ne suis pas grand fan de P. Lemaître, j'ai préféré la BD.
N
Nous sommes plus que d’accord : à recommander à ceux qui ont lu et aimé le roman et à ceux qui, comme nous, ne se sont toujours pas lancés. Une vraie réussite !
Répondre
Y
Exact, à recommander à tous
Z
J'ai eu entre les mains la BD issue du Rapport de Brobeck et je l'ai remis en place, trop noir
Pas certaine de vouloir mettre des images sur mes souvenirs de ce livre
Répondre
Y
Un peu comme la BD
Z
Le livre est dur mais superbe
Y
Je n'ai pas lu Le rapport de Brodeck, mais si je trouve la BD, j'y jetterai un œil, encore que je commencerai peut-être par le roman, j'aime bien Claudel
C
Le roman est magnifique, passionnant. On ne voit pas passer les 600 pages et on s'étonne de l'avoir lu si rapidement. J'imagine que la BD lui est fidèle et qu'on y prend un plaisir semblable. Alors roman ou BD, laissez-vous tenter... quel bonheur cette histoire!
Répondre
Y
En fait, maintenant que j'ai lu la BD, je n'ai pas très envie de partir sur le gros roman, mais merci du conseil
D
Bonjour Yv, moi qui n'ai pas lu le roman, je lirais peut-être la BD. Comme toi, le pavé de 600 pages me fait peur. Bonne journée.
Répondre
Y
Bonjour Dasola
alors, la BD est toute faite pour toi, comme pour moi
A bientôt
A
Je n'ai toujours pas envie de lire le roman, la BD pourquoi pas si je la trouve à la bibli.
Répondre
Y
Fais comme moi,commence par la BD
A
Je rechigne souvent devant les adaptations. A tord, apparemment.
Répondre
Y
La preuve ici, l'adaptation est bonne puisque en partie faite par l'auteur
K
Toi aussi, oui, et tu as lu le roman je pense. Bon, j'attends la bibli!
Répondre
Y
Non, je n'ai pas lu le roman, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai lu la BD
H
Vous êtes nombreux à en parler aujourd'hui, et tous autant enthousiastes !
Répondre
Y
Pour moi qui n'ai pas lu le roman, c'est une très belle découverte