Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les nuits de laitue

Publié le par Yv

Les nuits de laitue, Vanessa Barbara, Zulma, 2015 (traduit par Dominique Nédellec).., 

Otto et Ada vivent depuis cinquante ans dans une grande maison jaune dans cette petite ville brésilienne. Ils aiment le chou-fleur à la milanaise, le ping-pong et les documentaires animaliers. Puis, Ada meurt. Otto reste seul. D'autant plus seul que c'est Ada qui participait à la vie du quartier. Les voisins d'Otto sont tous plus déjantés les uns que les autres : Nico est un préparateur en pharmacie passionné par les effets secondaires des médicaments ; Anibal est un facteur qui a une manière très originale de distribuer le courrier, il se moque des destinataires ; Iolanda est une vieille femme qui vit avec des chihuahuas encombrants ; Teresa est une dactylo à domicile qui doit surveiller sans cesse ses chiens qui fuguent et font de gros dégâts ; M. Taniguichi est un centenaire japonais arrivé au Brésil après avoir continué la seconde guerre mondiale jusqu'en 1978, seul aux Philippines ; Mariana est une jeune mariée, anthropologue que son mari délaisse souvent pour ses déplacements professionnels.

Ce premier roman d'une jeune auteure brésilienne est barré, empli de personnages loufoques, franchement déjantés. La palme revient pour moi à Nico ce passionné des médicaments et de leurs effets secondaires et des interactions entre eux tous. Il est aussi un jeune homme énamouré et timide qui évidemment a du mal à parler à l'élue de son cœur qui ne partage sans doute pas sa passion il est vrai peu commune. Otto, lui, seul dans sa maison observe tous ses voisins, il sent qu'on lui cache des choses et en bon amateur d'histoires policières, il se bâtit un scénario qui file tout le long du roman, surtout dans sa dernière partie.

C'est un roman assez inégal, qui multiplie les bonnes idées, comme les fantaisies des protagonistes, leurs lubies voire leurs délires, qui utilise la réalité (par exemple, il a bien existé un soldat japonais qui a continué sa guerre jusque dans le milieu des années 70 et est venu ensuite vivre au Brésil, Hiro Onoda), qui sait user des codes du polar pour finir en beauté. Malgré cela, il est un peu long et certains passages sont ennuyeux que j'ai passés sans état d'âme pour arriver vite à cette fin vraiment bien fichue.

Frais, original et fin ce roman aurait gagné à être élagué pour gagner en énergie. Néanmoins m'en restent un bon souvenir, la découverte d'une auteure à suivre et une recette de tisane à la laitue pour combattre les insomnies, que personnellement, bien que souffrant d'un sommeil capricieux, je ne suis pas prêt à essayer, d'abord parce que la recette ne m'apparaît pas vraiment sexy : "Après cinq minutes de cuisson [des feuilles de laitue dans de l'eau], et de silence solennel (Otto craignit que son épouse ne s'endorme sur place), l'eau prit une couleur jaune-verdâtre et Ada se félicita du succès de l'opération. Elle couvrit la solution herbacée, attendit encore un peu, puis servit son mari qui, à ce stade, s'était déjà enfui dans le jardin." (p.80), et ensuite, parce que la laitue n'est pas ma salade préféré, rien en vaut une roquette ou une mâche... nantaise bien sûr.

Commenter cet article
I
PS : as-tu compris la blague en fin de livre, avec ce petit garçon qui se fait écraser par un rocher... ? Je déteste ne pas tout comprendre ;-)
Répondre
Y
Je t'avoue que j'ai oublié cette fin, je l'ai lu il y a un moment... déoslé
I
Bonjour,
Un livre que je viens de découvrir : loufoque, touchant parfois également, mais effectivement quelques longueurs (notamment toutes ces notices et listes d'effets secondaires dont je n'avais que faire !). Un sympathique premier roman néanmoins.
Répondre
Y
Oui, il y a pas mal de trucs qui m'ont paru longs comme ces notices mais dans l'ensemble, le roman dégage une belle fraîcheur, ce qui est mieux pour une laitue
D
Bonjour Yv, tu donnes envie de découvrir ce roman aux personnages déjantés malgré tes petites réserves. Je l'ai repéré chez des libraires. Merci pour ce conseil. Bon dimanche.
Répondre
Y
Bonjour Dasola
C'est un premier roman avec des maladresses mais pas mal de bons trucs
A bientôt
A
Un titre pour le moins étrange.
Répondre
Y
La tisane de laitue le paraît aussi
A
Au final si je te lis bien, pour un premier roman c'est plutôt une réussite :)
Répondre
Y
Oui, c'est une bonne entrée en matière, une auteure qui promet
K
il est dans ma pile à lire... allez, on va dire que je le sens bien ! Quand c'est Zulma, je suis très indulgente.
Répondre
Y
Oui, moi aussi, il y a des éditeurs comme cela
Z
J'ai vu ce livre, mais, bon, je ne suis pas trop attirée
Répondre
Y
Autant, il me semble impossible de passer à côté de Corps désirable chez Zulma autant Les nuits de laitue même si elles ont un charme certain peuvent être oubliées
K
Je sens que ça me plairait, si c'est un poil barré... Tant pis pour les longueurs!
Répondre
Y
Et puis c'est Zulma...
H
De très belles idées dans ce petit roman frais, je n'ai pas boudé mon plaisir !
Répondre
Y
Oui, mais pas mal de maladresses également, le ressenti général est positif néanmoins
A
Je tenterais bien cette lecture, malgré les longueurs annoncées...
Répondre
Y
D'autres sont plus enthousiastes que moi