Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rhinocéros

Publié le par Yv

Rhinocéros, Eugène Ionesco, Gallimard, 1959 (mon exemplaire, Folio, 1973).....

Une place d'une ville de province, les gens y devisent, font leurs courses, boivent un coup. Il y a là, Jean et Bérenger deux amis rarement d'accord sur quelque sujet que ce soit, l'épicier et l'épicière, le patron du café, la serveuse et la ménagère, une cliente. D'autres personnes viendront au fur et à mesure de la pièce s'ajouter : un logicien, un vieux monsieur, les collègues de bureau de Bérenger. Le vie de la place s'arrête lorsqu'un rhinocéros passe au loin en courant, puis un second quelques minutes plus tard. Ils deviennent alors le centre des conversations : jamais on n'a vu de rhinocéros dans nos contrées ; et s'agit-il de rhinocéros d'Afrique ou d'Asie ? Bicornes ou unicornes ?

Je parlais récemment de Ionesco à propos de l'absurde, mais je n'avais de lui que des vieux et vagues souvenirs... alors ni une ni deux, je suis allé dans la bibliothèque de mon garçon lui piquer Rhinocéros qu'il a étudié l'an dernier pour le bac de français, que je voulais relire en même temps que lui et que je n'avais jusque là pas pris le temps d'ouvrir. De cette pièce émerge d'abord l'humour, les dialogues sont savoureux, les personnages se répondent du tac-au-tac, un vrai jeu de ping-pong verbal. Chacun y va de son opinion, de ses arguments plus ou moins fallacieux, Bérenger paraissant le plus faible, le plus discret, celui qui n'ose pas s'affirmer, surtout devant son ami Jean à l'assurance ancrée et visible et dont les propos ne souffrent d'aucune contestation selon lui. Le logicien est là également pour asséner une pensée faite de syllogismes : "Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat." (p.46) Et puis, la fable tourne vite à un questionnement sur les régimes autoritaires, le totalitarisme. Tous ces gens qui veulent devenir des rhinocéros, suivre la masse et ne pas résister au discours ambiant populiste sont clairement les suiveurs, ceux qui deviendront les bourreaux des résistants. Ecrit en 1959, cette pièce fait sans doute référence au régime nazi et au stalinisme qui vient juste de finir (Staline est mort en 1952).

La pièce est fine, parce que sous ses dehors comiques, les discussions sans fin, elle est très sérieuse, et c'est même lorsque les dialogues deviennent les plus loufoques qu'ils sont les plus profonds, c'est là que le doute s'insinue dans le lecteur lui qui pouvait parier sur une certaine légèreté du propos : le langage très simple, basique (assez peu de mots sont utilisés, Ionesco répétant souvent les phrases et usant d'un vocabulaire très simple), le ton résolument drôle, absurde, les personnages stéréotypés à en être eux-mêmes ridicules et amusants. Ce qui est fin également, c'est le basculement imprévisible de certains d'entre eux, au détour d'une phrase, d'un mot, eux que l'on aurait pu croire sûrs d'eux, convaincus de leur forte personnalité, hop ils changent du tout au tout et versent dans l'opinion qui monte et deviennent vite des moutons... ou plutôt ici des rhinocéros qui viendront grossir les rangs du troupeau, sans réfléchir. Bérenger à l'apparente faiblesse de caractère est celui qui se révélera le plus combatif.

Bref, une très bonne idée que cette relecture estivale d'une pièce essentielle à conseiller à tous.

Commenter cet article
V
oh oui, que je l'adore! J'ai eu du mal à le faire passer auprès de 3ème par contre :( j'ai donc laissé tomber!
Répondre
Y
Mon fils l'a lu en 1ère, la troisième, c'est peu-être un peu tôt ?
H
J'adore Ionesco ! Je préfère encore sa "cantatrice chauve" à Rhinocéros !
Répondre
Y
Je pensais continuer avec cette cantatrice
S
Du grand Ionesco avec ce titre !!
Répondre
Y
Oui, je compte bien continuer à le lire, histoire de parfaire ma culture
A
Etudiée quand j'étais en 3e. Cela ne me rajeunit pas.....
Répondre
Z
Oui, de vieux, très vieux souvenirs. Je me souviens de l'interprétation de Madeleine Renaud
Répondre
Y
c'était hier...
Y
jamais vu pour ma part
I
Du théâtre... très peu pour moi... Mais si jamais je tombe dessus, peut-être me prendra-t-il l'envie de parfaire ma cuture ;-)
Répondre
Y
je n'en lis pas beaucoup non plus, mais de temps en temps, j'aime bien, ça dépend des pièces
K
Lire du theatre, hum.
"Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat."Désolée, ce n'est pas un syllogisme, pas logique en tout cas. En gros, c'est parce que les deux premières phrases se terminent par 'sont mortels'
Répondre
Y
Ah zut, il faut que je tombe sur une spécialiste... bon, alors mauvais exemple, mais il y en a d'autres dans la pièce, à vous de les découvrir...