Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deux frères

Publié le par Yv

Deux frères, Fabio Moon, Gabriel Ba, Urban comics, 2015 (traduit par Michel Riaudel) ...,

Yaqub et Omar sont jumeaux. Ils vivent à Manaus au Brésil. Ils ont été séparés tôt, Yaqub a dû partir cinq ans au Liban le pays des origines paternelles. Lorsqu'il revient dans la maison familiale, les retrouvailles ne sont pas joyeuses. Les rivalités qu'ils ont toujours eues reviennent au grand jour, décuplées par la séparation. Avant le départ de Yaqub, une violente bagarre à propos d'une fille avait éclaté entre les deux frères, Yaqub s'en tirant avec une balafre sur le visage. Dans ce Brésil des années 50, en plein essor, les deux frères vont alors adopter deux styles de vie très différents et s'affronter violemment.

Cette bande dessinée est l'adaptation du roman du même titre de Milton Hatoum, paru en 2003 aux éditions du Seuil qui existe aussi chez Actes sud/Babel. Après quelques questionnements quant à ma capacité à suivre ce roman graphique, le rythme est pris. Ce qui me pose question, ce sont des retours en arrière pas forcément expliqués, des personnages assez nombreux et pas toujours très identifiables par le trait ce qui fait qu'on se demande à qui se rapporte le fait raconté, des dessins volontairement malhabiles -ce n'est sans doute pas le terme idoine, mais c'est ce que j'ai trouvé de mieux, par exemple les murs des maisons ne sont pas toujours bien droits. Une fois le pli pris, cet album se lit avec rapidité et grand plaisir. Il s'agit d'une belle et violente histoire de famille, avec ses trahisons, ses amours, ses vengeances, ses actes impulsifs parfois regrettés intérieurement mais jamais face à la victime et donc jamais pardonnés, ... Il est rarement fait mention d'une rivalité telle au sein d'un couple de jumeaux, on lit plus souvent des pages sur la fusion entre les deux, sur la difficulté de vivre sans l'autre, sur l'amour inconditionnel... La gémellité est souvent source de belles histoires de complicité ou d'histoires plus noires, parfois terribles (cf. Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins)... dans Deux frères, c'est littéralement à la vie à la mort.

Album en noir et blanc qui oblige à se concentrer sur les personnages et leurs vies, la couleur aurait sans doute détourné nos yeux vers les paysages brésiliens. Le dessin est tour à tour sobre ou au contraire très riche avec de nombreuses silhouettes ou des paysages denses. Le noir et blanc permet aussi d'insister sur la noirceur du propos, le côté sombre des héros et donne de la profondeur tant au paysage qu'aux protagonistes.

Je n'aurais sans doute pas pris ce roman graphique de ma propre initiative, mais il fait partie d'un des deux livres de ce mois-ci pour le club de lecture de la librairie Lise&moi et je confesse une belle découverte.

Commenter cet article
V
C'est la BD qui me tente le plus en ce moment.
Répondre
Y
et bien bonne lecture alors
I
Bonjour, <br /> Un album qui ne m'a pas déplu, mais effectivement parfois un peu compliqué à suivre. J'aurai sans doute préféré le livre original. Cela n'en reste pas moins une bonne lecture.
Répondre
Y
Les deux auteurs ont dû sûrement faire des adaptations pour le passage en BD, je ne sais pas si le roman est parfois un peu confus
D
Bonsoir Yv, pas trop tentée par ce genre de roman graphique, surtout si cela demande une certaine concentration. Bonne soirée.
Répondre
Y
Bonsoir Dasola, oui au début au moins une attention est demandée, après, ça va mieux<br /> A bientôt
K
J'ai lu leur précédente BD, dont on a beaucoup parlé sur les blogs (pas chez moi, pas chercher) mais sans ressentir l'enthousiasme des autres. Pour celle ci, on verra!
Répondre
Y
Je ne suis pas non plus totalement enthousiaste, mais globalement, j'aime bien
O
Bonjour Yv<br /> Je ne suis pas un grand lecteur, je le confesse humblement, alors si en plus les retours en arrière ne sont expliqués, si le dessin est de guingois, cela ne m'encourage pas. J'aime la ligne claire, l'école belge, mais chacun ses goûts.<br /> Amitiés
Répondre
Y
Salut Paul, alors sans doute te faudra-t-il passer outre cet album qui est effectivement assez loin de l'école belge. Finalement bien, mais à condition de s'accrocher un peu au départ.<br /> Amicalement,